Tout savoir sur le chien rapporteur

Le Chesapeake Bay Retriever

Un chien ne devient pas rapporteur du jour au lendemain. Ça s’apprend mais surtout ça se travaille. C’est pour cela que le maître, ou l’éleveur doit faire preuve de patience, de persévérance, mais également de rigueur et de cohérence dans le processus d’entrainement.

Le rôle du chien rapporteur est de débusquer, de récupérer et d’emmener le gibier attraper, à son maître. Il peut s’aventurer dans divers environnements comme les champs, les fleuves etc… et tout cela grâce à son côté consciencieux. Cette caractéristique de chien est parfaite pour repérer et traquer les oiseaux aquatiques tels que les canards ou encore les échassiers. Mais ils sont également performants pour chasser les oiseaux plutôt de terre comme les faisans. Après un coup de feu de son maître, il part de ce pas débusquer le gibier visé.

Les qualités qui priment chez les chiens rapporteurs sont : leur flair exceptionnel pour repérer rapidement le gibier; leur patience olympique qui va leur permettre de rester sur place, dans sa cache, en attendant le signal de leur maître; mais également le marking, qui va permettre au chien de bien mémoriser le point de chute de sa proie. 

Quelques exemples de chien rapporteur 

Ce qu’il y a à savoir c’est que n’importe quel chien peut être éduqué pour être un bon chien rapporteur. Mais il y a également certaines races qui naissent avec des aptitudes naturelles. Les principaux concernés sont, pour la grande majorité, des retrievers. 

Comme par exemple, le golden retrievers, qui lui, est doté d’une mémoire remarquable pour retrouver le gibier, et d’un odorat développé. Il a également à son actif un bon sens de l’observation. Agile et motivé, il n’hésite pas à franchir les broussailles et assure une bonne performance dans les marais, au bois ou en plaine.

Ou encore le Chesapeake Bay Retriever qui lui est tout aussi à l’aise sur l’eau que sur terre. C’est un chien particulièrement polyvalent. Doté de pieds de lièvre, il peut facilement creuser son chemin et affronter les terrains boueux.

Lire aussi : Le chien rapporteur

La chasse pour le chien et les copains, nouvelle saison sur Zone300

La chaîne Zone300 nous fait une nouvelle fois plaisir. Voici la deuxième saison de « La chasse pour le chien et les copains ». Des films qui mettent les chiens à l’honneur.

Une série bien représentative de la chasse française. 

Chiens et copains : une bonne image de la chasse en France. Nous savons tous que la chasse dans nos régions, c’est souvent d’abord et avant tout le plaisir d’entendre de belle menées dans les sous bois, de voir de beaux chiens prendre une voie. Il y a peu de pays où les chiens ont autant d’importance dans la chasse. C’est probablement pour cela que la France est le pays qui compte le plus de races de chiens utilisées pour notre passion. Arrêt, rapport, gibier d’eau, petite vénerie, grande vénerie, grands courants, petite quête… autant d’occasions de voir et d’apprécier le travail de nos compagnons.

La chasse française, c’est aussi le partage, la joie et le plaisir de se retrouver avec des amis et de vivre ensemble de beaux moments. Que ce soit avant, pendant ou après la chasse. Cette série met bien en avant cet aspect ; c’est en cela qu’elle est une très bonne illustration de la chasse à la française.

Pour regarder la série, cliquez sur ce lien : Chasse tricolore

La série « La chasse pour le chien et les copains » met les chiens à l’honneur

Tout ceci nous le retrouvons dans cette nouvelle saison de la série « La chasse pour le chien et les copains »

Cette série est unique car elle permet de retranscrire la passion et l’émotion d’une partie de chasse, vue depuis les yeux d’un piqueur. C’est la série référence sur la chasse aux chiens courants. La saison 1 était déjà une belle nouveauté. La saison 2 sera extraordinaire avec des images encore jamais vues ni tournées dans le monde de la chasse aux chiens courants

Zone300 a à cœur de mettre en avant la chasse aux chiens courants. Pour cela elle travaille main dans la main avec les associations cynophiles telles que Harloup ou la FACCC.

Les acteurs principaux: 

  • Willy Berdeil adhérant à l’Harloup et à la FACCC depuis qu’il chasse aux chiens courants. Il est activement engagé dans la défense et la promotion de la chasse aux chiens courants. 
  • Thomas Renfrew, fondateur de la marque « Chasse Tricolore » qui a pour slogan « La chasse pour le chien et les copains « . Des valeurs revendiquées à travers ses réseaux sociaux qui rassemblent aujourd’hui des dizaines de milliers de passionnés. Ils se reconnaissent dans « Les valeurs Tricolores « . 

Tous les épisodes et leurs dates de sortie

1er  épisode – décembre nous allons sur les pentes du puy de Sancy (Puy de Dôme), pour une chasse au sanglier avec l’équipage de gascons saintongeois de la Pireyre . 

2ème épisode – 28 janvier nous irons écouter l’accent rocailleux des Hautes Pyrénées chez nos amis Guillaume Maylin et Thibault Martin ainsi que leurs griffons bleus et gascons saintongeois. La chasse aux chiens courants sera mise à l’honneur grâce à Harloup et aux chants pyrénéens.

3ème épisode – février, nous partons avec Thomas Combezou, trois-quarts centre du Castres Olympique. Il possède une meute de briquets de pays, avec laquelle il chasse le sanglier dans la montagne noire.

4ème épisode – mars chasse aux chiens courants sur le chevreuil avec notre ami breton Jean-Marie Poulouin et ses vingt beagles découplés en Dordogne.

5ème épisode – avril, le lièvre sera roi du côté de la Haute-Loire avec les Artois de Dimi et les Bruno du Jura de Gilles Balandraud. La saison se terminera avec la FACCC, dans un concours de meutes sur sanglier dans l’Aude, où l’intégralité des fonds récoltés sera reversé à une association caritative « Vaincre la mucoviscidose ».

6ème épisode – mai : une surprise vous attend.

Qu’est-ce que Zone300 ?

Zone300 est une plateforme de vidéos à la demande spécialisée dans la chasse et dans la pêche, créée par des passionnés pour des passionnés. 

Zone300 est disponible depuis votre TV, votre ordinateur, les applications mobiles, votre Freebox via le menu VOD ou depuis votre TV d’Orange (chaîne 111).

3 types d’abonnement sont proposés (1 mois, 3 mois, 1 an) vous donnant un accès illimité aux reportages et films. C’est sans publicité et sans engagement, grâce à un abonnement flexible.

Abonnez-vous en deux clics, et résiliez quand vous le souhaitez même après le premier mois.

Une question ? Appelez Diane au 09 72 16 43 58 (numéro gratuit non surtaxé) ou sur www.zone300.com

Sur le même sujet :

—> Une rentrée explosive sur Zone 300 !

—> Glu, un patrimoine effacé. Un film de Zone300

Des chevreuils tués par des chiens non tenus en laisse

Cela se passe en forêt de Soignes, près de Bruxelles. Les agents des forêts ont constaté qu’au moins trois chevreuils avaient été tués par des chiens non tenus en laisse.

Trop de chiens non tenus en laisse

La forêt de Soignes est un massif de 5000 hectares situé au Sud-Est de Bruxelles. Les promeneurs du dimanche y vont en famille et parfois avec leurs chiens pour prendre l’air. Malheureusement, les toutous ne sont pas tenus en laisse alors que c’est obligatoire. L’instinct du chasseur reprend vite le dessus et certains se lancent à la poursuite des chevreuils. Le constat est désolant pour les agents forestiers. Ils en ont découvert trois morts en quelques jours dont l’un qui agonisait. « Quand je suis arrivé, il était pratiquement mort. Je n’ai pu que l’achever« , témoigne le forestier.

David Kuborn, le directeur de la fondation de la forêt de Soignes constate que la fréquentation a énormément augmenté. Familles, cyclistes, promeneurs de chiens… tout ceci a un impact sérieux sur la faune et la flore. Cela ne concerne pas que les chevreuils. Si un chien non tenu en laisse vient renifler une couvée au sol, la femelle peut ne plus revenir. Ceci est particulièrement valable en période de reproduction quand faons, levreaux et couvées sont fragiles.

Des citadins inconscient et ignorants

« C’est le seul endroit où ils peuvent marcher et courir. Le jardin est trop petit pour cela. Nous venons ici pour que le chien puisse un peu bouger. dit l’un des promeneurs. Il fallait peut-être réfléchir avant de condamner un chien à vivre dans un espace trop petit pour lui…

Il y a fort à parier que parmi ces marcheurs, bon nombre sont défavorables à la chasse car nous dérangeons la faune, car nous sommes cruels avec nos chiens et avec Bambi. Nous aimerions leur faire remarquer que nos chiens courent, vivent à la campagne et sont en pleine forme. Ils ne vivent pas dans un jardinet ou un appartement. Alors qui est cruel avec son chien ? Il faudrait peut-être leur faire remarquer que nous ne chassons pas en période de reproduction des chevreuils et que nous ne tirons pas les faons. Leurs gentils toutous ne font pas ces différences. Alors, qui est cruel avec les animaux ? Ils vont nous répondre qu’ils ne savent pas et ne connaissent pas la faune. Mais alors pourquoi nous condamner sans rien savoir ?

Sur le même sujet :

—> Dérangement et braconnage en période de brame

—> Le chevreuil, petit prince de nos campagnes

—> Charte du preneur en forêt (ONF)

Bougrain-Dubourg attaque la vénerie. Bassesse et ignominie.

Nous savions qu’Allain Bougrain-Dubourg ne portait pas la chasse en général et la vénerie en particulier dans son coeur mais il vient de franchir une étape dans la bassesse, l’ignominie et le ridicule avec sa tribune dans Charlie hebdo.

Je n’ai rien vu, je ne sais rien mais je suis sûr…

Le président de la LPO commence tout de suite par nous dire que rien ne viens étayer sa certitude mais qu’il a la conviction que les chiens de vénerie sont maltraités. Jugez plutôt :

« L’expression « une vie de chien » décrit parfaitement le quotidien des chiens de meute. Une vie faite de maltraitance physiques et psychologiques.”

Mais je n’ai aucune preuve de ce que j’avance : « Autant l’avouer, j’avais la certitude que les chiens de meute étaient victimes d’une odieuse maltraitance, j’en ai désormais seulement la conviction. En cause, le manque de cas avérés permettant de conclure sans équivoque.”

Pour étayer ses dires, il va chercher des témoignages absolument objectifs à la fondation Brigitte Bardot et chez AVA… Des témoins fiables, évidemmment.

Autre pépite trouvées dans ce torchon : “on fabrique des armes cynégétiques” dit-il à propos des chiens de meute…

Et enfin, selon lui, dès l’âge de 3 ans, les chiens ne sont plus performants et sont soit cédés soit euthanasiés. Bien sûr mon cher Allain ! Les vétérinaires de France sont d’ailleurs tous complices de ces euthanasies de masse. L’envie de citer Audiard est trop grande, je ne résiste pas, « les c… ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnait ».

La réponse de la société de vénerie.

Cette réponse signée par Pierre de Roualle, président de la société de vénerie est remarquable de justesse et de mesure. Vous la trouverez en fin de cet article. Je tire mon chapeau à Pierre de Roualle pour son ton courtois, je crois que n’aurais pas utilisé le même…

La chasse pour les chiens et les copains par Zone 300.

Le premier épisode est sorti la semaine dernière et connaît un franc succès. Le prochain va sortir bientôt sur Zone300

Une production originale Zone 300.

Cette série d’épisodes met en scène Thomas (Chasse tricolore) qui est un amoureux passionné des chiens et de la chasse.

« Pour moi la chasse n’est pas de la chasse sans le chien, n’importe le type de chasse que l’on pratique.  Partager la même passion que le meilleur ami de l’homme est une expérience unique et fait maintenant réellement partie de ma vie. »

Zone 300, c’est aussi.

Un catalogue qui s’enrichit tous les jours avec de nouveaux films et des productions originales.

Une grande diversité dont le menu de la chaîne est la preuve : Zone300

« Rodéos » en 4 x 4. La réaction du président de la FDC du Doubs.

Jean-Maurice Boillon, président de la fédération départementale des chasseurs du Doubs réagit au micro de J’aime la Chasse aux évènements du week-end dernier au cours desquels six chasseurs ont été arrêtés par la gendarmerie pour les infractions suivantes :

  • chasse au moyen d’engins prohibés ;
  • chasse sur le terrain d’autrui ;
  • transport dans un véhicule d’une arme non démontée ou non dans un étui .

Ces verbalisations font suite à un ras-le-bol des chasseurs locaux contre quelques personnes qui utilisent chiens courants et colliers GPS pour traquer un animal à l’aide de leurs véhicules. Ces pratiques peu courantes existent néanmoins dans certains secteurs ; elles sont illégales et condamnées par l’ensemble des chasseurs.

La FDC du Doubs a signé un partenariat avec la gendarmerie départementale pour faire cesser ces dérives qui salissent l’image des chasseurs.

Il est à noter que l’OFB semble un peu « en retrait » sur ce dossier dont il a été pourtant été saisi depuis longtemps…

La chasse aux grands courant est une trop belle chasse pour qu’elle soit dévoyée par certains. 

Voici l’interview du président de la FDC 25.

 

 

 

Interdiction des chiens courants ! Encore une proposition de loi contre la chasse !

Encore une attaque contre la chasse, encore des interdictions !

Cette fois-ci il s’agit d’une proposition de loi initiée par les députés du groupe Écologie démocratie solidarité (EDS) Cédric VILLANI, Matthieu ORPHELIN, Frédérique TUFFNELL, Sébastien NADOT, Paula FORTEZA. Elle sera discutée le 8 octobre prochain à l’assemblée nationale.

Voici un extrait de l’exposé des motifs tels qu’ils sont rédigés en introduction du projet de loi. L’ensemble est à lire sur :

http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b3293_proposition-loi

« L’article 4 interdit la chasse à courre et les pratiques de chasse équivalentes, ainsi que les chasses dites traditionnelles. Cet article interdit également des modes de chasse équivalents tels que le « trail hunt » ou « drag hunt » (chasse au leurre dans laquelle l’animal sauvage est remplacé par une trace odoriférante animale), la vénerie sous terre qui implique d’importantes souffrances pour l’animal (les blaireaux ou renards sont arrachés à leur terrier à l’aide de pinces et de chiens), ainsi que les chasses dites traditionnelles telles que la chasse à la glu, à la tendelle, à la matole, aux pantes, la chasse tenderie aux vanneaux, la chasse tenderie au brancher. Sont également interdits la délivrance et le renouvellement d’attestations de meute destinée à l’exercice de la chasse à courre, à cor et à cri, sous terre, ou à des pratiques analogues susceptibles d’exposer la vie d’un animal. »

Si ce projet de loi était adopté, ce serait la mort des chasses traditionnelles, de la vénerie mais aussi des chiens courants ! Non contents d’interdire la pratique de la vénerie, ces députés veulent aussi interdire l’usage des chiens courants! Voici des extraits du texte de leur projet de loi :

« Aucun équipage ne peut être constitué afin de se livrer à la chasse à courre, à cor et à cri ou sous terre, ni poursuivre par les mêmes moyens un leurre simulant la voie d’un animal. »

« À compter de la date mentionnée au premier alinéa du présent III, il n’est plus délivré ni renouvelé aucune attestation de meute destinée à l’exercice de la chasse à courre, à cor et à cri ou sous terre, ou à la poursuite par les mêmes moyens d’un leurre simulant la voie d’un animal. »

ATTENTION ! La formulation de leur texte est suffisamment floue pour que la vénerie ne soit pas la seule impactée ; en effet interdire la chasse à cor et à cris peut englober la chasse à tir utilisant des chiens courants. Ce flou est bien entendu volontaire. On présente un projet de loi destiné officiellement à interdire la vénerie mais on compte l’utiliser peu après pour s’attaquer aussi à la chasse à tir.

Ils veulent également interdire les chasses utilisant des leurres. En Angleterre on appelle cela des drag hunt ou trail hunt ; elles ont remplacé la vénerie du renard interdite sous Tony Blair. Ces chasses au leurre ont permis à la vénerie anglaise de survivre et de perpétuer un semblant de tradition et un mode de vie si important dans les campagnes anglaises.

Et bien avec nos ayatollahs verts du groupe EDS, nous n’aurions même pas ce droit. Pourquoi interdire cette pratique puisque aucun animal n’est chassé ? Leur but est clair, ce qui est visé ce n’est pas de limiter la souffrance animale mais de détruire un mode de vie, des traditions et une civilisation ancrée et enracinée. Comme le soulignent de plus en plus de commentateurs, nos militants et élus verts détestent en fait la France et les français. Ce qui les motive n’est pas la préservation de notre environnement mais la destruction de nos valeurs et de notre identité. Le bien-vivre, la convivialité, les rires, la joie leurs sont insupportables. Ils veulent un monde triste, sans âme, sans références, un monde fait d’interdits et de culpabilisation. Leur véritable ennemi c’est le genre humain coupable à leurs yeux de tous les maux. Il suffit pour s’en rendre compte d’écouter leurs déclarations dans lesquelles ils révèlent leur haine de « l’ancien monde » et un profond mépris des classes populaires. Ces bobos sont en fait de vrais « commissaires politiques » qui seront capables d’instaurer la dictature de la bien-pensance « pour notre plus grand bien »…

Le Tour de France, le sapin de Noël, la gastronomie, la chasse populaire, cet acquis de la révolution… tout y passe. Que nous proposent-ils à la place ? Des villes défigurées par une « végétalisation » lamentable et catastrophique comme à Paris ou à Lyon, des éoliennes qui tuent des milliers d’oiseaux, qui défigurent nos paysages et ne produisent rien ou presque, des loups qui massacrent les animaux élevés en plein air et contribuent à la disparition du pastoralisme.

Non merci, je ne veux pas de votre monde !

Il faut vraiment que tous les chasseurs et toutes les chasses fassent front contre cette loi. Contactez votre député, (son adresse mail est disponible sur le site de l’assemblée nationale) et dites lui votre opposition à ce texte, rappelez-lui que vous avez une carte d’électeur et que 1 030 000 chasseurs plus leurs familles cela fait beaucoup de bulletins de vote !

Notre slogan devrait être celui qui leur était si cher en 68 : INTERDIT D’INTERDIRE !