La promotion de la chasse sur les grandes chaînes, un combat permanent

Spot-FNC

Au cours des derniers mois, la FNC a réalisé deux campagnes publicitaires, qui ont été diffusées sur TF1 ainsi que sur un certain nombre de chaines. Bien que ces spots aient eu de bons retours de la part du monde cynégétique, les avis divergent chez les autres téléspectateurs et la promotion de la chasse reste un défi de taille pour le président Willy Schraen.

Pourquoi France Télévision refuse la promotion de la chasse sur ses chaînes ?

Lors du Game Fair 2022, le président de la Fédération Nationale des chasseurs Willy Schraen s’est exprimé sur ce refus de promouvoir les actions menées par les chasseurs et tous les acteurs du monde cynégétique auprès du grand public :

« La veille du départ de la campagne, évidemment on avait signé avec d’autres chaines donc nous n’avions pas les moyens de faire avec eux. Une fois que nous avions mis une solution de repli en place, ils nous ont appelé en disant : « On a réfléchis, on est d’accord ». Ils nous l’ont fait à l’envers. 

[…] On a également fait une campagne radio, et Radio France a refusé de le passer. »

A cette déclaration, Willy Schraen a ajouté que les points de vue écologistes primaient sur les intérêts de promouvoir la chasse. Il ajoutait : « Nos spots ne sont quand même pas violents. On ne peut pas montrer d’arme, de gibier … on ne peut rien montrer. L’idéologie écolo aujourd’hui est tellement violente, que l’on ne veut même pas nous diffuser. »

La chaîne a-t-elle donné une raison à ce refus ?

« Alors ils ont donné une réponse, la première réponse ça a été très clairement, c’est un mail : « Nous ne ferons jamais l’apologie de la chasse sur nos antennes. »

Au moins c’est clair. Bon il y a quand même 25% des gens qui habitent dans ces territoires, alors ils ne sont sans doute pas tous chasseurs mais ils ont une sensibilité, que l’on méprise totalement. »

Sur le même sujet :

France Inter accueillera Hugo Clément en septembre

hugo-clément-france-inter-interview

C’est officiel, dès la rentrée prochaine, le journaliste engagé Hugo Clément rejoindra les équipes de la matinale de France Inter pour une chronique hebdomadaire.

Une nouvelle qui ravit les fans d’Hugo Clément

Cette récente nouvelle va faire des heureux. En effet, Hugo Clément a confirmé son arrivée dans la matinale de France Inter, à la rentrée prochaine. Il prendra sa place dès le mois de septembre aux côtés de Léa Salamé et Nicolas Demorand pour partager son engagement écologique à une public plus jeune.

De la nouveauté chez France Inter

Confirmant une information de l’AFP, le jeune trentenaire parlera tous les mercredis matin, à 7h20, sur les ondes de l’une des plus grosses radios françaises. Ce rendez-vous hebdomadaire sera dédié à un billet sur « l’environnement au sens large », déclare-t-il.

Le jeune chroniqueur se réjouit déjà de ce qu’il décrit comme une opportunité de donner une plus grande exposition à l’écologie.

Le journaliste s’est également exprimé sur son émission mensuelle « Sur le Front » diffusée sur France 5. Il annonçait alors être très heureux d’intéresser un si grand nombre de personnes avec une émission aussi ambitieuse sur l’écologie.

Sur le même sujet :

Willy Schraen : L’Etat face aux problèmes des dégâts de grands gibiers

Willy-Schraen-dégâts-grand-gibier

Lors du congrès de la FNC une notion importante est sortie du lot et s’est imposée comme l’une des problématiques principales pour ce nouveau mandat de Willy Schraen : les dégâts de grands gibier. C’est lors de la 40ème édition du Game Fair 2022, que Le Président de la Fédération Nationale des chasseurs de la est revenu sur ce dossier important pour les chasseurs.

L’Etat va-t-il intervenir financièrement ?

Le Président de la Fédération Nationale des chasseurs s’est exprimé sur son choix de lancer une pétition contre que les personnes attaquant la chasse et les chasseurs. L’intérêt est de faire en sorte que ces personnes ne puissent plus bénéficier d’argent de certaines associations animalistes, voire antispécistes.

Willy Schraen déclarait : « De toute façon c’est simple, soit l’Etat nous aide, soit on ne paie plus. Avant la fin de l’année, soit l’Etat prend une grosse partie (au moins 50 %), soit on ne paie plus. Il est nécessaire que l’on nous aide.

Ce n’est pas normal que les chasseurs paient comme ils le font. Dans d’autres pays dans le monde, les chasseurs sont défiscalisés quand ils vont à la chasse, parce qu’ils servent l’intérêt général.

Il y a pleins d’endroits où l’on peut chasser en France. Mais il y a pleins d’endroits où l’on est à peine tolérés de chasser en France. On nous a mis un chape de plomb écologiste sur quasiment un quart du territoire et ce n’est pas fini … Aujourd’hui, je vous le dis sincèrement, je pense que l’on ne doit plus payer.

Le problème est mondial, mais nous on veut une solution rapide. Donc la réponse est simple. Soit nous trouvons un accord avec l’Etat avant la fin de l’année, et auquel cas nous pourrons continuer, soit c’est terminé. On ne paie plus. »

Sur le même sujet :

« Ruraux de France : réveillez-vous ! »

Willy Schraen vient de donner son avis personnel sur le second tour des élections législatives :

À la veille du second tour des élections législatives, il est impossible pour moi de rester silencieux en attendant le résultat de dimanche prochain devant la gravité de la situation.

A titre personnel, et très clairement, j’appelle tous les défenseurs de nos valeurs rurales à s’engager pour que dimanche prochain, le Président de la République Emmanuel Macron dispose d’une véritable majorité parlementaire qui doit nous garantir une chasse durable, sauver nos traditions, et maintenir une ruralité vivante et libre, à partager avec tous les autres usagers de la nature.

L’heure est grave, car dans plus d’une circonscription sur deux, les candidats de la majorité présidentielle (Ensemble), qui, je vous le rappelle, sont les seuls à pouvoir obtenir une majorité absolue, seront opposés à des candidats de la Nupes et principalement à des candidats de la France Insoumise et des Verts qui sont tous pour l’interdiction de nos chasses, pour le contrôle strict de toutes nos activités passionnelles et agricoles, mais surtout prêts à mettre un terme à nos libertés individuelles et nos modes de vie.

Si nous voulons empêcher Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot de mettre en pratique cette longue liste d’interdictions qui se trouve dans leur programme, j’attends de chacun de vous, une réaction unie et sans aucune concession politique pour faire un barrage total à leur possible prise de pouvoir. Non seulement ils ne doivent pas gagner, mais il faut que leur nombre d’élus soit le moins important possible.

Nous disposons d’une arme redoutable, c’est notre bulletin de vote, que nombreux d’entre vous ont l’air d’avoir oublié dimanche dernier.

Votez et faites votez, vos amis, vos familles, vos proches, et pour tous ceux qui ne peuvent pas être présents, faites une procuration c’est très facile !

Bien sûr, j’appelle chacun d’entre vous à exercer son devoir de vigilance dans sa propre circonscription, car certains parlementaires de l’opposition de droite et de gauche peuvent avoir eu un comportement exemplaire à notre égard durant les cinq dernières années. Dans ce cas particulier, il est important que vous soyez pragmatiques, car personne ne doit oublier que nous avons des alliés sur presque tous les bancs de l’Assemblée nationale, à l’exclusion évidente de tous les candidats de la France Insoumise et des Verts.

EN RÉSUMÉ : Une majorité absolue au Président de la République Emmanuel Macron, d’autres députés amis de la cause à faire élire dans d’autres partis, et donc un grand front rural contre la France insoumise et les Verts. Et pour tous ceux qui trouveront à redire, je vous certifie que c’est la seule solution qu’il nous reste avant de n’avoir plus que des souvenirs à évoquer entre nous !

A vous de convaincre, à vous de voter.

Moi, je mouille le maillot tous les jours pour vous, à vous de mouiller le vôtre pour notre cause commune !

Adieu C15 du seigneur !

La nouvelle fait grand bruit dans nos campagnes. Hier, l’Europe a pris la décision d’interdire la vente de véhicules thermiques en 2035. Rappelons, que dès 2025, les zones de faible émission CO2, introduiront cette décision liberticide. Une décision qui annonce la mort d’un emblème, le C15.

Lettre aux écologistes

Dans une lettre adressée aux écologistes des temps modernes, Jean-Paul Pelras demande « ne touche pas à nos C15 ». Dans un contexte ou la ruralité deviens de plus en plus touchée par le dogmatisme coercitif et l’écologie punitive, les voix commencent à se lever. Dès 2025, la majorité des métropoles françaises, communautés d’agglomération qui intègrent bien sûr des communes rurales, vont mettre en place leur ZFE, zones de faible émission Co2. Autrement dit, demain, les agglomérations de plus de 150 000 habitants vont devoir se plier à cette loi liberticide. Interdisant aux véhicules diesel d’avant 2011 et essence d’avant 2006, l’accès aux communes qui les composent. Ainsi, C15, 2 CV ou encore Quatrelle ne pourront plus exercer leur utile métier, de rouler, transporter.

Pour retrouver l’intégralité du courrier de Jean-Paul Pelras, rendez-vous ici.

2025 et 2035, c’est pas si loin

L’Europe a décidé de passer la vitesse supérieure. Ainsi, la fin des ventes de voitures neuves à moteurs thermiques est actée pour 2035. Applaudissements et expressions de soulagement ont retenti dans l’hémicycle du Parlement européen mercredi. Cependant, ces hommes et femmes applaudissant ne se rende pas compte de l’impact socio-économique de cette décision. Nombreux sont les foyers qui ne pourront pas changer leur véhicule. Nombreux sont les véhicules qui seront bazardés alors qu’ils ne seront pas en fin de vie. Encore une fois, pour réduire les émissions de CO2, on demande au peuple d’agir, mais les multinationales elles, sont intouchables. De plus, l’impact du thermique est-il réellement plus néfaste que l’électrique ? Tout reste à prouver, lorsque l’on sait qu’une batterie n’est pas recyclée et qu’à la conception, un véhicule électrique est beaucoup plus polluant. Une décision liberticide qui risque d’engendrer beaucoup de colère.

Sur le même sujet :

Allemagne : 500 euros d’amende si le chat sort de la maison

Nous connaissons l’impact des chats domestiques sur l’avifaune. FNE et les instances cynégétiques ont communiqué sur le sujet. Les chats tuent des milliards d’oiseaux chaque année. L’Allemagne a donc décidé de passer à la vitesse supérieure. Ainsi, les propriétaires laissant leur chat sortir de la maison se verront pénalisés d’une amende de 500 euros.

Le chat, véritable fléau des temps modernes

On accuse souvent l’Homme d’être responsable de la disparition de certaines espèces. Même si à la racine de ce mal, nous sommes responsables, l’instinct de prédateur du chat cause beaucoup de dégâts. « Nous estimons que les chats en liberté tuent entre 1,4 et 3,7 milliards d’oiseaux et entre 6,9 et 20,7 milliards petits mammifères par an » expliquent certains scientifiques. À savoir qu’un chat domestique tue entre 5 et 10 oiseaux par an. Un chat errant, lui, entre 30 et 50. Si l’on ramène ça aux effectifs nationaux, le nombre d’oiseaux tués est colossal.

Lire aussi : Les chats tuent des milliards d’oiseaux

L’Allemagne réitère le confinement des chats

En Allemagne, la ville de Walldorf a décidé de réitérer sa demande de confinement des chats. Cette décision se fait dans le cadre de la préservation d’une espèce, le cochevis huppé. En effet, 3 couples sont installés sur la commune. Dans un but de préservation des couples reproducteurs les autorités ont demandé le confinement des chats domestiques. Ainsi, une amende de 500 euros sera attribuée pour quiconque laissera son chat sortir de la maison. De plus une amende de 50 000 euros sera distribuée si jamais le chat blesse ou tue un Cochevis huppé. Un décret à ne pas prendre à la légère.

Sur le même sujet :

La FNC félicite les choix du nouveau gouvernement

Pour la fédération nationale des chasseurs, la composition du nouveau Gouvernement dirigé par Elisabeth Borne est une excellente nouvelle. En effet, pour la première fois depuis très longtemps, l’écologie ne sera plus sous-traitée par des pseudos écologistes. Ainsi, la politique environnementale, associera les acteurs de la nature.

Un gouvernement associant écologie et ruralité

La semaine dernière, le nouveau gouvernement a été annoncé. S’il a fait couler beaucoup d’encre du côté des anti-chasse, il en est de même pour les instances cynégétiques. Mais pas pour les mêmes raisons. Le ministère de la transition écologique tel qu’il était ne sera plus. Fini les idéaux anti-chasse, fini la radicalité écolo et surtout, place au dialogue et à l’apaisement. Amélie de Montchalin, est donc en place au ministère de Transition écologique et de la Cohésion des territoires. Ce sera elle, qui incarnera le renouveau. Marc Fesneau est lui le ministre de l’Agriculture, enfin une bonne nouvelle pour la ruralité. Au-delà de ses compétences politiques, sachez qu’il est un passionné de chasse. Ce qui est un réel avantage lorsque l’on connaît les liens entre chasse et agriculture.

Lire aussi : Marc Fesneau à l’Agriculture, Amélie de Montchalin à l’Écologie

Pour Willy Schraen

« C’est la première fois qu’un gouvernement ose associer écologie et ruralité au cœur de la cohésion des territoires. Cette orientation de bon sens est salutaire pour la protection de la nature et la sauvegarde de la biodiversité. Je salue le pragmatisme d’Emmanuel Macron qui par ces nominations a fait le choix de ne plus confier notre avenir aux écologistes. Adeptes de la décroissance et des interdictions ».

Sur le même sujet :

Un chasseur demande la démission de Willy Schraen.

Willy Schraen 2016

En ce moment plus que jamais, la politique est au coeur des débats. Le deuxième tour des élections présidentielles arrivant à grands pas les échanges se font plus tendus.

Willy Schraen a été interpellé par un chasseur sur les réseaux sociaux :

Monsieur Schraen, J’espère que si Marine Le Pen remporte le second tour, vous démissionnerez de votre présidence. Je suis chasseur et j’attends de vous que vous défendiez les chasseurs et la chasse et non pas que vous preniez position politiquement. Consacrez vous à défendre nos intérêts à 100% et les vaches seront bien gardées ! Bien cordialement.

Personne avec Pseudo Facebook

La réponse du président Willy Schraen ne sait pas fait attendre :

Défendre la chasse, c’est bien ce que je fais, soyez en sûr ! Et même si des choses ont été difficiles avec Macron sur certains dossiers, avec le Pen ça aura au moins le mérite d’être clair sur notre avenir. On ira la pêche, enfin si on peut encore… après si vous souhaitez voter sur d’autres critères que la chasse, je n’ai rien à dire sur ce choix, et je m’interdît même de dire quoi que ce soit. Mais pour la chasse, c’est le pire choix pour notre avenir… de là à démissionner parce qu’on est pas d’accord politiquement, moi je ne vous demande de rendre votre permis parce que vous voulez faire élire une animaliste anti-chasse…

Willy Schraen

Le président Willy Schraen a toujours défendu la chasse, nous connaîtrons le verdict des élections le 24 avril.

Marine Le Pen répond à l’interdiction de la chasse le week-end

Marine Le Pen parle de chasse

Si la course à l’Élysée est lancée depuis plusieurs semaines, toute voix est bonne à récupérer. Dans l’émission médiatique de TF1, « 10 min pour convaincre », Marine Le Pen répond à la question de l’interdiction de la chasse le week-end.

Marine le Pen, pour ou contre la chasse le week-end ?

Si la chasse est au cœur des débats politiques, c’est pour une bonne raison. 1 000 000 de chasseurs en France ce n’est pas rien, le poids électoral est important. Ainsi, depuis peu, les chasseurs entendent les annonces, les propositions promises aux chasseurs pour les prochaines années. Loin d’être dupes, les chasseurs avancent à tatillon cette année. Après 5 années de politique contre les chasses traditionnelles, le monde de la chasse observe et écoute attentivement chaque propos. Les derniers en date concernant Marine Le Pen, la séquence est brève, mais la réponse est claire.

Dans une émission politique sur TF1, la journaliste Anne-Claire Courdrey accueille Marine Le Pen, candidate RN au second tour de la présidentielle. Vient alors la question de la chasse. Anne-Claire Courdrey demande, « seriez-vous pour l’interdiction de la chasse le week-end ? ». Ce à quoi répond Marine Le Pen en bégayant, « Je… Je suis sûre qu’on va réussir à créer une discussion pour que… Euh… Euh… Se partager en réalité le temps, le week-end, pour que les chasseurs puissent chasser et que les promeneurs puissent se promener, et ce, en toute sécurité ». Une réponse qui en dit long et qui prouve, ainsi, que la chasse subira le mandat de la candidate RN.

Pour retrouver l’extrait de cet interview, rendez-vous sur la page de SOS Cynégétophobie.

Sur le même sujet :