Un nouveau président pour la FDC04

FDC04-alpes-haute-provence

Il y a quelques jours , la Fédération Départementale des Chasseurs des Alpes-de-Haute-Provence (FDC04) élisait un nouveau président. C’est André Verdon qui assurera la suite en succédant à Max Isoard, qui assurait ces fonctions depuis de nombreuses années.

Un président aux ambitions claires : redonner aux gens l’envie d’aller à la chasse

L’ambition est simple, faire renaitre l’envie d’aller à la chasse. Depuis quelques années, on observe un engouement de plus en plus fort chez les femmes, pour la pratique de la chasse.

Les priorités pour ce mandat sont également très claires. Mise à part la volonté de promouvoir la pratique de la chasse et les actions du monde cynégétique, le désir principal est de renouer avec les acteurs du monde agricole.

En ce moment, le dossier « dégâts de grand gibier » est une question d’ordre prioritaire dans tous les départements. Des solutions doivent être réfléchies et mises en place afin de lutter efficacement contre ce fléau qui détruit les cultures. Prairies, semences, céréales, tout y passe.

L’objectif à court terme est de pouvoir organiser des réunions avec les agriculteurs, afin d’identifier les besoins et les périodes auxquelles ils ont besoin d’aide.

Dans un autre temps, la Fédération met en avant un service dédié aux dégâts de grand gibier.

Les agriculteurs ont la possibilité des déclarer leurs sinistres. Ensuite, des estimateurs sont chargés de constater et de chiffrer les dégât engendrés. Enfin, la Fédération sera responsable de l’indemnisation et aide également les agriculteurs à protéger leurs cultures.

Néanmoins, si cela ne suffit pas, d’autres mesures peuvent être prises. En effet, l’administration peut demander des tirs ou bien, si la pression d’avère trop forte, des battues peuvent être mises en places et conduites par des lieutenants de louveterie.

A lire aussi :


Baptiste Hubert : L’art de la sculpture sur bois

Sculpture-tronçonneuse-baptiste-hubert

La sculpture à la tronçonneuse est apparue comme une nouvelle façon de travailler le bois dans les années 1950. La sculpture sur bois classique consiste à créer des objets et des œuvres d’art en découpant et en façonnant le bois. C’est exactement la même chose avec la sculpture à la tronçonneuse, si ce n’est que la machine remplace les outils manuels. C’est dans cette pratique que Baptiste Hubert à développé ses compétences.

Baptiste Hubert était au Game Fair 2022

A force de travail, Baptiste Hubert est devenu un spécialiste de la discipline. Le voir œuvrer est un régal et le résultat est à chaque fois plus étonnant. Cette année encore, il y à fort à parier que Baptiste attire moult curieux au bruit de sa tronçonneuse.

Les équipes de J’aime la chasse étaient présentent au Game Fair 2022. A cette occasion, nous avons pu apercevoir les talents de Baptiste Hubert lors d’une incroyable démonstration de sculpture à la tronçonneuse.

Une technique à couper le souffle

Pendant plusieurs minutes, nous avons pu assister à une démonstration de technique et de dextérité. En effet, même si la manœuvre parait simple de l’extérieur, le maniement de la tronçonneuse dans cet art est d’une précision d’orfèvre.

Nous félicitons la performance du sculpteur hors pair que nous avons eu l’occasion de voir à l’œuvre. Nous espérons le revoir lors de la prochaine édition du Game Fair, dans le Loir-et-Cher.

A découvrir aussi :

La promotion de la chasse sur les grandes chaînes, un combat permanent

Spot-FNC

Au cours des derniers mois, la FNC a réalisé deux campagnes publicitaires, qui ont été diffusées sur TF1 ainsi que sur un certain nombre de chaines. Bien que ces spots aient eu de bons retours de la part du monde cynégétique, les avis divergent chez les autres téléspectateurs et la promotion de la chasse reste un défi de taille pour le président Willy Schraen.

Pourquoi France Télévision refuse la promotion de la chasse sur ses chaînes ?

Lors du Game Fair 2022, le président de la Fédération Nationale des chasseurs Willy Schraen s’est exprimé sur ce refus de promouvoir les actions menées par les chasseurs et tous les acteurs du monde cynégétique auprès du grand public :

« La veille du départ de la campagne, évidemment on avait signé avec d’autres chaines donc nous n’avions pas les moyens de faire avec eux. Une fois que nous avions mis une solution de repli en place, ils nous ont appelé en disant : « On a réfléchis, on est d’accord ». Ils nous l’ont fait à l’envers. 

[…] On a également fait une campagne radio, et Radio France a refusé de le passer. »

A cette déclaration, Willy Schraen a ajouté que les points de vue écologistes primaient sur les intérêts de promouvoir la chasse. Il ajoutait : « Nos spots ne sont quand même pas violents. On ne peut pas montrer d’arme, de gibier … on ne peut rien montrer. L’idéologie écolo aujourd’hui est tellement violente, que l’on ne veut même pas nous diffuser. »

La chaîne a-t-elle donné une raison à ce refus ?

« Alors ils ont donné une réponse, la première réponse ça a été très clairement, c’est un mail : « Nous ne ferons jamais l’apologie de la chasse sur nos antennes. »

Au moins c’est clair. Bon il y a quand même 25% des gens qui habitent dans ces territoires, alors ils ne sont sans doute pas tous chasseurs mais ils ont une sensibilité, que l’on méprise totalement. »

Sur le même sujet :

France Inter accueillera Hugo Clément en septembre

hugo-clément-france-inter-interview

C’est officiel, dès la rentrée prochaine, le journaliste engagé Hugo Clément rejoindra les équipes de la matinale de France Inter pour une chronique hebdomadaire.

Une nouvelle qui ravit les fans d’Hugo Clément

Cette récente nouvelle va faire des heureux. En effet, Hugo Clément a confirmé son arrivée dans la matinale de France Inter, à la rentrée prochaine. Il prendra sa place dès le mois de septembre aux côtés de Léa Salamé et Nicolas Demorand pour partager son engagement écologique à une public plus jeune.

De la nouveauté chez France Inter

Confirmant une information de l’AFP, le jeune trentenaire parlera tous les mercredis matin, à 7h20, sur les ondes de l’une des plus grosses radios françaises. Ce rendez-vous hebdomadaire sera dédié à un billet sur « l’environnement au sens large », déclare-t-il.

Le jeune chroniqueur se réjouit déjà de ce qu’il décrit comme une opportunité de donner une plus grande exposition à l’écologie.

Le journaliste s’est également exprimé sur son émission mensuelle « Sur le Front » diffusée sur France 5. Il annonçait alors être très heureux d’intéresser un si grand nombre de personnes avec une émission aussi ambitieuse sur l’écologie.

Sur le même sujet :

L’UNUCR reconnue d’intérêt général par l’administration

Chien Rouge de Hanovre

Le week-end dernier une grande nouvelle est tombée. En effet, le 18 juin prochain se tenait le plus grand salon de la chasse en France. C’est à l’occasion de cette 40ème édition du Game Fair que s’est tenue l’Assemblée Générale de l’UNUCR (Union Nationale pour l’Utilisation de Chiens de Rouge).

Une grande nouvelle pour l’UNUCR

A l’occasion de cette assemblée générale, une grande nouvelle a été annoncé qui devrait dynamiser encore davantage l’association. En effet, l’UNUCR vient d’être reconnue d’intérêt général par l’administration.

En d’autres termes, les membres de l’association ont été reconnus désintéressés, exerçant à titre non lucratif (bénévole) et d’intérêt général.

Quels bénéfices pour les bénévoles ?

Sur un plan éthique, même si c’était indiscutable et indiscuté au sein du monde cynégétique, c’est à présent officiellement reconnu par l’administration, et notamment par l’administration fiscale.

Pour les bénévoles concernés, cela va induire une déduction partielle des kilomètres parcourus sur leur feuille d’impôt. Il en est de même pour les adhérents et les donateurs sur le montant des dons et des adhésions avec une déduction à 66% !

Tout cela est en passe de se formaliser concrètement pour la saison à venir. Par les temps qui courent, c’est une nouvelle qui va être appréciée par les intéressés. Les modalités de ce changement seront communiquées en interne.

Nicolas BOUILLON, Secrétaire adjoint de l’UNUCR

Sur le même sujet :

Le concert de lutte contre le cancer, c’est vendredi !

concert-lutte-contre-le-cancer

Le vendredi 24 juin prochain, à 20 heures 30, c’est le grand jour ! La Fédération Départementale des chasseurs de Seine-Maritime, en collaboration avec l’association Arts et Cultures d’Auffay, organise son traditionnel concert de lutte contre le cancer en la collégiale Notre-Dame d’Auffray.

Dans 2 jours, c’est le concert de lutte contre le cancer !

La Fédération Départementale des chasseurs de Seine-Maritime organise la 11e édition du concert de lutte contre le cancer. Il sera donné en la collégiale Notre-Dame d’Auffay vendredi 24 juin à 20 h 30. Les bénéfices générés par l’événement, seront reversés au profit de la lutte contre le cancer. Les deux chorales La Scie qui chante d’Auffay et La clé des chants de Bacqueville seront présentes. Elles seront aux côtés des trompes de Normandie et des Échos de Luneray.

La participation est seulement de 5€, pour assister au plus gros événement caritatif de l’année en Seine-Maritime. Par conséquent, on vous attend nombreux pour partager ensemble ce moment unique ! Après cela, les dons et les bénéfices sont destinés à la lutte contre le cancer avec l’association « Agir avec Becquerel pour la vie« .

En conclusion, venez nombreux profiter de ce moment et laissez vous transpercer par le son des trompes de chasse, lors d’un événement convivial ouvert à tous ! Venez partager ce moment unique de convivialité ! Que ce soit seul, en famille ou entre amis, venez vibrer en la collégiale Notre-Dame d’Auffray ce vendredi 24 juin à 20 h 30.

A lire aussi :

Le Mil angulaire, qu’est-ce que c’est ?

Mil-angulaire

Nous approchons des mois des juillet et août et des premières battues de sangliers d’ici quelques semaines. Par conséquent, il va être plus que primordial de favoriser la sécurité lors des actions de chasses. Afin de permettre aux chasseurs de s’assurer un angle de 30 degrés et une sécurité optimale, un nouvel outil a vu le jour : le Mil angulaire. Facile à transporter et à installer, il permettra de calculer de manière presque « automatique », notre angle de 30 degrés.

Comment installer un Mil angulaire ?

Il existe en deux fonctions. Sur pied télescopique lorsqu’il n’y a pas de mirador, où l’on vient matérialiser notre angle de tir à droite et à gauche. Et version mirador, sans pied.

On dispose d’un pied télescopique que l’on vient planter au sol qui est réglable en hauteur, par rapport à la personne. Il dispose d’un drapeau « droite » et « gauche » que l’on vient insérer dans deux pivots. Enfin, deux molettes maintiennent les tubes en aluminium de part et d’autre.

Avec un longueur maximale de 50cm et un poids de moins de 600g, le Mil angulaire est très facile à transporter, que ce soir dans une veste, dans une poche ou encore dans une hausse de carabine.

En quoi le Mil angulaire est une vraie aide pour les chasseurs ?

Le Mil angulaire va permettre d’assurer encore un petit peu plus la sécurité. Il est important de rappeler que toutes les balles qui sont tirées à la chasse RICOCHENT. Que ce soit sur un arbre, au sol ou ailleurs. Il est très important de prémunir les chasseurs et tous les usagers contre les risques liés à ces ricochets.

Des organismes, comme l’OFB, prônant la sécurité et le « zéro accident » à la chasse, conseillent, défendent et appuient ce genre de matériel.

Pourquoi un angle de 30 degrés ?

Les études balistiques ont démontré que les balles ricochent dans un angle de 30 degrés, par rapport au point d’impact. Cela signifie que lorsqu’une balle touche le sol, elle a de très fortes chances de repartir dans un angle de 30 degrés.

Sur le même sujet :

Willy Schraen : L’Etat face aux problèmes des dégâts de grands gibiers

Willy-Schraen-dégâts-grand-gibier

Lors du congrès de la FNC une notion importante est sortie du lot et s’est imposée comme l’une des problématiques principales pour ce nouveau mandat de Willy Schraen : les dégâts de grands gibier. C’est lors de la 40ème édition du Game Fair 2022, que Le Président de la Fédération Nationale des chasseurs de la est revenu sur ce dossier important pour les chasseurs.

L’Etat va-t-il intervenir financièrement ?

Le Président de la Fédération Nationale des chasseurs s’est exprimé sur son choix de lancer une pétition contre que les personnes attaquant la chasse et les chasseurs. L’intérêt est de faire en sorte que ces personnes ne puissent plus bénéficier d’argent de certaines associations animalistes, voire antispécistes.

Willy Schraen déclarait : « De toute façon c’est simple, soit l’Etat nous aide, soit on ne paie plus. Avant la fin de l’année, soit l’Etat prend une grosse partie (au moins 50 %), soit on ne paie plus. Il est nécessaire que l’on nous aide.

Ce n’est pas normal que les chasseurs paient comme ils le font. Dans d’autres pays dans le monde, les chasseurs sont défiscalisés quand ils vont à la chasse, parce qu’ils servent l’intérêt général.

Il y a pleins d’endroits où l’on peut chasser en France. Mais il y a pleins d’endroits où l’on est à peine tolérés de chasser en France. On nous a mis un chape de plomb écologiste sur quasiment un quart du territoire et ce n’est pas fini … Aujourd’hui, je vous le dis sincèrement, je pense que l’on ne doit plus payer.

Le problème est mondial, mais nous on veut une solution rapide. Donc la réponse est simple. Soit nous trouvons un accord avec l’Etat avant la fin de l’année, et auquel cas nous pourrons continuer, soit c’est terminé. On ne paie plus. »

Sur le même sujet :

Marc Fresneau à la rencontre des exposants du Game Fair 2022

Marc-Fresneau-ministre-agriculture

Ce samedi 18 juin, le ministre de l’Agriculture et de la souveraineté alimentaire, Marc Fresneau, faisait son apparition sur les différents stands de tir du Game Fair. Arborant fièrement les couleurs de l’OFB, le nouveau ministre semble porter fièrement les enjeux de la biodiversité et de la ruralité, primordiaux pour les chasseurs, les forestiers et les agriculteurs.

Marc Fresneau, un nouvel élu dans son élément

Etant lui-même archer et n’ayant jamais caché son attrait pour la chasse, c’est lors de ce Game Fair 2022 que Marc Fresneau rencontrait les différents exposants du salon.

Grâce à sa prise de fonction dans ce ministère particulièrement stratégique après les différentes crises ou encore les dégâts de grands gibiers, Marc Fresneau appuie sa position dans le monde de la chasse, déjà bien ancrée depuis plusieurs année.

Grâce à ses anciennes expériences en tant que co-président du Groupe Chasse à l’Assemblée Nationale, puis représentant d’Emmanuel Macron au dernier congrès de la Fédération Nationale des Chasseurs, le nouveau ministre s’impose dans la gestion de nombreux enjeux pour le monde cynégétique. Cette expertise du terrain et des problématiques actuelles, font de lui un interlocuteur de choix pour les chasseurs.

Des dossiers importants comme la encore la relation entre les acteurs agricoles/forestiers et cynégétiques seront des enjeux de taille. Ils devront être relevés par le nouveau ministre, afin de prouver qu’il est bien le candidat de la ruralité et de la biodiversité.

Aujourd’hui, tout porte à croire que Marc Fresneau prend cette lourde tâche très au sérieux. Réaliser de véritables progrès visibles durant son mandat semble être l’une des priorités qu’il s’est fixé. Nous avons certainement là, le candidat parfait pour représenter les combats menées pour la biodiversité et la ruralité.

Sur le même sujet :

Le salmis : un ragoût de petit gibier à tomber !

salmis

Rien à voir avec le salami ! Le salmis est un ragoût de petit gibier (bécasse, palombes, faisan, perdreaux…) ou d’oiseaux comme le pigeon ou le canard. Il s’accompagne d’une sauce relevée dont la finition se faisait traditionnellement devant les convives.

Pour commencer, bien que l’idée puisse vous venir en tête, ce plat n’a rien à voir avec le salami !

Le salmis est l’une des meilleures façons de déguster votre petit gibier. Ce petit ragoût sera parfait pour profiter au mieux de vos bécasses, palombes, faisans, perdreaux, pigeons ou canards.

Accompagné d’une sauce relevée, ce plat ravira tous vos convives !

Ce plat dont le nom est un raccourci pour « salmigondis », tirerait son origine du Sud-Ouest, région de prédilection pour la chasse à la palombe. Un peu tombée dans l’oubli, semble aujourd’hui revenir timidement sur les cartes des restaurants.

Pour réaliser correctement un salmis, le volatile est préalablement cuit à la broche. ON poursuit ensuite la cuisson en cocote en agrémentant d’oignons, de lard, de vin et d’une généreuse dose de poivre.

Lançons nous dans la préparation du salmis !

Ingrédients :

4 pigeons (garder les cœurs et les foies), 2 oignons, 5 cl de cognac, 1 bouteille de vin rouge, 20 cl de bouillon de volaille, 1 carotte, 1 c à s de farine, 2 gousses d’ail, 50 g de lard, 1 c. à c. de poivre noir, Sel

Préparation :

Dans une cocotte, faire dorer et flamber au cognac les pigeons puis les couper en deux et les réserver

Faire revenir le lard et les légumes taillés en julienne, ajouter une cuillère de farine, le vin et le madère

Laisser réduire et remettre les demi-pigeons avec le poivre

Poursuivre la cuisson 30 minutes à couvert

Ajouter les cœurs et les foies 5 minutes avant la fin de la cuisson

Filtrer la sauce et mixer

Sur le même sujet :