Interdiction des chiens courants ! Encore une proposition de loi contre la chasse !

Encore une attaque contre la chasse, encore des interdictions !

Cette fois-ci il s’agit d’une proposition de loi initiée par les députés du groupe Écologie démocratie solidarité (EDS) Cédric VILLANI, Matthieu ORPHELIN, Frédérique TUFFNELL, Sébastien NADOT, Paula FORTEZA. Elle sera discutée le 8 octobre prochain à l’assemblée nationale.

Voici un extrait de l’exposé des motifs tels qu’ils sont rédigés en introduction du projet de loi. L’ensemble est à lire sur :

http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b3293_proposition-loi

« L’article 4 interdit la chasse à courre et les pratiques de chasse équivalentes, ainsi que les chasses dites traditionnelles. Cet article interdit également des modes de chasse équivalents tels que le « trail hunt » ou « drag hunt » (chasse au leurre dans laquelle l’animal sauvage est remplacé par une trace odoriférante animale), la vénerie sous terre qui implique d’importantes souffrances pour l’animal (les blaireaux ou renards sont arrachés à leur terrier à l’aide de pinces et de chiens), ainsi que les chasses dites traditionnelles telles que la chasse à la glu, à la tendelle, à la matole, aux pantes, la chasse tenderie aux vanneaux, la chasse tenderie au brancher. Sont également interdits la délivrance et le renouvellement d’attestations de meute destinée à l’exercice de la chasse à courre, à cor et à cri, sous terre, ou à des pratiques analogues susceptibles d’exposer la vie d’un animal. »

Si ce projet de loi était adopté, ce serait la mort des chasses traditionnelles, de la vénerie mais aussi des chiens courants ! Non contents d’interdire la pratique de la vénerie, ces députés veulent aussi interdire l’usage des chiens courants! Voici des extraits du texte de leur projet de loi :

« Aucun équipage ne peut être constitué afin de se livrer à la chasse à courre, à cor et à cri ou sous terre, ni poursuivre par les mêmes moyens un leurre simulant la voie d’un animal. »

« À compter de la date mentionnée au premier alinéa du présent III, il n’est plus délivré ni renouvelé aucune attestation de meute destinée à l’exercice de la chasse à courre, à cor et à cri ou sous terre, ou à la poursuite par les mêmes moyens d’un leurre simulant la voie d’un animal. »

ATTENTION ! La formulation de leur texte est suffisamment floue pour que la vénerie ne soit pas la seule impactée ; en effet interdire la chasse à cor et à cris peut englober la chasse à tir utilisant des chiens courants. Ce flou est bien entendu volontaire. On présente un projet de loi destiné officiellement à interdire la vénerie mais on compte l’utiliser peu après pour s’attaquer aussi à la chasse à tir.

Ils veulent également interdire les chasses utilisant des leurres. En Angleterre on appelle cela des drag hunt ou trail hunt ; elles ont remplacé la vénerie du renard interdite sous Tony Blair. Ces chasses au leurre ont permis à la vénerie anglaise de survivre et de perpétuer un semblant de tradition et un mode de vie si important dans les campagnes anglaises.

Et bien avec nos ayatollahs verts du groupe EDS, nous n’aurions même pas ce droit. Pourquoi interdire cette pratique puisque aucun animal n’est chassé ? Leur but est clair, ce qui est visé ce n’est pas de limiter la souffrance animale mais de détruire un mode de vie, des traditions et une civilisation ancrée et enracinée. Comme le soulignent de plus en plus de commentateurs, nos militants et élus verts détestent en fait la France et les français. Ce qui les motive n’est pas la préservation de notre environnement mais la destruction de nos valeurs et de notre identité. Le bien-vivre, la convivialité, les rires, la joie leurs sont insupportables. Ils veulent un monde triste, sans âme, sans références, un monde fait d’interdits et de culpabilisation. Leur véritable ennemi c’est le genre humain coupable à leurs yeux de tous les maux. Il suffit pour s’en rendre compte d’écouter leurs déclarations dans lesquelles ils révèlent leur haine de « l’ancien monde » et un profond mépris des classes populaires. Ces bobos sont en fait de vrais « commissaires politiques » qui seront capables d’instaurer la dictature de la bien-pensance « pour notre plus grand bien »…

Le Tour de France, le sapin de Noël, la gastronomie, la chasse populaire, cet acquis de la révolution… tout y passe. Que nous proposent-ils à la place ? Des villes défigurées par une « végétalisation » lamentable et catastrophique comme à Paris ou à Lyon, des éoliennes qui tuent des milliers d’oiseaux, qui défigurent nos paysages et ne produisent rien ou presque, des loups qui massacrent les animaux élevés en plein air et contribuent à la disparition du pastoralisme.

Non merci, je ne veux pas de votre monde !

Il faut vraiment que tous les chasseurs et toutes les chasses fassent front contre cette loi. Contactez votre député, (son adresse mail est disponible sur le site de l’assemblée nationale) et dites lui votre opposition à ce texte, rappelez-lui que vous avez une carte d’électeur et que 1 030 000 chasseurs plus leurs familles cela fait beaucoup de bulletins de vote !

Notre slogan devrait être celui qui leur était si cher en 68 : INTERDIT D’INTERDIRE !

 

 

 

Cas de maladie d’Aujeszky dans le Vaucluse.

Deux chiens sont décédés le 25 avril dans le Vaucluse de la maladie d’Aujeszky, indique la préfecture dans un communiqué publié le 28 mai. Le diagnostic a été confirmé par le laboratoire national la semaine dernière. Ces chiens ont eu un contact avec un sanglier dans le Luberon quelques jours avant l’apparition des symptômes. Ils se sont contaminés en ayant mordu l’animal.

En avril, cette maladie était détectée dans élevage de l’Allier.

Bien entendu, certains anti chasse vont sauter sur l’occasion pour, encore une fois, dire des bêtises et étaler leur inculture en la matière. « Les élevages de sangliers destinés à la chasse sont dangereux, ils sont la cause de maladies…« .

Alors, profitons de cet incident pour rappeler quelques faits à ce propos.

La maladie d’Aujeszky n’est pas issue des élevages de sangliers (pour la chasse ou pour la filière viande) : ce sont les populations sauvages qui en sont l’hôte.

Cette maladie endémique due à un herpès virus n’a rien de nouveau : largement présente dans le monde, elle a été identifiée  il y a plus d’un siècle. C’est l’un des virus majeurs affectant les suidés (porcs et sangliers) après la peste porcine africaine. Elle n’affecte pas l’homme (ce n’est pas une zoonose) mais elle touche d’autres espèces de mammifères (carnivores et ruminants). Le virus de la maladie d’Aujeszky se transmet par voie respiratoire ou orale (groin à groin, contact direct), vénérienne (entre suidés) et digestive en particulier pour les chiens si ils consomment de la viande ou des abats de suidés (d’où un risque plus important pour les chiens de chasse).

Le taux de prévalence de la maladie est très variable et inégal en France. Cette carte (issue d’un document de l’ANSES) montre les zones principalement touchées.

 

 

 

Que risque votre chien, puisque ce sont en pratique les principaux autres mammifères susceptibles d’être contaminés ? La maladie d’Aujeszky est hélas mortelle à 100% pour le chien.

 

Ce document de l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail est intéressant et fait une bonne synthèse même s’il date un peu (2004).

https://www.anses.fr/fr/system/files/SABA2017SA0058.pdf

Les concours de chiens de chasse en difficulté.

Cette année, quelque peu exceptionnelle, malgré les bienfaits du confinement pour la faune sauvage, l’événementielle cynégétique et cynophile à quant à lui du plomb dans l’aile.

Dans un article de LADEPECHE.fr, Michel Clémente, président de l’Association des chasseurs au chien d’arrêt de Tarn-et-Garonne (Acca 82), partage son ressenti et ses craintes concernant la pérennité des concours de chiens de chasse compte tenu du climat sanitaire.

Le but principal de l’Association que préside Michel est but de promouvoir, développer et défendre la chasse au chien d’arrêt par la programmation de concours. Chaque année, des concours sont organisés afin de valoriser cette chasse et les chiens qui la pratique.
Trois concours sont annuellement prévus.

Cependant, cette année, le trophée mis en jeu est aujourd’hui mis à mal à cause de la crise sanitaire que nous vivons tous. À ce jour les 3 concours sont annulés, il reste cependant l’épreuve de la bécasse qui est elle plus tardive, présentant donc une lueur d’espoir pour cet homme engagé et passionné. En effet, celle-ci se déroule à la fin du mois d’octobre, d’ici la, Michel espère que les choses auront évolué positivement.

Cette année, il n’y aura pas d’assemblée générale à l’identique des autres associations cynégétiques. Il est important de souligner qu’actuellement, l’Association est en veille.

La Maladie d’Aujeszky expliqué par un Vétérinaire

Maladie d’Aujeszky ou pseudo-rage chez le chien par Laurent Cauzinille, vétérinaire au CHV Frégis. Spécialiste en Neurologie, Diplomé de l’ECVN et de l’ACVIM (option neurologie)

 

Une maladie infectieuse d’origine virale.

La maladie d’Aujeszky, est une maladie infectieuse des porcins, d’origine virale. Elle est due à un herpès virus responsable chez le chien d’une encéphalomyélite évoluant rapidement vers la mort. La contamination du chien se fait par l’ingestion de viscères de porc ou de sanglier contaminé par le virus. Des signes cliniques avant tout nerveux. L’incubation est courte (2 à 6 jours). Les premiers signes sont des modifications soudaines du comportement. Le chien est abattu, inquiet, agressif. Ces modifications comportementales peuvent être confondues avec celles de la rage, d’où le nom de pseudo-rage donné à cette maladie.

 

Très vite des démangeaisons (ou prurit) très intenses apparaissent de façon pratiquement systématique chez le chien.

Elles se localisent préférentiellement au niveau de la tête et vont souvent jusqu’à l’automutilation.

L’affection évolue très rapidement vers une paralysie du pharynx, responsable de troubles de la déglutition et d’une hypersialorrhée.

Une parésie puispuis paraplégie précèdent de peu la mort de l’animal qui survient généralement en 48 heures environ.

Des précautions importantes sont à prendreLe tableau clinique est avant tout celui d’une encéphalomyélite infectieuse. Il est très proche de celui de la rage qui doit être systématiquement envisagée dans le diagnostic différentiel.

Tant que le diagnostic de certitude n’est pas établi, l’animal doit être considéré comme potentiellement atteint de la rage.

A ce titre, il doit être isolé et manipulé avec de grandes précautions : toute morsure, griffure ou simple souillure d’une plaie cutanée (même anodine) par la salive de l’animal suspect doit être immédiatement nettoyée à l’eau et au savon et donner lieu à une consultation auprès d’un médecin.

Encas de décès de l’animal, une recherche de rage doit systématiquement être demandée et toutes les personnes en contact avec l’animal répertoriées.

D’autres maladies peuvent également donner un tableau clinique assez proche. Les plus fréquentes sont des intoxications par certains insecticides, le botulisme, la maladie de Carré, …

Diagnostic et traitement

Compte tenu de la rapidité d’évolution, le diagnostic de certitude n’est généralement obtenu que par l’étude de prélèvements du système nerveux fait sur le corps du chien décédé.

Aucun traitement n’est actuellement connu pour cette maladie.

Comment éviter la maladie d’Aujeszky ?

En France, c’est une maladie devenue peu fréquente chez le porc. Elle reste rare chez le chien. Il faut éviter le contact du chien avec les porcs et les sangliers. La principale source reste l’ingestion de viande ou de viscères contaminés. Il est déconseillé de nourrir les chiens avec de la viande de porc (ou de sanglier) dont l’origine est incertaine et non contrôlée. Les chiens de chasse sont bien sûr les plus exposés et on estime qu’environ 30 % des sangliers sont séropositifs.

Source : http://www.fregis.com/

Que faire si votre chien rentre en contact avec des chenilles processionnaires.

C’est le ravageur des pins. Mais pas que… La chenille processionnaire est aussi une bestiole bien dangereuse pour l’homme et l’animal.

Les effets néfastes des poils urticants n’impliquent pas nécessairement un contact direct avec les chenilles. Les poils se détachent avec une grande facilité surtout si la chenille est perturbée et la substance urticante et allergisante qu’ils contiennent, la « thaumétopoéïne », se libère.

Attention, alors, aux vives démangeaisons. Les irritations se caractérisent par des érythèmes ou des éruptions accompagnés parfois d’atteintes oculaires ou pulmonaires voire des réactions allergiques plus graves comme les œdèmes de Quincke ou les chocs anaphylactiques.Voici les gestes à adopter.

SUR L’HOMME :
Si les muqueuses ou les yeux sont touchés, rincer à l’eau froide et aller aux urgences.
Ou bien contacter les pompiers au 18, ou le samu au 15.
Si c’est la peau, rincer abondamment à l’eau froide et traiter comme une brûlure.
Surveiller ensuite si cela provoque une réaction allergique, auquel cas, là aussi, aller aux urgences.

SUR LES ANIMAUX

Se munir de gants pour toutes les manipulations.

Nettoyer à grande eau les zones en contact avec les poils urticants et contacter le vétérinaire.

Supprimer l’accès à la boisson et à la nourriture en cas de vomissement. Et ne rien administrer de votre propre initiative.

 

Noms de Chiens en « O » pour les naissances en 2018

Chercher des noms de chiens de chasse n’est pas si facile. Alors, pour cette année 2018, qui est illustré par la lettre O , nous avons trouvé quelques noms originaux pour vos chiens de compagnie.
Prénoms mâles Prénoms femelles Prénoms mixtes
Obélix Obelle Oasis
Okley Obole Oki
O-lit Ocarina Oligane
Obiwan Octane Olive
Olace Océane Omega
Ocean Ode One
Oclock Oisa Onyx
Octavio Okinawa Oracle
Oasis Ola Osaka
Octet Olba Osis
Octopus Oléa Ozone
Obus Oletta Ozzie
O2 Olia  Onolulu
Ozone Olita
Oedipe Olivette
Off Ollie
Offenbach Olympe
Oggy Ombelle
Ohm Ombre
Okapi Omelette
Okay Omerta
Olaf Ondine
Olive Ondra
Olex Only
Olfi Onyxia
Olympe Opala
Omer Opale
Opium Opaline
Opus Oparine
Orage Opéra
Oregon Orane
Oréo Orange
Orfeus Orangette
Origan Orchidée
Orion Ordalie
Orly Orée
Oro Oreste
Orphée Orlinda
Orson Orpie
Orus Ortega
Oscar Osca
Osky Oseille
Oslo Osmose
Osram Ospirin
Osti Ossia
Othello Ostara
Otis Otary
Otorino Otella
Ouija Ottessa
Oui-Oui Ouchka
Ouper Ouka
Ouragan Oupette
Oural Ova
Oursin Ozalée
Ourson  O’Hara
Ouzo
Over
Owen
Oxford
Oz

Augmentation des fréquences chez Garmin pour les colliers de repèrages


Les appareils pour chien Alpha® permettent de retrouver et récupérer plus rapidement les chiens après la chasse.

En passant désormais de 2 à 6 fréquences, Garmin offre un meilleur confort d’utilisation aux utilisateurs des produits Alpha 50 et Alpha 100, ainsi qu’aux détenteurs de colliers T5/TT15 pour une expérience de chasse optimisée.

L’Alpha 100 enregistre avec précision la vitesse de chaque chien, la distance parcourue et la direction suivie. De plus, il permet de recevoir en temps réel, des notifications sur « l’état » du chien, comme lorsqu’il est « à l’arrêt ».

Compatible avec les montres GPS fēnix et tactix Bravo et le dernier GPS routier DriveTrack 70LM, les Alpha permettent de suivre jusqu’à 20 chiens sur un fond cartographique TOPO Europe au 1/100 000ème pré chargé.

Suffisamment robustes et performants, les colliers Garmin accompagnent les chiens partout où ils vont dans un rayon pouvant atteindre jusqu’à 14,5 km (pour les T 5/TT 15) ou 6,5 km (pour le T 5 Mini TT 15 Mini). A la fois plus légers et plus petits, les colliers de suivi et de dressage T 5 Mini et TT 15 Mini sont particulièrement conçus pour s’adapter aux chiens de petite taille et leur offrir ainsi un maximum d’agilité.

Une mise à jour gratuite pour tous les clients détenteurs d’un Alpha :

A partir du mois d’août, Garmin proposera des produits qui intègreront directement les 6 nouvelles fréquences, estampillés « F » : Alpha 50F, Alpha 100F et colliers T 5F/TT 15F.

En attendant, tous les utilisateurs déjà en possession des appareils de suivi et de dressage Alpha 50, Alpha 100 et colliers T 5/TT 15 pourront mettre à jour gratuitement leurs produits via Garmin Express et les passer ainsi en version « F ».

Les poils d’animaux sont partout mais avez vous essayé ces astuces ?

Est-ce que vos vêtements sont toujours couverts de poils, même quand vos vêtements viennent d’être lavés parce qu’il y a du poil PARTOUT dans la maison? C’est vrai qu’avec des animaux domestiques, les poils, on apprend à vivre avec!

Il y a quand même moyen d’en éliminer une grande partie grâce à ces trucs :

Vêtements

Avant de laver vos vêtements couverts de poils, passez-les à la sécheuse durant 10 minutes à un cycle sans chaleur. Le mouvement et l’air de la sécheuse aideront les poils à décoller des vêtements. Videz bien le filtre à charpie, il sera bien plein! Ensuite, lavez vos vêtements normalement.

Secouez bien tous les vêtements avant de les mettre dans la machine.

Ajoutez ½ tasse de vinaigre blanc à votre eau de lavage : le vinaigre aidera les fibres à se détendre et à libérer les poils qui se sont incrustés.

Secouez à nouveau les vêtements avant de les mettre à la sécheuse.

Utilisez une balle de tennis ou une boule de papier d’aluminium dans la sécheuse : le mouvement de la balle sur les vêtements aidera à déloger les poils.

Plancher

Ne prenez pas l’aspirateur sur vos planchers de bois : utilisez plutôt une vadrouille recouverte d’un linge électrostatique, il accumulera un maximum de poils! L’aspirateur au contraire fait voler les poils dans dans toutes les directions avec le déplacement d’air, alors que le chiffon électrostatique les attirera!

Tapis

Saupoudrez du bicarbonate de soude sur vos tapis et passez l’aspirateur 3 fois au même endroit en un mouvement de va-et-vient, attention vraiment 3 fois! Vous serrez surpris de la quantité de poils ramassés!

Si les coins et rebords de tapis sont plus foncés, c’est probablement qu’ils sont encrassés de poils! Utilisez un gant de caoutchouc, mouillez-le et passez un doigt sur le rebord, entre le tapis et le bois, vous verrez tous les poils que vous arriverez à extraire avec ce gant mouillé!

Meubles

Époussetez les meubles avec un linge microfibre, légèrement mouillé. Trop d’eau gâcherait l’effet électrostatique du linge, alors il en faut un tout petit peu!  Mais l’eau sur le linge retiendra encore plus les poils.

Époussetez les fauteuils et les divans en tissu avec un gant en caoutchouc ou avec un Squeegee! C’est MAGIQUE! Vraiment plus efficace et plus économique qu’un rouleau collant pour les vêtements! Le Squeegee sera également pratique dans la voiture pour nettoyer les bancs recouverts de poils.

Si le divan en tissu est l’endroit préféré de votre animal de compagnie, couvrez-le avec une petite couverture! Quand la visite arrive, retirez la couverture!

Avec tous ces trucs, vous trouverez de moins en moins de poils d’animaux sur vos vêtements et partout dans vos effets personnels! C’est une guerre que vous ne gagnerez jamais complètement, mais vous pouvez remporter quelques belles batailles!

Conseils pour bien nettoyer son chenil

Pour loger vos compagnons à 4 pattes sainement, il faut procéder régulièrement au nettoyage de son habitat ! Voici donc un article sur le nettoyage du chenil afin d’éliminer et de limiter la charge en micro-organismes qui sont à l’origine nombreuses pathologies (respiratoires, dermatologiques, digestives…).

Tout d’abord il faut savoir qu’il est conseillé de ramasser les déjections de vos chiens au moins tous les 2 jours, après quoi beaucoup d’agents pathogènes commencent leur développement.

Lors d’épisodes de maladies infectieuses ou parasitaires, il faut évidemment nettoyer le chenil plus souvent.

 

Un sol simple d’entretien : le béton

03-2370

Le béton a l’avantage d’être très facile d’entretien, contrairement à la terre battue et aux sols mous qui s’imprègnent d’urine et d’eau. Toutefois, les chiens aiment creuser, s’amuser, ce qui ne leur est pas permis lorsque le sol est bétonné mais aussi ingérer de l’herbe afin de se « purger ». Il est donc conseiller de bétonner le sol si le chenil est petit ou si les chiens sont nombreux mais de ne pas le faire si l’enclos est de taille suffisante.

Si votre sol est bétonné, il faut être attentif à ce que les chiens ne se brûlent pas les coussinets sur le béton en été.

Un lavage régulier à l’eau claire permet d’exterminer 90% des bactéries. Durant se lavage, veillez bien à éliminer les poils, les bouts de bois, la terre c’est-à-dire toute la matière organique et minérale ! Bien sûr, ce type de nettoyage est à renouvelé le plus régulièrement possible.

Aussi, il convient de nettoyer à la brosse ou à l’aide du nettoyeur haute pression (idéal avec de l’eau chaude). Le nettoyage haute pression est très efficace car il élimine à lui seul 99,8% de la contamination, même sans désinfection ultérieure. Il est possible d’utiliser des savons pour le nettoyage préalable, mais il faut être conscient qu’ils ne tuent que très peu de bactéries.

Une arme de choix : la désinfection

verybig-104-1

La désinfection a pour but de réguler toute la population microbienne.

Attention ! Il vaut mieux un nettoyage sans désinfection qu’une désinfection sans nettoyage préalable.

Afin de bien choisir son désinfectant, il est utile de savoir quelles sont les caractéristiques d’un désinfectant idéal :

  • Il devrait avoir un spectre le plus large possible (être actif contre les bactéries, les spores, les virus, les champignons, les œufs, larves et formes adultes des parasites)
  • Il devrait agir rapidement et être actif le plus longtemps possible (notion de rémanence) » II ne devrait pas être toxique, ni pour les chiens, ni pour la nature, ni pour l’homme
  • Il doit être facile d’utilisation
  • Il doit être le moins cher possible
  • L’application de désinfectant doit être effectuée dans tous les types de chenils
  • Le formol : est un désinfectant très actif qui tue bactérie, virus, champignons et spores. Il est par contre peu efficace en présence de matière organique (par exemple poils, os, paille…).

Les vapeurs sont très irritantes pour les yeux, le nez et la gorge, il convient donc de porter un masque lors de l’application. Les animaux doivent être tenus à l’écart, ce qui le rend difficilement utilisable.

  • L’eau de javel : il faut diluer au moins un litre de javel pour 10 litres d’eau. Elle est efficace même à basse température. Attention l’eau de Javel est inactivée par les eaux dures et par la matière organique. C ‘est un produit corrosif pour le métal, les structures en fer du chenil seront donc abîmées au fil des nettoyages. Ce produit ne présente pas de rémanence. L’utilisation est donc limitée.

Il est judicieux de changer un fois de temps en temps de désinfectant pour que les micro-organismes ne puissent pas s’y habituer !

A noté que lors d’un épisode de gastroentérite dans un chenil, il est important de se procurer (en pharmacie ou chez le vétérinaire) un désinfectant adapté et destiné à éliminer ce virus. Sinon, la javel est le désinfectant ménager de choix. Dans le cas de la maladie de Carré, le virus présente une très faible résistance à la javel et au formol, la désinfection des locaux est donc aisée.

 

Un adversaire omniprésent : les puces

b_250_0_16777215_00_images_articles_chien_chien-puces

Voici nos conseils pour éliminer ses parasites :

  • Désactivez le chenil de débris. Les puces se développent dans les zones sombres et humides et évitent les espaces propres exposés à la lumière. Coupez les buissons et l’herbe autour du chenil et effacer tous les débris comme des feuilles et des bâtons.
  • Laver les murs et les planchers chenil avec de l’eau et du savon. Le maintien d’un environnement propre pour vos chiens est primordial pour vous débarrasser des puces et empêcher leur retour.
  • Lavez toute la literie de votre chien et l’accrocher à sécher au soleil.
  • Vaporiser les espaces sombres de l’élevage avec vaporisateur contre les puces. Un insecticide est la solution la plus efficace pour une infestation de puces, mais vous ne devez pas pulvériser le chenil entier. Focus sur les zones ombragées et humides où les puces font leur maison.
  • Posez des copeaux de cèdre long de la clôture de chenil et autour de la base des arbres et des buissons environnants. Les puces sont naturellement défavorables à l’odeur de cèdre et cela va aider à les empêcher de revenir.

Voici donc les conseils essentiels pour l’entretien de vos chenils ! Pour avoir des informations plus détaillées, nous vous préconisons de consulter vos vétérinaires