[Reportage] FRC des Hauts de France, chasseurs engagés et passionnés

Dans un reportage, réalisé par la fédération régionale des chasseurs des Hauts de France, retrouvez l’implication et la passion cynégétique. Celle-ci vous invite à voyager à travers les « Zones Humides Chassées, cœurs de biodiversité ». Un travail formidable pour un résultat incroyablement magnifique.

Chasseurs, cœurs de biodiversité

Engagée en 2018 dans les actions de l’appel à connaissance des zones humides chassées et de la biodiversité, la fédération régionale des chasseurs des Hauts de France vous invite, au travers d’un incroyable film à voyager au cœur de la biodiversité.

Lire aussi : Vivre la nature ensemble

Comme expliqué par la FRC, les fédérations départementales des chasseurs de cette région, se sont distinguées par la mise en place d’actions concrètes et innovantes en matière d’aménagements, de gestion des zones humides ainsi que de communication. La FRC explique qu’elle « souhaite désormais faire émerger de nouvelles perspectives d’avenir en matière de protection de la ressource en eau et de la préservation de la biodiversité dans la continuité de la dynamique partenariale qui fait la richesse et l’originalité de ce programme« . Ainsi, au travers de ce reportage découvrez les actions menées par une passion dévorante.

Et si nous arrêtions l’écologie punitive au profit de la conservation d’usage ? Il est important de constater la valeur des chasseurs au profit de notre environnement. Quelle association de protection de l’environnement peut prétendre faire mieux que le secteur cynégétique ? Pas une. Enfin, merci à la FRC des Hauts de France pour cette mise en lumière et ce reportage extraordinaire.

Sur le même sujet :

14 km de clôture oubliée et ramassée par les chasseurs de Haute-Savoie

Samedi dernier, les chasseurs de l’ACCA de Thorens-les-Glières ont investi la nature. Non pas pour chasser, mais pour la nettoyer, la préserver et l’entretenir. Ainsi, armés de leurs gants, les chasseurs ont pu récolter plusieurs centaines de kilos de déchets dont 14 kilomètres de clôture oubliés dans les broussailles.

Nettoyer la nature, enjeu crucial des chasseurs

Durant l’intersaison les chasseurs investissent la nature par le biais de nombreuses actions environnementales. Ramassage des déchets, entretien des sentiers, aménagements, comptages, points d’eau. Le chasseur préserve et entretien son environnement.

Ainsi, samedi dernier, les adhérents de l’ACCA de Thorens ont décidé d’investir la nature afin de la nettoyer. Armés de gants, de sacs-poubelles, ils avaient pour objectif de récolter un maximum de déchets. Cependant, les chasseurs n’étaient pas seuls. De nombreux pécheurs de la société de pêche du canton de Thorens se sont joints à eux. Les chasseurs se sont occupés de la partie broussaille, retirant de la nature près de 14 kilomètres de clôtures abandonnés. Les pêcheurs eux, se sont affairés à nettoyer une partie de la rivière. Pêchant des objets aussi polluants qu’insolites comme une mobylette ou un caddie.

Lire aussi : Saint-Gervais. Hervé Mercier, chasseur de gibier d’eau, aime et entretient son marais

Bilan de journée

Le bilan est donc impressionnant pour ces amoureux de la nature. Objets en ferraille et détritus en tout genre, mobylette, grillage. De quoi constater que l’accès libre à la nature ne lui ai pas forcément favorable. Ci-dessous, la photo témoignant du travail réalisé. Une action bénéfique et plus qu’utile. Ce fut l’occasion de fédérer et de partager entre acteurs cynégétiques et halieutiques.

Sur le même sujet :

Chasseurs et écoliers nettoient la nature en Indre-et-Loire

À l’initiative des chasseurs de gibier d’eau du département, une action de nettoyage de la nature a eu lieu en Indre-et-Loire. 140 écoliers de CM1 et CM2 ont nettoyé, en partenariat avec les chasseurs, les abords du lac des Peupleraies. Une belle action, où les générations se rencontrent pour préserver et protéger notre environnement.

140 écoliers au service de la nature

Encore une initiative des chasseurs. En effet, 140 écoliers, du CM1 au CM2 de l’école Saint-Martin en Indre-et-Loire, ont accompagné les chasseurs dans leur action de protection des milieux naturels. Christian Chillou, président local des chasseurs de gibier d’eau, explique l’initiative. « C’est une opération qui a lieu tous les ans en différents endroits le long du Cher. Cela permet de sensibiliser les enfants à la problématique de l’environnement ».

Christian Puisais, président départemental des chasseurs de gibier d’eau rajoute. « Nous avons le même type d’opération sur les bords de Loire, de la Vienne et de la Creuse ». L’opération J’aime la nature propre, initiée par les instances cynégétiques a été un franc succès au niveau national. Cette année, ce sont les abords du lac des Peupleraies qui ont été parcourus afin d’être nettoyés. Après un moment fédérateur les explications et consignes de sécurité, les enfants sont partis à la « chasse » aux déchets, encadrés par les chasseurs. La Fondation pour la protection des habitats de la faune sauvage avait fourni le matériel nécessaire (gants, sacs et gilets).

Une collecte fructueuse

La collecte de déchets a été, hélas, fructueuse pour les élèves. En effet, objets en tous genres, masques, papiers, emballages et reliefs de repas sont venus remplir les sacs. S’ajoutent à cela les mégots de cigarette. Les écoliers ont été offusqués. « Le nombre impressionnant de mégots de cigarettes que nous avons pu ramasser« , souligne un jeune. Face à ce constat, enfants comme adultes ont pu mesurer les bénéfices de cette action. Pour l’enseignante de la classe, Marie-Aude Bressac, « c’est un projet d’école et pédagogique qui rentre dans la sensibilisation à la démarche éco-citoyenne« . Nous sommes rassurés et ravis de voir des chasseurs labellisés « éco-citoyens »… Le plus important est quand même que cette journée ait permis de sensibiliser à l’environnement. Les chasseurs ont montré encore une fois qu’ils ont un rôle important à jouer dans l’éducation au respect de la nature.

Sur le même sujet :

[Vidéo] Les chasseurs de la baie de Seine au service de la nature

Les chasseurs ont à cœur de s’investir dans la protection des habitats et des milieux. Acteurs majeurs dans la gestion environnementale, ils partagent leurs compétences et connaissances. Fin février, les chasseurs de la baie de Seine ont apporté leur aide lors d’un chantier. Cette action a permis de mobiliser un maximum de personnes venant d’horizons différents, mais ayant pour but de protéger la nature.

Les chasseurs de la baie de Seine s’investissent pour un chantier nature

Le monde cynégétique possède un éventail de compétences et est une véritable encyclopédie environnementale. Ainsi, à Saint-Vigor-d’Ymonville, les chasseurs de Seine-Maritime sont intervenus pour maintenir un milieu ouvert. Rouvrir un espace naturel et le maintenir ainsi sont, dans ce contexte, important pour la biodiversité qui s’y trouve. Intervenir était un crucial, sans quoi, la faune et flore présentes étaient amenées à disparaître. Afin de mieux comprendre nous vous partageons le reportage réalisé par le média TéVi. Une belle action et montrant encore une fois les missions environnementales menées par les instances de la chasse. Les actions des chasseurs de la baie de Seine sont en pointe dans ce domaine.

Lire aussi : Les chasseurs s’engagent dans l’aménagement du territoire

Vidéo issue de TéVi.tv

Sur le même sujet :

29 FDC mobilisées pour l’opération  » J’aime la nature propre »

A partir de samedi 5 mars, 29 fédérations départementales des chasseurs feront la chasse aux déchets. Dans le cadre de l’opération, « J’aime la nature propre », de nombreuses FDC de dix régions s’organisent afin de lutter contre les dépôts sauvages de déchets. Ce dispositif a, en parallèle, vocation à favoriser les échanges entre usagers de la nature, pour mieux vivre la nature ensemble.

Les dépôts sauvages toujours trop nombreux

Aujourd’hui, il n’est pas rare de trouver aux portes de nos villes, le long des cours d’eau, des dépôts sauvages. Ces déchets ont un réel impact sur notre nature, mais aussi sur la biodiversité. Bien souvent, leurs composants n’ont rien d’écologiques. Ainsi, pour lutter face à ces incivilités l’opération « J’aime la nature propre » a vu le jour. Cette année l’opération débute le samedi 5 mars. L’objectif est de « mobiliser un maximum de personnes sur des opérations participatives et bénévoles de nettoyage de la nature« . J’aime la nature propre est un dispositif national qui réunit deux autres initiatives. La première : « Fleuves et rivières propres », la seconde : « Hauts-de-France propres ». Ces opérations sont portées par la Fondation pour la Protection des Habitats et la fédération régionale des chasseurs des Hauts-de-France, avec l’appui du Conseil Régional.

Toutes les personnes sensibles à l’environnement ou encore aux questions relatives à la pollution doivent rejoindre les FDC participants à l’opération j’aime la nature propre pour vivre cette expérience utile et conviviale.

Willy Schraen, président de la FNC

Lire aussi : Tout connaître sur l’opération j’aime la nature propre

Une opération pédagogique et environnementale

Si l’opération a un vrai objectif environnemental, elle veut aussi faire de la pédagogie. En effet, cette action a pour but de favoriser les échanges entre usagers de la nature, au sein du monde rural, pour mieux vivre la nature ensemble. Le climat dans lequel nous vivons ne peut que bénéficier de ce genre d’actions, regroupant chaque passionné, autour du thème central, la nature et ce qui la compose. Soulignons que l’opération « J’aime la nature propre » rassemble un réseau important d’acteurs de l’environnement. Instances cynégétiques, halieutiques, fédérations des sports de pleine nature se retrouvent autour de ce projet commun.

Rendez-vous sur le terrain !

Sur le même sujet :