Incroyable collision, un chevreuil passe au travers d’un pare-brise

Grosse frayeur pour une famille sur l’autoroute A43. Alors qu’ils se rendaient à un mariage en fin de matinée, la famille a percuté un chevreuil. L’animal a traversé le pare-brise, finissant sur le siège passager. Plus de peur que de mal.

le chevreuil est venu se loger sur le siège passager

Alors qu’une famille se rendait à un mariage, la rencontre avec un chevreuil ne s’est pas déroulé de la meilleure façon. Alors que le véhicule roulait à vive allure sur l’autoroute A43, un chevreuil a subitement traversé l’autoroute, fondant sur celui-ci. Le choc fut important, à tel point que l’animal est venu se loger sur le siège passager avant. Par chance, personne n’y était. La mère et son enfant avait pris place sur la banquette arrière. Le père de famille ainsi que son enfant ont été légèrement blessés et conduits à l’hôpital de Bourgoin-Jallieu pour y subir des examens. Le chevreuil, quant à lui n’a pas survécu au drame.

Image issue du quotidien Le Dauphiné Libéré

Collision avec la faune, que faire ?

Une collision peut donc arriver à tous. Et cela est plus fréquent qu’on ne le croit. La meilleure attitude est de garder le volant droit et de freiner le plus fort possible. Il faut baisser la vitesse au plus vite. Et faire confiance au véhicule. Quitte à rencontrer un obstacle, autant le faire avec le volant droit pour ne pas partir dans le décor.

Lire aussi : Accident avec un sanglier, chevreuil ou tout animal sauvage : comment réagir ?

Généralement seules les assurances « tous risques » prennent en charge les réparations des dégâts liés à la faune. Si vous êtes sujet à une malheureuse rencontre au volant de votre automobile pensez à revêtir un gilet fluo et à poser le triangle de signalisation. Ensuite, téléphonez tout de suite à votre assurant, afin qu’elle prenne en charge le dépannage ainsi que le rapatriement. Enfin dernier conseil, ne vous approchez jamais de l’animal, il peut être blessé et donc potentiellement dangereux.

Sur le même sujet :

Un brocard à 1m lors d’un affût à la chasse !

Souvent nos sorties sont fructueuses de rencontre.

Nous chassons depuis la nuit des temps et on imagine aisément que chaque chasseur a ressenti de la satisfaction de s’approcher au plus près de l’animal convoité. La quête de l’animal nous donne un plaisir unique.

Nous n’en rajoutons pas plus :

Ne le touchez pas !

Ne vous inquiétez pas, vous ne risquez rien devant cette belle boule de poils, mais lui n’aura surement pas la même chance si vous intervenez.

En effet, en cette période propice à la vie, les faons viennent au monde dans nos campagnes. Souvent, ils se blottissent dans les hautes herbes et attendent sagement la chevrette partie quelques centaines de mètres plus loin pour s’alimenter ou se reposer.

Pourtant la chevrette n’abandonne pas son faon, elle lui permet d’être encore plus discret. La distance qu’elle garde avec son faon lui permet de limiter le risque de prédation.

Alors un conseil, si vous souhaitez voir gambader des chevreuils près de chez vous, ne le touchez pas !

Des chevreuils tués par des chiens non tenus en laisse

Cela se passe en forêt de Soignes, près de Bruxelles. Les agents des forêts ont constaté qu’au moins trois chevreuils avaient été tués par des chiens non tenus en laisse.

Trop de chiens non tenus en laisse

La forêt de Soignes est un massif de 5000 hectares situé au Sud-Est de Bruxelles. Les promeneurs du dimanche y vont en famille et parfois avec leurs chiens pour prendre l’air. Malheureusement, les toutous ne sont pas tenus en laisse alors que c’est obligatoire. L’instinct du chasseur reprend vite le dessus et certains se lancent à la poursuite des chevreuils. Le constat est désolant pour les agents forestiers. Ils en ont découvert trois morts en quelques jours dont l’un qui agonisait. « Quand je suis arrivé, il était pratiquement mort. Je n’ai pu que l’achever« , témoigne le forestier.

David Kuborn, le directeur de la fondation de la forêt de Soignes constate que la fréquentation a énormément augmenté. Familles, cyclistes, promeneurs de chiens… tout ceci a un impact sérieux sur la faune et la flore. Cela ne concerne pas que les chevreuils. Si un chien non tenu en laisse vient renifler une couvée au sol, la femelle peut ne plus revenir. Ceci est particulièrement valable en période de reproduction quand faons, levreaux et couvées sont fragiles.

Des citadins inconscient et ignorants

« C’est le seul endroit où ils peuvent marcher et courir. Le jardin est trop petit pour cela. Nous venons ici pour que le chien puisse un peu bouger. dit l’un des promeneurs. Il fallait peut-être réfléchir avant de condamner un chien à vivre dans un espace trop petit pour lui…

Il y a fort à parier que parmi ces marcheurs, bon nombre sont défavorables à la chasse car nous dérangeons la faune, car nous sommes cruels avec nos chiens et avec Bambi. Nous aimerions leur faire remarquer que nos chiens courent, vivent à la campagne et sont en pleine forme. Ils ne vivent pas dans un jardinet ou un appartement. Alors qui est cruel avec son chien ? Il faudrait peut-être leur faire remarquer que nous ne chassons pas en période de reproduction des chevreuils et que nous ne tirons pas les faons. Leurs gentils toutous ne font pas ces différences. Alors, qui est cruel avec les animaux ? Ils vont nous répondre qu’ils ne savent pas et ne connaissent pas la faune. Mais alors pourquoi nous condamner sans rien savoir ?

Sur le même sujet :

—> Dérangement et braconnage en période de brame

—> Le chevreuil, petit prince de nos campagnes

—> Charte du preneur en forêt (ONF)

Un chevreuil de 56 kg !

C’est en Serbie que ce chevreuil d’exception a été tiré. Un ami serbe, B. a eu le privilège de croiser cet animal d’exception et d’effectuer ce tir. Voici une sortie matinale à l’approche qui restera dans sa mémoire pour longtemps. Cet ami serbe me dit en riant « il fait le poids de ma femme ! »

La chasse a eu lieu dans une région de l’est de la Serbie, vers Minicevo, près de la frontière bulgare. J’ai eu la chance d’aller moi-même chasser avec cet ami dans la zone ; les animaux sont superbes et les chevreuils y sont abondants et énormes. Comment expliquer un tel poids pour une espèce qui, en Europe, dépasse rarement les 30 kg ? S’agit-il d’un chevreuil de Sibérie (Capreolus pygargus) égaré ? Cela est peu probable.

Minicevo

Le chevreuil, petit prince de nos campagnes

Il se chasse à l’approche, à l’affût, en battue et à courre. Le chevreuil, Capreolus capreolus, offre des souvenirs et des émotions extraordinaires. C’est le plus petit cervidé d’Europe où il est présent partout, sauf dans l’extrême nord. On en trouve aussi en Asie centrale et en Sibérie où il peut atteindre des tailles bien plus importantes. Il serait arrivé chez nous à la suite de grandes migrations venues du nord-est de l’Europe. Il est connu depuis longtemps sur nos territoires. Pline, un chef de cavalerie de César, passionné de chasse le mentionne fréquemment.

Présentation du petit prince

Le chevreuil est présent sur l’intégralité du territoire national. Sédentaire, il occupe plaines et forêts de France voire même les hauteurs, jusqu’à 1 500 mètres d’altitude. Le chevreuil est le plus petit cervidé d’Europe, pour le mâle, appelé « brocard », c’est environ 70 cm au garrot, 115 cm de long, pour un poids moyen de 28 kg. Pour la femelle (chevrette), les mensurations sont plus petites, 62 cm au garrot, 100 cm de long en moyenne, pour un poids de 20 kg environ. Chez le chevreuil, le dimorphisme sexuel est très marqué puisque, qu’au-delà des mensurations différentes, le brocard seul possède des bois. Ajoutons à ce dimorphisme la différence de forme au niveau de la tache blanche postérieure. La chevrette possède donc un miroir en forme de cœur, le brocard lui a un miroir en forme de haricot. Son pelage, roux vif en été, devient grisâtre en hiver.

Mode de vie et reproduction

Le chevreuil selon les saisons peut vivre seul ou en petits groupes. L’été en période de rut, le brocard vit seul et marque son territoire. L’hiver en revanche, les chevreuils se regroupent jusqu’à une dizaine d’individus sans distinction de sexe.

Le rut à lieu en été, le brocard s’impose aux chevrettes et évince les mâles qui tentent de s’introduire sur son territoire. En mai, la chevrette met bas à 1 ou 2 faons (parfois 3). La chevrette possède un atout de reproduction exceptionnel appelé ovo-implantation différée ou diapause embryonnaire. De quoi s’agit-il ? Chez le chevreuil, la période « réelle » de gestation est de cinq mois, comme pour les autres petits ruminants (Ovins, Caprins). Mais cette période est précédée d’une autre durée de cinq mois où le développement embryonnaire, qui avait débuté, a été suspendu : c’est la diapause embryonnaire préimplantatoire. La chevrette est fécondée pendant le rut de l’été, l’ovule se développe pendant une quinzaine de jours puis le développement s’interrompt pendant 5 mois pour reprendre en décembre ou janvier, ce qui permettra une naissance au meilleur moment de l’année. Le faon et sa mère bénéficieront alors de bonnes conditions climatiques et de nourriture abondante.

Les populations en France

Les populations de chevreuil se portent très bien en France. Selon l’ANCGG, la population dépasse les 1.5 millions d’individus. Les effectifs les plus abondants sont situés dans les quarts Nord-Est et Sud-Ouest du pays. Si l’animal se porte si bien, c’est grâce aux chasseurs. N’ayons pas peur de le dire, la mise en place des plans de chasse concernant l’espèce a permis une fabuleuse croissance des effectifs.

Le chevreuil commet peu de dégâts, cependant, en cas de surpopulation, il peut poser des problèmes aux forestiers. Son appétence pour les jeunes pousses peut parfois réserver de mauvaises surprises. C’est pourquoi il est important de surveiller le fameux équilibre agro-sylvo-cynégétique. Pour suivre l’évolution de l’environnement et des populations des outils de gestion, appelé indicateurs biologiques permettent de suivre les fluctuations des effectifs dans le temps.

Un gibier noble et passionnant

Le chevreuil se chasse à l’approche, à l’affût, en battue et à courre. Il est soumis à plan de chasse. En été, l’approche permet de chasser exclusivement les mâles, très généralement, les plus chétifs ou ayant des pathologies, ce que l’on appelle aussi des tirs sanitaires. Parfois, lorsqu’un territoire le permet, le prélèvement d’un « grand » mâle se fait, laissant ainsi la place à un jeune prometteur. Il est dommage que la course aux trophées conduisent parfois à des excès dans ce domaine et appauvrissent des territoires en les privant, pour des raisons commerciales, des beaux mâles reproducteurs. Le reste de l’année, il est possible de le chasser en battue ou à l’affût, ces modes de chasse permettent ainsi de réaliser le plan de chasse et d’équilibrer les effectifs. Quelque soit le mode de chasse, les émotions sont présentes et offrent des souvenirs incroyables.

Un motard percute un chevreuil

Les collisions avec la grande faune ne sont pas rares. La preuve en est, à Luzay, dans les Deux-Sèvres, un motard a percuté un chevreuil. Heureusement, seulement légèrement blessé, il a été rapidement transporté vers l’hôpital.

13 500 collisions depuis le mois de janvier

Chaque année en France, ce ne sont pas moins de 30 000 collisions qui ont lieu avec un animal sauvage. Le sanglier est un des acteurs principaux de ces collisions. Ces accidents sont un véritable problème qui, au-delà de mettre en jeu la vie des automobilistes ou motards, coûtent 20 millions d’euros d’indemnisations.

Que faire en cas de collision ?

Sur les routes il n’est pas rare de croiser sangliers et chevreuils et cerfs à la nuit tombante et/ou au soleil levant. En cas de mauvaise rencontre, il vous faut immobiliser le véhicule de manière à gêner le moins possible. Évidemment, évitez d’approcher l’animal, il peut être blessé et devenir agressif. Toute collision doit être impérativement déclarée. Il faut donc alerter la gendarmerie ou le commissariat de police. Assurez-vous aussi de garder tous les éléments qui prouvent que vous avez percuté un animal : témoignages éventuels, photos, poils de la bête sur votre voiture. Par la suite, vous avez 5 jours pour déclarer l’accident à votre assureur.

Est-il possible de récupérer l’animal ? Oui, si vous avez prévenu les services de gendarmerie ou de la police nationale. Exemple, dans le cas de grand gibier (espèces classées gibier par liste ministérielle, dont la taille dépasse celle du chevreuil adulte), l’article L.424-9 du Code de l’Environnement prévoit que « le grand gibier peut être transporté par le conducteur du véhicule responsable de l’accident, après avoir préalablement prévenu les services de la gendarmerie nationale ou de la police nationale« .