[Vidéo] Il libère un faon de la gueule d’un renard

Sur son compte personnel, Dany Hunting partage une vidéo incroyable. En s’approchant d’un renard fraîchement prélevé, il constate que celui-ci tient dans sa gueule un faon. Une scène incroyable, immortalisée. L’animal tente de suivre au prédateur mais l’intervention humaine est obligatoire. La régulation des prédateurs est importante, la preuve en est, ce renard avait les yeux plus gros que le ventre.

Un faon pris dans la gueule d’un renard

La scène est tout simplement surréaliste. Dans une vidéo partagée par Dany Hunting sur les réseaux sociaux, on découvre des images incroyables. Si la nature n’a pas de règles, si beaucoup pensaient que les renards n’attaquaient pas les faons, le contraire est à découvrir en image. En effet, après avoir prélevé un renard, il s’approche et découvre un faon coincé dans la gueule du prédateur. Malgré ses tentatives, il n’arrive pas à s’extraire, l’homme est donc obligé d’intervenir. L’histoire se termine bien pour ce faon. Si le prédateur a eu les yeux plus gros que le ventre, il est important de rappeler que ce genre de scènes n’est pas rare. C’est un acte de prédation ordinaire qui prouve l’importance de la régulation. Ainsi, si certains chasseurs hésitent encore à se rendre sur leur chasse pour réguler quelques prédateurs, nous espérons qu’après visualisation de ces images, ils s’y mettront.

Lire aussi : Les échinococcoses, des maladies parasitaires en expansion

Sur le même sujet :

[Vidéo] Une propriété dévastée par la grêle

Il y a deux jours, après les intempéries qui ont eu lieu sur une majeure partie de la France, Gervais Michaux a partagé une vidéo des dégâts causés par les orages de grêle. Une vidéo qui fait froid dans le dos et qui laisse imaginer les dégâts agricoles qu’il y a eu.

La grêle ravage une propriété

Les intempéries de ces derniers jours engendrent d’énormes dégâts. Des dégâts agricoles, environnementaux, mais aussi matériels. Gervais Michaux, sur son compte Facebook a partagé une vidéo des conséquences d’un orage de grêle. Autant vous dire que cela nous laisse sans voix, ou plutôt sans mots. La voiture est dévastée et la maison détruite. Des grêlons gros comme des balles de golf se sont abattus. L’apocalypse a duré 10 minutes. Ainsi, le vent et la grêle se sont abattus et ont dévasté les paysages. Découvrez ces images malheureuses. Courage à toutes les personnes ayant vécu cette apocalypse.

Par ailleurs, afin d’évaluer le plus rapidement possible les dégâts subis par le monde agricole, Marc Fesneau, notre ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, lance une mission flash pilotée par les experts du Conseil Général de l’Alimentation, de l’Agriculture et des Espaces Ruraux. Face à ces dégâts, il a déclaré, « nos agriculteurs sont en première ligne face aux effets du changement climatique. En tant que ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, mon message est très clair : nous sommes à leurs côtés et le serons toujours. Avec cette mission, nous allons évaluer précisément les dégâts dans des délais très courts. Cela nous permettra aussi de dégager des leviers d’adaptation à court et moyen termes pour être encore plus résilients. Il en va du travail de nos agriculteurs et de notre souveraineté alimentaire ».

Lire aussi : Intempéries : les dégâts causés par la grêle sont visibles dans plusieurs départements

Les dernières actualités :

[Vidéo] Commando de végans en action

Une fois n’est pas coutume, les extrémistes végans tentent d’agir en faisant des missions commando. Ainsi, par le biais d’un reportage, découvrez ces commandos sans limite, qui agissent dans l’illégalité et dans la violence.

269 Life une association violente

Si vous ne connaissez pas cette association nous allons vous la présenter. Comme expliqué sur leur site, « 269 est à l’origine le matricule d’un veau sauvé de l’abattoir« . Ainsi est né 269 Life, un mouvement international agissant pour les droits des animaux. Ce mouvement, s’est fait connaître pour ses actions chocs et violentes au sein de nombreuses structures. Extrémistes par excellence, les adhérents interviennent et agissent dans l’illégalité la plus totale. Très souvent impunis, les actes perdurent sans véritable action de la justice.

Dans un courrier adressé aux chasseurs, Willy Schraen expliquait « je vous demande aussi d’insister auprès de vos chasseurs pour que nous gardions notre calme vis à vis des groupuscules extrémistes végans et autres anti-chasse qui tentent par tous les moyens de provoquer des incidents graves, voir mortels en utilisant les violences verbales ou physiques afin de les médiatiser. Leur objectif est de nuire à toutes les activités rurales, que ce soit la chasse, la pêche, l’élevage ainsi qu’aux bouchers, aux poissonniers et à tous ceux qui utilisent des animaux domestiques ou sauvages au nom d’une idéologie sectaire et extrémiste ». Un conseil qui est toujours d’actualité, tant les passions sont déchaînées autour de la chasse.

Sur le même sujet :

[Vidéo] Un chasseur jugé pour la mort d’un promeneur

En 2019, alors qu’il ramassait des champignons, Franck Jarry, 77 ans, a été foudroyé par la balle d’un chasseur. Ce dernier croyait tirer un sanglier. Jeudi, le procès du tireur s’est ouvert.

Un chasseur irresponsable

Les efforts de l’État, de ses établissements publics et des fédérations de chasseurs ont permis une constante diminution de l’accidentologie depuis plus de 20 ans. En effet, grâce à l’évolution du permis de chasser, des formations, des actions de sensibilisation et de la réglementation, on recense environ 80 accidents ces dernières années. Dont 7 accidents mortels. Si le risque zéro n’existe pas les instances cynégétiques tentent de s’en approcher.

Confondu avec un sanglier, un cueilleur de champignon, en 2019 s’est fait tuer par un chasseur. Le procès de l’homme s’est ouvert jeudi et les attentes sont grandes. Comment peut-on tirer sans identifier ? Les grandes causes des accidents sont souvent les mêmes. Non respect de l’angle des 30°; tirer sans identifier ; les tirs en directions d’une route ou d’une habitation et enfin l’auto-accident. Si l’axe sécurité est l’enjeu du permis de chasser, la formation du chasseur l’est aussi. Ainsi, il est obligatoire de réaliser la formation décennale pour réactualiser ses connaissances et compétences.

Lire aussi : La sécurité à la chasse

Le film du procès

Sur le même sujet :

J’aime la chasse – l’émission du 20 juin 2021

Au sommaire de l’émission du 20 juin 2021

➡️ Le salon JLC de l’approche et de l’affut le 24 juin

🌿 Les actualités de la chasse et de la ruralité.

✅ La manifestation virtuelle de la FNC.

📣 100 000 chasseurs vont être formés à la sécurité par les instances fédérales

🚫 Je retourne ma veste… Un vice-président de FDC aux côtés des verts et de Hussein Bourgi.

📱 Appel à mobilisation. Chasses traditionnelles, courlis cendré, barge à queue noire.

🐄 Le journal La France agricole nous dit que le loup tue de plus en plus de bovins. Les brèves du chasseur

📖 Le dossier de la semaine : le livre blanc de la Fondation Sommer.

J’aime la chasse – l’émission du 13 juin 2021

  • Le Muséum national d’histoire naturelle vient de publier les résultats d’une étude récente concernant le déclin des oiseaux en France. Leur nombre aurait chuté d’un tiers en trente ans. Les causes sont nombreuses mais pas une seule fois la chasse n’est désignée comme responsable de cette situation.
  • Une justice étrange à Senlis, condamne un veneur. Il semble qu’aujourd’hui vous pouvez frapper des chevaux, entraver la pratique légale de la vénerie, faire tomber un cavalier qui se fracture poignet et cheville dans la chute sans être poursuivi mais si vous stoppez cette agression et plaquez l’agresseur au sol vous écoperez de 1000 euros d’amende…
  • Un jeune chasseur de l’Ain vient de subir une ablation d’une partie du foie après avoir contracté l’échinococcose. Ce triste événement nous rappelle que nous devons prendre des précautions lors de l’éviscération du gibier, ne pas manipuler les renards à main nues et éviter de consommer fruits et baies ramassées au ras du sol.
  • Même en Dordogne, des actes anti-chasse sont à noter. L’amicale des chasseurs de Plazac l’a constaté récemment. Des miradors, ces installations dédiées à la sécurité de tous, sont victimes de la bêtise de quelques voyous intolérants et surtout peu démocrates. Faut-il y voir l’œuvre d’un groupe local, le FAC (front anti-chasse) ?
  • Cela se passe en Bretagne, un commerçant a apposé sur sa porte d’entrée un écriteau indiquant « chasseurs entrée interdite ». Imaginez le même écriteau avec un autre mot que “chasseur”… La justice, la presse, la bien-pensance, les ligues de vertu demanderaient la pendaison immédiate du responsable. Comme les chasseurs sont la cible, cela n’émeut personne.

Willy Schraen aux grandes gueules attaque le lobby des éoliennes.

Willy Schraen aux grandes gueules attaque le lobby des éoliennes. Avec son franc-parler habituel, notre président ose briser l’omerta et déclare qu’on a tenté de l’acheter pour favoriser l’implantation d’un parc éolien. Il dénonce un système quasi mafieux.

« Les chasseurs sont violents avec leurs chiens » selon Animal Cross.

Encore une attaque contre la chasse, cette fois-ci, les zozos animalistes s’en prennent au dressage de nos chiens de chasse.

Tous les moyens sont bons pour discréditer notre passion. La perle de ce ramassis d’inepties revient quand même à cette proposition : “interdire l’utilisation de chiens pour la chasse à l’approche” !

Drôme, ils croisent un loup en allant à l’école

Vendredi matin, aux alentours de 8h, un père et son fils ont fait une rencontre inattendue. A quelques mètres d’eux, un loup a traversé la route. Le prédateur, qui poursuit son expansion sur le territoire national, n’a plus peur de se montrer, comme en témoigne cette scène filmée.

Un loup leur coupe la route

En allant à l’école vendredi matin, un père et son fils ont pu capter des images d’un loup traversant la route à quelques mètres d’eux. La scène s’est déroulée à Valherbasse, dans le nord de la Drôme à une centaine de mètre des habitations.

Jean Baptiste Lacroix témoigne « On est sorti du camion et ça fait bizarre de se retrouver en face d’un loup. Le voir là, de nos propres yeux, à quelques mètres c’est quand même dingue ! On a vraiment eu de la chance de l’avoir vu en liberté. On n’a pas eu peur du tout, il nous a regardé il est parti, sans aucune agressivité« . Si l’animal n’a montré aucun signe d’agressivité, soulignons quand même que le prédateur était non loin des habitations, à proximité d’un troupeau de moutons.

Pour le maire, aucune inquiétude à ce jour, aucune attaque de bêtes n’a été enregistrée sur le secteur depuis. Les services de l’état pensent à un jeune loup solitaire venu du Vercors. Affaire à suivre…

Attaque de loup en plein jour en Italie

Un loup a attaqué un chien en plein jour à Monbaroccio en Italie. Heureusement son maître est arrivé a pu effrayer le loup qui a alors lâché la petite chienne.

Tout ne va pas bien en Italie

Protégé en Italie depuis 1971, le loup est devenu un enjeu qui agite le monde politique italien. Selon le dernier recensement du ministère, les loups seraient près de 300 dans les Alpes (contre 100 en 2015) et plus de 1 500 dans les Apennins.

Les amis du loup nous disent que tout se passe bien en Italie et qu’il n’y a qu’en France que le loup pose des problèmes car la politique française n’est pas assez favorable au retour de ce prédateur. Et bien non ! Cela ne se passe pas bien en Italie. A preuve le nombre de loups braconnés est estimé à 300 chaque année. Les éleveurs italiens désertent les estives de montagne et l’élevage de plein air est durement impacté par le prédateur. Si les attaques ne sont pas permanentes, leurs conséquences sur les brebis laitières sont réelles. Les agriculteurs expliquent qu’il suffit d’une brebis blessée dans un troupeau pour que toutes les autres soient stressées. Résultat de ce stress, une baisse considérable de la production de lait et des éleveurs en faillite.

La Coldiretti, syndicat d’agriculteurs transalpin, en est persuadée : les loups sont trop nombreux en Italie et préférerait que l’on protège les « milliers de brebis et chèvres dévorées, de vaches égorgées et d’ânes tués dans toute la péninsule, là où la présence des loups s’est multipliée ces dernières années ».

Qui doit-on protéger ? Les loups ou les éleveurs ?

Pour la Coldiretti, il s’agit de défendre les familles vivant dans les montagnes ainsi que l’économie et la valorisation de la nature, menacées par les attaques de loups. Et en effet, en Italie comme en France, il faut se demander qui doit être protégé. Un animal qui, contrairement à ce qui est dit par ses adorateurs, n’apporte rien à la biodiversité, bien au contraire ou des éleveurs, leurs familles, toute une économie qui fait vivre des régions entières ?

La politique de ré-ensauvagement veut éliminer toute activité humaine de zones entières au profit d’une nature financiarisée. Nos montagnes doivent-elles devenir des musées à ciel ouvert pour touristes ou doivent-elles continuer à vivre de manière naturelle ?