Recette, bécasses à la ficelle

Elles arrivent à grands pas, avec elles, les gueuletons entre amis où règne convivialité, terroir et bonne humeur. Découvrez la recette de la bécasse des bois à la ficelle. Une recette digne de ce nom, facile à réaliser et magnifique à contempler. Au bord du feu, bardées de lard, faites vous saliver en surveillant ces mets d’une extrême qualité.

La bécasse ne se vide pas, on lui retire juste les yeux

L’originalité de la bécasse des bois, lorsqu’on vient à la consommer c’est qu’on ne la vide pas. Certaines personnes vous expliqueront que lorsque l’animal s’envole, il lâche ses excréments, ce qui le rend « propre ». Si jamais vous êtes réticent et / ou peu convaincu, vous prouvez retirer les boyaux, seuls les puristes vous le reprocheront.

Lire aussi : Scolopax Rusticola, la bécasse des bois

Pour préparer la recette de la bécasse à la ficelle, il vous faut :

  • Une ou des bécasses plumées, non vidées;
  • Au moins 60 gramme de beurre;
  • 12 cl d’armagnac;
  • Du sel et du poivre;
  • De fines tranches de poitrines de porc salé;
  • De belles tranches de pain de campagne;
  • Pas moins de 200 grammes de foie gras cru;

Dans un premier temps flambez vos bécasses et bardez-les avec la poitrine, Accrochez-les sur votre broche grâce à votre ficelle. Placez un plat de sorte à récupérer les graisses et le jus de cuisson. Arrosez vos oiseaux avec le jus récolté. Le temps de cuisson, selon le feu varie entre 30 et 45 minutes. En parallèle, beurrez et grillez vos tranches de pain de campagne. Lorsque les bécasses sont prêtes, déposez-les dans le plat et faites les flamber à nouveau. Puis retirez soigneusement le gésier que vous déposerez dans une casserole avec le foie gras et ce qui reste du plat de cuisson. Portez à ébullition ce mélange afin d’arriver à une préparation onctueuse que vous étalerez sur vos tartines ainsi que sur les bécasses. Enfin, déposez sur celles-ci vos bécasses ouvertes par la moitié, côté dos. Vous pouvez, en accompagnement, vous munir de quelques cèpes ramassés au coin d’une allée. Un vin charpenté sera parfait pour accompagner ce repas de chef. Un Gigondas rouge fera parfaitement l’affaire, en effet, sa structure puissante et sa faible acidité offrira le combo parfait.

Sur le même sujet :

Une soirée cerf inoubliable pour les étudiants du lycée La Roque

Quoi de mieux que d’apprendre aux jeunes comment reconnaître le brame d’un cerf. Et bien c’est chose faite pour Pascal Gilhodes, qui a eu la merveilleuse idée d’organiser une soirée cerf avec les élèves du lycée La Roque, situé en Aveyron. Celui-ci avait préalablement demandé à la Fédération départementale des chasseurs de bien vouloir organiser cette petite soirée pédagogique pour ces étudiants. Les élèves du lycée La Roque ont donc activement participé à cette action pédagogique au cœur même de la nature.

Pascal Gilhodes ainsi que la Fédération départementale des chasseurs s’étaient mis d’accord pour avoir un nombre de participants limité. Pourquoi cette décision ? Tout simplement pour ne pas déranger, pour pouvoir entendre et peut-être même pouvoir voir sans ne jamais être vu !

Mais nous le savons bien, qui dit spectacle exceptionnel, dit public nombreux. Il aurait donc fallu préalablement tirer au sort les heureux élus qui participeraient à cette magnifique soirée. Et bien malgré les précautions nécessaires qu’on prit Pascal Gilhodes ainsi que la Fédération départementale des chasseurs, les cerfs n’ont pas été très bavards ce soir-là. Les personnes présentes n’ont pu entendre que quelques coups de gueule bien lointains et observé une biche dans la longue-vue.

Vincent Marc a quant à lui assuré le service et expliqué l’âme du brame. Intarissable sur le cerf, en véritable passionné, il a répondu à toutes les questions et plus encore.

Au-delà de cette sortie, la Fédération des chasseurs souhaite poursuivre avec le lycée La Roque un partenariat autour de la chasse et de la nature.

Il ne manque plus qu’à rencontrer les étudiants pour connaître leurs attentes et ainsi pouvoir y répondre du mieux possible. Mais nous pouvons d’ores et déjà concevoir que ce partenariat pourrait prendre la forme de soirées à thèmes. Que ce soit sur le thème de la chasse, de l’écologie ou encore de l’environnement.

Cette soirée cerf restera tout de même un beau souvenir pour ces élèves du lycée La Roque.

Lire aussi : Rodez. Le lycée La Roque planche sur le thème de la chasse

Alcoolémie, demi-journée sans chasse, Willy Schraen ouvert aux discussions

Willy-schraen-ouverture-grippe-aviaire

Le débat est animé et les acteurs sont tendus. En effet, il est évident de dire que la chasse vit des heures sombres. Attaques multiples, jour sans chasse, accidents et inconscience poussent les politiques à agir dans l’urgence. Si Willy Schraen tente de défendre la chasse au travers de nombreux médias. Ceux-ci jouissent du sujet et du putaclic que cela engendre. Enfin, soyons conscient d’une chose. La chasse va subir de nombreux changements pour répondre au dictat de l’écologie punitive qui pourrit notre société.

Il faut sortir de l’hystérie cynégétique et politique

Le gouvernement semble clair ces dernières heures. Instaurer un délit d’alcoolémie, mais aussi instauration d’une demi-journée sans chasse le dimanche. Ainsi, pour l’alcoolémie, Willy Schraen, déclare chez nos confrères de FranceInfo être favorable « aux contrôles quand on sera en pratique de chasse ». Il assure en parallèle que les chasseurs « s’autorégulent » et qu’il « y a bien longtemps qu’il n’y a plus d’alcool chez nous, ou très peu, ou de façon exceptionnelle« . Encore aujourd’hui les chasseurs possèdent cette réputation issue du célèbre sketch des Inconnus. Le président de la FNC ajoute. « Maintenant, pour sortir de l’hystérie de certains ténors de l’extrême gauche qui veulent nous faire la peau en permanence. Il faut mettre un test d’alcoolémie, aucun problème« . Willy Schraen y est favorable et souhaite justifier à la société notre autorégulation en termes d’alcool. Ainsi, si cela peut être considéré comme une belle avancée, je doute que cette autorisation soit judicieuse. Devoir se justifier n’est jamais une bonne chose. Enfin, les chiffres sont clairs, en 20 ans, 9 % des accidents sont liés à l’alcool ou aux stupéfiants.

Source OFB

Demie-journée sans chasse, pas impossible selon Willy Schraen

Dans l’interview de FranceInfo, Willy Schraen se dit ouvert à la discussion d’une limitation des jours de chasse. Précisant en parallèle que « quand on est chez soi ou quand on loue le droit de chasse, on a quand même le droit de faire ce qu’on veut dans le domaine privé ». Dans cette interview, le président de la FNC tente de créer une différenciation entre le privé et le domaine public. Cependant, nos politiques seront-ils à l’écoute de cette différenciation ? Pas sûr. Est-ce le début de la fin ? Possible. Willy Schraen lâche durant l’interview, « il est hors de question qu’on lâche le dimanche après-midi, on n’est pas des sous-hommes ». Répondant ainsi à la demande de France Nature environnement d’interdire la chasse le dimanche après-midi. Attendons la suite des hostilités, mais c’est certain, la chasse va subir de nombreux bouleversements.

Lire aussi : La chasse, un loisir encadré

Sur le même sujet :

Chasse et sécurité, tout est sur la table, même le pire

En début de saison, je sortais un article qui résumait l’ensemble des incidents dès la première semaine de chasse de la saison. Atterré par les comportements dangereux et inconscients de certains chasseurs, de nombreux noms d’oiseaux sont parvenus à mes oreilles. Chasse et sécurité, la priorité. Je vous ai alerté sur la dangerosité de cette insouciance, ce matin, Bérangère Couillard annonce que tout est sur la table, comme l’instauration d’une demi-journée sans chasse.

Angle de tir, alcoolémie, jour sans chasse

La secrétaire d’État à l’Écologie, Bérangère Couillard, a annoncé ce mardi, des mesures pour mieux sécuriser la pratique de la chasse. Une annonce coup de point lors de sa visite d’une opération de contrôle de la police de la chasse. Elle déclare ainsi sur son compte Facebook. « Depuis 20 ans, le nombre d’accidents à la chasse baisse sensiblement mais ils sont encore trop nombreux chaque année : 90 accidents de chasse dont 8 mortels. Dans 2 cas sur 10, des usagers de la nature en sont les victimes. En déplacement dans la Marne, j’ai participé à un examen de permis de chasse et une opération de contrôle par Office français de la biodiversité. Une grande consultation sur la sécurité à la chasse est d’ores et déjà lancée.

L’objectif : améliorer la protection des promeneurs et la sécurité des chasseurs. 3 axes d’amélioration :

  • La formation des chasseurs
  • L’harmonisation des mesures de sécurité et de contrôle
  • L’équilibre du partage des espaces et l’information des promeneurs »

Nouvelles réglementation

Parmi les mesures proposées, il y a la création d’un délit d’alcoolémie. Qui engendre l’interdiction de chasser au-delà de 0.5 gramme d’alcool par litre de sang. L’interdiction du tir d’un gibier qui se trouve en dehors de son angle de 30 degrés. Et enfin, l’instauration d’une demi-journée sans chasse. Cette demie-journée peut être le dimanche, cela a été assumé par Bérangère Couillard. Face à cette dernière mesure possible, la secrétaire d’État annonce « ce n’est pas un sujet tabou. Tout est sur la table ». On peut donc craindre le pire en termes de liberté individuelle. Bérangère Couillard souhaite d’ici la fin de l’année aboutir à une réglementation concrète. Amis chasseurs, vous êtes prévenus, la chasse est à un tournant de sa pratique.

Sur le même sujet :

[Vidéo] Quadruplé de sangliers, une chasse exceptionnelle

Les chasses se suivent mais ne se ressemblent pas. Certaines journées resteront à jamais graver dans votre mémoire, d’autres se feront plus discrètes. La saison dernière, un jeune chasseur a pu filmer et immortaliser une scène magnifique. Un quadruplé de sangliers. Sang-froid, précision, sécurité, tous les éléments étaient au rendez-vous pour ce moment unique et inoubliable.

Quadruplé de sanglier, c’est dans la boîte

Si la chasse nous fait vivre de véritables moments d’émotions, il n’est jamais simple de les gérer et de garder la tête froide. Pourtant, c’est ce qu’a fait ce jeune chasseur, posté en battue. Si la battue était plutôt calme au début, à la fin tout s’accélère, passant d’une battue lambda à une battue d’exception. Titi chasse, de son nom de Youtubeur, a donc filmé une scène incroyable. Alors qu’il est posté, un premier sanglier levé arrivé à son poste, à seulement quelques mètres. Une balle suffira à le stopper net. Quelques instants après deux autres sangliers arrivent dans la même coulée que le premier. Précision, sang-froid, concentration, Titi lâche deux balles, les sangliers resteront à quelques mètres de lui. Enfin, un dernier suidé prend la coulée, il suffira d’une balle pour l’arrêter. En quelques secondes, ce jeune passionné vient de réaliser un quadruplé de sangliers. Une chasse incroyable dont il se souviendra longtemps.

Lire aussi : La chasse en battue, règles et sécurité

Sur le même sujet :