Deux chiens de chasse sauvés d’une canalisation

C’est l’histoire incroyable de deux chiens de chasse coincés dans une canalisation à Vaison-la-Romaine. L’histoire de ces deux chiens aurait pu très mal se terminer. Mais elle finit bien. Découvrez le reportage de ce sauvetage qui a eu lieu fin de semaine dernière.

Deux chiens coincés dans une canalisation

Cette histoire incroyable se termine bien. Cela a commencé dimanche 24 avril. L’occupant d’une maison a entendu du bruit, cependant, cela ne l’a pas interpellé plus que ça. Le lendemain, les mêmes sons se font entendre. L’occupant identifie les gémissements d’un chien provenant d’une canalisation. Ni une ni deux l’homme appelle son paysagiste, qui lui-même appelle une l’entreprise Vaison Assainissement. « Nous avons alors réalisé un passage de caméra afin de détecter l’emplacement exact de l’animal », témoigne Romain Vacon de Vaison Assainissement. « Lors de l’ouverture du tuyau, c’est un chien qu’on a vu apparaître et finalement, ce n’était pas un chien mais bien deux chiens qui étaient bloqués dans la canalisation depuis certainement plus d’une semaine », continue l’homme. Après une heure et demi d’intervention pour sauver ces animaux Romain Vacon comprend qu’il s’agit de chien de chasse. « Nous avons fini par retrouver le propriétaire », termine-t-il. Une belle histoire pour ces chiens ainsi que pour Romain Vacon. Bravo à lui et aux autres intervenants.

Lire aussi : Les pompiers de la Dordogne sauvent un chien en détresse, piégé dans une cavité

Découvrez le reportage du Dauphiné Libéré

Par Le Dauphiné Libéré – 29 avr. 2022

Sur le même sujet :

Les pompiers sauvent un cerf piégé dans un puits de 6 mètres

Le 28 septembre, sur la commune de Meyrals, en Dordogne, les sapeurs-pompiers du groupe de recherches et d’interventions en milieu périlleux et des agents de l’office français de la biodiversité ont sauvé un cerf coincé dans un puits. Cet animal, tombé dans cette cavité de 6 mètres de profondeur, a pu regagner, après 4 heures d’intervention son milieu naturel.

Un cerf coincé un puits naturel

Alors qu’il ramassait les champignons, un promeneur repère un cerf coincé au fond d’un puits. L’homme s’empresse de contacter le président de la société de chasse, qui à son tour contacte les services de l’OFB. Cette découverte à lieu le 25 septembre, le sauvetage lui n’est prévu que pour le 28 septembre. Eric Brandt, chef de service adjoint à l’OFB explique avoir nourri l’animal, afin qu’il puisse tenir jusqu’à l’intervention du GRIMP24.

6 mètres de profondeur et 4 heures d’intervention

Les sapeurs-pompiers du GRIMP24 ont pu intervenir mardi afin de sauver le roi de la forêt. L’animal de plus de 150 kg est anesthésié afin de pratiquer l’extraction en toute sécurité et dans les meilleures conditions. A la fin de l’intervention, qui a duré 4 heures, le cerf a pu repartir dans son habitat naturel. Ci-dessous, le reportage photo du Service de sécurité & premiers secours.

Opération sauvetage de nids de perdrix grises

Oiseau emblématique de nos plaines, la perdrix grise est très souvent victime de l’activité humaine. Presque disparue du plateau volcanique du Velay à la fin des années 70, les chasseurs ont depuis 30 ans, instauré des repeuplements ainsi que des actions de gestion des populations. Pour tenter de sauvegarder la population aujourd’hui présente, les chasseurs lancent une opération de sauvetage des nids.

Opération sauvetage de nids d’avril à août

Chaque année, pour estimer les populations et estimer l’évolution des effectifs, les chasseurs effectuent des comptages. En parallèle, des aménagements tels que les cultures à gibier et des points d’agrainage en hiver sont mis en place afin d’offrir à la perdrix grise des conditions optimales de survie. Il faut tout d’abord rappeler que, dès le mois de mai, la perdrix grise niche au sol, principalement dans des parcelles céréalières, mais parfois en prairie et bordure de champs.

En Haute-Loire la perdrix grise est particulièrement suivie. En effet, au printemps et jusqu’à la fin de l’été, les travaux agricoles peuvent conduire à la destruction des nids. C’est pourquoi, la fédération des chasseurs de Haute-Loire met en place, en collaboration avec les ACCA de Seneujols et Bains une opération de sauvetage des nids.

Une opération en collaboration avec les agriculteurs

Laurent Cheymol, technicien de la FDC 43, explique : « Nous nous adressons donc aux agriculteurs situés dans le périmètre de gestion (voir carte), soyez vigilant lors de vos travaux et avertissez nous si vous trouvez un nid, nous viendrons récupérer les œufs pour les faire couver sous poule naine. Les oiseaux ainsi sauvés seront restitués au territoire concerné et pourront aussi servir à alimenter le conservatoire des souches de l’Office Français de la biodiversité. » Avant d’ajouter « Vous devez simplement prendre la précaution de protéger le nid en le recouvrant de végétation pour le protéger du soleil et des prédateurs le temps que nous intervenions. »

Il est important de noter que ces opérations sont menées bénévolement. Les nids sauvés iront dans les deux centres d’élevage situés à Seneujols et à Bains. Chacun pourra accueillir 100 oiseaux maximum élevés jusqu’à l’âge de dix semaines et seront par la suite relâchés sur leur territoire d’origine. Certaines perdrix seront gardées pour venir nourrir le conservatoire des souches de l’office français de la biodiversité.

Contacts

Pour cette opération, deux personnes sont habilitées à élever des perdrix et son donc référentes du projet. Si vous tombez sur un nid de perdrix lors de votre activité professionnelle, veuillez à les contacter.

  • Pierre Bonnaud (ACCA Seneujols) au 06 40 73 28 68
  • Laurent Cheymol (technicien FDC43) au 06 07 30 91 57

Deux chiens et un chasseur sauvés par les pompiers dans l’Allier.

Près de Montluçon, dans l’Allier, les pompiers du GRIMP (groupe de reconnaissance et d’intervention en milieu périlleux) sont intervenus ce dimanche 7 mars afin de venir en aide à un chasseur et deux chiens coincés au bord d’une falaise.

Les chiens étaient deux Saint-Hubert, coincés sur une falaise de trente mètres. Secourus sains et saufs après plus d’une heure d’intervention, les pompiers, sous le commandement du capitaine Pierre Stumpf, se félicitent du travail et du sauvetage accompli. Ce sauvetage a eu lieu pendant une battue administrative.

Les animaux surpris par le vide

Alors que les chiens menaient les sangliers lors de la battue, ils ont été surpris par le vide. Cette battue administrative, décidée par arrêté préfectoral, à la demande des riverains fait suite aux dégâts importants observés.

Encore bravo et merci aux pompiers du Grimp pour leur aide et leur professionnalisme. Ce jour là, trois vies ont été sauvées.

Jura, des chasseurs sauvent des sangliers de la noyade.

Mercredi, réunis par l’organisation d’une battue, les chasseurs de l’Étoile et de l’entente Messia-Courbouzon, dans le département du Jura, ont sauvé de la noyade pas moins de douze sanglier.

Douze sangliers coincés dans un réservoir d’eau

« Un groupe de quatorze sangliers a été levé par les chiens. Ils sont plein sud, face au vent. Nous ne pouvions pas les tirer et la chasse s’est ensuite retrouvée arrêtée sur le secteur de Messia, une autre ACCA. » témoigne Christian Villerot, président de l’ACCA de l’Étoile dans le quotidien Le Progrès. Ces animaux partent alors sur un territoire voisin, l’entente Messia-Courbouzon, également en battue. C’est alors que douze des quatorze sangliers ainsi que des chiens ont été aperçus, par les chasseurs présents, se débattant dans un réservoir d’eau.

Si les chiens ont pu être sortis rapidement, il n’en n’a pas été de même pour les suidés, bloqués par les parois verticales et glissantes du réservoir. De plus, les animaux apeurés, ne se laissaient pas approcher ou attraper. Après plus d’une heure d’efforts, équipés de sangles, de cordes, les chasseurs réussissent à sortir les animaux un à un.

Image issue du quotidien Le Progrès

Sans l’aide des chasseurs les animaux étaient condamnés

Sans l’intervention des chasseurs, les sangliers étaient condamnés à une mort lente et terrible. Les chasseurs ont su, face à une telle situation, s’unir et sortir de cette situation les animaux. Pour nous, amoureux de la nature, il est impossible de ne pas intervenir lorsque se présente une telle scène. Préserver la faune est un des enjeux principaux du chasseur. Rendre à la nature ce qu’elle nous offre se reflète parfaitement par ce genre d’action. Encore toutes nos félicitations à l’équipe qui a su réagir rapidement et garder son sang-froid.

Deux chasseurs secourus en urgence par le Dragon 38.

Samedi 17 octobre, vers 15h, deux chasseurs ont été bloqués dans une paroi rocheuse sur la commune de Fontanil-Cornillon. Ces chasseurs ont pu être secourus par l’hélicoptère du peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM). Les deux hommes étaient à la recherche de leur chien de chasse qui n’a pas été retrouvé pour l’heure.

Secourus par le Dragon 38

C’est un baptême de l’air peu commun qu’ont connu les de chasseurs ce samedi. En tentant de sauver leur chien, égaré et coincé sur une paroi rocheuse sur le territoire de la commune de Fontanil-Cornillon, les deux chasseurs se sont retrouvés bloqués sur cette même paroi, sans pouvoir revenir sur leur pas.

Face à telle situation, le Dragon 38, hélicoptère du peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) a été envoyé afin de récupérer et porter secours aux deux hommes. Le chien, lui, n’a toujours pas été récupéré. Espérons que l’histoire se termine bien pour lui aussi.

Encore un scandale chez les amis des animaux !

Une découverte macabre et terrible sur un terrain privé. Chèvres, chevaux et d’autres animaux ont été découverts dans un état lamentable ce vendredi à Berre-les-Alpes dans les Alpes-Maritimes. La gendarmerie effectue actuellement des constatations.

Un spectacle abominable.

Des associations de protection et de défense des animaux accompagnées par des gendarmes se sont rendus au dessus de Nice sur un terrain privé sur lequel s’était installé un « refuge » pour animaux  et où des dizaines de cadavres ont été retrouvés. Le 20 Minutes a indiqué hier « Des constatations sont en cours après plusieurs signalements », le parquet de Nice confirmant donc l’information de Nice-Matin. Ces animaux, issus de précédents sauvetages  ont été abandonnés à leur sort par les gestionnaires de l’association « milles papattes ».

Sur place, les restes d’un cheval, de chèvres, de lapins ou encore de poules ont notamment été retrouvés. Laurie, de l’association « Rien que pour eux 06 » témoigne « Cette association semblait bien aller il y a encore quelques mois. La situation s’est dégradée très vite à cause d’un différend familial« . Avant d’ajouter « Ce qu’on a retrouvé ici, c’est abominable ».

Après notre article sur Rewild, nous constatons aujourd’hui encore l’incompétence de ces zozos en matière de gestion animale. Cela ne s’improvise pas. Des animaux domestiques ne peuvent pas survivre par leur propres moyens.

Il faut souligner quand même, le sauvetage de quelques animaux comme deux chevaux, des lapins, une chèvre, des poules et des chats. Ils sont en vie certes, mais squelettiques et en mauvais état sanitaire.

La protection animale comme nouveau divan de psychanalyse ?

Face à des problèmes personnels, le président de cette association aurait tout simplement décidé d’abandonner les animaux sur ce terrain qui ne lui appartient pas. Nous constatons une nouvelle fois que ces associations ne sont pas à la hauteur de leurs ambitions si fièrement affichées dans les médias et sur les pancartes. Une enquête sera ouverte pour faire l’éclairage sur cette macabre découverte.

Notre société génère de plus en plus de ces « sauveurs du monde et des animaux » qui s’engagent dans cette voie, plus pour résoudre leurs problèmes personnels, trouver une échappatoire à leurs échecs et s’inventer une cause. Hélas, cela ne suffit pas pour être efficace, la preuve en est encore une fois faite. Il y a fort à parier que ces « amis des animaux » n’hésitaient pas à tirer à boulets rouges sur les « méchants chasseurs »…

Un vautour qui vaut le détour !

Un vautour qui vaut le détour

Scène surprenante dans la ville d’ ALZONNE (11).
La gendarmerie a été contactée pour sauver… un vautour !
Les gendarmes, avec le concours des pompiers, ont pu récupérer l’animal qui risquait de mettre les automobilistes en danger .
Le rapace a ensuite été soigné dans une clinique spécialisée.

En tous lieux et en toutes circonstances, voilà la devise de la gendarmerie !