Un sanglier de 70 kg s’introduit dans un appartement

A Meaux, en Seine-et-Marne, un sanglier s’est introduit dans un appartement en pleine nuit. L’animal, de 70 kg environ a réveillé toute une famille dans la nuit du 8 au 9 février. Aucune personne n’a été blessée mais comment et pourquoi cet animal est-il rentré dans ce logement ?

Un sanglier de 70 kg dans le salon

Mercredi, vers 1 h du matin, un sanglier s’est introduit mystérieusement au sein d’un appartement à Meaux. Si l’animal a pu réussir à rentrer dans le jardin, la question concernant l’appartement reste toujours en suspens. En effet, la baie vitrée n’a pas été cassée et est restée fermée. La mère de famille explique « j’ai été réveillée par des bruits inhabituels, des choses tombaient, je suis descendue pour voir ce qu’il se passait« . Bien qu’il aurait pu s’agir d’un cambriolage, elle est descendue puis a aperçu une masse sombre qui bougeait dans tous les sens. Prise de panique, cette dernière remonte et se barricade dans sa chambre en compagnie de ses trois enfants.

Lire aussi : Les sangliers en ville sont de plus en plus nombreux

La BAC abat l’animal

Une fois à l’abri dans sa chambre, la mère de famille s’est dirigée vers la fenêtre afin de demander de l’aide. C’est à ce moment-là, qu’elle aperçoit les forces de l’ordre, qui lui confirment la présence d’un sanglier chez elle. La brigade de nuit et la brigade anti-criminalité se déploient et lui demande de ne pas sortir. Les policiers attendent que l’animal sorte de l’appartement et l’abattent au fusil.

Finalement, plus de peur que de mal pour cette famille. Même si quelques objets ont été cassés au rez-de-chaussée, tout le monde se porte bien. Ce ne sera qu’une anecdote amusante à raconter et à partager pour ces enfants et cette maman de Seine-et-Marne.

Il aura fallu un gros déploiement de force pour se débarrasser d’un sanglier de 70 kg. Dire que certains veulent fonctionnariser la chasse… Un commentaire, sénateur Salmon ?

Sur le même sujet :

—> Les sangliers envahissent les villes.

—> Un sanglier pénètre dans une maison de retraite

—> Un sanglier de plus de 100 kg coincé sur le toit d’une maison à Seignelay

Un étrange couteau de chasse…

Les cabinets de curiosité peuvent parfois receler de vraies surprises. Celle-ci en est une. Voici un étrange couteau de chasse du XVI° siècle.

Un couteau de chasse qui est aussi, pistolet et calendrier.

Au XVI° siècle les pistolets à roue étaient parfois combinés avec des épées, des couteaux, des haches, des masses, des lances et même des arbalètes qui pouvaient être utilisés si le pistolet ne fonctionnait pas. Ce qui arrivait assez souvent… Ici, il s’agit d’un pistolet combiné à un couteau de chasse dont la lame en forme de couperet est gravée d’un calendrier et du nom de l’artisan armurier. Souvent peu pratiques, voire inutilisables, ces armes mixtes étaient par contre, des curiosités très appréciées et très coûteuses.

Couteau-pistolet

Un sanglier au troisième étage !

Dans le Lot-et-Garonne, les pompiers sont intervenus pour quelque chose d’inhabituel. Ils ont été appelés pour capturer un sanglier qui se trouvait au troisième étage d’un immeuble d’habitation !

Troisième étage sans ascenseur !

Il n’est plus rare de croiser des suidés dans les zones périurbaines voir urbaines. Cependant, il est déjà plus rare que les animaux réussissent à pénétrer à l’intérieur des bâtisses. Mais vendredi, aussi incroyable que cela puisse paraître, un sanglier est rentré dans un immeuble du centre-ville d’Agen et a grimpé jusqu’au troisième étage !

Moment de la capture. L’animal a ensuite été relâché dans son milieu naturel. Il n’a pas été nécessaire de l’endormir. Photo issue de France3

Ce sont les habitants de l’immeuble qui ont contacté les sapeurs-pompiers, qui ont envoyé leurs spécialistes formés à la capture des animaux sauvages. L’animal, pesant une soixantaine kilos a pu être maîtrisé et capturé sans difficulté pas les pompiers. Ces derniers ont bloqué l’animal au fond du couloir avec un filet avant de l’attraper sans qu’il y ait besoin de faire une anesthésie.

Une fois maîtrisé, l’animal a été transporté puis relâché dans son milieu naturel par les pompiers. Sur leur page Facebook, les sapeurs-pompiers animaliers du 47 ont partagé la vidéo de ce moment, c’est à retrouver ci-dessous.

Un chasseur se fait voler son fusil… Par un cerf !

C’est l’histoire insolite du jour, cela s’est passé en République Tchèque. Un chasseur a été surpris par un cerf que son chien venait de débusquer. A ce moment là, l’animal est parti, le fusil du chasseur coincé dans les bois.

Une histoire folle

La police tchèque a indiqué mardi qu’elle était a la recherche d’un fusil, volé à un chasseur, par un cerf. Oui, vous avez bien lu, un chasseur s’est fait voler son fusil par un cerf.

Sur son site, la police régionale a expliqué « Le cerf a été surpris par un chien. Il s’est levé et précipité sur le chasseur, passant devant lui et déchirant la manche gauche de sa veste ». Avant d’ajouter « Le fusil suspendu à l’épaule gauche du chasseur, heureusement déchargé, a glissé sur les bois du cerf et a disparu avec l’animal ».

A environ un kilomètre du lieu du vol, un autre chasse a aperçu l’animal coiffé d’une arme. Cependant, malgré cette observation, les chasseurs continuent les recherches qui n’ont à ce jour, rien donné. A suivre…

 

Un vétérinaire s’étonne de voir un chevreuil sans bois : « il a subi un traumatisme… »

Alors qu’il errait dans Bar-sur-Seine dans l’Aube, un chevreuil a été pris en charge par un habitant. L’animal se trouvait entre les habitations et la voie ferrée.

Un chevreuil sans bois, un vétérinaire incompétent

Wilfried Desrousseaux explique au quotidien l’Est Éclair que l’animal s’est laissé approché et qu’à ce moment il a remarqué qu’il lui manquait ses deux bois. Croyant l’animal en « souffrance » et avec l’aide d’une policière municipale ils se sont rendus à la clinique vétérinaire. « Il ne s’est pas débattu, il était gentil, sans doute qu’il était rassuré avec nous », confie Wilfried Desrousseaux.

Après examen et le constat que le chevreuil était en bonne santé et sous conseil de l’office français de la biodiversité il a été décidé de le remettre en liberté. Dans le quotidien, le vétérinaire Benoît Verry explique que l’animal a subi un traumatisme, notamment au niveau de la tête en détaillant que « Les deux bois ont été coupés à la même hauteur. Ce n’est pas l’époque où ils tombent et, de toute façon, c’est rarement les deux en même temps. Ça ne saignait plus et ça a même eu l’air d’être cautérisé. »

Après ce diagnostic révélant la grande compétence d’un professionnel de la santé animale nous avons estimé qu’il était nécessaire de lui transmettre quelques petites informations : le chevreuil mâle porte des bois qui tombent une fois par an. Le cycle des bois est directement lié au cycle sexuel de l’espèce. Entre octobre et décembre, les bois des brocards tombent (généralement les vieux animaux le perdent en premier). Ils repoussent immédiatement recouverts d’une peau appelée « velours ». Elle reste en place pendant 2 à 3 mois puis le brocard perd ses velours après le 15 février : c’est la « fraye » des bois. L’animal retrouvé n’a donc subit aucune « agression » physique, ses bois sont tombés naturellement laissant ainsi place aux nouveaux commençant leur croissance. Nous invitons ce vétérinaire et le « journaliste » qui relate l’évènement à se rapprocher des chasseurs pour parfaire leur culture en la matière…

 

Le Croisic, un sanglier tué en plein centre-ville

Il semble que les sangliers aient, eux aussi, envie de passer des vacances au bord de l’eau ! Lundi vers 15h, plage de la Castouillet au Croisic un écogarde a aperçu un sanglier au bord de la plage.

Un sanglier en centre ville

Ce genre d’évènement est de moins en moins rare, Mathieu Charbonneau, après avoir aperçu un sanglier proche de la plage a prévenu la gendarmerie. C’est alors qu’une chasse peu ordinaire s’est mise en place afin de localiser l’animal qui se dérobe. Le sanglier est de nouveau aperçu, mais cette fois-ci vers la plage du Théhic.

L’animal de près de 80 kg continuera de faire parler de lui un moment. Il sera signalé rue Georges-Clémenceau, il tentera de fuir par une porte verrière d’un particulier mais celle-ci résistera aux assauts de l’animal. Il finira par se réfugier en fond de cours d’habitations, proche de l’école Saint-Goustan. Une fois l’animal cerné, les forces de l’ordre accompagné d’un professionnel ont abattu l’animal vers 16h30.

Durant cet évènement, l’intervention des pompiers fut nécessaire. En effet une femme de 74 ans a été blessée au mollet par l’animal.

 

Simon Fraser, Lord Lovat, chasseur et commando.

Certains hommes vivent plus intensément que d’autres, certains hommes ne peuvent se contenter de ce qui est tiède. Ainsi était Simon Fraser, 15ème Lord Lovat. Tout le monde se souvient de cette scène du film « le jour le plus long » où l’on voit le chef des commandos britanniques débarquer en Normandie en tenue de chasse, suivi de son sonneur de cornemuse, le fameux Bill Millin.

Cette scène n’a pas été imaginée par le réalisateur du film. A 7h30 sur Sword Beach, le général Lovat quitte la barge de débarquement, entre dans l’eau vêtu comme à la chasse, en pantalon de velours côtelé kaki, pull blanc à col roulé et gilet en daim sans manches. Comme à la battue dans ses hautes terres, il a sous le coude sa carabine de chasse. Habitué à cette arme, c’est avec elle qu’il tire le plus vite !

Sur les lieux du tournage, de gauche à droite : l’acteur Peter Lawford, le vrai Lord Lovat, l’acteur Richard Todd et le vrai Major Howard.

Mais qui est cet individu hors norme ?

Il est issu du clan Fraser dont les origines sont aussi anciennes que le chardon d’Ecosse : originaires de l’Anjou, ses ancêtres, les seigneurs de la Fréselières avaient débarqué en Angleterre avec les barons normands. En 1160, Simon Friser était établi en Ecosse, puis avec les années, le nom se transforma en Fraser. En 1911, la lignée se perpétua avec la naissance de Simon. Il choisit la carrière militaire et sert dans les Scots guards puis les Lovats scouts. Mais il aime l’aventure et l’inhabituel, il se porte donc volontaire pour rejoindre une unité nouvellement créée, les commandos.

Il participe au raid sur les îles Lofoten en 1941 et au désastreux raid sur Dieppe en 1942.  En 1944, à 33 ans, il devient le plus jeune général de l’armée ; nommé à la tête de la 1st Special Service Brigade, forte de 2 500 bérets verts, dont le 1er Bataillon de Fusiliers Marins Commandos du commandant Kieffer. Le jour du débarquement, sa mission est de percer les lignes allemandes et de s’infiltrer pour relever les parachutistes britanniques qui tiennent depuis la nuit le fameux pont de Bénouville. Arrivé sur place avec 2 minutes de retard par rapport à l’horaire prévu il dira au commandant des paras : « désolé pour le retard » !

Très grièvement blessé quelques jours après, il est évacué et ne retournera pas au front. Churchill en fait son sous-secrétaire d’état aux affaires étrangères et dira de lui avec l’humour qui le caractérise : « C’est l’homme le plus beau et le plus doux qui ait sabordé un navire ou tranché une gorge. »

Lord Lovat et son épouse sortant de Buckingham.

Des vautours attaquent une vache vivante !

Nous avons tous vu des images dAfrique où des vautours s’abattent par dizaines sur un cadavre d’animal dans la brousse. Et bien c’est ce qui vient de se passer à Saugues dans la Haute-Loire, près du Puy en Velay.

L’animal était sur le point de mettre bas et les vautours en ont profité. Ce sont d’abord quelques oiseaux puis une centaine qui sont venus dépouiller la carcasse de la vache qu’ils venaient de tuer.

Selon un témoignage recueilli par France Bleu « Les gardes chasse ont conseillé aux éleveurs de ne rien faire et du coup d’une dizaine de vautours, il y en a eu cinquante, puis une centaine au fil de la semaine. C’est très impressionnant« , témoigne Guillaume Avinin,  le secrétaire général des JA43.

Ces vautours viendraient du parc des Cévennes où ils ont été été réintroduits dans les années 70.

Au début du XXème siècle, le vautour fauve s’est éteint de la plus grande partie de la France méridionale qui jadis était fréquentée par l’espèce des Pyrénées aux Alpes en passant par les Cévennes et les Alpilles. Seule subsistait au début des années 1950, une soixantaine de couples de vautours fauves dans les Pyrénées-Atlantiques. Après son inscription sur la liste des espèces protégées en France puis la mise en place des premières opérations de soutien alimentaire, le vautour fauve a regagné peu à peu du terrain dans les années 70, dans les Pyrénées. C’est alors qu’au sud et à l’est du Massif Central, les premiers programmes de réintroduction de l’espèce ont débuté. La France a été pionnière en matière de réintroduction de grands rapaces et notamment du vautour fauve. Entre 1981 et 2006, pas moins de cinq programmes ont été conduits dans le sud de l’hexagone. Le premier projet concernait les Grands Causses (Aveyron, Lozère) et permettait la libération des premiers oiseaux en 1981 dans les gorges de la Jonte. Ce projet est né de l’initiative de quelques passionnés et membres du Fond d’Intervention pour les Rapaces (FIR : aujourd’hui Mission Rapaces de la LPO), puis de la collaboration du Parc National des Cévennes.

Le vautour est reconnu par les éleveurs comme un équarrisseur naturel hors pair et économique. Il se nourrit essentiellement de cadavres d’animaux domestiques. Aussi est-il très dépendant de l’activité pastorale, même s’il peut tirer parti de la faune sauvage, à la faveur des mortalités hivernales par exemple. Mais des soupçons ont commencé à peser sur lui dans les années 2005 quant à sa capacité à s’attaquer non plus à des cadavres mais à des animaux vivants. L’élément déclencheur a été la situation en Espagne. De grandes quantités de cadavres de bétail domestique (provenant notamment de porcheries industrielles) étaient laissées à disposition des quelque 26 000 couples de vautours qui vivaient sur ce territoire. Ces charniers, appelés muladares, n’avaient pas de base réglementaire aux yeux de l’Europe. En 2005, l’application stricte des consignes communautaires par plusieurs provinces espagnoles a privé soudainement les oiseaux de ressource alimentaire qui ont alors commencé à s’en prendre à des animaux vivants.

Monsieur, c’est un sanglier qui a mangé mes devoirs !!!

Qui n’a jamais cherché une excuse pour un devoir rendu en retard ? Je crois que les professeurs ont tout entendu, du plus simple au plus élaboré, de la part des élèves. Et bien la palme revient à un élève d’une école de Haïfa (ville israélienne) qui a annoncé à son professeur que c’était un sanglier qui avait mangé ses devoirs !

Evidemment si vous êtes professeur et que entendez cela, votre première réaction est de saluer l’inventivité de l’élève mais de commencer à penser à une punition pour un mensonge aussi gros. Et bien pas cette fois car l’élève a filmé la scène qui s’est réellement déroulée !

La chasse aux sangliers a été arrêtée depuis deux ans dans cette région d’Israël et depuis les sangliers pullulent et viennent jusqu’en ville pour y trouver de la nourriture dans les poubelles. L’élève en question avait posé son cartable et une pizza qu’il venait d’acheter pour discuter avec des amis lorsqu’un sanglier s’est précipité sur le tout pour manger ce qui sentait si bon. Le cartable et les devoirs ont été déchiquetés. Le jeune garçon et ses amis se sont contentés de filmer la scène ; ils ont eu raison, cela a permis d’éviter une punition !

VIDÉO : Il filme un rat attaquant une poule dans le poulailler.

Beaucoup de détenteurs de poules et autres volatiles, sont soucieux du confort dès leurs animaux.

Et quand on perd une poule par prédation c’est toujours frustrant, nous tentons alors de trouver le coupable pour éviter que cela se reproduise.

Le rat fait partie de ces prédateurs de poule malgré sa « petite » taille .

Pour montrer sa technique de chasse la fédération départementale des chasseurs de Seine-et-Marne a publié une vidéo.

Nous vous laissons observer cette attaque sur cette poule, elle est rapide et efficace. Alors pour protéger le poulailler surveiller les rats.