Skip to content

“Feu à volonté” sur le sanglier déclare le préfet de Moselle

La prolifération des sangliers est incontestable et cause des dégâts agricoles considérables. Cette situation n’est plus tenable, l’animal est dans le collimateur des autorités et des chasseurs. Le préfet Moselle a déclaré que le sanglier est l’ennemi numéro 1. Ainsi les chasseurs ont les pleins pouvoirs pour réguler cette espèce aujourd’hui considérée comme invasive.

Le sanglier, espèce invasive ?

Le sanglier est présent sur l’ensemble du territoire national. La saison dernière, ses prélèvements étaient en augmentation de 8,4 %. Au total, 810 000 animaux prélevés. Cinq départements affichent des prélèvements supérieurs à 20 000 sangliers. Sa population est quant à elle estimée à 4 000 000 d’individus. Malheureusement ces animaux sont responsables de lourds dégâts agricoles, chiffrés à 80 000 000 €. Une somme colossale, indemnisée par les fédérations qui se retrouvent de plus en plus démunies face au suidé. Nous vous invitons à lire l’excellente explication de la FNC à propos de l’indemnisation et de pourquoi ce sont les chasseurs qui en ont la charge : Tout savoir sur les dégâts de gibier aux cultures. Vous trouverez aussi le rapport parlementaire sur le sujet des dégâts du député Alain Péréa et du sénateur Cardoux en bas d’article.

La régulation du sanglier une priorité

Même si sa chasse est avant tout une passion, la régulation du sanglier est aujourd’hui une priorité pour les autorités ainsi que les fédérations de chasse. En Moselle, lors de l’assemblée générale des maires ruraux, le préfet du département n’a pas fait dans la dentelle concernant l’animal. En effet, au moment d’évoquer la problématique que sont les sangliers, le préfet a déclaré “aujourd’hui, c’est quasiment feu à volonté”. Une phrase choc qui révèle le ras le bol des autorités et du monde agricole. Cette expression un peu imagée montre la détermination du préfet.

“Aujourd’hui, l’administration nous dote de tous les moyens possibles pour réussir” reconnait le président de la fédération départementale des chasseurs de Moselle. En effet, depuis plusieurs années, les autorités multiplient les arrêtés préfectoraux afin que les chasseurs puissent mieux gérer l’espèce qui est aujourd’hui invasive. Même si la mission n’est pas une mince affaire, le monde cynégétique doit répondre à cette mission d’intérêt général.

La rédaction vous conseille :

—> Les sangliers de l’ASPAS causent des dégâts. Les chasseurs indemnisent…

—> Bilan des prélèvements nationaux des sangliers et chevreuils 2019-2020

—> Les sangliers en augmentation partout en Europe. Les anti-chasse qui nous accusent de ce problème ont tout faux.

—> Rapport parlementaire sur les dégâts du grand gibier

ANNONCES

Les dernières actualités

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments