[Vidéo] Best-Of des tirs sur sanglier avec Assassinu9

Pour tous les passionnés de chasse du sanglier, découvrez la chaîne YouTube Assassinu9. Ce chasseur se passionne pour la chasse du sanglier et partage ses images pour le plus grand bonheur de tous. Des images incroyables, qui compilent les meilleurs moments de sa saison, c’est à découvrir maintenant.

Assassinu9, le sanglier, bien plus qu’une passion

Ce chasseur Corse offre un éventail d’actions de chasse. Véritable passionné de chasse au sanglier, Assassinu9 a réussi, comme plusieurs chasseurs, à créer sa chaîne YouTube et offrir du contenu de qualité aux plus passionnés d’entre nous. Fort de ses 8 500 abonnés, il valorise la chasse du sanglier au travers des scènes uniques. Véritable référence dans son domaine, il propose des vidéos sur ses sorties de chasse, qui se composent principalement de battue en Corse. Découvrez donc cette chaîne ainsi que ses vidéos qualitatives où les paysages ainsi que l’ambiance vous feront voyager sur l’île de beauté. Dans un secteur où le sanglier est roi, mais aussi décrié, il est important de le valoriser. Ainsi, la chaîne YouTube d’Assassinu9 trouve l’équilibre parfait.

Lire aussi : La chasse en battue

Sur le même sujet :

Teste-de-Buch : les chasseurs comptent les animaux

Depuis les terribles incendies de cet été de la Teste-de-Bush, les chasseurs sont au chevet de la faune locale. S’ils interviennent par l’installation de point d’eau, les chasseurs suivent et observent les animaux. Ainsi, ils sillonnent les bois en soirée afin de procéder à der comptages et ainsi adapter les plans de chasses.

Observations, comptages et suivis dans la Teste-de-Bush

Les incendies ont été une véritable catastrophe d’un point de vue écologique. Si les paysages semblent rasés, la faune, elle reprend sa vie petit à petit. Caroline Bournel, chargée de mission fédération de chasse de Gironde, explique dans un média local qu’ils ont posé six caméras-photos sur la zone incendiée de la forêt de la teste-de-Bush. Ainsi, ces moyens photographiques permettent de suivre la faune présente sur le site. Les images sont relevées tous les quinze jours et on observe déjà que certaines espèces reprennent leurs habitudes. Ces dispositifs permettent aussi de voir si les points d’eau aménagés sont suffisants et fréquentés par les animaux. Caroline Bounel souligne que « la faune a vraiment besoin de ces points d’eau ». Ces aménagements, issus des chasseurs, permettent à la faune de survivre et de refréquenter ces habitats endommagés.

Lire aussi : Incendie de La Teste : les chasseurs au chevet de la faune

La nuit, la vie reprend son cours

De plus, les chasseurs locaux sortent la nuit pour observer la faune, si ce procédé technique permet d’établir les populations et d’avoir une estimation des effectifs au printemps, il offre aujourd’hui des données importantes après les incendies. Ainsi, à l’aide de jumelles thermiques, chasseurs et personnels de FDC sillonnent les bois pour recenser précisément la faune présente. Toute présence est enregistrée via une tablette numérique. Aujourd’hui, après cette catastrophe, il est important de connaître le milieu et la faune. Ces données scientifiques permettront aux instances cynégétiques d’adapter les plans de chasse mais aussi d’intervenir techniquement pour offrir aux espèces les besoins nécessaires. Pour Jérôme Werno, directeur technique de la FDC33 le constat est sans appel. « En réalité, il y a eu peu de mortalité. On a peut-être un peu exagéré ce qui s’est passé sur le terrain. Les centres de soins ont récupéré peu d’animaux. Donc je pense que toute la faune qui s’est déplacée a trouvé des refuges ou a fui le territoire, en fait ».

On constate donc que les animaux reprennent leurs droits, si les repères sont chamboulés, de nombreux cervidés et suidés ont réinvesti la forêt, de bonne augure pour la suite.

Sur le même sujet :

Une drôle d’annonce contre les sangliers

Cela se passe dans le département de l’Hérault, une annonce inédite a été passée. « Vigneron recherche campeurs pour faire fuir les sangliers« . Vous ne rêvez pas, cette annonce a été déposée par un vigneron de Cournonsec, qui voit ses vignes se faire détruire par les suidés.

Objectif : faire fuir les sangliers

Il y a quelques jours, un vigneron de Cournonsec, dans l’Hérault, a passé une petite annonce originale. En effet, l’homme recherchait des campeurs afin d’effaroucher les sangliers dans ses vignes. Cette saison, les sangliers sont particulièrement gourmands et les raisins particulièrement précoces. Ainsi, les suidés ont engendré sur les vignes près de 90 % de dégâts. Face à ce triste constat, le vigneron tente de trouver des solutions et celle-ci semble être efficace.

Lire aussi : Pourquoi la sécheresse accroît les dégâts causés par le sanglier

De nombreuses personnes mobilisées

Le vigneron témoigne, « tous étaient bienveillants avec un super esprit… Ils voulaient venir nous aider. Franchement, j’ai été dépassé par la masse de réponses« . L’annonce a donc séduit une bande de joyeux Bretons, qui se sont impliqués dans leur mission. « On est venu s’amuser et aussi combattre les sangliers » confirme Enzo, adepte du tapage nocturne pour la bonne cause. « On fait des rondes musicales toutes les 2 ou 3 heures dans les rangs de vigne. De quoi faire fuir les sangliers sans déranger les voisins, d’autant qu’ils sont très loin les voisins » , plaisante Dylan.

Nous pouvons également nous questionner sur la gestion de l’espèce en période estivale dans l’Hérault. En effet, dans ce département, les suidés sont nombreux. Il est important de rappeler aux chasseurs qu’on se doit d’intervenir afin de limiter les dégâts. Sans ça, nous ne gagnerons pas en crédibilité et les instances politiques se feront un plaisir de nous le rappeler.

Sur le même sujet :

Indre-et-Loire, plus de 2 millions d’euros de dégâts

La somme peut être considérée comme un triste nouveau record. Ainsi, la conjoncture actuelle pousse les fédérations à revoir le système économique dans le temps. En effet, pour preuve, en Indre-et-Loire, la fédération des chasseurs indemnisera à hauteur de 2 000 000 €, les agriculteurs à cause de la guerre en Ukraine.

La facture est salée pour les dégâts

Nous vous l’annoncions dans un précédent article, « la guerre actuelle en Ukraine va avoir des conséquences pour les chasseurs de France. Ce conflit provoque une hausse considérable des cours du blé et du maïs. Ceci aura un impact sur le montant des indemnisations liées au dégât du grand gibier« . Aujourd’hui, le cours des céréales s’est envolé. Alain Belloy, président de la FDC 37 témoigne, « on était sur 170 euros le prix de la tonne de blé avant la guerre en Ukraine, et là, on est 300-340 euros ». Le constat est simple, les prix ont doublé. Face à ce constat, le président de la fédération est clair, « on va passer la barre des deux millions d’euros versés aux agriculteurs en indemnités de dégâts, c’est du jamais-vu ».

Lire aussi : Dégâts de gibier, comprendre le financement

En 2021, la facture était de 1.4 million d’euros. Une somme déjà très compliquée à assumer. « C’était déjà dur à gérer mais on assumait. Là, on arrive à quelque chose qui n’est plus raisonnable ». Poursuivant, « si on fait simple, on divise la facture par 14.000 (nombre de chasseurs). Mais j’ai des gens qui subissent l’inflation comme tout le monde et qui me disent qu’ils ne peuvent plus suivre financièrement. Et ça, c’est un drame. La dérive qu’il pourrait y avoir, c’est d’éliminer par l’argent une certaine couche de la population ».

Si l’État n’intervient pas nous ne paierons plus

Face à la situation, Willy Schraen a été clair. « De toute façon, c’est simple, soit l’État nous aide, soit on ne paie plus. Avant la fin de l’année, soit l’État prend une grosse partie (au moins 50 %), soit on ne paie plus« . Pour Alain Belloy, le constat est sans appel, « soit l’État aide les fédérations, soit les fédérations départementales vont déposer le bilan ». Avant d’ajouter, « s’il n’y a plus de chasseurs, ce n’est pas aux fédérations de chasse que les agriculteurs iront montrer la facture des dégâts de sangliers mais à l’État et donc, en quelque sorte, à la société ». Face à la situation, un courrier sera adressé aux députés et aux sénateurs du département.

Sur le même sujet :

Un sanglier de 130kg prélevé par une jeune chasseresse

sanglier-130kg

C’est encore un beau récit d’une chasse à l’approche à l’affût que nous avons aujourd’hui. C’est après une saison sans tirs, que Chloé, dans sa première année de permis, a prélevé il y a quelques jour un magnifique sanglier de 130kg du haut de son mirador ! Elle nous raconte comment tout s’est passé.

La patience fini toujours par payer

« Je voulais partager ma première année de permis de chasser. Toute la saison de chasse, j’ai participé à plusieurs battues, petits et gros gibier, mais sans jamais rien voir, ni tirer ! Et hier soir fut une soirée mémorable.

Je décide d’aller à l’affût. 20h30 je suis en poste dans mon mirador. Les oiseaux chantent, j’entends des sangliers au loin, le temps passe et je patiente…

Il est 21h49, lorsque tout à coup, mes yeux regardent vers le bois en face de moi et là … un sanglier à 100 mètres de moi, en train de marcher tranquillement.

Pas d’hésitation, c’est le moment où jamais ! J’épaule, je vise, je prends le temps, et je tire !

Le sanglier tombe mais se relève sur les pattes avant. Il semble touché à l’arrière. Je recharge alors mon arme, je tire une seconde fois et il tombe. Je patiente un peu avant de descendre de mon mirador mais surtout … j’appelle mon mari qui lui est couché avec les deux enfants bien endormis !

Il me paraît gros et je me demande alors comment faire ?! J’ai besoin d’aide !


10 minutes plus tard, ils arrivent pour m’aider. Mon mari n’en crois pas ses yeux ! Nous arrivons ensemble devant cet énorme animal et la joie m’envahit. C’est moi ! Moi qui ai prélevé ce sanglier. Je suis si fière de moi. Nous ramenons donc cet énorme sanglier de 130kg ! Il est magnifique.

Je voulais vous faire part de mon histoire qui restera gravé pour toujours dans ma mémoire ! Bonne saison a toutes et tous. »

Sur le même sujet :

Foyer de PPA à la frontière française

Les éleveurs de porcs et chasseurs de sangliers retiennent leur souffle. La peste porcine africaine (PPA) est confirmée en Allemagne à quelques kilomètres de la frontière française. Cette fièvre hémorragique animale, ne présente pas de danger pour l’homme cependant, est mortelle pour le porc ou le sanglier.

Continue reading

La bataille s’engage !

Rien de plus impressionnant que de voir des sangliers se battre entres eux . Encore une fois il faut être au bon endroit, bon moment ! Mais nous pensons qu’il ne faut surtout pas s’en approcher !

Les sangliers sauvages ne sont pas assez forts pour se disputer des femelles avant l’âge de 5 ans.

La solution miracle contre les dégâts de sanglier ?

Le sanglier ne cesse de commettre des dégâts sur les parcelles cultivées. Chaque année, ce sont 80 millions d’euros d’indemnisations que les chasseurs paient. Malgré les répulsives, les clôtures électriques, les tirs d’affût, le suidé continue de ravager les champs. En Normandie, un agriculteur a peut-être trouvé la solution miracle pour faire fuir les sangliers.

Les poils de chien, solution miracle contre le sanglier ?

Chaque année, les sangliers causent énormément de dégâts agricoles. Exaspéré par les suidés qui ravagent ses parcelles de maïs, un agriculteur a tenté de trouver la solution face à cette problématique. En effet, après avoir essayé de nombreuses « solutions », l’agriculteur aurait trouvé LA solution miracle. Le suidé étant chassé de manière régulière en battue et avec des chiens, l’agriculteur a eu l’idée ingénieuse de disperser de poils canins sur son exploitation. Une solution qui aujourd’hui porte ses fruits. « Comme les sangliers ont un odorat prononcé, le fait de sentir les poils des chiens leur indique qu’il y a éventuellement la présence d’un ou plusieurs animaux dans le coin et ça les repousse. Ils ne viennent plus dans les champs pour manger les grains de maïs. On voit des traces de sangliers à proximité des champs, mais ils ne pénètrent plus à l’intérieur », explique-t-il. Aurait-il la solution miracle ? Il serait peut-être judicieux de démocratiser cette expérience et d’évaluer les résultats par le biais d’une étude sanglier-dégâts. En plus de cela, cette opération est peu coûteuse et de surcroît écologique. De quoi donner des idées aux agriculteurs et/ou chasseurs.

Lire aussi : Dégâts de gibier, comment agir ?

Reportage

Découvrez le reportage de France TV parlant de cette solution miracle qui satisfait de plus en plus d’agriculteurs, ci-dessous.

Sur le même sujet :

[Vidéo] Ils filment un sanglier en pleine mer

Mercredi, des pêcheurs sont partis en mer au large de Six-Fours, bien décidé à ramener quelques poissons, ils ont ramené de belles images. En effet, les deux amis, à défaut de voir des poissons, ont croisé un sanglier en pleine mer. Une sortie en mer surprenante, qui restera gravée.

Un sanglier en mer

S’ils pensaient entrer avec du poisson c’est manqué. Deux amis partis en mer ont eu l’agréable surprise de croiser un suidé en pleine mer. « Un moment, on aperçoit au loin un gros truc qui sort de l’eau. On décide de s’approcher et là, drôle de surprise, un sanglier en train de nager en direction de l’île du Rouveau. Il était à mi-distance des Embiez » témoigne un des pêcheurs. Une rencontre que les pêcheurs ont pu immortaliser par le biais d’une vidéo. Retrouvez cette vidéo ci-dessous. Aussi incroyable que cela puisse être, le sanglier est un excellent nageur. Il est capable de parcourir de longues distances afin d’aller d’un point à un autre. Filmer une telle scène n’est pas habituel, cependant ce n’est pas rare lorsque l’on connaît les compétences nautiques du suidé.

Lire aussi : Un sanglier surpris en pleine baignade hivernale dans le golfe de Saint-Tropez

Sur le même sujet :