Skip to content

En Haute-Savoie, la ruralité claque la porte du comité Loup

Dans un communiqué de presse en date du 5 juillet, la profession agricole ainsi que les représentants des chasseurs ont décidé de ne plus prendre part au Comité loup. Cette décision est un véritable coup de tonnerre et met en avant l’exaspération de la ruralité face à la gestion du prédateur.

Gestion de l’espèce de manière locale en fonction des effectifs

Après des semaines à réclamer des moyens adaptés et efficaces pour protéger leurs troupeaux, les éleveurs ont décidé de claquer la porte du comité Loup de Haute-Savoie. Cette protestation, portée par l’ensemble de la ruralité, a comme objectif de faire bouger les lignes et de se faire entendre. Agriculteurs et chasseurs de Savoie souhaitent que les effectifs de loups soient gérés localement en fonction des contextes agricole, touristique et cynégétique.

Le loup est au cœur de beaucoup de polémiques. En effet, ses effectifs sont sous-estimés par les instances scientifiques de l’État ; la préfecture ainsi que l’État ne veulent pas écouter les cris de détresse du monde pastoral ; les moyens pour lutter contre les attaques sont minimes et ne servent que de rustines. Malgré ce constat, rien ne bouge. Les éleveurs sont aujourd’hui confrontés à une usure psychologique. Un agent de l’OFB témoigne “dans mon secteur un éleveur passait ses nuits à protéger son troupeau. Jusque là rien d’anormal, cependant, l’animal est rusé, chaque matin, l’éleveur, malgré sa présence sur site retrouvait des animaux attaqués”. Face à une telle situation l’éleveur a subit un traumatisme important à tel point que la “folie” a pris le dessus. “Rester éveiller la nuit et le jour c’est inhumain, poursuit l’agent, après plusieurs jours l’éleveur a subit des répercussions psychologiques, hallucinations, délires, l’homme a finit par être hospitalisé” conclut-il. Il y a donc une vraie problématique que personne ne veut saisir et qui va finir pas engendre un ras-le-bol général qui commence à se manifester.

Ce qui est dit dans le communiqué

“La profession agricole et le monde de la chasse ne supportent plus le comportement de l’administration”, déclarent huit organisations agricoles et du monde de la chasse dans le communiqué de presse du 5 juillet 2021. Ces derniers la jugent “inefficace”, et “militante”.

Au-delà du sentiment de mépris, les huit signataires mettent en cause comme expliqué plus haut, les comptages concernant l’espèce, le comportement des fonctionnaires qui parfois s’assument pro-loup. De plus, ce collectif d’acteurs ruraux se pose la question de pourquoi, éleveurs et chasseurs ne possèdent pas plus d’outils efficaces pour se protéger du prédateur. Éleveurs et chasseurs estiment donc, qu’aujourd’hui, le dialogue au sein de ce Comité Loup n’a pas été utile et n’a pas porté ses fruits. Ainsi ils ont décidé de le quitter avec un fort sentiment de mépris et d’inconsidération.L’État et ses alliés environnementalistes sont les fossoyeurs de la biodiversité et du cadre de vie des Haut-Savoyards créés par des générations de paysans“, concluent-ils.

Ci-dessous le communiqué :

ANNONCES

Les dernières actualités

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments