Écologie politique : catastrophe environnementale, fin des libertés, mort des traditions.

Depuis quelques années l’écologie est devenue un souci majeur de nos sociétés développées. On pourrait s’en réjouir si ce thème n’avait pas été confisqué par des charlatans. Notre planète ne va pas bien, c’est évident mais au lieu de se demander qui sont les principaux responsables de cet état de fait, on préfère culpabiliser les bons élèves. Évidemment, il est plus facile de sermonner monsieur Dupont qui ose rouler au diésel que de dire à la Chine, à l’Inde (« ce géant dont le monde a besoin », n’est-ce pas Barbara Pompili ?) et aux pays africains qu’ils abiment la planète…

L’écologie confisquée par des charlatans et des manipulateurs.

La naissance des partis écologistes dans les années 80 a débouché sur la création d’un être étrange, hybride aux finalités surprenantes : Europe Écologie Les Verts (EELV). Ce parti s’est auto-proclamé porte-parole de l’écologie et nous conduit à la catastrophe. Ils ne sont au pouvoir que dans quelques municipalités et le résultat est édifiant. Leur chantage à la bonne conscience écologique est tel que d’autres partis les rejoignent dans cette course à « l’écologiquement correct ».

Catastrophe environnementale.

EELV s’est construit sur la lutte contre le nucléaire et n’a eu de cesse de dénigrer cette source d’énergie et de promouvoir les énergies dites renouvelables : éolien, solaire, bio masse… On commence à voir le résultat de ce dogme irrationnel.

Un million d’oiseaux tués par les éoliennes aux USA, environ 60 000 en France.

L’une des plus grandes associations d’ornithologie au monde, l’American Bird Conservancy, estime qu’un million d’oiseaux, a minima, sont tués par des éoliennes aux États-Unis chaque année.  Si rien n’est fait d’ici 2030, ce sera cinq millions d’oiseaux par an qui y laisseront des plumes. Le même phénomène est observé en France. L’implantation d’éoliennes est en constante augmentation pour le plus grand malheur des oiseaux, des riverains et de nos finances.

En 2017, la LPO estimait qu’en moyenne sept volatiles étaient tués par éolienne et par an. Si on fait la même règle statistique aujourd’hui alors que nous avons environ 8 500 éoliennes, cela signifie qu’elles tuent environ 60 000 oiseaux par an en France. Les défenseurs des oiseaux s’opposent à la présence d’éoliennes dans les zones Natura 2000. Barbara Pompili veut pourtant en implanter dans l’estuaire de la Gironde et sur la montagne Sainte-Victoire.

Des forêts rasées pour des parcs photovoltaïques.

Le solaire va conduire à la création de parcs photovoltaïques gigantesques mais qui vont encore enlaidir nos paysages. La Gironde pourrait accueillir un nouveau parc photovoltaïque de 1000 hectares à Saucats, au sud de Bordeaux. Mais il faudra raser une forêt pour cela.

On rallume les centrales à charbon.

Et, cerise sur le gâteau, ces sources d’énergie sont insuffisantes pour compenser la fermeture de Fessenheim. Ce qui nous oblige à rallumer des centrales à charbon. Le bilan carbone de la France s’aggrave grâce aux écologistes !

« C’était prévisible, la France a rallumé en septembre et en octobre ses quatre centrales à charbon fortement émettrices de CO2, et d’une puissance presque identique aux deux réacteurs nucléaires de Fessenheim fermés en début d’année 2020 qui n’émettaient pas de gaz à effet de serre… Demain, elle construira des centrales au gaz importé de Russie et des États-Unis pour compenser les 14 fermetures de réacteurs nucléaires prévues par la délirante Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). » 

Michel Gay dans Contrepoints du 1 novembre 2020.

La fin des libertés.

L’arrivée au pouvoir des tenants de l’écologie politique est marquée par une atteinte sans précédents à nos libertés. Que ce soit Barbara Pompili au ministère de l’écologie qui signe l’arrêt de mort de la capture à la glu ou qu’il s’agisse des municipalités tenues par EELV et ses alliés, le maître mot est : INTERDICTION. Les exemples de Montpellier, Grenoble, Lyon, Poitier et Bordeaux sont révélateurs des méthodes de ce parti.

A Bordeaux le nouveau maire, Pierre Hurmic, pense aller « vers une interdiction » de la voiture et de la pêche. Les pêcheurs qui font le dos rond et ne veulent rien voir devraient se rendre compte qu’ils sont aussi dans le collimateur des verts et de leurs amis animalistes.

Lire : Le maire de Bordeaux veut une interdiction de la voiture

A Lyon, la métropole de Lyon prévoit de mettre en place une « interdiction de l’épandage à moins de 150 mètres des habitations« . Sans savoir qu’elle n’a aucun pouvoir pour cela. Elle veut aussi interdire la chasse le week-end. Rien d’étonnant puisqu’un des vice-présidents de la métropole de Lyon est Pierre Athanaze, co-fondateur de l’ASPAS.

A Montpellier, on interdit la chasse sur les terrains municipaux sans même prévenir le président de la FDC de l’Hérault. Ceci sous l’impulsion d’un élu du parti animaliste et de l’ASPAS.

Lire notre article : A Montpellier, chasser sur les terrains publics, c’est fini !

La mort de nos traditions et de notre mode de vie.

Non content de semer les interdits, ils s’attaquent à notre mode de vie et à nos traditions. Rien ne trouve grâce à leurs yeux ; la vénerie, la chasse, la pêche, l’élevage, le sapin de Noël, le Tour de France… La joie de vivre, les rires, le partage, la convivialité leurs sont insupportables. Ils sont tristes, dogmatiques et effrayants. EELV est maintenant le porte-parole des groupuscules les plus extrémistes et les plus dangereux. Ceux pour qui Peter Singer est une idole. L’homme qui prône l’eugénisme, pour qui la zoophilie n’est pas si scandaleuse et qui considère qu’un nouveau-né est moins important qu’un animal.

Or ces gens sont loin de représenter une véritable force politique, ils sont minoritaires mais ils arrivent aux responsabilités grâce à des alliances avec des vieux partis en perdition comme le PS. L’exemple du conseil régional de nouvelle Aquitaine est emblématique. Ce qui est triste c’est que certains présidents de FDC ne semblent toujours pas avoir compris que le paysage politique avait changé et que le PS d’aujourd’hui n’est plus celui d’hier…

Les verts veulent-ils abolir la chasse ?

Tout le monde ou presque a entendu parler de la primaire écologiste qui s’est terminée avec un second tour Rousseau-Jadot et la victoire de ce dernier. Que veulent les verts à propos de la chasse ? Y a-t-il une différence entre les deux candidats à la primaire et quel est le programme qu’ils mettraient en oeuvre s’ils arrivaient au pouvoir ? Demandez le programme !

Les candidats verts à la primaire et la chasse

Sandrine Rousseau

(allez voir le compte Twitter parodique Sardine Ruisseau. Un grand moment d’humour…)

  • « politique de radicalité environnementale« 
  • « renforcement du statut juridique des animaux« 
  • élevage gibier : « On arrête ça en 2022. Tout le monde est OK vu l’absurdité du truc ?« 
  • « on empêche les techniques de chasse les plus cruelles, on limite les temps de chasse« 

Yannick Jadot

  • Tuer des animaux n’est pas un divertissement et nous devons mettre fin à la chasse
  • Dans un premier temps : « interdire la chasse le dimanche »
  • Chasses traditionnelles : « Commençons par chasser de notre pays toutes les chasses illégales« 
  • « arrêt de la chasse des espèces protégées ».

Le programme officiel du parti EELV

Quel que soit le candidat, le programme des verts est très opposé à la chasse, ce qui n’est pas une surprise. On peut le retrouver sur leur plateforme en ligne : Projet.lesecologistes.fr Ces mesures sont organisées en six grands thèmes. L’un d’entre eux concerne la chasse et s’appelle « Encadrer la chasse« . On y retrouve la phraséologie habituelle des verts, tellement absconse qu’elle en devient presque incompréhensible :

  • faire évoluer notre rapport à la faune sauvage pour mettre un terme aux usages fondés sur la violence
  • encadrement drastique de la chasse, avec un grand nombre de restrictions, de contrôles et de validations
  • interdiction des chasses traditionnelles
  • interdiction de la chasse à courre et du déterrage
  • interdiction du plomb
  • interdiction de la chasse d’espèces en déclin
  • interdiction de la chasse en enclos
  • interdiction du piégeage
  • interdiction de l’élevage de gibier à fin de chasse
  • interdiction de la chasse le dimanche dans un premier temps car leur but est d’interdire la chasse le weekend.
  • création « d’espaces apaisés ». Zones où la chasse sera interdite
  • limitation du nombre de chasseurs avec visite médicale obligatoire, autorisation de port d’arme
  • permis de chasse à durée limitée qui devra être renouvelé
  • formation sur la connaissance des espèces. Nous devrions leur faire lire le livre de préparation à l’examen du permis.

Un parti intrinsèquement totalitaire

Bref, comme d’habitude le programme des verts n’est qu’une longue suite d’interdictions. Quelle société veulent-ils mettre en place ? Une société faite d’interdits ne peut pas être une société apaisée et harmonieuse. L’histoire des verts explique peut-être cette propension à tout interdire. Le secrétaire national des verts, Julien Bayou se glorifie d’avoir une mère qui est « une vraie maoïste ». Pas vraiment la bonne référence pour une société démocratique. Il faut aussi se rappeler qu’en 2015, le parti a subi une grave crise et que certaines personnalités ont claqué la porte en dénonçant une dérive gauchiste… Et bien ce n’est plus une dérive mais un vrai mouvement de fond. On sent venir les inquisiteurs, les commissaires politiques, la rééducation pour les mal-pensants. Je pense d’ailleurs faire partie des premiers wagons pour les camps !

Lors de chaque campagne électorale les verts dévoilent leur intolérance. Nous nous en faisions l’écho lors des régionales avec Julien Bayou qui stigmatisait les « boomers » et les chasseurs (voir notre article ici). La campagne des dernières municipales nous avait aussi permis de voir l’emprise de l’idéologie animaliste sur ce parti (voir notre autre article ici).

Un militant écologiste défend la chasse. Merci de cette lucidité

Le référent gersois du mouvement Génération Écologie, Patrick Kopff défend les chasseurs. Alors que le milieu cynégétique est régulièrement attaqué par les verts, ce dernier dénonce la stigmatisation dont les chasseurs font l’objet.

Un militant écologiste qui comprend la chasse, c’est possible

Alors que les écologistes politiques prônent un discours anti-chasse de manière générale, Partick Kopff, référent gersois du mouvement Génération Écologie va en l’encontre des discours de l’écologie politique traditionnelle. « Il faut arrêter d’opposer les chasseurs et les écologistes qui ont globalement les mêmes préoccupations », souligne le militant. « Les écologistes ont tendance à stigmatiser une pratique alors que les enjeux sont ailleurs, notamment dans la réduction des gaz à effet de serre » ajoute-t-il.

Ces propos font écho aux récentes manifestations de chasseurs, ainsi qu’aux déclarations de Julien Bayou, déclarant que les chasseurs sont la cause des féminicides. Cependant, pour Patrick Kopff, ce genre de discours et de propos représente « la politique ancienne ». « Les chasseurs ne sont pas notre cible. On a besoin d’eux notamment pour réguler la population de sangliers » souligne-t-il. L’écologiste gersois conclut, « interdire la chasse n’aurait aucun sens, ce serait la porte ouverte aux abus ». Nous sommes bien entendu d’accord avec lui. Juste un regret, la chasse ne se limite pas à la régulation des populations de sangliers. C’est un mode de vie, une vision pragmatique de la relation homme-nature.

Vous reprendrez bien un peu d’exclusion … ou les verts en campagne.

Décidément, nos écolos politiques sont bien incohérents ; ils rédigent en écriture inclusive mais pratiquent l’exclusion dès qu’ils le peuvent. Les derniers visuels de campagne de Julien Bayou nous le prouvent encore une fois. Ne le faisons pas mentir, ALLONS VOTER CONTRE LES VERTS !

Acte un : je stigmatise et j’exclue.

L’inénarrable Julien Bayou, tête de liste EELV en île de France a lancé il y a quelques jours sa campagne destinée à inciter ses sympathisants à s’inscrire sur les listes électorales avec ce slogan « Pour défendre leurs intérêts, les chasseurs, les boomers et tous les autres iront voter en juin prochain. Et pour défendre le climat, est-ce que vous, vous pourrez voter ? » et les affiches que voici :

Affiches EELV

Elles visent à montrer que les adversaires de l’écologie politique sont motivés et iront voter ; il faut donc que les « sauveurs de la planète » se mobilisent et s’inscrivent sur les listes électorales. Qui sont donc les « méchants » selon Julien Bayou et son équipe de campagne ? Voici la liste : Alain Finkielkraut, Éric Zemmour, le ministre de l’intérieur Darmanin, les fachos, les chasseurs (oh quelle surprise…) et les boomers. Qui sont les boomers ? Il s’agit de la génération des gens nés dans les années 50 et 60. Donc, selon ce triste sire, les chasseurs, les personnes nées dans ces années sont des ennemis. On ne peut pas faire plus stigmatisant et plus excluant. Cela permet de constater, encore une fois que l’écologie politique est loin, très loin de l’écologie qui est selon le dictionnaire le Robert :

1.SCIENCES : étude des milieux où vivent les êtres vivants, ainsi que des rapports de ces êtres avec le milieu.

2.COURANT : doctrine visant à un meilleur équilibre entre l’homme et son environnement naturel ainsi qu’à la protection de ce dernier.

Dictionnaire le Robert

Le moins que l’on puisse dire est que les verts d’EELV ne font pas la promotion de l’équilibre entre les diverses catégories de français. Ont-ils seulement lu la définition du mot écologie ? Ou en sont-ils restés à la définition du mot haine ?

Acte deux : je recule et je mens devant le scandale provoqué.

Il reste encore des gens sensés dans notre pays et ceux-ci ont été scandalisés par cette campagne ignoble. Devant le tollé ainsi provoqué et, comme le disait Jules Renard, « N’écoutant que son courage qui ne lui disait rien », Julien Bayou retire ses visuels de campagne et ose affirmer qu’il ne les avait pas validés et que c’est une erreur.

Mensonge Julien Bayou

Nous notons au passage que, blesser les boomers est une erreur mais que blesser et attaquer plus d’un million de français (les chasseurs) n’en n’est pas une. Nous saurons nous en souvenir.

FAUX, MENSONGES mon petit Julien ! Tu les avais validés puisque tu les as diffusés sur Twitter, Instagram et Facebook !

Tweet Julien Bayou

Conclusion.

Julien Bayou et les verts d’EELV sont tellement sûrs de leur soi-disant « supériorité morale » qu’ils se permettent de stigmatiser des catégories entières de la population française qui ne pensent pas comme eux. Ces catégories sont-elles destinées au goulag et autres camps de rééducation comme chez les khmers rouges qui semblent tellement inspirer les khmers verts ? Le totalitarisme des verts est indéniable et évident. Vouloir tout interdire et aller jusqu’à envisager de contrôles les rêves des enfants est révélateur de leur nature profondément anti-démocratique. De surcroit, ils n’ont aucun courage et sont des menteurs éhontés.

Ne leur permettons pas d’accéder aux responsabilités dans nos régions, ne les faisons pas mentir, mettons-leur un bon coup de pied où je pense, renvoyons Julien Bayou et ses petits camarades d’où ils n’auraient jamais dû sortir. ALLONS VOTER !

Le « cerf inconnu », quand le ridicule le dispute à l’abject.

 
La député Europe Écologie les Verts Karima Delli s’est déplacée à Chantilly cette semaine pour « rendre hommage au cerf inconnu ».
 
Cette pantalonnade pourrait prêter à sourire mais au delà du ridicule évident nous sommes dans l’abjection et l’indécence.
 
  1. Un hommage à un animal vivant ? Mais alors pourquoi ne pas rendre hommage à tous les animaux tués par les trains, les voitures, l’urbanisation et les éoliennes ? Non, seul le cerf de Chantilly mérite un hommage. Pourquoi ? Mais parce qu’il a été couru par un équipage de vénerie, tout simplement ! L’animal ne compte pas à leurs yeux sauf quand il permet d’attaquer une de nos traditions car c’est cela qui importe, nous couper de notre histoire.
  2. La référence au soldat inconnu de 14-18 est indécente. C’est une insulte à tous nos soldats morts pour la France. Par ce geste, ces personnes démontrent encore une fois leur mépris pour notre histoire. Créer un monde nouveau ne peut se faire sans éradiquer le passé.
  3. Cette député est membre de la commission des transports du parlement européen mais ne s’est pas déplacée pour rendre hommage à un cheminot tué dans l’exercice de ses fonctions. Pas d’hommage ni de minute de silence pour les cheminots… Ils apprécieront la différence de traitement sans nul doute.
  4. Avec quel argent ce déplacement a-t-il été payé ? J’ose espérer que ce triste cirque n’a pas été payé par ses frais de représentation de député européenne. Nos impôts ne doivent pas servir à cela.
  5. Le rendez-vous était fixé à 09h15, cet horaire ne s’adresse visiblement pas aux gens qui travaillent. Il ne concerne que cette petite caste de personnes hors-sol qui vivent dans leur entre-soi, coupés de la population et de ses préoccupations réelles.

Rappelons-nous de ce genre de choses avant d »aller voter et n’oublions pas que ceux qui s’allient à ce parti en deviennent les complices.

Sologne et clôtures. Un combat gâché par les idéologues.

Un article récent de Reporterre a attiré notre attention. Cet article traite de l’engrillagement en Sologne.

Nous allons le décrypter ensemble mais je voudrais commencer par dire en préambule que ces grillages sont une plaie et une balafre sur notre belle Sologne. Ils empêchent les continuités écologiques, interdisent la libre circulation de la grande faune et sont souvent une insulte à l’éthique cynégétique. Le gibier est res nullius en droit français sauf s’il s’agit d’élevage. Il faut donc trouver un moyen de rendre à la Sologne son aspect originel de grande forêt ouverte. Ouverte, à la faune, oui mais pas à tous les dérives souhaitées par certains.

Il est aussi nécessaire de préciser que la Sologne fait une surface d’environ 500 000 hectares dont 90% sont privés et qu’il n’est pas question de limiter le droit de propriété et les prérogatives qui en découlent. 

La situation actuelle en matière de clôtures.

Ils ne sont pas interdits mais limités dans leurs caractéristiques. En décembre 2019, la région a voté un amendement au SRADDET (schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires), soumettant les grillages à certaines conditions, dont une hauteur de 1,20 m. maximum. Mais ceci n’est applicable que si les communes l’adoptent dans leur PLU.

Certains propriétaires qui ont installé des clôtures se défendent en disant vouloir se protéger d’intrusions, d’incivilités et de dégradations qui peuvent, en effet exister. De surcroit, le climat délétère entretenu par certains pourrait convaincre beaucoup d’autres propriétaires à faire de même. Alors que penser de cet article qui, en prétendant lutter contre les grillages, donne la parole à des gens dont les propos vont faire grimper les commandes de clôtures ?

Qu’est-ce que Reporterre ?

C’est un média internet qui traite d’écologie et d’enjeux sociaux et sociétaux et qui s’est longuement intéressé aux ZAD, vous savez ces rassemblements de gentils jeunes gens qui s’opposent au « saccage de la nature » mais laissent des champs de ruine derrière eux… Reporterre est dirigé par Hervé Kempf et compte Fabrice Nicolini comme « journaliste ». Kempf est un ancien du Monde, il participe à des émissions de France Inter avec Mathieu Vidard. Il est l’auteur des livres suivants :

  • Comment les riches détruisent la planète.
  • Pour sauver la planète, sortez du capitalisme.
  • L’oligarchie ça suffit, vive la démocratie.

La ligne idéologique est claire, elle explique sans doute son amour soudain des grands espaces libres car ils lui donnent l’occasion de mener sa lutte des classes dans le plus pur style de l’agit-prop marxiste des années 70.

Quant à Fabrice Nicolino, le monde agricole le connait un peu ; il est le grand pourfendeur du modèle d’agriculture et d’élevage français actuel auquel il oppose une vision qui nous ferait faire un bond d’un siècle en arrière.

Que dit l’article ?

Après une courte analyse factuelle plutôt correcte de la situation, le média ne peut s’empêcher de laisser libre cours à son penchant idéologique et donne la parole à certaines personnes dont les déclarations sont dans la droite ligne du média. Jugez-en plutôt :

« Dans la forêt de Sologne, dans le Centre-Val de Loire, le nombre de clôtures a explosé et empêche animaux — et promeneurs — de circuler librement. »

Et promeneurs ? Mais depuis quand les promeneurs peuvent-ils circuler librement dans une propriété privée ? Je serais curieux de voir la tête de ce monsieur Kempf si je débarquais dans son salon au titre du « droit à me promener librement »… Voici typiquement le genre de déclaration qui va inciter certains à grillager.

« Les propriétaires de bois se barricadent pour s’adonner librement à des pratiques cynégétiques intolérables », déclare un député du Cher, François Cormier-Bouligeon (LREM, ancien PS).

Quelles pratiques intolérables, cher monsieur ? La chasse en France est régie par des lois et des règlements et si ces mesures sont transgressées, les contrevenants prennent le risque de condamnations lourdes. Pour le reste, ne confondez pas éthique de chasse et loi. Restez-en à l’oenologie monsieur le député, vous devez sans doute mieux maîtriser…

Autre exemple de déclarations contenues dans l’article : Charles Fournier, candidat aux prochaines élections régionales sous les couleurs d’Europe Écologie-Les Verts déclare : « Le fond du problème n’est pas la circulation des animaux mais la privatisation et la mauvaise gestion de ce poumon vert auquel tout le monde devrait avoir un accès égal. »

Là au moins les choses sont claires ! Merci d’avouer à voix haute ce que beaucoup savent déjà, les écologistes se fichent des animaux, ce qui compte c’est la lutte des classes ! La faune et la nature ne sont que le cache sexe de l’idéologie marxiste qui est l’ADN de l’écologie politique aujourd’hui en France. Mon cher Charles, le surnom de pastèque vous va comme un gant !

Autre extrait de l’article : « Dans les « enclos de chasse », dont l’installation lourde et coûteuse est réservée aux plus aisés, les propriétaires peuvent organiser, toute l’année durant, des parties de chasse au succès presque garanti. »

Apparemment si les grillages n’étaient pas réservés aux « plus aisés », ils seraient plus supportables. De surcroit, il me semble utile d’aider Reporterre à faire la différence entre enclos et parc de chasse. Dans un parc, la chasse est soumise aux règles générales (dates d’ouverture et de fermeture, plan de chasse….) ; ce n’est que dans les enclos au sens légal du terme que l’on peut chasser toute l’année. Les caractéristiques d’un enclos sont très précises et définies par l’article L 424-3 du code de l’environnement. Peu de propriétés grillagées en Sologne sont considérées comme des enclos. Donc, encore une fois, les bonnes vieilles méthodes des gauchistes sont muses en oeuvre, mensonge, manipulation, distorsion des faits. Ceci est d’autant plus facile que les lecteurs sont totalement incompétents en la matière et qu’il est donc aisé de leur faire gober n’importe quoi. Comme je suis atterré de tant d’ignorance, je joins en bas de page le lien de la fiche de notre regretté ONCFS à ce propos. 

Le cas de l’association « Les amis de chemins de Sologne ».

Cette association, créée en 1998 par Raymond Louis, lutte contre l’engrillagement de la Sologne sans doute de bonne foi et avec des motifs honnêtes. Mais il lui arrive d’être dépassée par certains de ses membres qui profitent de ce combat plutôt sympathique pour assouvir leurs fantasmes de révolutionnaires en chambre. J’en veux pour preuve ce commentaire reçu sur Facebook et émanant d’un membre de l’association. Je le recopie tel quel « Oui, ben jusqu’à preuve du contraire c’est bien parce qu’elle est privée que la nature s’engrillage. Si elle était public ce problème n’existerait pas… » Et en avant vers la nationalisation des terres, la confiscation des propriétés, la dékoulakisation, la déportation des opposants, bref tout ce qui fait le charme si désuet des démocraties populaires… Voici quelqu’un qui est contre les grillages mais pas tous. Ceux des camps de travail lui sont sans doute mois insupportables.

Une telle association devrait s’attirer les sympathies de tous les groupuscules que je ne citerai pas. Et bien non ! Raymond Louis et quelques uns des membres ont le tort d’être chasseurs, ce qui les disqualifie aux yeux des verts et de l’inénarrable Madline Rubin de l’ASPAS qui a déclaré ne pas vouloir travailler avec cette association tant qu’elle sera dirigée par des chasseurs. Quelle ouverture d’esprit, quelle tolérance ! Les khmers verts tels qu’en eux-mêmes…

1. Article de Reporterre https://m.reporterre.net/En-Sologne-pour-la-chasse-des-kilometres-de-grillages-etouffent-la-foret?__twitter_impression=true

2. Fiche ONCFS parc/enclos http://www.oncfs.gouv.fr/Fiches-juridiques-chasse-ru377/La-chasse-en-enclos-ar1109#:~:text=La%20d%C3%A9finition%20de%20l'enclos,un%20endroit%20public(2).