Le salmis : un ragoût de petit gibier à tomber !

salmis

Rien à voir avec le salami ! Le salmis est un ragoût de petit gibier (bécasse, palombes, faisan, perdreaux…) ou d’oiseaux comme le pigeon ou le canard. Il s’accompagne d’une sauce relevée dont la finition se faisait traditionnellement devant les convives.

Pour commencer, bien que l’idée puisse vous venir en tête, ce plat n’a rien à voir avec le salami !

Le salmis est l’une des meilleures façons de déguster votre petit gibier. Ce petit ragoût sera parfait pour profiter au mieux de vos bécasses, palombes, faisans, perdreaux, pigeons ou canards.

Accompagné d’une sauce relevée, ce plat ravira tous vos convives !

Ce plat dont le nom est un raccourci pour « salmigondis », tirerait son origine du Sud-Ouest, région de prédilection pour la chasse à la palombe. Un peu tombée dans l’oubli, semble aujourd’hui revenir timidement sur les cartes des restaurants.

Pour réaliser correctement un salmis, le volatile est préalablement cuit à la broche. ON poursuit ensuite la cuisson en cocote en agrémentant d’oignons, de lard, de vin et d’une généreuse dose de poivre.

Lançons nous dans la préparation du salmis !

Ingrédients :

4 pigeons (garder les cœurs et les foies), 2 oignons, 5 cl de cognac, 1 bouteille de vin rouge, 20 cl de bouillon de volaille, 1 carotte, 1 c à s de farine, 2 gousses d’ail, 50 g de lard, 1 c. à c. de poivre noir, Sel

Préparation :

Dans une cocotte, faire dorer et flamber au cognac les pigeons puis les couper en deux et les réserver

Faire revenir le lard et les légumes taillés en julienne, ajouter une cuillère de farine, le vin et le madère

Laisser réduire et remettre les demi-pigeons avec le poivre

Poursuivre la cuisson 30 minutes à couvert

Ajouter les cœurs et les foies 5 minutes avant la fin de la cuisson

Filtrer la sauce et mixer

Sur le même sujet :

A Pâques, il trouve des œufs de … bécasse.

Les belles rencontres sont souvent au rendez-vous pour les chasseurs. Mais ce jour-là, quelle surprise pour Benjamin, parti cueillir quelques champignon, de tomber sur un nid de bécasse.

Pas de champignons mais des œuf de bécasse.

Benjamin est parti sur le petit plateau de Sault, dans l’Aude, espérant trouver quelques champignons. Lors de sa sortie, il eu la chance de découvrir un nid de bécasse. Quelle surprise ! Un moment unique et rare qu’a vécu Benjamin lors de sa sortie nature. Il a pu immortaliser la rencontre et ainsi partager l’information à la FDC de l’Aude, qui se servira de cette donnée pour suivre la couvée.

Photo issue de la FDC de l’Aude

Sur sa pagne Facebook, la fédération départementale des chasseurs de l’Aude explique « Jean-Charles GLEIZES, notre technicien, a alors sollicité ce chasseur pour qu’il le conduise au nid afin d’immortaliser ce moment rare et exceptionnel. Une fois le nid retrouvé, un suivi à distance a été mis en place.Ce suivi nous a permis de constater l’éclosion des 4 œufs. Les premiers jours de vie étant décisifs, nous souhaitons à la mère de pouvoir amener sa progéniture à terme. »

S’en suit un joli reportage photo, offrant des images exceptionnelles, partagées par ce passionné.

Photo issue de la FDC de l’Aude
Photo issue de la FDC de l’Aude
Photo issue de la FDC de l’Aude

Photos : Bécasse « chirurgienne » prise dans le Lot-et-Garonne

Je chassais avec un ami la bécasse aux alentours de Casteljaloux (47) . Nous sommes alors tombés sur cette bécasse très maligne.  Elle a su nous faire tourner en rond, Premier arrêt fantôme, elle était partie avant qu’on arrive. Un deuxième arrêt où elle nous laissera passer à côté d’elle pour mieux nous partir dans le dos. Puis enfin le troisième arrêt bien au sec sous les bruyères, elle ce laissera magnifiquement bloquer par les 2 setters.

Un coup de fusil à suffit pour que je récompense les chiens de leurs travaillent .

Je la bague, on prend une petite photo sur le moment même si il tombe des cordes.

Puis je m’aperçois que sur le retour du plâtre quel c’était faite, sous ce plâtre 2 petites bosses bien soignées.

Sur les différentes photos suivantes, nous pouvons observer un amas de boue, de végétaux et de plumes qui permettra la cicatrisation d’une vieille blessure.

 

Bécasse des bois : Jeune ou Adulte ?

Nous avons tous tenter d’identifier l’âge de la bécasse des bois lors de son prélèvement. En effet, il est possible grâce à son plumage d’identifier s’il s’agit d’une jeune des bécasse de l’année ou d’une adulte.

Nous avons découvert sur le site de la fédération départementale des chasseurs des landes une brochure très explicite sur la détermination de l’âge de la bécasse.

Vous pouvez la télécharger sur ce lien : détermination de l’âge de la bécasse des bois.

Mais de manière plus ludique une vidéo a été faite par M. Bazin technicien la fédération départementale des chasseurs de l’Aube.

Une manière ludique assez simple d’identifier et de déterminer l’âge de l’animal.

Incendie en Russie : la migration impactée ?

La bécasse des bois, ce petit oiseau de 300 grammes voyage à travers le monde entre la Russie et le bassin méditerranéen.

En octobre elle descend de la Russie et les pays nordiques pour passer l’hiver dans les secteurs où la neige n’est pas présente.

Chaque année en Russie la reproduction se met en place. Des techniciens français et étrangers sont alors dépêchés sur place afin de connaître le ratio de jeunes par rapport aux adultes.

Cette année encore des millions d’hectares de forêts sont partis en fumée dans des grands incendies . Mais cela impactera-t-il cet oiseau et sa migration ?

Le club national des becassiers tient à rassurer l’ensemble des chasseurs, mais invite à la plus grande prudence.

Bécasse des bois : consultation publique en cours

La bécasse des bois est un oiseau noble, qui est chassé par des passionnés durant la période automnale jusqu’à la fin du mois de février.

La mordorée au plumage cryptique permet de se cacher au plus profond de la forêt pour éviter les prédateurs.

Cette espèce ne peut pas être élevée dans une volière, elle est 100 % sauvage et mérite d’avoir un suivi efficace.

Une consultation publique est en cours pour la bécasse des bois.

Le but de cette consultation publique est d’indiquer si nous sommes favorables à la dématérialisation du système de suivi des prélèvements. En effet, le format papier du carnet de prélèvement habituel peut-être complémentaire du système de prélèvement sur application smartphone.

Dans cette consultation publique, il faut simplement indiquer que vous êtes favorable à l’utilisation de la nouvelle technologie et des applications pour le suivi de la bécasse des bois.

Le format papier sera toujours présent, il s’agira d’un moyen supplémentaire de remonter les prélèvements.

L’année dernière 10 fédérations, ont fait le test avec l’application. Au total 2268 bécasses on était indiquées comme prélevé grâce à l’application. Mais pour encadrer juridiquement ce système d’enregistrement des prélèvements, il faut qu’elle passe devant les instances adéquates.

 

Comment faire pour déclarer ses prélèvements de bécasses sur Chassadapt ?

Dans cet article nous allons voir comment déclarer que ce prélèvement de bécasses sur l’application de chassadapt.

Et comme vous pouvez le voir s’est très simple, suivez simplement étape par étape le cheminement suivant :

1 Création préalable d’un compte Chassadapt

Téléchargez et créez dès aujourd’hui un compte sur l’application smartphone Chassadapt. Vous pouvez la téléchargez à partir des stores

Pour appareil android : https://play.google.com/store/apps/details?id=com.fnc.hunter

Pour appareil Iphone : https://itunes.apple.com/us/app/chassadapt/id1434665762

Pour cela vous devez être connecté au réseau internet (3G, 4G ou wifi), vous munir de votre numéro identifiant Guichet unique à 14 chiffres (présent sur votre validation du permis de chasser).


2. En action de chasse

Lors de la période chasse, il est indispensable de se connecter avec réseau avant de partir à la chasse afin d’ouvrir l’application et de consulter l’état du quota (volet « informations quota » dans l’application). Lors de la journée l’application permet de saisir un prélèvement même sans réseau.


3. Informations des quotas

Pour les espèces qui seraient soumises à un quota collectif, vous serez informé de l’évolution des prélèvements et de l’atteinte du quota par des pastilles de couleur présentent sur l’application.

L’état de consommation du quota collectif :
: Quota collectif ouvert. La déclaration des prélèvements sur le terrain est obligatoire.
: Le quota national est susceptible d’être bientôt atteint, organisez vos sorties en conséquence
: Quota atteint d’un moment à l’autre, nous vous conseillons d’arrêter de chasser l’espèce pour ne pas risquer d’être en infraction, notamment si vous chassez dans une zone non couverte par le réseau internet
: Suite à la fin du quota collectif, aucune déclaration de prélèvement de l’espèce n’est possible


4. Le contrôle
Toute saisie d’un prélèvement génère automatiquement un QR code crypté qui fait office de marquage de l’animal prélevé. C’est ce QR code qui devra être présenté aux agents de contrôle.

Voilà vous avez enfin fini .

Votre bécasse est enregistrée sur la base et vous pourrez en cas de contrôle montré le QR code à un agent assermenté .

Carnet de prélèvement bécasses bientôt la fin ?

Depuis plusieurs années, le carnet de prélèvement format papier existe dans toutes les poches des chasseurs désirant chasser la mordorée. Chaque chasseur ayant la possibilité de prélever 30 bécasses au cours de la saison de chasse. Pour se conformer à la loi, il était impératif de baguer chaque animal prélevé lors de l’action de chasse .

Mais l’arrivée du numérique cela amène sont lot de nouveautés.

En effet, l’année dernière l’application chassadapt arrive sur nos téléphones . D’ailleurs l’équipe de VDC avait pu la tester à ça sortie, mais elle était limitée sur les animaux possibles au prélèvement .

Mais pour la saison 2019- 2020, il sera possible de saisir vos prélèvements bécasses sur l’application smartphone.

La déclaration doit être faite sur l’application immédiatement après le prélèvement.
Cette déclaration sera valable en cas de contrôle, vous n’aurez plus à poser de bagues sur l’oiseau. L’application générera en effet un QR ode que vous devrez présenter au garde en cas de contrôle;

Chaque chasseur devra choisir entre avoir un carnet de prélèvement traditionnel papier délivré par sa fédération ou utiliser l’application smartphone Chassadapt. Il ne pourra pas avoir les deux pour la même saison de chasse. Si l’application Chassadapt n’est pas compatible avec votre téléphone, alors vous pourrez revenir vers votre fédération pour demander un carnet papier.

Dans tous les cas le prélèvement maximum autorisé est de 30 oiseaux par chasseur. Vous pourrez suivre vos prélèvements à travers votre historique de prélèvements sur votre compte.
L’application ne gérera pas et n’informera pas des PMA locaux (hebdomadaire ou mensuels selon les départements). Vous devez vous renseigner avant d’aller à la chasse sur la réglementation du département.

Selon les besoin et la réglementation à venir, l’application sera capable de suivre les quotas collectifs pour certaines espèces.

Encore une grande avancée dans le monde la chasse mais pour les plus anciens et les plus nostalgiques il sera possible de garder le format papier .

Une bécasse prélevée à 3000 km de son lieu de baguage

Les fédérations départementales des chasseurs ont un rôle très important dans le suivi des espèces animales . Aujourd’hui plus que jamais le suivi est primordial pour la gestion des espèces migratrices et sédentaire.

La fédération départementale des chasseurs de l’Oise avait capturée  le 23 novembre 2017 une bécasse des bois dans le département . Elle fût prélevée le 5 mai 2018 lors une partie de chasse en Russie soit 163 jours plus tard .

Cette bécasse a donc parcouru 3000 kilomètre, une distance importante pour un animal de 330 grammes. La bécasse des bois est un animal migrateur traversant toute l’Europe pour fuir la neige et les sol gelés de Russie lieu de reproduction de l’espéce.

 

Bécasse : Bilan de la reproduction 2018

Bilan de la reproduction de la Bécasse des bois par le Club National des Bécassiers

En conclusion, après une période critique de reproduction marquée par des températures plutôt supérieures à la moyenne et un bilan hydrique faiblement déficitaire qui faisait estimer que les conditions météorologiques pour la période critique de reproduction semblaient satisfaisantes, la période secondaire incite à nuancer davantage cette appréciation.

Juillet et août ont probablement perturbé le déroulement de la reproduction dans certaines zones. Certes, si la chaleur a sévi partout, c’est surtout la Fennoscandie qui en a souffert le plus.

Or, cette zone n’est pas réputée fournir la majorité de nos bécasses hivernant en France. Mais pour les zones mises en évidence par les bécasses équipées de balises en France, la suite de la reproduction s’est également déroulée dans des conditions moins favorables que pendant la période critique, à cause de la chaleur et de la faible humidité des sols, la sécheresse des sols s’étant, ainsi, aggravée dans quelques régions.

C’est surtout la grande différence de situation thermique et hydrique d’une zone à une autre pendant la période secondaire qui incite à rester prudent et à ne pas généraliser.

 Par le fait, la grande disparité des conditions météorologiques selon les zones de reproduction entraînera probablement des disparités de fréquentation dans les zones d’hivernage, tandis que peut-être, ces disparités pourraient être accentuées dans nos zones de chasse dès la phase migratoire, selon l’état des sols d’accueil dans notre pays et aussi dans ses approches. 

Les conditions météorologiques de la période de reproduction laissent donc entrevoir une fréquentation moyenne pendant la saison de chasse 2018/2019, avec de forts contrastes d’une région à une autre et pouvant aussi présenter de fortes disparités à l’intérieur d’une même zone.

Retrouvez le compte rendu complet ICI