Skip to content

A Lyon, la mairie bannit le foie gras et veut que les restaurateurs fassent de même

À Lyon, Guignol n’est plus au théâtre mais à la mairie. Après Strasbourg et Grenoble, Lyon bannit le foie gras des réceptions officielles. Le petit Grégory (Grégory Doucet, maire de Lyon) va même plus loin, il engage les restaurateurs à faire de même.

A quand une police des moeurs alimentaires ?

Le foie gras serait, selon les élus verts « un produit d’un élevage allant intégralement à l’encontre du bien-être animal ». Les municipalités conquises par les écolos ont donc « décidé de stopper le service de foie gras lors des événements officiels, buffet et réception ». A Lyon, le maire si mal élu (62% d’abstention), a décidé de franchir un pas supplémentaire. Il engage les restaurateurs lyonnais à en faire autant. Il déclare vouloir « élargir le dialogue autour de ces questions, afin que son initiative puisse être suivie dans les restaurants pour limiter au maximum le service du foie gras, voire l’arrêter. »

Cette décision a déclenché la colère des restaurateurs lyonnais. Christophe Marguin, chef cuisinier à Lyon et président de l’association des Toques Blanches a déclaré « Une fois de plus, notre maire se trompe de combat. Personnellement, je pense faire un deuxième plat à base de foie gras« .

Puisque cette décision est fondée sur la notion si floue de « bien-être animal », il faut s’attendre à ce que d’autres interdits viennent compléter la liste. Ce sera bientôt la viande en général qui sera dans le collimateur de ces ayatollahs. Il faut se rappeler que la municipalité lyonnaise a déjà décidé la quasi suppression de la viande dans les menus des cantines scolaires.

Lyon, capitale de la gastronomie va-t-elle devenir la capitale de l’interdit alimentaire ? Y aura-t-il un petit livre vert édictant les règles de morale alimentaire à destination des habitants ? La municipalité va-t-elle mettre en place une police des moeurs alimentaires ?

Avec les verts la liste des interdits s’allonge de jour en jour. Sapin de Noël, tour de France, rêves d’enfants, aviation, patrouille de France, voiture, maisons individuelles, chasse, pêche, foie gras. Bienvenue dans leur monde orwellien.

Et comme nous ne sommes pas près de nous soumettre à ces diktats de la bien-pensance, nous vous proposons une recette qui ne plaira pas aux tristes sires de l’écologie politique. Pour deux raisons, elle est à base de venaison et comporte du foie gras. Elle sera encore meilleure à déguster en pensant que cela les fait enrager…

—> Tournedos de biche au foie gras

Petite histoire du foie gras

Le foie gras est un met très ancien. Les Egyptiens gavaient déjà des oies il y a plus de six mille ans. La première recette écrite de « Jecur ficatum » (foie aux figues) date du IVe siècle. On la trouve dans le célèbre ouvrage De re coquinaria d’Apicius. En Égypte, à Gizeh on a découvert de nombreux bas-reliefs décrivant ces procédés. À Saqqarah, près de l’actuelle ville du Caire, des tombeaux de vizirs révèlent l’activité d’élevage des oiseaux d’eau. One peut y voir des scènes présentant une méthode de gavage parfaitement au point.

Ensuite, ce sont probablement les grecs qui transmettront aux romains le goût du foie gras. Plus tard, les hébreux ont perpétué la tradition d’élevage et de gavage de leurs anciens maîtres égyptiens. Venus de Palestine, après avoir franchi la mer rouge, ils se disperseront plus tard en Europe, notamment en Hongrie, Bulgarie, Pologne et France.

ANNONCES

Les dernières actualités

ANNONCES

ANNONCES

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments