Skip to content

Non, les chasses traditionnelles ne menacent pas les oiseaux

Selon Guillaume Gontard, sénateur EELV, il est normal d’interdire les chasses traditionnelles car elles sont un danger pour les espèces d’oiseaux concernés. Mais que c’est c… un vert ! Faut-il être naturellement menteur, manipulateur et incompétent pour être un élu chez les verts ou organisent-ils des stages internes au parti pour se former ? On peut se poser la question tant chaque jour nous réserve son lot de déclarations plus ubuesques les unes que les autres. Sandrine Rousseau se fait plus discrète, c’est dommage, nous avions une championne du monde avec elle…

Un postulant pour le titre avec Guillaume Gontard, sénateur vert de l’Isère.

Lors d’une interview sur Public Sénat, ce sénateur EELV a déclaré qu’il se félicitait de la suspension des arrêtés à propos des chasses traditionnelles. Jusque-là, pas de surprise, il est dans son rôle d’élu EELV. Dénigrer la chasse, les chasseurs est un sport très pratiqué dans ce parti. Par contre, les arguments utilisés pour justifier sa satisfaction sont du plus grand ridicule. « Ces chasses sont non sélectives. » « On a perdu 1/3 dépopulations d’oiseaux d’oiseaux dans notre pays. »

Non sélectives : FAUX ! Pantes, matoles, glu et tenderies sont sélectives. Ce sont des modes de chasse qui imposent au chasseur de rester à proximité de ses appareils pour, justement, vérifier que d’autres oiseaux ne sont pas attrapés. Et si c’est le cas, de les relâcher.

Il faut interdire car on a perdu 1/3 d’oiseaux dans notre pays. FAUX ! Il y a, en effet, une baisse de certaines populations d’oiseaux communs en France. Mais les espèces qui se portent le mieux sont souvent des espèces chassées ! Par exemple le pigeon ramier dont les effectifs sont en augmentation de presque 100%. Mais puisque ce monsieur semble avoir besoin de quelques leçons, voici des données plus précises.

LIRE AUSSI : étude oiseaux communs du Museum d’histoire naturelle.

Le statut UICN des oiseaux concernés par les chasses traditionnelles

Il faut savoir que l’Union Internationale de la Conservation de la Nature (UICN) a dressé un inventaire de toutes les espèces animales. Cet inventaire classe les espèces en fonction de leur état de conservation. Cela va de « Non évalué » à « Éteinte au niveau mondial ».

Passons en revue l’état des populations d’oiseaux concernés par les chasses traditionnelles :

  1. Pluvier doré concerné par la tenderie dans les Ardennes : statut UICN : statut LC, c’est dire préoccupation mineure, non menacé. Quota prévu par les arrêtés : 30
  2. Vanneau huppé concerné par la tenderie dans les Ardennes : statut UICN NT, non menacé. Quota accordé : 1200
  3. Alouette des champs concernée par les pantes et matoles : statut UICN LC, c’est dire préoccupation mineure, non menacée. Il faut néanmoins noter une baisse numérique du fait de l’agriculture moderne. Quota accordé : 106 500
  4. Turdidés (grives et merles) concernés par la tenderie dans les Ardennes. Quota accordé : 5800. Population européenne estimée à 700 millions.
  • Grive draine : statut UICN LC, c’est dire préoccupation mineure, non menacée
  • Grive litorne : statut UICN LC, c’est dire préoccupation mineure, non menacée
  • Grive mauvis : statut UICN : NT non menacée
  • Grive musicienne : statut UICN LC, c’est dire préoccupation mineure, non menacée

Oser dire que ces chasses représentent une menace pour les espèces concernées est une énormité. Soit ce petit bonhomme vert ment sciemment, soit il est totalement incompétent. Ou les deux en même temps.

LIRE AUSSI : Pantes, matoles et tenderies à nouveau autorisées. Voici les arrêtés.

ANNONCES

Les dernières actualités

ANNONCES

ANNONCES

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments