Skip to content

Sous l’A62 un tunell à blaireaux et sangliers est créé

Bonne nouvelle pour les animaux . L’autoroute est l’une des pire barrière que l’homme puissent créer pour les animaux sauvages. Elles sont infranchissables si des aménagement ne sont pas créés.

Dans le cadre du Plan de relance autoroutier, Vinci Autoroutes vient de construire un nouveau passage pour la faune sous l’A62, au niveau de la commune de Saint-Porquier. D’une hauteur de 1,20 mètre, ce tunnel permettra aux sangliers, blaireaux mais aussi chevreuils d’élargir leur domaine dans la forêt d’Agre

Onze jours et pas un de plus. Un cahier des charges très serré imposé par Vinci Autoroutes aux sociétés prestataires pour réaliser l’écoduc de 31 mètres de long sous les voies de l’A62. Avec une zone de chantier imposant un double sens sur une portion limitée à 50 km/h (et dotée d’un radar de chantier), le calendrier était très serré. «À compter de demain matin, le trafic va augmenter de 20 %(et atteindre les 24 000 véhicules/jour) avec les départs en vacances. Il était capital de bien régler ce chantier avant le départ de la zone C en vacances de Pâques, assure Guillaume Fraile, chef d’exploitation de Vinci Autoroute à Montauban. Nous avions donné notre feu vert sur cette période de l’année où la météo est en principe plus clémente. Mais si le mauvais temps avait dû retarder les équipes, on arrêtait tout sans avoir terminé pour reprendre plus tard dans l’année.»

Un chantier très perturbant pour la circulation car le tunnel n’a pas pu être foré par en dessous pour des raisons techniques. C’est une tranchée de 3 mètres de profondeur qui a été percée en travers des voies de circulation. «Une vingtaine de blocs de 1,20 m sur 1,20 m ont été emboîtés sous terre. Nous avons neutralisé un axe de circulation la semaine dernière puis le second cette semaine. Le revêtement est refait immédiatement en veillant à ce que la chaussée redevienne parfaitement lisse, explique Bastien Horreaux, conducteur d’opérations chez Vinci Autoroutes. Un tel chantier, avec des limitations importantes de vitesse imposées aux automobilistes est toujours stressant. Nous avons toujours à l’esprit les règles de sécurité liées au trafic mais aussi sur le chantier où une cinquantaine de personnes travaillent à quelques mètres des voies. Même si toutes les dispositions et procédures sont mises en place, on pousse un grand ouf de soulagement quand le chantier se termine bien pour tout le monde.»

Dès ce soir, les machines, les cônes et les panneaux seront rangés. Place à la circulation sur toutes les voies mais aussi dessous pour la faune sauvage.

Un point de passage pas choisi au hasard

Dès la conception de ce projet, Vinci a associé des écologues et des spécialistes de la faune. Le site d’implantation a été choisi suite à des expertises précises. Cet axe doit permettre à de nombreuses espèces protégées telles que la loutre, le putois d’Europe, la genette commune ou encore le campagnol amphibie de passer d’un côté à l’autre de la forêt d’Agre. Haut de 1,20 mètre, il permettra aussi aux nombreux blaireaux et sangliers qui endommagent les grillages de protections sur ce secteur de passer en toute sécurité. Le sol de l’écoduc a été recouvert de terre pour mieux reconstituer un habitat naturel.

ANNONCES

Les dernières actualités

ANNONCES

ANNONCES

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments