Compilation de vidéos de chasse

Sanglier sanglier de 105kg

Depuis maintenant 2 mois la chaine de Feliew, influenceur dans l’univers de la chasse, propose une compilation de vidéos de chasse. Des dizaines de séquences filmées par des amateurs passionnés et montées afin de créer une compilation. Plus de 21 minutes de chasse intense vous attendent. I

Dans cette compilation vous retrouverez des vidéos de :

Gibier dans nos assiettes, un met sain et local

Le gibier s’invite de plus en plus dans nos assiettes. Afin de valoriser ce met fin ainsi que la filière gibier, le parc naturel régional des ballons des Vosges a invité trois chefs de la vallée de Kaysersberg pour un atelier autour de la venaison. Cet atelier atypique a été l’occasion de faire découvrir et déguster ce viande d’exception, s’inscrivant parfaitement dans l’ère du temps et du « consommons local ».

Un atelier culinaire autour du gibier

Pour la première fois en France, la marque « Valeur Parc Naturel Régional » a été attribuée à une entreprise de la filière gibier par le PNR des ballons des Vosges. Dans ce cadre, afin de valoriser cet atout bien spécifique au territoire le parc a mis en place un atelier culinaire autour du gibier.

« Le gibier est une super ressource naturelle dont on peut prélever une partie, en gérant les populations, tout en conservant un équilibre », précise Édouard Rapp, cogérant de Nemrod. Nemrod est une marque de produits à base de gibiers exclusivement sauvages et français. Il ajoute ensuite dans le quotidien l’Alsace « C’est une viande locale, chassée en Alsace ou dans les Vosges, saine de par l’alimentation naturelle, sans les dérives de l’élevage intensif, et durable ».

Au menu, croustillant de chevreuil aux fruits d’automne

Daniel Zenner, Alain Schmitt et Olivier Nasti ont animé les fourneaux et le menu. Les trois mousquetaires ont pu détailler les étapes de leur réalisation. Ainsi le croustillant au chevreuil aux fruits d’automne plat de saison inventé par Danier Zenner a ainsi pu être présenté et servi. Alain Schmitt lui, a proposé un tartare de sanglier aux figues et marmelade de pêche de vigne. Une recette qui a du goût et l’audace du gibier au rendez-vous. Il souligne que « Le gibier apporte un goût différent. Il y a plein de choses à faire avec, c’est ça qui est génial ». Olivier Nasti chef doublement étoilé a quant à lui préparé un feuille à feuille de biche et foie gras, vinaigrette aux airelles et aux noisettes. Cette recette dont il a le secret figure à la carte de son établissement. « Dans le gibier, il y a un approvisionnement local, une complexité, une saisonnalité… Il faut savoir le sélectionner. Le cerf en plein brame n’est pas bon. Le chamois est meilleur avant la saison des amours », détaille-t-il. Au-delà de la technique des chefs, Olivier Nasti rassure : « Pour moi, le gibier se cuisine comme le bœuf. »

Des recettes exceptionnelles et un public comblé

Les recettes proposées ont pu ravir le public qui a pu participer à la dégustation. Cela a permis de casser les clichés et les  » a priori  » sur ces viandes d’exception trop méconnue aujourd’hui. Valoriser la venaison de la sorte est très judicieux pour la simple et bonne raison que c’est une viande locale, saine et durable, ces adjectifs qui qualifient parfaitement ce met placent la viande de gibier au coeur d’un débat tout à fait actuel : consommer local consommer naturel. De quoi ramener la viande de nos forêts dans nos assiettes. Les chasseurs sont donc depuis toujours dans l’air du temps.

[Vidéo] Partez chasser avec Alexis Hunting

S’il y a bien un passionné aux vidéos passionnantes, c’est Alexis Hunting, sans oublier Laser, son fidèle ami. Investi dans la gestion des espaces naturels, il est, depuis tout petit passionné par la chasse et la nature. Dans sa chaîne YouTube, dédiée à sa passion de la chasse du grand gibier, Alexis nous fait vivre de grandes émotions au poste comme à la traque.

Alexis Hunting, l’amoureux du grand gibier

Grand passionné de chasse, de la faune et des espaces naturels, Alexis Hunting a créé sa chaîne YouTude dans le but de partager sa passion et ses observations. Ce passionné cartonne aussi par ses publications photographiques. Il possède une page Facebook et Instagram. En effet, lorsqu’il en a le temps, il part observer les cerfs et les suit année après année. « En mêlant ces deux passions sur les mêmes territoires cela me permet de suivre et de voir l’évolution des animaux en milieu sauvage année après année jusqu’à leur fin. Et ce, avec toutes les espèces. Mais particulièrement le cerf élaphe qui, de par son aspect majestueux, sa discrétion, me rend ébahi à chaque rencontre, comme un enfant devant sa célébrité préférée ». Des histoires et observations fortes, qui se veulent passionnantes et pédagogiques.

Fort de ses 10 500 abonnés, il valorise la chasse du grand gibier au travers la traque et la battue. Découvrez donc sa chaîne au travers de nombreuses vidéos passionnante ou la passion est reine.

Sur le même sujet :

Des chasseurs sauvent un cerf condamné

Passer du temps dans la nature, observer, c’est connaître son environnement et les populations animales présentes. Dans la Vallée du Giffre, un chasseur (Mountain Hunter) raconte comment lui et d’autres chasseurs ont sauvé un cerf pris dans les fils d’un parc à chevaux, qui semblait pourtant condamné. Une belle histoire qu’il nous raconte et partage à découvrir ci-dessous.

Le cerf sauvé par des chasseurs

Moutain Hunter, fier de l’action et d’avoir sauvé le roi de la forêt raconte l’histoire. Telle une fable on rencent la joie et le bonheur de sauver un tel animal.

« Hier matin je pars pour faire ma petite sortie brame du cerf. Je passe devant chez un copain qui me dit qu’il y a un cerf, coincé dans les fils de parc à chevaux juste en face. Je m’arrête donc pour voir ça. Les pompiers arrivent, ils n’ont pas de fusil hypodermique, ils appellent ceux d’une autre caserne. Les pompiers préparent les fléchettes et y vont. Le problème c est que la portée est très courte 10 /15 mètres, ils tentent un premier tir, loupé ça passe en dessous , ils étaient trop loin. Ils retournent préparer une nouvelle fléchette, et l’attaquent par un autre côté. L’approche est bonne, le tir parfait. Quelques dizaines de minutes plus tard, ce beau jeune cerf 10 cors irréguliers s’endort, il faut agir vite. Munis de pinces coupantes, nos chasseurs et les pompiers vont libérer ce beau bébé en coupant ces mètres de fils de parc entortillé sur sa ramure et autour de son cou. Enfin, libéré, il mettra quand même quelques minutes à se relever après la piqûre stimulante, et retrouvera son bois en titubant. Bravo et merci aux chasseurs, aux pompiers et riverains ».

Lire aussi : Écouter le brame : où, quand, comment ?

Découvrez le reportage photos et vidéos

Sur le même sujet :

la FDC03 et M. Kleboth sauvent un dix cors

Il s’agit de LA belle histoire de la semaine. Il y a quelques semaines, les techniciens de la fédération des chasseurs de l’Allier ont sauvé un cerf bloqué dans une propriété clôturée. Tout a été mis en œuvre afin que l’animal ne soit pas abattu. Découvrez le récit de cette histoire qui se termine bien, grâce au personnel de la FDC03 et du propriétaire, M. Kleboth.

Un dix cors sauvé, une belle histoire à raconter

Les histoires de chasses, il s’en raconte par centaine. Des vraies, des fausses, exagérées, contées. Les histoires de chasse font l’ambiance et animent les débats. Cette semaine, c’est la FDC03 qui nous raconte sa belle histoire. Dans le secteur de Tronçais, un cerf a sauté la clôture d’un propriétaire et s’est retrouvé bloqué. Face à pareille situation, M. Kleboth a décidé de contacter la fédération de chasse afin de le sauver. Ainsi, une grande opération a eu lieu pour tenter de sortir le cervidé de la propriété clôturé.

La FDC03 raconte sur sa page Facebook. « Il y a 2 semaines, dans le secteur de Tronçais. Un cerf a sauté la clôture d’une propriété et s’est retrouvé enfermé à l’intérieur de celle-ci. Le propriétaire, Eric Kleboth, a contacté la FDCA pour trouver une solution afin de ne pas avoir à faire tuer cet animal par un louvetier. La FDCA et le propriétaire avec l’aide de bénévoles ont alors mis en place un véritable plan de sauvetage. En installant une rubalise pour amener le cerf vers le portail de la propriété et ainsi le faire sortir.

Ils ont renouvelé l’opération 8 fois, sans succès, car le cerf butait au portail, pourtant grand ouvert depuis des jours et refusait de regagner la forêt. M. Kleboth a alors décidé d’utiliser les grands moyens et a ouvert le grillage de sa propriété sur plus de 10 mètres. C’était le bon choix, car samedi dernier, le cerf est sorti par cette ouverture, comme en attestent les pièges photos installés par Richard Porte, administrateur de la FDCA. La FDCA remercie vivement M. Kleboth de l’avoir sollicitée pour cette opération. Elle remercie aussi tous les bénévoles qui ont participé au retour du cerf en forêt ». Ci-dessous, découvrez les images de l’opération.

Sur le même sujet :

Scandale : en battue, il tue un cerf en dehors de la période de chasse

Le mauvais comportement de la semaine revient à un « chasseur » de l’Orne qui a, durant une battue aux sangliers, tiré et tué un vieux cerf. Les mauvais comportements ne concernent pas que la sécurité, le non-respect des consignes et des périodes de chasse sont aussi des enjeux importants. Un tel comportement renvoie une nouvelle fois, une mauvaise image de la chasse et du chasseur à la société.

Battue au sanglier il tire un cerf

Encore une fois, le monde de la chasse se serait bien passé de ce coup de projecteur. Samedi 17 septembre, avant l’ouverture de la chasse, un chasseur a, durant une battue aux sangliers, tiré sur un cerf à Mauves-sur-Huisne (Orne). La fédération départementale des chasseurs se dit indignée. Une enquête est donc ouverte.

Ainsi, sur autorisation préfectorale, des battues ont pu être organisées avant l’ouverture de la chasse afin de limiter les dégâts des sangliers dans les cultures. Mais malheureusement, un chasseur au comportement scandaleux a fait de la battue un enfer. Dans un champ de colza, tout près d’une route, un vieux cerf qui avait ses habitudes dans le secteur, traverse et se stoppe. Voyant l’animal, le braconnier (de sa définition), décide de tirer sur l’animal, se situant sur une propriété privée.

Pour rappel, voici le jeu des 100 différences

La FDC consternée

La Fédération de chasse de l’Orne, est totalement sous le choc et consternée. « Ce n’est pas possible de voir ça, ce n’est pas digne des chasseurs et de leur éthique ». Yves L’Honoré, technicien supérieur à la fédération, est scandalisé. « Le président de Balorre est véritablement atterré par ce qui s’est passé ».

Lire aussi : Braconnage : code de l’environnement

C’est un porteur de permis, rien de plus. Il a commis de nombreuses fautes graves qui ont fortement atteint la communauté des chasseurs, qui se désolidarise totalement de cet acte. C’est une brebis galeuse.

Le Perche

Hors période de chasse, l’individu n’avait aucun droit de tirer sur cet animal. A cet effet, la fédération des chasseurs de l’Orne annonce qu’elle se portera partie civile à la fin de la procédure. « Nous demanderons, par l’intermédiaire de notre avocat, une peine exemplaire contre cet individu », détaille Yves L’Honoré.

Sur le même sujet :

[Vidéo] Des choucas récoltent des poils de biche

La nature réserve parfois de nombreuses surprises. La preuve en est, dans cette vidéo, où l’on observe des choucas des tours se saisir des poils d’une biche afin de faire leur nid. Si ce moment extraordinaire a pu être immortalisé, il n’est pas rare de pouvoir l’observer dans la nature.

Des choucas en plein vol !

Le choucas des tours aussi appelé corbeau choucas, est un oiseau de la famille des corvidés. Dans cette vidéo, nous pouvons voir des individus venir sur le dos d’une biche afin de récupérer des poils. Surprenant ? Oui, mais tout à fait normal. En effet, ces corvidés utilisent les poils du cervidés afin de venir confectionner leur nid. Le cervidé ne semble pas plus dérangé que ça. En effet, probablement habitué à ce genre de situation, le choucas lui permet de se débarrasser de son poil d’hiver. Cette scène magnifique a pu être immortalisée, c’est pourquoi nous vous la partageons. La nature est un monde merveilleux où les interactions entre espèces sont d’une utilité sans égale.

Vidéo issue de la page Facebook de Ahmad Akelenga Abu Anas

Sur le même sujet :

[Vidéo] Ce cerf saute pour se débarrasser de ses bois

Ce cerf n’est pas atteint d’une crise de folie. Il essaie de se débarrasser des ses bois en sautant. C’est l’époque de la mue pour ce cerf mulet (Mule deer, espèce de cerf vivant aux États-Unis et au Canada).

La mue, ce phénomène étonnant. [ ]

La chute et la formation des bois sont en relation avec la sécrétion de la testostérone (hormone sexuelle). Les cerfs âgés perdent leurs bois en premier, dès le mois de février. Les daguets sont les derniers et la chute peut avoir lieu pour eux jusqu’au mois de mai. Le cerf qui vient de perdre ses bois est appelé cerf mulet. A ne pas confondre avec le mule deer américain (Odocoileus hemionus) de cette vidéo qui est, lui, une espèce de cervidé d’Amérique du Nord.

Les nouveaux bois (les refaits) sont d’abord spongieux et se minéralisent progressivement. Le velours qui recouvre les refaits est un tissu de protection. La repousse complète dure de 120 à, 140 jours. La chute des velours se fait dans le même ordre que la chute des bois. Début juillet pour les grands cerfs et jusqu’à septembre pour les daguets.

Merci à Jeff Enns pour cette vidéo ! Sa chaîne You Tube est à voir ici : Jeff Enns

« Le cycle mystérieux de la chute et du refait saisonnier de ses bois l’assimile à l’arbre de vie. La sève qui nourrit sa ramure surgit des mêmes sources que la semence inépuisable dont il inonde le ventre des biches à la saison du brame. Dans le refait de ses bois, dans l’ivresse du rut et dans le combat contre ses rivaux, il est la fécondité incarnée, l’image vivante de la perpétuelle régénération de la nature. Depuis les temps les plus reculés, sa majesté, sa ramure et sa fertilité ont acquis un pouvoir sans égal sur l’imagination des hommes. » Dominique Venner (Dictionnaire amoureux de la chasse. Éditions Plon)

Sur le même sujet :

—> (Vidéo) Dans l’intimité d’un grand cerf

—> (Vidéo) Un cerf charge un chasseur

(Vidéo) Il roule avec un cerf vivant dans son coffre

Évidemment, cela se passe aux États-Unis, en Pennsylvanie plus exactement. Un couple en voiture se fait arrêter par la police qui trouve un cerf de Virginie vivant dans le coffre du véhicule.

Ceux-ci racontent alors aux policiers qu’ils ont trouvé l’animal inanimé sur le bord de la route et, le pensant mort, l’ont chargé pour le ramener à la maison. En route, il s’est réveillé et ses mouvements ont attiré l’oeil des policiers. Ceux-ci ont stoppé la voiture et ordonné de libérer l’animal. Il paraît que cela s’est terminé par une garde à vue. Merci à la police de Newberry pour ces images.

Sur le même sujet :

—> (Vidéo) Un cerf charge un chasseur