La fédération des chasseurs de l’Aude dépose plainte

Mercredi, la fédération départementale des chasseurs de l’Aude a déposé une plainte à l’encontre de l’association « Point Info Lynx ». Cette démarche a été entreprise suite aux propos haineux tenus par le responsable sur Facebook. Être anti-chasse, c’est envisageable, se féliciter de la mort d’un chasseur non.

La FDC11 dépose plainte

Les réseaux sociaux sont un fléau. En effet, par leur utilisation, beaucoup crachent leur venin. Ainsi, ils se permettent d’exprimer des choses qu’ils n’auraient jamais dites dans la vie courante. La preuve en est, Alain Auger, chasseur passionné et investi pour l’environnement a perdu la vie dans un accident de tracteur. Suite à cet événement, qui a ému beaucoup de monde dans le secteur. Mercredi 4 mai, Patrice Lemoine, directeur de la fédération des chasseurs de l’Aude, s’est rendu à la gendarmerie de Trèbes. Il a déposé plainte à l’encontre d’une association anti-chasse pour « incitation à la haine ». En effet, l’association « Point Info Loup Lynx », présente sur les réseaux sociaux s’est enjouée de la mort de cet homme.

« Chaque fusil en moins dans la nature, c’est bon pour la vie. C’est bon pour la planète. Chaque fusil, chaque carabine en moins dans la nature, ce sont des vies sauvées. Des vies d’animaux, des vies de promeneurs, des vies de joggeurs, des vies de vététistes, à chaque tueur qui disparaît, ce sont des vies sauvée« .

Lire aussi : Willy Schraen contre Brigitte Bardot

Défendre la chasse.

De ce fait, après avoir constaté la présence de la publication. Patrice Lemoine a fait appel à un huissier pour un constat, avant que tout ne soit effacé. Il s’exprime « il y a eu un déchaînement de commentaires du même style que celui préalablement cité ». Un constat amer. Ainsi, la démarche entreprise est pour défendre l’intérêt des chasseurs. Il ajoute, « c’est important d’accompagner la famille et de ne pas en rester là. Ce serait dégueulasse de laisser faire sans dire« . Enfin, la procédure suit son cours, la FDC11 est dans l’attente d’une réponse du parquet de Carcassonne.

Sur le même sujet :

Les anti-chasse insultent et harcèlent une maire sur les réseaux sociaux

La maire de Laillé en Bretagne subit les insultes et le harcèlement des anti-chasse sur les réseaux sociaux suite à un incident dans sa commune. Haine et mensonges sont, comme d’habitude, les armes de nos opposants.

Une meute de chiens tue deux chats dans un lotissement

Le 20 septembre, une chasse au sanglier a lieu autour de champs de maïs à proximité de Laillé. La meute de chiens de chasse, composée d’une trentaine de beagles, entre dans un lotissement, rencontre des chats qui divaguaient et les poursuit. Malheureusement, deux chats sont tués. Les propriétaires sont ulcérés, furieux et décident de porter plainte et alertent aussi une association anti-chasse locale, Forest Shepherd Bretagne. Les agitateurs prennent contact avec quelques habitants et l’argumentation classique et bien rodée des groupuscules est maintenant répétée par les riverains : « On ne nous dit rien. Il n’y a aucun panneau. » dit l’un d’entre eux. Cette personne n’a certainement pas vu les panneaux qui sont obligatoires pour toute action de chasse collective au grand gibier. Le président de la fédération de chasse est désolé de cet incident mais regrette que les anti-chasse en profitent pour mettre de l’huile sur le feu.

La maire est maintenant la cible d’insultes et de harcèlement des anti-chasse

La triste histoire ne s’arrête pas là. Les collectifs opposés à la chasse lancent une campagne de harcèlement et d’insultes à l’encontre de la maire de Laillé. Ils demandent sa démission et l’accusent de protéger les chasseurs car ils prétendent qu’elle serait chasseresse. Voici quelques exemples :

  • Vous êtes vous même une tueuse en organisant des chasses sur vos terrains personnels !
  • Vous êtes complice des tueurs !
  • Honte à vous!
  • Vous arrivez tout droit du Moyen-Age et vous êtes en collaboration étroite avec des chasseurs.

La maire va porter plainte pour diffamation car les déclarations de Forest Sepherd Bretagne disant qu’elle est chasseresse et qu’elle organise des chasses sur ses terrains sont fausses . Elle déclare « Je ne suis pas chasseuse, je n’ai jamais organisé de chasse privée et je ne suis ni pro-chasse, ni anti-chasse. » Le problème est que cet incident fait ressurgir les demandes habituelles des anti-chasse comme celle d’un weekend sans chasse. Puis ce sera « pas de chasse le dimanche »… Forest Shepherd est un collectif du même genre que AVA et sa cible préférée est la vénerie. Il ne faut pas s’attendre de la part des ces extrémistes à une recherche de dialogue ou de conciliation. Ils n’existent que pour semer la discorde et utiliseront tous les moyens pour propager leur idéologie animaliste destructrice de nos libertés.

A Lautrec, dans le Tarn, une voiture fonce sur deux jeunes chasseurs.

L’ouverture de la chasse a failli très mal se terminer pour deux jeunes chasseurs. Une voiture conduite par un militant anti-chasse leur a délibérément foncé dessus.

Une ouverture en famille qui sa failli se terminer en drame.

Mathilde et Raphaël Carivenc accompagnent leur père lors de cette journée d’ouverture comme ils le font depuis de nombreuses années. Vers la fin de la matinée, les deux jeunes gens décident de rentrer à la maison et marchent le long d’un chemin, l’arme déchargée et ouverte lorsque une voiture vient à leur rencontre, accélère en les voyant et essaie de les percuter. Ils se mettent à l’abri dans le fossé mais mais Raphaël, 14 ans, a quand même été touché par le pare choc. Le conducteur descend alors de voiture et les insulte. Lorsque le père arrive, les insultes continuent. Le militant anti-chasse s’en va ensuite. Bien entendu, une plainte a été déposée à son encontre.

Article du journal local qui relate ce drame.

Un sentiment d’impunité et la haine pour moteur.

Depuis longtemps chez J’aime la Chasse, nous dénonçons avec force les actes anti-chasse que subissent les adeptes de notre passion. Insultes, menaces, actes de vandalisme, sabotage et agressions physiques deviennent monnaie courante. Les auteurs de ces actes sont encouragés par les gourous animaliste, anti-spécistes et quelques « personnalités » mais aussi par l’impunité dont ils jouissent. Nos tribunaux sont d’une mansuétude à leur égard qui frise le scandale et/ou la complaisance. Il suffit de se référer au jugement en appel des personnes qui ont insulté et menacé Willy Schraen et sa famille. Voir notre article à ce propos en cliquant ici. Ce phénomène semble prendre de l’ampleur, il est temps que les autorités y mette un coup d’arrêt. Le Figaro s’en faisait l’écho il y a peu (voir l’article en cliquant ici). Nos plaintes ou nos signalements restent trop souvent lettre morte. Il paraît que notre Garde des sceaux est chasseur, ne pourrait-il donner des instructions au parquet ?