Skip to content

Sens caché.

Reflet d’une réalité familière, la nature morte connait un véritable âge d’or au 17e siècle. Sa disposition dans une niche plaisait beaucoup car elle offrait la possibilité de représenter un monde en miniature.

Dans ce cadre de pierre, le peintre Nicolas de Largillierre suspend une pièce de gibier évoquant le corps du Christ supplicié tandis que quelques fruits font allusion à des valeurs chrétiennes. Les raisins suggèrent le vin et donc la communion, la grenade ouverte doit être interprétée comme un symbole de résurrection.

A la fois ornementales et propices à la méditation, les natures mortes ont connu une grande faveur auprès d’une clientèle aisée qui combinait ainsi plaisirs esthétiques et moralité.

Perdrix rouge dans une niche – entre 1680 et 1685 – Nicolas de Largillierre – CC0 Paris Musées / Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais En savoir + : https://arthist.typepad.fr/artchasse_chasscrois/

ANNONCES

Les dernières actualités

ANNONCES

ANNONCES

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments