Skip to content

Maladie d’Aujeszky : Un deuxième cas toujours en Meurthe-et-Moselle

30% des Sangliers sont séropositifs

Nous avons été le premier Média en France à parler de la maladie d’Aujeszky qui est capable de tuer en 48h un chien et quelques heures un porcelet.

Le préfet de Meurthe-et-Moselle nous fait parvenir une note de la plus haute importance sur cette maladie .

En effet nous relation dans l’article ; premier cas de maladie d’Aujesky qu’un chien avait trouver la mort dans d’atroces souffrances dés suite de cette maladie dans un cabinet vétérinaire de Toul.

Le deuxième cas a été n’a pas mis longtemps à faire sont apparition. Effectivement un deuxième cas peu aprés le premier est ce toujours en décembre 2017 dans le secteur de LIMEY, BLENOD-LES-TOUL (54) et CHÂTEAU-SALINS (57).

Devant le risque de contamination que peuvent subir les animaux, la préfète nous fait parvenir des éléments de réponse sur cette maladie peu connue, mais terriblement désastreuse et qui provoque une mort atroce.

Cette maladie est due à un Herpesvirus et affecte :

 

  • Les suidés dits « hôtes réservoirs » (transmettant la maladie):
  • Les sangliers qui sont généralement porteurs sains
  • Les porcs dont les symptômes sont variables suivant l’âge des animaux :
  • Porcelets de moins de 15 jours : hypothermie et méningo-encéphalomyélite mortelle en quelques heures
  • Porcelets de 15 jours à 3 mois : hyperthermie et inappétence pendant 2 à 3 jours avec symptômes de méningoenéphalomyélite dans 20% des cas. Convalescence avec retard de croissance lorsqu’il n’y a pas d’atteinte nerveuse, sinon mort en 3 à 6 jours.
  • Porc à l’engrais : atteinte de l’état général, avec abattement, inappétence, hyperthermie modérée, symptômes nerveux discrets ou symptômes respiratoires. Mortalité rare, retard de croissance important.
  • Reproducteurs : avortements, mortinatalité de la portée. Pas d’atteinte générale des mères, sinon une inappétence transitoire. L’infection est généralement inapparente chez les verrats.

 

  • Autres espèces dites « hôtes cul-de-sac » (ne transmettant pas la maladie): Carnivores domestiques et plus rarement les ruminants et les équidés.

L’incubation est courte ( 2 à 6 jours) et les symptômes sont : une Méningoencéphalomyélite éventuellement marquée par du prurit souvent localisé à la gueule chez le chien conduisant à l’automutilation, par une paralysie du pharynx avec ptyalisme et difficulté de déglutition évoluant vers la paralysie. La mort intervient rapidement, entre 24 et 48H.

Des formes atypiques de type gastro-intestinales peuvent exister chez les carnivores.

 

La transmission du virus peut-être :

  • Chez les porcs :
  • Directe ( de groin à groin, par la saillie, le lait, in utero…)
  • Indirecte (locaux et matériel souillés, eaux grasses, bottes des éleveurs et à distance par voie aérienne avec transport par le vent jusqu’à 1 ou 2 km).
  • Chez les carnivores, la contamination se fait généralement par consommation d’abats, de viandes crues ou de morsures sur des suidés infectés.

Je vous incite à la plus grande vigilance lors des chasses (éviter de donner à manger les abats aux chiens, éviter si possible le contact direct entre le chien et le sanglier).

J’attire également votre attention sur l’importance de réaliser le plus efficacement possible le nettoyage et désinfection du matériel utilisé lors des chasses.

Nous vous invitons à lire notre nouvel article du Vétérinaire Laurent Cauzinille, vétérinaire au CHV Frégis spécialiste en Neurologie.

 

 

ANNONCES

Les dernières actualités

ANNONCES

ANNONCES

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments