Skip to content

Le mot de la FNC concernant le cerf tué dans une résidence lors d’une chasse à courre.

Fédération Nationale des Chasseurs
·
Un cerf a été abattu lors d’une chasse à courre de l’Equipage La Futaie des Amis en forêt de Compiègne samedi 21 Octobre à la Croix St Ouen, dans le jardin d’un particulier. Pour le moment, la Fédération Nationale des Chasseurs attend les éléments de la gendarmerie qui permettront de faire l’éclairage sur les circonstances exactes de l’événement qui s’est déroulé ce week-end. Néanmoins, il semblerait que le maître d’équipage ait répondu à un ordre direct des gendarmes d’abattre le grand cervidé, après avoir tenté, en vain, de sortir sain et sauf l’animal. La Société de Vénerie a diligenté également une enquête interne et prendra les mesures nécessaires en cas de manquement au règlement intérieur des veneurs. « Toutes les décisions seront rendues publiques par voie de presse », indique-t-elle dans un communiqué de presse.
Il apparaît que l’auteur des faits ait reçu plusieurs centaines de menaces de mort à la suite de cet épisode. Des propos, diffamatoires et appelant à la violence à son égard, ont également été diffusés via les réseaux sociaux. La FNC s’associe à la fédération départementale des chasseurs de l’Oise pour appeler au calme et à la sérénité et demande de retrouver un climat apaisé et tolérant au sein du département. Nous demandons également que les anti-chasse n’attisent pas les tensions locales en publiant des propos violents, humiliants ou visant directement la culpabilité du chasseur au cœur de cette affaire.

ANNONCES

Les dernières actualités

ANNONCES

ANNONCES

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
samailloute
samailloute
4 années il y a

Les gendarmes retournent la responsabilité vers le chasseur, qui leur a affirmé qu’un cerf aux abois est dangereux. Pourtant de nombreux exemples à Milly la forêt ou à Fontainebleau prouvent le contraire. Le cerf ne réagissait même plus aux coups de cravache, qui lui on mis la gueule en sang. Le plus simple eu été de lui foutre la paix, il serait repartis tout seul lorsque l’équipage et les chiens seraient partis. Il semble donc que la seule raison de s’acharner sur cet animal était de pouvoir satisfaire les chiens puisque cette viande est comme impropre à la consommation.