Le brame du cerf dans la forêt de Chambaran

Tout amoureux de la nature le sait, de septembre à octobre les forêts frémissent, les arbres vibrent au son du brame. Durant cette période si particulière, si intense, le cerf se fait entendre des femelles et tente d’impressionner ses concurrents. Dans la forêt de Chambaran, en Isère, l’automne vit au rythme de cet animal majestueux. Ce spectacle fascinant peut s’observer à la tombée de la nuit et au lever du jour.

Majestueux roi de la forêt

Située à environ soixante kilomètres de Grenoble, la forêt de Chambaran accueille de nombreux cervidés. L’automne arrivant, le brame commence. Dans le Dauphiné libéré le propriétaire du lieu explique « Le cerf, c’est un peu le roi de la forêt, comme le lion est le roi de la jungle« , ce parc naturel de 300 ha installés au cœur de la forêt offre la possibilité de venir observer les mâles présents lors de la période du brame.

Chaque année, de mi-septembre à mi-octobre, les cerfs commencent ainsi leur parade. Entre châtaigniers, chênes,  et hêtres qui peuplent la forêt, c’est à l’aube et ainsi qu’au crépuscule que peuvent s’entendre les cris des animaux. L’objectif ? Séduire les femelles, développer son « harem », mais également écarter de potentiels rivaux, en marquant son territoire. Cette période extraordinaire, offre parfois des combats violents, parfois mortels dans de très rares cas. Lors des observations, il est important de ne pas déranger et d’être le plus discret possible. Le cerf reste un animal sauvage et ses réactions lors de cette période peuvent être dangereuses, le propriétaire des lieux témoigne « C’est une période où les cerfs sont chargés en hormones, il est dangereux de trop s’approcher, car on ne sait pas comment ils peuvent réagir, ça reste des animaux sauvages ».

Si le brame peut s’entendre loin, l’observation des animaux reste elle plus complexe, il faut donc prendre certaines précautions « Si les cerfs sont dérangés, ils risquent de décaler la période du brame, donc la période de la reproduction et de la naissance des petits », prévient-on au sein du parc. Si expérience vous tente, n’hésitez pas à vous rendre en forêt. Soyez attentif, respectueux et surtout discret. L’expérience en vaut la chandelle.

 

 

 

Deux biches retrouvées dans un pré, tuées par des braconniers.

À Revest-des-Brousses, le président de la société de chasse a fait une ignoble découverte. Dans ce village des Alpes-de-Haute-Provence passe la route départementale numéro 8, c’est au bord de celle-ci que deux biches ont été trouvées la semaine dernière. L’une des deux biches était encore vivante à l’arrivée du président Francis Marcadet.

Surement dérangés dans leurs méfaits, les braconniers ne sont pas partis avec les animaux, les laissant dans le pré agoniser.

L’ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage) a été immédiatement averti ainsi que la Gendarmerie, qui s’est rapidement rendue sur les lieux pour procéder au constat et au relevé d’indices. Un rapport rédigé par Francis Marcadet, en sa qualité de lieutenant de louveterie assermenté a été adressé aux différentes autorités compétentes du Département nous rapporte LaProvence.

Affaire à suivre !

La Rédaction vous conseille : il se blesse en braconnant la nuit !