Skip to content

Pour NoĂ«l, la FDC 76 soutient les Restos du coeur 💓

Le conseil d’administration de la FDC 76 a dĂ©cidĂ© de soutenir les Restos du CƓur durant la pĂ©riode de NoĂ«l 2021. Elle fait un appel aux dons pour lancer cette opĂ©ration qui permettra de distribuer 3000 repas.

Grùce à la FDC 76, du gibier pour le Noël 2021 des restos du coeur

En 2020, l ‘opĂ©ration 1000 faisans pour NoĂ«l avait permis de faire dĂ©couvrir le gibier Ă  des familles nĂ©cessiteuses pendant la pĂ©riode de NoĂ«l. Forte de ce succĂšs, la FDC 76 lance cette annĂ©e « Du grand gibier pour NoĂ«l 2021 en Seine-Maritime« . Elle fait pour cela un appel aux dons. Toutes les bonnes volontĂ©s sont les bienvenues. Les sommes ainsi perçues permettront de collecter le gibier et de le transformer. Le calendrier et les modalitĂ©s de cette collecte sont prĂ©cisĂ©s dans le journal Infoschasse 76 de septembre, sur le site internet et les rĂ©seaux sociaux de la FDC 76.

FAIRE UN DON

Les dons ouvrent droit à une déduction fiscale

Les dons sont de 5 euros au minimum mais peuvent bien sĂ»r ĂȘtre plus importants. Ces dons peuvent pouvoir droit Ă  une dĂ©duction fiscale. Depuis les lois Coluche et Borloo, le montant de la dĂ©duction fiscale est de 75% pour les particuliers. Ce qui signifie si vous faites un don de 100 euros, vous bĂ©nĂ©ficierez d’une dĂ©duction fiscale de 75 euros !

La dĂ©duction fiscale pour les entreprises est de 60%. Les dĂ©penses de mĂ©cĂ©nat ouvrent droit Ă  une rĂ©duction d’impĂŽt sur l’IS Ă©gale Ă  60% de leur montant (don en numĂ©raire et en nature).

Les chasseurs, créateurs de lien social

Cette belle initiative de la FDC 76 est emblématique de ce que sont les chasseurs de France. Ils sont au coeur des communes, des départements et des régions. La société de chasse communale est souvent la seule association qui vit encore dans certains villages et anime la vie sociale. Dans de nombreux endroits le repas annuel des chasseurs est un évÚnement auquel tous les habitants se retrouvent avec plaisir. La chasse, en plus de ses actions en faveur de la biodiversité, est aussi créatrice de lien social et intergénérationnel.

Notre Ă©poque voit les campagnes se dĂ©peupler ; les services publics dĂ©sertent ces zones et les commerces ferment Ă  cause des grandes surfaces. Et ce n’est pas l’arrivĂ©e des « nĂ©o-ruraux » qui sauvera nos campagnes. Comme le disait fort justement Jean-Paul Pelras dans un article du Point : « Ambassadeurs des lĂ©gumes oubliĂ©s, du brunch champĂȘtre, de la piste cyclable et du covoiturage, ils ont une conception de la campagne formatĂ©e selon leurs exigences. Avec des critĂšres bien prĂ©cis qui excluent la mouche, la cloche, la bouse, le chant des grenouilles, celui du coq et la prĂ©sence du troupeau sur la petite route dĂ©partementale. »

Un sondage récent, commandé par la FNC, montrait bien que le chasseur est majoritairement (57 %) identifié comme un acteur de la ruralité qui participe à la vie locale et un créateur de liens dans les campagnes. Vous trouverez les chiffres à ce propos en page 31 du sondage IFOP en cliquant sur le lien ci-dessous.

La rédaction vous conseille :

—> Le rapport des Français Ă  la chasse et aux chasseurs (sondage IFOP)

—> Encore un nĂ©o-rural dĂ©rangĂ© par les agriculteurs voisins.

ANNONCES

Les derniÚres actualités

ANNONCES

ANNONCES