Des chasseurs sauvent un cerf condamné

Passer du temps dans la nature, observer, c’est connaître son environnement et les populations animales présentes. Dans la Vallée du Giffre, un chasseur (Mountain Hunter) raconte comment lui et d’autres chasseurs ont sauvé un cerf pris dans les fils d’un parc à chevaux, qui semblait pourtant condamné. Une belle histoire qu’il nous raconte et partage à découvrir ci-dessous.

Le cerf sauvé par des chasseurs

Moutain Hunter, fier de l’action et d’avoir sauvé le roi de la forêt raconte l’histoire. Telle une fable on rencent la joie et le bonheur de sauver un tel animal.

« Hier matin je pars pour faire ma petite sortie brame du cerf. Je passe devant chez un copain qui me dit qu’il y a un cerf, coincé dans les fils de parc à chevaux juste en face. Je m’arrête donc pour voir ça. Les pompiers arrivent, ils n’ont pas de fusil hypodermique, ils appellent ceux d’une autre caserne. Les pompiers préparent les fléchettes et y vont. Le problème c est que la portée est très courte 10 /15 mètres, ils tentent un premier tir, loupé ça passe en dessous , ils étaient trop loin. Ils retournent préparer une nouvelle fléchette, et l’attaquent par un autre côté. L’approche est bonne, le tir parfait. Quelques dizaines de minutes plus tard, ce beau jeune cerf 10 cors irréguliers s’endort, il faut agir vite. Munis de pinces coupantes, nos chasseurs et les pompiers vont libérer ce beau bébé en coupant ces mètres de fils de parc entortillé sur sa ramure et autour de son cou. Enfin, libéré, il mettra quand même quelques minutes à se relever après la piqûre stimulante, et retrouvera son bois en titubant. Bravo et merci aux chasseurs, aux pompiers et riverains ».

Lire aussi : Écouter le brame : où, quand, comment ?

Découvrez le reportage photos et vidéos

Sur le même sujet :

[Vidéo] Best-Of des tirs sur sanglier avec Assassinu9

Pour tous les passionnés de chasse du sanglier, découvrez la chaîne YouTube Assassinu9. Ce chasseur se passionne pour la chasse du sanglier et partage ses images pour le plus grand bonheur de tous. Des images incroyables, qui compilent les meilleurs moments de sa saison, c’est à découvrir maintenant.

Assassinu9, le sanglier, bien plus qu’une passion

Ce chasseur Corse offre un éventail d’actions de chasse. Véritable passionné de chasse au sanglier, Assassinu9 a réussi, comme plusieurs chasseurs, à créer sa chaîne YouTube et offrir du contenu de qualité aux plus passionnés d’entre nous. Fort de ses 8 500 abonnés, il valorise la chasse du sanglier au travers des scènes uniques. Véritable référence dans son domaine, il propose des vidéos sur ses sorties de chasse, qui se composent principalement de battue en Corse. Découvrez donc cette chaîne ainsi que ses vidéos qualitatives où les paysages ainsi que l’ambiance vous feront voyager sur l’île de beauté. Dans un secteur où le sanglier est roi, mais aussi décrié, il est important de le valoriser. Ainsi, la chaîne YouTube d’Assassinu9 trouve l’équilibre parfait.

Lire aussi : La chasse en battue

Sur le même sujet :

Chasse : Willy Schraen se fait entendre à l’Élysée

Lundi, Willy Schraen président de la fédération nationale des chasseurs, accompagné de Thierry Cabanes, ont rencontré Emmanuel Macron au palais de l’Élysée. Durant presque deux heures, le sujet de la chasse et son avenir ont pu être abordés. Durant cet entretien, le président de la République a annoncé un nouveau système d’indemnisation des dégâts, mais pas avant la fin de son quinquennat.

Coût des dégâts, les FDC seront aidées

Lundi, durant presque deux heures, la chasse était accueilli au sein du palais de l’Élysée. L’occasion, pour Willy Schraen d’aborder de nombreux sujets urgents pour la chasse française. Le plus chaud, la facture des dégâts gibier. Rappelons, que ce sont les fédérations départementales de chasse qui indemnisent les agriculteurs. À l’échelle nationale, la facture tourne entre 70 et 80 millions d’euros annuellement. Avec l’inflation et les facteurs politiques, la facture risque d’être salée pour cette année.

« Avec l’explosion du prix des céréales, notre crainte était que le montant de ces dégâts explose. Des fédérations et des associations de chasse n’auraient pas pu faire face. Le président nous a confirmé la mise en œuvre du plan de résilience. La contribution payée par les chasseurs aux agriculteurs n’augmentera pas par rapport à 2021. C’est l’Etat qui prendra en charge la différence, liée à l’inflation sur les prix des céréales, en versant une compensation aux agriculteurs. On parle quand même d’une somme comprise entre 20 et 25 millions d’euros, alors vous comprenez que ce sujet nous inquiétait », confie Thierry Cabanes à nos confrères de La Dépêche. Face à cette situation, Emmanuel Macron réfléchit à un nouveau système d’indemnisation. Il a d’ailleurs confirmé aux deux responsables de la FNC que l’État apporterait bien une aide financière aux fédérations pour les trois prochaines années.

Lire aussi : « Il faut réguler les sangliers »

Cartouches au plomb et chasse-bashing au rendez-vous

Il a aussi été question des munitions au plomb. Rappelons qu’à compter de février 2023, l’utilisation du plomb sera interdite dans un périmètre de 100 mètres autour des zones humides. Une mesure regrettable par les instances cynégétiques. Ainsi, le président de la République a pu entendre les conséquences que cette mesure aura sur les chasseurs. Le souhait de bénéficier d’une prime à la casse pour tous les vieux fusils a été rappelé. Le chemin est encore long, mais la demande est faite.

Enfin, les attaques subies par la chasse ont été abordées. Ce chasse-bashing, dont est victime cette activité parfaitement légale et encadrée devient lourd. Thierry Cabanes explique que « le président est très sensible à ces sujets qu’il maîtrise parfaitement. C’était vraiment un échange fructueux ». Ainsi, espérons que cet entretien au sommet porte ses fruits et que la chasse française puisse bénéficier de beaux jours.

Sur le même sujet :

Un chien de chasse sauve une femme âgée

A la Crau, commune située dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, une femme âgée a pu être sauvée grâce à un chien de chasse. En effet, l’animal a permis à la nonagénaire d’être prise en charge à temps. Sans lui, pas sûr que cette femme aurait survécu.

Un chien de chasse unique

C’est une histoire qui se termine bien. Dans la commune de La Crau, l’instinct d’un chien de chasse a permis de sauver une nonagénaire en détresse. En effet, la semaine dernière, la commune aurait pu être le théâtre d’une triste histoire. Mais Bakkies, chien de chasse redoutable a su inverser la tendance.

Ainsi, après sa journée de travail, la propriétaire de Bakkies décide, comme à son habitude de sortir promener son compagnon. Comme chaque soir, la promenade à lieu dans un endroit nature, afin de profiter au maximum de cet instant calme et reposant. Cependant, ce soir-là, Bakkies décide d’aboyer sans interruption, comme pour signaler un danger.

Lire aussi : Découvrez les chiens de chasse

Une nonagénaire immobilisée dans le faussé

Face à l’insistance de son compagnon, la propriétaire décide de s’approcher avec prudence et aperçoit une silhouette se dessinant dans le fossé. Dans un premier temps, celle-ci a cru qu’il s’agissait d’un animal, mais que fût sa stupeur lorsqu’elle découvrit qu’il s’agissait d’une dame âgée. Il s’agissait d’une habitante de la commune, qui a chuté durant l’après-midi et dans l’incapacité de se relever. La vieille dame est restée plus de 6 heures dans l’attente d’un secours. Quelle chance que Bakkies ait pu la trouver. En état de choc et incapable de parler les pompiers l’ont immédiatement amené à l’hôpital. Rassurez-vous, elle se porte bien.

Sur le même sujet :

la FDC03 et M. Kleboth sauvent un dix cors

Il s’agit de LA belle histoire de la semaine. Il y a quelques semaines, les techniciens de la fédération des chasseurs de l’Allier ont sauvé un cerf bloqué dans une propriété clôturée. Tout a été mis en œuvre afin que l’animal ne soit pas abattu. Découvrez le récit de cette histoire qui se termine bien, grâce au personnel de la FDC03 et du propriétaire, M. Kleboth.

Un dix cors sauvé, une belle histoire à raconter

Les histoires de chasses, il s’en raconte par centaine. Des vraies, des fausses, exagérées, contées. Les histoires de chasse font l’ambiance et animent les débats. Cette semaine, c’est la FDC03 qui nous raconte sa belle histoire. Dans le secteur de Tronçais, un cerf a sauté la clôture d’un propriétaire et s’est retrouvé bloqué. Face à pareille situation, M. Kleboth a décidé de contacter la fédération de chasse afin de le sauver. Ainsi, une grande opération a eu lieu pour tenter de sortir le cervidé de la propriété clôturé.

La FDC03 raconte sur sa page Facebook. « Il y a 2 semaines, dans le secteur de Tronçais. Un cerf a sauté la clôture d’une propriété et s’est retrouvé enfermé à l’intérieur de celle-ci. Le propriétaire, Eric Kleboth, a contacté la FDCA pour trouver une solution afin de ne pas avoir à faire tuer cet animal par un louvetier. La FDCA et le propriétaire avec l’aide de bénévoles ont alors mis en place un véritable plan de sauvetage. En installant une rubalise pour amener le cerf vers le portail de la propriété et ainsi le faire sortir.

Ils ont renouvelé l’opération 8 fois, sans succès, car le cerf butait au portail, pourtant grand ouvert depuis des jours et refusait de regagner la forêt. M. Kleboth a alors décidé d’utiliser les grands moyens et a ouvert le grillage de sa propriété sur plus de 10 mètres. C’était le bon choix, car samedi dernier, le cerf est sorti par cette ouverture, comme en attestent les pièges photos installés par Richard Porte, administrateur de la FDCA. La FDCA remercie vivement M. Kleboth de l’avoir sollicitée pour cette opération. Elle remercie aussi tous les bénévoles qui ont participé au retour du cerf en forêt ». Ci-dessous, découvrez les images de l’opération.

Sur le même sujet :

Scandale : en battue, il tue un cerf en dehors de la période de chasse

Le mauvais comportement de la semaine revient à un « chasseur » de l’Orne qui a, durant une battue aux sangliers, tiré et tué un vieux cerf. Les mauvais comportements ne concernent pas que la sécurité, le non-respect des consignes et des périodes de chasse sont aussi des enjeux importants. Un tel comportement renvoie une nouvelle fois, une mauvaise image de la chasse et du chasseur à la société.

Battue au sanglier il tire un cerf

Encore une fois, le monde de la chasse se serait bien passé de ce coup de projecteur. Samedi 17 septembre, avant l’ouverture de la chasse, un chasseur a, durant une battue aux sangliers, tiré sur un cerf à Mauves-sur-Huisne (Orne). La fédération départementale des chasseurs se dit indignée. Une enquête est donc ouverte.

Ainsi, sur autorisation préfectorale, des battues ont pu être organisées avant l’ouverture de la chasse afin de limiter les dégâts des sangliers dans les cultures. Mais malheureusement, un chasseur au comportement scandaleux a fait de la battue un enfer. Dans un champ de colza, tout près d’une route, un vieux cerf qui avait ses habitudes dans le secteur, traverse et se stoppe. Voyant l’animal, le braconnier (de sa définition), décide de tirer sur l’animal, se situant sur une propriété privée.

Pour rappel, voici le jeu des 100 différences

La FDC consternée

La Fédération de chasse de l’Orne, est totalement sous le choc et consternée. « Ce n’est pas possible de voir ça, ce n’est pas digne des chasseurs et de leur éthique ». Yves L’Honoré, technicien supérieur à la fédération, est scandalisé. « Le président de Balorre est véritablement atterré par ce qui s’est passé ».

Lire aussi : Braconnage : code de l’environnement

C’est un porteur de permis, rien de plus. Il a commis de nombreuses fautes graves qui ont fortement atteint la communauté des chasseurs, qui se désolidarise totalement de cet acte. C’est une brebis galeuse.

Le Perche

Hors période de chasse, l’individu n’avait aucun droit de tirer sur cet animal. A cet effet, la fédération des chasseurs de l’Orne annonce qu’elle se portera partie civile à la fin de la procédure. « Nous demanderons, par l’intermédiaire de notre avocat, une peine exemplaire contre cet individu », détaille Yves L’Honoré.

Sur le même sujet :

Inauguration d’un radar ornithologique

Si le Nord a été précurseur dans la démarche, c’est au tour de la fédération régionale des chasseurs du Grand Est de s’équiper d’un radar ornithologique. Ainsi, il y a quelques jours, sur la commune de Brechaumont, l’inauguration du radar a eu lieu. Capable de compter les oiseaux de jour comme de nuit cet outil complétera les données scientifiques des fédérations de chasse.

Un radar ornithologique pour compter l’avifaune

Laurent WENDLINGER, président de la commission Agriculture, viticulture et forêt était fier de contribuer à la science, en inaugurant le nouveau radar ornithologique sur la commune de Brechaumont. « Un investissement porté par la fédération des chasseurs du grand est, subventionné par la région. Un outil qui permet d’affiner les données concernant la migration de centaines d’espèces d’insectes et d’oiseaux, mais également d’étudier les évolutions climatiques, la trouée de Belfort est un couloir migratoire important de par le nombre d’espèces répertoriées. La mutualisation de nos moyens permet à de petites communes comme Brechaumont de bénéficier de données scientifiques précises grâce à une technologie d’avant-garde. Merci, à la fédération des chasseurs du Grand Est d’avoir choisis le Sundgau pour cette expérimentation ».

Lire aussi : Premières données issues du radar ornithologique FRC

Cette technologie ultramoderne, apportera une aide considérable dans la récolte de données scientifiques auprès des fédérations de chasse. Mieux connaître la migration, la faune est un véritable enjeu pour les fédérations.

Sur le même sujet :

[Vidéo] Hugo Clément : « interdire à ces types de se pinter la tronche »

Le journaliste engagé Hugo Clément fait aujourd’hui partie de l’équipe matinale de France Inter. Polémiste, il n’a pas manqué, encore une fois, d’attiser les tensions et de faire monter la colère. En effet, dans une vidéo Facebook, comme à son habitude, le journaliste lance une polémique sur les chasseurs et l’alcool. Tension, manipulation, caricature, Hugo Clément a encore réussi à créer du buzz et de la haine sur les réseaux.

Alcool et chasse, caricatures et clichés

Dans le rapport du Sénat en date du 14 septembre 2022 sur la sécurisation de la chasse, une proposition a été faite concernant la consommation d’alcool. Il a ainsi été proposé : « d’interdire l’alcool lors de la chasse. Aligner le taux l’alcoolémie retenu et les sanctions sur les règles en vigueur en matière de code de la route ». La chasse française s’est donc fait remarquer, car pour elle, cette mesure est tout bonnement scandaleuse et liberticide. À chacun son point de vue.

Lire aussi : « Interdire l’alcool lors de la chasse »: la proposition du Sénat qui interpelle les chasseurs corses

Ainsi, depuis quelques jours, le sujet inonde la toile. Touche pas à mon poste, les grandes gueules et autres médias s’empressent de saisir le sujet racoleur. Cela fonctionne, créant un débat digne des inconnus ou le chasseur est une nouvelle fois exposé de manière négative et caricaturale. La preuve en est, Hugo Clément s’en prend une nouvelle fois aux chasseurs en les caricaturant et méprisant.

Cependant, rappelons que dans le bilan des accidents, l’alcool n’est jamais le responsable. De plus, rares sont les personnes contrôlées positives lors de ces tristes événements. Enfin, continuer d’utiliser le sketch des Inconnus contre les chasseurs est d’un pathétisme sans nom.

Sur le même sujet :

[Vidéo] Chassez le gibier d’eau avec High Prairie Sportsmen

Passionnée et passionnante, la chaîne YouTube High Prairie Sportsmen offre un contenu cynégétique incroyable. Chasse aux oies, chasse aux sarcelles, chasse aux colverts, traversez les États-Unis tout en pratiquant la chasse du gibier d’eau. Des images époustouflantes pour un contenu riche et unique. Si vous ne connaissez pas encore la chaîne, c’est le moment de la découvrir. Passionnés de sauvagine, il est l’heure de voyager.

High Prairie Sportsmen le sauvaginier

Véritable passionné de gibier d’eau, High Prairie Sportsmen a réussi, comme plusieurs chasseurs, à créer sa chaîne YouTube et offrir du contenu de qualité. Fort de ses 40 000 abonnés, il valorise la chasse du gibier d’eau aux États-Unis depuis près de 5 ans. Véritable référence dans son domaine, il propose des vidéos sur ses sorties de chasse, mais aussi sur l’équipement du parfait chasseur, selon les besoins et les conditions. Découvrez donc cette chaîne ainsi que ses vidéos qualitatives où la shotkam vous permettra d’analyser les tirs et des situations. Au pays de la gestion adaptative, vous découvrirez une faune riche et des paysages à coupe le souffle.

Lire aussi : Chasse du gibier d’eau en France

Sur le même sujet :

Exclusivité : La chasse en France, définitivement suspendue en 2024

Selon nos informations, la chasse sera définitivement interdite en 2024. En effet, l’Europe par sa politique, suspendra petit à petit l’activité cynégétique sur le territoire national. Face à la disparition de la faune et des habitats Bruxelles décide de suspendre la chasse en France. Choqué ? Ceci n’est pas vrai, mais pourrait le devenir si vous ne signez pas la pétition européenne. Mobilisez-vous, unissez-vous et faites entendre votre voix.

SignForHunting : donnez un avenir à la chasse

Le temps est grave. Nos traditions, nos chasses, subissent le dictat de Bruxelles depuis de nombreuses années. Face à l’Europe ? Personne. Les chasseurs subissent et encaissent les politiques punitives et écologiques. Si nous souhaitant un avenir pour notre passion, il serait temps de se mobiliser. Sans ça, nous risquons de voir la chasse disparaître.

Pour Willy Schraen : « sauvons la chasse et les traditions françaises du diktat de Bruxelles. L’Europe joue à un jeu dangereux en sacrifiant de manière délibérée l’avenir des 7 millions de chasseurs européens. Ses décisions dogmatiques, hors-sol et infondées mettent en péril des territoires ruraux déjà fracturés, nos traditions et notre art de vivre. Signer cette pétition, c’est dire aux instances européennes que la coupe est pleine afin qu’elles retrouvent la raison et laisse enfin respirer les ruraux. Face à l’urgence, mobilisons-nous! L’Europe a la main mise sur de nombreuses décisions qui impactent directement les pratiques de la chasse, nos traditions et leurs déclinaisons au sein de nos territoires ruraux. Face au dogmatisme de Bruxelles:

  • Imposons une vraie gestion adaptative non dogmatique, seul outil de bon sens pour la conservation des espèces en déséquilibre ou en surnombre qui assurera à chaque citoyen européen une Europe riche en biodiversité grâce au suivi de toutes les espèces chassables ou non. Halte au dogmatisme en la matière, les espèces surabondantes, comme les oies par exemple, doivent pouvoir être chassées plus largement.
  • Utilisons l’argent de l’Europe pour agir concrètement en faveur du petit gibier et son habitat dans le cadre d’une législation européenne efficace et adaptée.
  • Osons une approche humaniste de la chasse qui intègre nos spécificités régionales, nos traditions et modes de vie.
  • Utilisons les technologies les plus récentes pour obtenir des données crédibles (comptage des grands carnivores) tout en faisant preuve de souplesse dans les procédures d’inscription de la directive habitat Faune-Flore.
  • Réclamons des lois, règlements et directives qui laissent des marges de manœuvre à chaque pays et tiennent compte de l’impact de ces décisions sur les territoires.
  • Faisons confiance aux chasseurs et aux ruraux, acteurs de terrain, dans le cadre des politiques environnementales y compris dans les zones protégées et de protection renforcée. Luttons contre cette nature sous cloche qui détruit les écosystèmes qui ont besoin de la main de l’homme pour leur équilibre ! Nous ne voulons pas 10 % d’aires protégées renforcées sans pêche, ni chasse, sans activité sylvicoles et agricoles, ou de façon plus générale sans aucune activité humaine.
  • Stoppons le harcèlement des ruraux ! Arrêtons les passages en force de la Commission européenne, comme sur l’interdiction du plomb, qui ne tiennent pas compte des conséquences pour les activités humaines qu’elles soient passionnelles ou économiques.
  • Demandons l’inscription de nos pratiques et nos modes de vie rurale au patrimoine mondial de l’UNESCO avec le soutien clairement affiché de la Commission Européenne.
  • Exigeons le maintien de nos chasses traditionnelles et patrimoniales car le respect de notre patrimoine rural et culturel est essentiel au maintien de la diversité des modes de vie des citoyens européens.« 

Pour agir et pour sauver la chasse, signez la pétition : #SignForHunting

Sur le même sujet :