Skip to content

Le canton des Grisons dit non à une restriction de la chasse.

Dans ce canton de l’Est de la Suisse, la réforme de la chasse voulue par des associations dites “de protection animale” a été massivement rejetée. Plus de 80% des votants ont dit NON à cette réforme avec un taux de participation élevé (petit coucou aux français qui ne votent pas…). Bravo les suisses !

Une période de chasse déjà extrêmement réduite.

“Une expérience unique de la nature” : c’est ainsi que le canton des Grisons décrit les trois semaines de chasse qui ont lieu traditionnellement en septembre. La tradition est toujours très forte dans le plus grand canton de Suisse, qui abrite à lui seul 19% des adeptes de Saint-Hubert du pays. Mais une initiative populaire, soumise au vote le 13 juin, voulait y mettre le holà. Pour ces anti-chasse, une période de trois semaines, c’est encore trop. La question référendaire demandait un avis en faveur “d’une chasse respectueuse de la nature et de l’éthique”, proposant une révision de la loi cantonale sur la chasse pour étendre la protection de la faune, abolir totalement la chasse aux oiseaux et l’utilisation de munitions au plomb. Ce que les anti-chasse appellent une “chasse respectueuse et éthique”, c’est plus de chasse du tout. Bien entendu, ils ne prennent pas en compte les dégâts commis sur les forêts par des populations de cerfs en constante augmentation.

Hanspeter Thöny, garde forestier à Seewis, relève que si les cheptels de cerfs étaient équilibrés dans les années 90, on a ensuite laissé grandir les troupeaux: “Aujourd’hui, on a environ 17 000 cerfs aux Grisons. Durant un an ou deux, il faudrait en abattre beaucoup plus qu’on le fait aujourd’hui.”

La chasse en Suisse, un régime vraiment différent de la France.

La Suisse compte environ 30 000 chasseurs. Contrairement à d’autres pays, la propriété foncière ne procure aucun droit à la chasse. Il existe deux régimes différents pour la chasse en Suisse en fonction des cantons.

La chasse à patente donne le droit de chasser sur l’ensemble du territoire cantonal, à l’exception des districts francs fédéraux et cantonaux. La patente est délivrée aux chasseurs par le canton moyennant un émolument de patente. Chaque patente donne droit à tirer un nombre défini d’animaux. La période de chasse est limitée à quelques semaines en automne.Les cantons avec régime de chasse à patente sont: Berne, Uri, Schwyz, Obwald, Nidwald, Glaris, Zoug, Fribourg, Appenzell Rhodes-Extérieures, Appenzell Rhodes-Intérieures, Grisons, Tessin, Vaud, Valais, Neuchâtel, Jura.

La chasse affermée, dans ce cas, les communes politiques afferment le droit de chasser à un groupe de chasseurs (société de chasse) pour une période définie (le plus souvent 8 ans). À la fin de la saison, les chasseurs doivent annoncer au canton combien d’animaux de chaque espèce ils ont tirés. Le montant de la location de la patente dépend du nombre d’animaux tirés. Les cantons avec régime de chasse affermée sont: Zurich, Lucerne, Soleure, Bâle-Ville, Bâle-Campagne, Schaffhouse, St-Gall, Argovie, Thurgovie.

Régimes de chasse en Suisse

ANNONCES

Les dernières actualités

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
GOUBARD François
GOUBARD François
2 mois il y a

Le canton de GENEVE a interdit la chasse il y a plus de 20 ans; depuis, les autorités locales sont obligées de payer des fonctionnaires pour tuer, assassiner, des cervidés dans des conditions lamentables. Ces animaux ont prospéré et envahis des zones dites sensibles, occasionnés des accidents de la route dramatiques, etc… Bien sûr, ils ne reviendront pas sur cet arrêté mais heureusement cela à permis à la population de voter contre une votation destinée à empêcher la chasse dans les Grisons.
Heureusement que les Bayou et autres compères dans la région de Marseille ou ailleurs ont été écartés des présidence des régions en FRANCE. Au moins, avec les hommes et les femmes de Mr LARCHER, on ne viendra pas nous parler de restriction de la chasse. Si nos adversaires savaient combien les chasseurs savent cultiver leur patrimoine faune sauvage, peut être qu’ils seraient moins opposés à la chasse. Grâce à une gestion formidable des population, on a vu les massifs sans gibier se repeupler. Notre seul problème, ce sont les sangliers, il faut impérativement en réduire les populations sinon, rien que le sanglier va mettre en faillite toutes les fédérations de chasseurs qui rappelons le payent seules les dégâts de gibier.