France Inter accueillera Hugo Clément en septembre

hugo-clément-france-inter-interview

C’est officiel, dès la rentrée prochaine, le journaliste engagé Hugo Clément rejoindra les équipes de la matinale de France Inter pour une chronique hebdomadaire.

Une nouvelle qui ravit les fans d’Hugo Clément

Cette récente nouvelle va faire des heureux. En effet, Hugo Clément a confirmé son arrivée dans la matinale de France Inter, à la rentrée prochaine. Il prendra sa place dès le mois de septembre aux côtés de Léa Salamé et Nicolas Demorand pour partager son engagement écologique à une public plus jeune.

De la nouveauté chez France Inter

Confirmant une information de l’AFP, le jeune trentenaire parlera tous les mercredis matin, à 7h20, sur les ondes de l’une des plus grosses radios françaises. Ce rendez-vous hebdomadaire sera dédié à un billet sur « l’environnement au sens large », déclare-t-il.

Le jeune chroniqueur se réjouit déjà de ce qu’il décrit comme une opportunité de donner une plus grande exposition à l’écologie.

Le journaliste s’est également exprimé sur son émission mensuelle « Sur le Front » diffusée sur France 5. Il annonçait alors être très heureux d’intéresser un si grand nombre de personnes avec une émission aussi ambitieuse sur l’écologie.

Sur le même sujet :

Un militant écologiste défend la chasse. Merci de cette lucidité

Le référent gersois du mouvement Génération Écologie, Patrick Kopff défend les chasseurs. Alors que le milieu cynégétique est régulièrement attaqué par les verts, ce dernier dénonce la stigmatisation dont les chasseurs font l’objet.

Un militant écologiste qui comprend la chasse, c’est possible

Alors que les écologistes politiques prônent un discours anti-chasse de manière générale, Partick Kopff, référent gersois du mouvement Génération Écologie va en l’encontre des discours de l’écologie politique traditionnelle. « Il faut arrêter d’opposer les chasseurs et les écologistes qui ont globalement les mêmes préoccupations », souligne le militant. « Les écologistes ont tendance à stigmatiser une pratique alors que les enjeux sont ailleurs, notamment dans la réduction des gaz à effet de serre » ajoute-t-il.

Ces propos font écho aux récentes manifestations de chasseurs, ainsi qu’aux déclarations de Julien Bayou, déclarant que les chasseurs sont la cause des féminicides. Cependant, pour Patrick Kopff, ce genre de discours et de propos représente « la politique ancienne ». « Les chasseurs ne sont pas notre cible. On a besoin d’eux notamment pour réguler la population de sangliers » souligne-t-il. L’écologiste gersois conclut, « interdire la chasse n’aurait aucun sens, ce serait la porte ouverte aux abus ». Nous sommes bien entendu d’accord avec lui. Juste un regret, la chasse ne se limite pas à la régulation des populations de sangliers. C’est un mode de vie, une vision pragmatique de la relation homme-nature.