Tout savoir sur le chien rapporteur

Le Chesapeake Bay Retriever

Un chien ne devient pas rapporteur du jour au lendemain. Ça s’apprend mais surtout ça se travaille. C’est pour cela que le maître, ou l’éleveur doit faire preuve de patience, de persévérance, mais également de rigueur et de cohérence dans le processus d’entrainement.

Le rôle du chien rapporteur est de débusquer, de récupérer et d’emmener le gibier attraper, à son maître. Il peut s’aventurer dans divers environnements comme les champs, les fleuves etc… et tout cela grâce à son côté consciencieux. Cette caractéristique de chien est parfaite pour repérer et traquer les oiseaux aquatiques tels que les canards ou encore les échassiers. Mais ils sont également performants pour chasser les oiseaux plutôt de terre comme les faisans. Après un coup de feu de son maître, il part de ce pas débusquer le gibier visé.

Les qualités qui priment chez les chiens rapporteurs sont : leur flair exceptionnel pour repérer rapidement le gibier; leur patience olympique qui va leur permettre de rester sur place, dans sa cache, en attendant le signal de leur maître; mais également le marking, qui va permettre au chien de bien mémoriser le point de chute de sa proie. 

Quelques exemples de chien rapporteur 

Ce qu’il y a à savoir c’est que n’importe quel chien peut être éduqué pour être un bon chien rapporteur. Mais il y a également certaines races qui naissent avec des aptitudes naturelles. Les principaux concernés sont, pour la grande majorité, des retrievers. 

Comme par exemple, le golden retrievers, qui lui, est doté d’une mémoire remarquable pour retrouver le gibier, et d’un odorat développé. Il a également à son actif un bon sens de l’observation. Agile et motivé, il n’hésite pas à franchir les broussailles et assure une bonne performance dans les marais, au bois ou en plaine.

Ou encore le Chesapeake Bay Retriever qui lui est tout aussi à l’aise sur l’eau que sur terre. C’est un chien particulièrement polyvalent. Doté de pieds de lièvre, il peut facilement creuser son chemin et affronter les terrains boueux.

Lire aussi : Le chien rapporteur

Le Mil angulaire, qu’est-ce que c’est ?

Mil-angulaire

Nous approchons des mois des juillet et août et des premières battues de sangliers d’ici quelques semaines. Par conséquent, il va être plus que primordial de favoriser la sécurité lors des actions de chasses. Afin de permettre aux chasseurs de s’assurer un angle de 30 degrés et une sécurité optimale, un nouvel outil a vu le jour : le Mil angulaire. Facile à transporter et à installer, il permettra de calculer de manière presque « automatique », notre angle de 30 degrés.

Comment installer un Mil angulaire ?

Il existe en deux fonctions. Sur pied télescopique lorsqu’il n’y a pas de mirador, où l’on vient matérialiser notre angle de tir à droite et à gauche. Et version mirador, sans pied.

On dispose d’un pied télescopique que l’on vient planter au sol qui est réglable en hauteur, par rapport à la personne. Il dispose d’un drapeau « droite » et « gauche » que l’on vient insérer dans deux pivots. Enfin, deux molettes maintiennent les tubes en aluminium de part et d’autre.

Avec un longueur maximale de 50cm et un poids de moins de 600g, le Mil angulaire est très facile à transporter, que ce soir dans une veste, dans une poche ou encore dans une hausse de carabine.

En quoi le Mil angulaire est une vraie aide pour les chasseurs ?

Le Mil angulaire va permettre d’assurer encore un petit peu plus la sécurité. Il est important de rappeler que toutes les balles qui sont tirées à la chasse RICOCHENT. Que ce soit sur un arbre, au sol ou ailleurs. Il est très important de prémunir les chasseurs et tous les usagers contre les risques liés à ces ricochets.

Des organismes, comme l’OFB, prônant la sécurité et le « zéro accident » à la chasse, conseillent, défendent et appuient ce genre de matériel.

Pourquoi un angle de 30 degrés ?

Les études balistiques ont démontré que les balles ricochent dans un angle de 30 degrés, par rapport au point d’impact. Cela signifie que lorsqu’une balle touche le sol, elle a de très fortes chances de repartir dans un angle de 30 degrés.

Sur le même sujet :

[Vidéo] Ils filment un sanglier en pleine mer

Mercredi, des pêcheurs sont partis en mer au large de Six-Fours, bien décidé à ramener quelques poissons, ils ont ramené de belles images. En effet, les deux amis, à défaut de voir des poissons, ont croisé un sanglier en pleine mer. Une sortie en mer surprenante, qui restera gravée.

Un sanglier en mer

S’ils pensaient entrer avec du poisson c’est manqué. Deux amis partis en mer ont eu l’agréable surprise de croiser un suidé en pleine mer. « Un moment, on aperçoit au loin un gros truc qui sort de l’eau. On décide de s’approcher et là, drôle de surprise, un sanglier en train de nager en direction de l’île du Rouveau. Il était à mi-distance des Embiez » témoigne un des pêcheurs. Une rencontre que les pêcheurs ont pu immortaliser par le biais d’une vidéo. Retrouvez cette vidéo ci-dessous. Aussi incroyable que cela puisse être, le sanglier est un excellent nageur. Il est capable de parcourir de longues distances afin d’aller d’un point à un autre. Filmer une telle scène n’est pas habituel, cependant ce n’est pas rare lorsque l’on connaît les compétences nautiques du suidé.

Lire aussi : Un sanglier surpris en pleine baignade hivernale dans le golfe de Saint-Tropez

Sur le même sujet :

Le Beagle, un chien « so british ! »

Race britannique la plus populaire en Europe, le Beagle est devenu très populaire chez les chasseurs français. Véritable passionné de chasse, il parcourt nos campagnes derrière les lièvres, les lapins, les sangliers et bien d’autres gibiers.

L’origine du Beagle et caractéristiques de la race

Il est compliqué de trouver la véritable histoire de l’origine de cette race. Les informations obtenues permettent de dire que le Beagle est un chien courant d’origine anglaise. Selon certains auteurs, les ancêtres de la race pourraient être les chiens de chasse décrits par Xénophon au IVème siècle avant J.-C. Un chien courant similaire au Beagle d’aujourd’hui est également cité dans un poème du barde Ossian au IIIème siècle. Aujourd’hui, on estime qu’il a été conçu en Angleterre. Même si certains Français revendiquent l’origine de la race (soutenant qu’il provient des chiens courants débarqués en Angleterre au XIème siècle avec Guillaume le Conquérant). Fin chien de piste, il est et était apprécié pour chasser le lièvre à courre. Il a été importé en France durant le XIXème siècle par des équipages pour ce même but.

Chien courant à l’allure harmonieuse, le Beagle possède des membres droits et musclés. Ce chien vigoureux, possède une tête légèrement carrée, au museau court. Ses yeux lui donnent un regard doux et intelligent. La queue, elle, est épaisse et portée haut, en “sabre”, sa robe est tricolore et son poil est court et plutôt dru. Sa vivacité, sa résistance, ses qualités de chasse ainsi que sa belle voix carillonnante font de lui un auxiliaire parfait pour la chasse à courre. Avec ses atouts, le Beagle est de loin, le chien courant de race pure à l’effectif le plus nombreux et le plus populaire en France.

  • Taille : petite (33 à 41 cm)
  • Poids : 9 à 11 kg
  • Poil : court
  • Couleur : tricolore, blanc, noir, marron

Chien de chasse et de caractère

Le Beagle est un vrai passionné de chasse. En conséquence, il possède un instinct de chasse très développé, parfois difficile à canaliser. Doté d’un nez incroyable, il traque le gibier et le mène au travers d’une musique inimitable. Il s’adapte à tous les milieux, en plaine comme au bois, dans la ronce comme dans le clair, il débusquera le gibier traqué. Utilisé au lièvre, au renard, au lapin ou au grand gibier, il saura combler son propriétaire. En meute ou seul, le Beagle s’adaptera à votre mode de chasse et vos attentes. En effet, on dit de lui que c’est le meilleur chien du monde. Enfin, son caractère doux et affectueux vous comblera de bonheur à la maison et en action de chasse.

Il faut noter qu’il a tendance à prendre de l’embonpoint s’il ne fait pas assez d’exercice. S’il chasse, cela ne posera pas de problème, à condition de le faire courir pendant l’inter saison. Faites en sorte qu’il ne ressemble pas à certains Beagle que l’on peut voir en ville et qui sont à la limite de l’obésité.

Pour toutes informations complémentaires sur la race, rendez-vous sur le site du club.

Sur le même sujet :

Le petit Münsterländer, aussi appelé le petit Épagneul de Münster

Il est de plus en plus présent lors de nos sorties de chasse. Au bois comme en plaine, à l’arrêt sur une bécasse ou au ferme sur un sanglier, le petit Münsterländer épate par sa passion, par sa polyvalence et par ses qualités. Ce chien d’arrêt se fait une place de plus en plus importante dans la chasse française. Partons à la rencontre du petit Münsterländer, aussi appelé petit Épagneul de Münster.

Origine et caractéristiques du Münsterländer

Le Petit Münsterländer est un chien originaire de la région de Münster, au Nord de l’Allemagne. On retrouve quelques traces de la race vers le XIVème siècle mais c’est à la fin du XIXème siècle qu’il a été utilisé dans cette région rurale comme chien de chasse par les paysans. En 1912, fut créée l’Association des Petits Chiens d’arrêt de Münster (« Heidewachtelhunde » « Épagneuls de la Lande ») en Allemagne. Cela dans le but d’opérer à une sélection pour une race de chiens de chasse pure et de promouvoir celle-ci. Ainsi, en 1921, le Dr Friedrich Jungklaus put établir le premier standard de la race. Aujourd’hui la race continue de s’améliorer. Le Münsterländer est un chien de chasse polyvalent, intelligent, capable de chasser dans tous les milieux. Une qualité très apprécié dans le monde de la chasse.

Chien de taille moyenne le Münsterländer à un corps puissant et harmonieux. Son poil ainsi que son attitude lui apportent noblesse et élégance. Il possède des proportions équilibrées, des lignes fluides, une tête noble. Le poil brillant peut être lisse ou légèrement ondulé, épais et pas très long. Les allures sont harmonieuses et couvrent bien le terrain. L’aspect général du Münsterländer reflète son utilité cynégétique.

  • Taille : 52 cm à 54 cm
  • Poids : 18 kg à 23 kg
  • Poil : mi-long
  • Couleurs : blanc et marron

Passionné, passionnant et polyvalent

Chien de chasse par excellence, le Münsterländer est avant tout un chien d’arrêt. Rusé, intelligent et polyvalent il s’adapte au biotope et montre une vraie passion dans sa quête. Aujourd’hui on le retrouve en traque, chassant le grand gibier. Cela ne lui enlève en rien ses qualités, il excelle même dans le domaine. Il possède un instinct de prédation passionné et inépuisable, des nerfs solides ainsi qu’une bonne réactivité à l’égard du gibier. Chien plein de tempérament, il se montre attentif et amical envers l’homme. Facile à sociabiliser, il partagera, avec son conducteur une relation forte.

Pour plus d’informations sur la race : Club Français des Epagneuls de Münster et du Langhaar.

Sur le même sujet :

Le Fox-terrier, tout feu, tout flamme

Il peut être à poil dur ou à poil lisse, mais dans les deux cas, il a un fort tempérament et une énergie rare. Le fox terrier, est un petit chien très vif, dégageant une grande énergie. Élevé pour ses qualités de chien de chasse, le Fox-Terrier est aujourd’hui le partenaire idéal pour chasser le grand gibier mais aussi pour la chasse sous terre. Partons à la rencontre de cette race de caractère.

L’origine du fox-terrier

Le fox-terrier est un chien originaire d’Angleterre. Principalement élevé pour la chasse, il a cet instinct et cette passion pour débusquer les renards et les rongeurs dans leur terrier. Il est important de souligner que le Fox-Terrier est l’une des plus anciennes races de terrier. Ses ancêtres sont sans doute les mêmes que ceux du Manchester Terrier et du Bull terrier. Les traces de cette race remontent au XVème siècle et le premier standard de la race sera fixé en 1876. Cette race possède deux types, le fox-terrier à poil lisse reconnu par la FCI en juin 1993 ainsi que le Fox-terrier à poil dur, répertorié en mai 1955.

Son apparence

Véritable passionné et chasseur dans l’âme, le fox-terrier est facilement reconnaissable. Chien de petite taille, son crâne est petit et plat ; les oreilles sont petites et en « V », elles se replient au-dessus du crâne. Son museau est très allongé vers le bas et il se termine par une mâchoire musclée et une truffe noire. Avec son dos court, horizontal et solide, le Fox-terrier est armé pour la chasse. Sa queue est coupée court, son poil quant à lui peut être lisse ou dur.

  • Poil : lisse ou dur;
  • Couleur : le blanc doit prédominer. Blanc unicolore ou bien blanc avec des taches feu ou noires;
  • Taille : environ 39 cm;
  • Poids : 7.3 à 8.2 kg pour le mâle et 6.8 à 7.7 kg pour la femelle.

Un bon chasseur au caractère bien trempé

Le Fox-terrier est un chien courageux possédant un caractère tout feu tout flamme. Plein d’énergie et de fougue, c’est un chien qui a besoin de se dépenser. Très attaché à son propriétaire, le fox-Terrier peut se montrer jaloux et peut donc devenir possessif. C’est pourquoi, lors du dressage, il faudra se montrer ferme en imposant des limites. Cependant, ce chien possède la chasse dans le sang. Tout équipage de vénerie sous terre saura vous vanter les qualités de chasse de ce chien, tout comme les chasseurs de grand gibier. Ses menées et ses aboiements sont forcément reconnaissables et vous offriront lors des journées de chasse une réelle émotion.

Pour toute information sur la race, rendez-vous sur le site du club.

Sur le même sujet :