Le « petit » pavillon de chasse du roi Victor-Amédée de Savoie

Que diriez-vous d’un « petit rendez-vous de chasse » de ce genre ? Le pavillon de chasse de Stupinigi a été construit pour le roi Victor-Amédée II de Savoie de 1729 à 1731. Il se situe près de Turin.

Un pavillon de chasse aménagé pour les chasses royales

Au départ, ce n’était qu’un fortin de défense des seigneurs du Piémont. Il passe ensuite dans la maison de Savoie et devient un lieu de chasse régulier pour les battues de chasse des ducs. Victor- Amédée II de Savoie décide de le transformer en un lieu digne des chasses qu’il organise, il confie, en 1729, la transformation à l’architecte Filippo Juvarra. Les travaux durent deux ans.

Le résultat est majestueux. On y accède par une longue allée bordée de fermes et de l’hémicycle des écuries. Il comporte quatre ailes organisées autour du salon central. Sa vocation de rendez-vous de chasse est rappelée par une statue de cerf placée sur le toit.

Compte tenu de la beauté et du luxe des pièces et du mobilier, il serait difficile d’y faire nos « casse-croutes » d’après chasse et on nous demanderait certainement d’enlever nos bottes boueuses pour y entrer… Autre temps, autre chasse. C’est néanmoins un superbe rappel d’une certaine époque et des chasses superbes qui devaient s’y dérouler. J’oubliais de préciser qu’il occupe une superficie de 46 000 m2 ! Espérons que le territoire de chasse était à l’échelle…

Il est aujourd’hui un musée

Il est aujourd’hui un lieu d’expositions et le siège du musée des arts et de l’ameublement. On y expose les artistes les plus importants du Piémont. Il est donc possible de le visiter si vous allez en Italie. On peut y parcourir les salons, cabinets, appartements, chambres et salles en tout genre, ce qui donne une idée parfaite du style Rococo.

Voici quelques détails pratiques si vous êtes intéressés :

Adresse : Piazza Principe Amedeo, 7 10042 Nichelino

Horaires : Ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 17h30 et 18h30 le dimanche et fêtes

La rédaction vous conseille :

—> Scènes de chasse dans Paris. C’est possible !

—> Combats décoratifs

Napoléon et la chasse.

Nous avons commémoré le 5 mai le bicentenaire de la mort de Napoléon 1er, ce sujet est donc d’actualité. Tous les chasseurs ne le savent peut-être pas, mais c’est à l’illustre empereur Napoléon Bonaparte que nous devons notre premier permis de chasse.

Napoléon perçoit la chasse comme un exercice d’entrainement aux cavalcades guerrières et selon madame de Rémusat « il aime la chasse plutôt pour l’exercice qu’elle lui fait faire que pour ce plaisir en lui-même ». Il avait d’ailleurs la réputation d’être un chasseur maladroit. Bien entendu, personne ne se risquait à lui faire remarquer ses ratés…

Au retour de la campagne d’Autriche en 1809, Napoléon chasse régulièrement. Cette distraction lui permet d’oublier la peine éprouvée suite à son divorce, pour raison d’état, avec Joséphine. Et les lettres de ses proches relatent une pratique quasi quotidienne dans les mois précédant son remariage avec Marie-Louise, fille de l’empereur d’Autriche.

Réalisée après la mort de Napoléon et avant le retour de ses cendres à Paris, cette miniature posthume témoigne de la renaissance du culte de l’empereur à partir des années 1830.

Et pour en savoir + : https://arthist.typepad.fr/artchasse_chasscrois/

Miniature figurant Napoléon – 1830 – Luigi Marta – Metropolitan Museum of Art, NY

Le prestige des armes

Par Anne Chevée

Au 17e siècle, malgré l’invention du fusil à silex, l’usage des armes à feu n’est pas encore très répandu pour tuer le gibier. On lui préfère les armes blanches ; l’épieu ou l’épée. Au siècle suivant, comme pour les fusils, la mise en valeur de l’épée signale l’identité du chasseur.

Généralement utilisée par le veneur pour servir les sangliers, seule la pointe était aiguisée tandis que le corps de la lame restait émoussé afin d’éviter les risques de blessure chez les chiens et les chevaux. Ce modèle très soigné a peut-être appartenu aux collections du prince-électeur de Bavière à Munich dans les années 1740.

Épée de chasse avec fourreau – Poignée attribuée à Joseph Deutschmann –  1740 – Courtesy of Metropolitan Museum of Art, NY.

En savoir + : https://arthist.typepad.fr/artchasse_chasscrois/