Nouvelle échauffourée lors d’une chasse à courre

Les forces de l’ordre sont intervenues en nombre pour mettre fin à une échauffourée entre tenants de la chasse à courre et abolitionnistes, samedi, vers 17 h 30, sur la RN31, à la sortie de Compiègne. Les gendarmes ont d’abord tenté de séparer les uns et les autres, avant l’arrivée sur place de policiers de Compiègne, accompagnés des CRS. Cette mêlée d’une trentaine de personnes – chasseurs, suiveurs, militants écolo et automobilistes – a quelque peu perturbé la circulation. «

C’était le point d’orgue d’une journée émaillée d’une série d’incidents », témoigne le collectif AVA, Abolissons la vénerie aujourd’hui. « Plusieurs de nos sympathisants ont été pris à partie par des employés et des suiveurs de l’équipage la Futaie des amis. Deux membres d’AVA sont à l’hôpital pour faire constater leurs blessures. »

Samedi 17 mars, le collectif Abolissons la Vènerie Aujourd’hui (AVA) a franchi une nouvelle étape en s’attaquant physiquement à plusieurs membres de l’équipage « La Futaie des amis » en lisière de la forêt de Compiègne.

Au cours de l’après-midi, une dizaine d’hommes cagoulés ont frappé violemment un chauffeur d’un des véhicules de sécurité de l’équipage. Une heure plus tard, aux abords de la N31, les activistes anti-chasse ont réitéré leurs attaques envers plusieurs suiveurs et bénévoles venus assister à la chasse en famille, dont certains ont tenté de se défendre. L’équipage a appelé en urgence la gendarmerie qui est intervenue, accompagnée de CRS, pour rétablir l’ordre et assurer la protection des personnes. L’auteur des coups est actuellement recherché.

Ces agissements sont graves et illustrent le passage à la violence de ce collectif soi-disant pacifiste. Preuve qu’il ne s’agit pas d’un cas isolé, des activistes anti-chasse avaient également employé la violence contre le Rallye Pigerat le 3 mars dernier dans les Deux-Sèvres, occasionnant des blessures sur plusieurs membres et une ITT de 8 jours pour un veneur.

 Présents chaque semaine dans l’Oise, les militants d’AVA mènent depuis plusieurs mois une campagne de harcèlement marquée par une volonté de saboter les chasses à courre, avec des obstructions illégales et flagrantes, réprimées par l’article R428-12-1 du Code de l’Environnement. La tactique grossière des activistes anti-chasse visant à se faire passer, sur les réseaux sociaux notamment, pour des victimes et des opprimés politiques ne doit duper personne. Menaçants et insultants, ils kidnappent les chiens, effrayent les chevaux et cherchent à pousser les veneurs à la faute, afin de créer un climat anxiogène propice à la diffusion de leurs contre-vérités.

Activité naturelle consistant à chasser un animal sauvage uniquement à l’aide de chiens courants, la chasse à courre est, quant à elle, une activité légale et rigoureusement encadrée.

« Quelle que soit l’opinion des militants anti-vènerie, elle ne peut en aucun cas justifier le recours à la violence physique et le sabotage. La Société de Vènerie appelle au calme en toutes circonstances et ce malgré les provocations évidentes d’AVA. Mais veneurs et suiveurs supportent de plus en plus difficilement le harcèlement des activistes et cette position devient difficile à tenir ».

 

 

Il se blesse en braconnant la nuit !

Un braconnier se tire dans le bras .

Ce jeune de 29 ans ne braconnera sûrement plus . Les braconniers sont les plaies des chasseurs, ils profitent des animaux présents sur un territoire sans se soucier de la gestion faite par les organisations comme les sociétés de chasse, les fédérations de chasse , GIC etc.

Mais cette fois -ci, les braconniers ont fait une mauvaise expérience. En effet, dans la nuit du sept au huit mars ce dernier, deux hommes de 43 et 29 ans, ont tenté de braconner les sangliers.

Non loin de Narbonne à Fleury-d’Aude, les deux hommes attentent patiemment les sangliers dans une voiture.

C’est alors qu’un accident se produit.

Le jeune homme manipule l’arme dans la voiture, quand tout à coup, un coup de feu retentit dans l’habitacle. Le jeune homme un Sallèlois se retrouva avec le bras broyé par la décharge. L’homme est très grièvement blessé sous les yeux de son complice, celui-ci appelle immédiatement les secours.

Les secours une fois sur place, orientent le blessé sur le CHU de Montpellier en soins intensifs où il est toujours hospitalisé.

La gendarmerie a ouvert une enquête afin de déterminer les circonstances exactes de cet accident.

La rédaction vous conseille aussi : un cerf agonisant retrouvé dans une voiture 

ALERTE INFO : La chasse à courre sort du silence !

Et si l’avenir était plus radieux pour la chasse à courre !

La chasse à courre se porte bien. En effet, 400 équipages sont installés actuellement en France et 17 équipages ont été créés l’année dernière. Dans toute la France, la chasse à courre créer un véritable engouement pour les adeptes de cette activité.

La société est devenue citadine, elle est de plus en plus sous l’emprise de gens qui parlent de véganes, d’antispécistes. Il y a quelques acharnés qui font des images qui sont relayés sur les réseaux sociaux. On est dans un contexte d’agressivité, mais ce sont des actions menées par une poignée de gens et les médias relaient tout ça. Explique Pierre de Rouaille président de la Société de Vénerie.

Pierre de Rouaille nous explique aussi que : la société de vénerie est la seule association cynégétique à avoir une commission disciplinaire et règlement intérieur, il faut améliorer l’autodiscipline. 

La chasse à courre va mettre en place une nouvelle communication entre autres sur les réseaux sociaux afin de valoriser leur pratique de la chasse. Le dicton pour vivre heureux vivons cachés n’est plus d’actualité pour cette pratique ancestrale.

Guillaume Desenfant est à l’origine de cette magnifique vidéo, visant à améliorer l’image de la chasse à courre et surtout mieux la comprendre.

Relayée par la fédération nationale des chasseurs nous imaginons aisément que la rencontre entre le président de la fédération nationale des chasseurs Willy Schraen et le président de la République, Emmanuel Macron apporte une bouffée d’air à notre passion.

Cette pratique millénaire a encore de beaux jours devant elle.

Accident de chasse : un chasseur blessé lors d’une battue au sanglier

Un chasseur pour une balle

à un accident de chasse a eu lieu le mercredi 7 mars lors d’une battue au sanglier dans la forêt de Belin-Béliet.

Le septuagénaire a pris une balle dans la cuisse.

Les pompiers dépêchés sur place ont secouru la victime, celle-ci a été évacuée par le samu au Tripode de Bordeaux.

Selon les premières informations, le chasseur aurait tiré sur un sanglier le touchant, la balle aurait ainsi ricoché sur l’animal avant de finir dans la cuisse de l’autre posté.

La gendarmerie a ouvert une enquête afin de déterminer les circonstances exactes de cet accident.

A.V.A. lance un appel aux dons pour nuire à la chasse

L’association abolissons la vénerie aujourd’hui (AVA), vient de lancer en ligne une cagnotte pour la mise en place d’actions anti-chasse. Cette cagnotte lancée par Violette Desnot, a déjà conquis 117 participants et il reste 21 jours pour participer.

Le montant de dégâts n’est pas indiqué à notre grand regret. Mais nous imaginons que l’engouement des antispécistes et à la hauteur de leurs finances. Dans cet appel aux dons, il est indiqué :

AVA est un jeune collectif qui lutte activement contre la chasse à courre. Nous avons besoin d’aide financière pour l’achat de matériel, mais aussi l’impression de flyers, etc.

N’hésitait pas à participer, même quelques euros nous aideront.

Le plus inquiétant pour le monde la chasse, c’est que de telles associations puissent soulever des fonds dans le but de nuire à toute partie de chasse, alors que des lois sont là pour protéger et encadrer la chasse plus particulièrement la chasse à courre.

Cette association qui souhaite se faire passer pour des personnes dévouées à la cause animale gagne du terrain. Sur les réseaux sociaux, ils affichent clairement leurs ambitions, à travers de nombreuses vidéos qui font toujours polémiques dont voici un exemple.

 

Dans les faits, voici ce que nous ne voyons lors de nos parties de chasse :

Reste à savoir si cette association, utilisera les fonds récoltés pour payer les dégâts des gibiers.

 

La rédaction vous conseils : un manifestant anti-chasse prend 12 coups de cravache 

 

 

Le département du Gard prolonge la chasse au sanglier

Cela devient de plus en plus habituel, les sangliers font de plus en plus de dégâts en France.

854 319€ de dégâts en 2016-2017

Cela est valable aussi pour le département du Gard. Dans ce même département, les dégâts de sangliers sur les cultures comme les vignes, les céréales mais aussi les propriétés privées obligeant la fédération a prolongé la chasse jusqu’au 31 mars. Si on prend les chiffres de la saison 2016-2017, les dégâts de sangliers ont atteint 854 319 € sur le département . Un chiffre très important dont la prolifération des sangliers est un vrai fléau.

Les agriculteurs sont heureux d’apprendre la prolongation de la chasse, ils espèrent que ce mois supplémentaire éloignera les sangliers de leurs semis et leurs cultures.

Les propriétés privées sont aussi impactées, par la prolifération des sangliers. En effet, les sangliers dans les régions sèches viennent dans les propriétés privées trouver dans les pelouses, vers de terre et autres insectes profitant des arrosages automatiques.

Ne pas tirer les laies suitées

La fédération départementale des chasseurs du Gard, rappelle certaines règles à respecter. La plus importante est la suivante : il est indispensable de ne pas tirer les laies suitées pour plusieurs raisons. La première des raisons et que la laie et une meneuse, elle emmène les marcassins loin des zones de danger. Si celle-ci est tuée, les marcassins resteront sur place et créeront des dégâts encore plus importants sur la zone.

 

La rédaction recommande : un terrain de foot labouré par les sangliers 

Les Anti-Chasse à courre blesse un suiveur

Proposition de loi Chasse à courre

Les Anti-chasse à courre blesse un suiveur.

 

Samedi 3 mars, à l’invitation de l’Association du Chilleau, le Rallye Pigerat chassait le renard à courre dans la commune de Vasles.

Vingt-cinq personnes encagoulées, activistes anti-chasse, auraient alors agressé des chasseurs.

La gendarmerie de Parthenay a dû intervenir à deux reprises pour évacuer les assaillants et relever les identités. Plusieurs plaintes ont été déposées pour délit d’entrave à une action de chasse, coups et blessures ayant entraîné une ITT supérieure à 48 heures, voies de fait et violation de la propriété privée.

 

En effet l’homme ayant été pris à partie à reçu un ITT de 8 jours .

Un lieutenant de louveterie menacé, il quitte ses fonctions.

Les sangliers présents près de la commune de Saint-Orens dans l’est de Toulouse obligeant la municipalité à réagir en enrôlant un nouveau lieutenant de louveterie.

A la surprise générale le premier lieutenant de louveterie qui exercer son activité depuis plus de 4 ans à quitter ses fonctions à cause de menaces qu’il subissait.

Mais que s’est-il passé ?  Pourquoi démissionne-t-il ? Au micro de France Bleu il répond : « Pendant une intervention de nuit on a rayé ma voiture personnelle avec un tournevis, on a saccagé mes pièges, on m’a menacé et cela rendait mes missions impossibles. Cela peut-être n’importe qui, mais là on a passé un cap, s’en prendre à nos biens, cela devient grave et je ne veux pas que ça empire »

Il va donc falloir s’habituer à voir les sangliers proches du village ?

Non la municipalité condamne les gestes et rappels a ses administrés qu’il est de leur devoir de sécurisé tous les habitants .

Dans un communiqué du 1er mars, a prévenu les habitants de la présence d’un nouveau lieutenant de louveterie sur le territoire communal et précis que des tirs de nuits vont être effectués et qu’il faut donc éviter le secteur la nuit.

Le maire de Saint-Orens s’explique : « L’idée est de dire aux personnes qui aimeraient que nous ne touchions pas à ces sangliers que nous sommes dans notre devoir de sécuriser les enfants, les familles, les cyclistes, les motocyclistes et les voitures. Nous avons déjà eu des accidents », prévient l’édile. La mairie envisage de déposer plainte si de tels actes se reproduisaient.

Il tire un epervier et le jéte dans une haie sous les yeux de l’ONCFS.

Acte de braconnage délibéré

Mais quel mauvais geste , tant nous savons l’intérêt d’une telle espèce dans notre écosystème. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que l’épervier est un animal protégé au niveau national.

Pourtant le vendredi 26 janvier, dans la commune de Vergies, un chasseur tire l’animal qui est posé sur une branche.

L’ONCFS commente les faits : « alors qu’il se croyait seul, ce chasseur d’une soixantaine d’années a abattu un épervier d’Europe qui se reposait sur une branche, avant de s’en débarrasser en le jetant au pied d’une haie ». Seulement, des inspecteurs de l’environnement étaient sur place et ont observé discrètement la scène.

Un acte totalement inacceptable qui peut voir des sentences exemplaires s’appliquer avec entre autres jusqu’à 150 000 € d’amende et 2 ans de prison.

L’homme bien sûr s’est vu retirer son permis et confisquer son arme .

Le Procureur de la République décidera des poursuites à engager, et d’une éventuelle convocation devant le tribunal.

À lire aussi : un chasseur décède lors d’une battue

Chasseurs d’oies : Amendes de 62 000€ et prison avec surcis

Sept chasseurs ont été jugés en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel du Havre (Seine-Maritime), vendredi 23 février 2018.  Poursuivis pour dégradations et entrave à la circulation, l’un a été condamné à payer une amende de 800 euros, tandis que les six autres ont reçu des peines allant de 5 à 12 mois de prison avec sursis.

Ces derniers ayant dégradé des automates de péage et des véhicules de gendarmerie, ils devront par ailleurs verser conjointement 47 500 euros à la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) Seine Estuaire et 14 500 euros à l’État.

Un huitième chasseur a demandé un délai pour préparer sa défense et sera donc jugé le 13 mars 2018.

Âgés de 18 à 30 ans, tous sont originaires du Calvados et de la Manche.

Une manifestation qui restera l’une de plus enrichissante….

A lire aussi :