Skip to content

Braconnage : deux jeunes chasseurs à la barre.

Braconnage. Deux jeunes chasseurs de canards se présentent une nouvelle fois à la barre du tribunal.

Canard à l’amende au menu du tribunal d’Évreux, ce jeudi 15 janvier. Deux jeunes chasseurs déjà condamnés pour des faits de braconnage en 2014 comparaissaient à nouveau pour des faits similaires.

Les deux oiseaux rares « cumulent à eux deux à peu près tous les délits que l’on puisse reprocher à un chasseur », note la présidente. Chasse malgré le retrait judiciaire de leur permis, obtention frauduleuse de ce dernier, chasse non autorisée avec appeau, utilisation de munitions interdites pour la chasse, chasse de gibier d’eau sans tenue à jour d’un carnet de prélèvement… la liste des infractions est longue.

« IL NOUS PREND VRAIMENT POUR DES… »

Fabien, un ouvrier du bâtiment de 24 ans originaire de Bourneville, reconnaît l’utilisation de cartouches à grenaille de plomb « interdites », rappelle à la barre le représentant de l’Office national de la chasse et de la duck hunterfaune sauvage. Concernant l’obtention frauduleuse de son permis, le prévenu explique : « Je ne savais pas que j’avais l’obligation de le repasser », sous l’œil indigné du procureur. « Monsieur a réussi à récupérer son permis de chasse en présentant un duplicata et ce malgré l’ordonnance du tribunal. De qui se moque-t-on ? Pardonnez-moi Madame la présidente mais il nous prend vraiment pour des…, s’agace-t-il. Et le carnet de prélèvement, pourquoi ne pas l’avoir rempli ? », s’enquiert-il. « Ce n’est pas de ma faute, on ne me l’a pas remis », déclare le prévenu.

UN REMAKE DU SKETCH DES INCONNUS

« À vous entendre, j’ai vraiment le sentiment d’assister au remake du sketch des Inconnus sur les chasseurs. Rien n’est grave, tout vous semble normal alors que vous enfreignez délibérément la loi », s’indigne le procureur.

Son copain de chasse, Pierrick, un chauffeur agricole de 22 ans, originaire d’Étreville à qui le tribunal reproche d’avoir chassé malgré le retrait judiciaire de son permis, explique au tribunal d’un ton embarrassé : « J’étais là simplement parce que j’ai accepté de partager la location de la hutte avec Fabien. La chasse s’est finie pour moi, j’ai bien compris la leçon. »

DES ACCIDENTS DRAMATIQUES

« Messieurs, quand vous avez passé votre permis de chasse, il y avait bien des épreuves à la fois théoriques et pratiques. Sauf erreur, vous n’avez pas trouvé votre permis dans une pochette-surprise. Vous êtes donc censés connaître parfaitement les règles et les respecter, pointe le procureur. Je vous rappelle que s’il y a des règles, c’est notamment pour éviter des accidents de chasse parfois dramatiques qui se terminent trop souvent ici par des homicides involontaires. Par ailleurs et à partir du moment où votre permis de chasse vous a été retiré, vous n’êtes donc plus assurés. Vous avez pensé aux conséquences ? », insiste le procureur.

À l’issue de l’audience, Fabien écope de deux mois d’emprisonnement avec sursis, 300 € d’amende, deux contraventions de 100 €, une contravention de 50 € et une interdiction de délivrance du permis de chasse pendant cinq ans. Pierrick est condamné à 300 € d’amende et une interdiction de délivrance du permis de chasse pendant trois ans. Tous deux doivent verser la somme de 250 € de dommages et intérêts à la Fédération départementales des chasseurs de l’Eure.

 




ANNONCES

Les dernières actualités

ANNONCES

ANNONCES

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments