Le setter anglais, finesse et élégance

Véritable machine à chasser, fin de nez et affûté, le setter anglais est l’un des chiens d’arrêt les plus représentés à la chasse. Sportif de haut niveau, il se distingue par son port élégant et sa robe mouchetée. Sa quête plutôt longue, vous permettra de chasser en plaine comme en montagne, de la la caille de blé jusqu’à la bécasse des bois, qu’il affectionne tout particulièrement. Parfait pour les amateurs de petit gibier, le setter anglais saura vous émerveiller avec ses magnifiques arrêts.

Plus ancien chien d’arrêt britannique

Le setter anglais fait partie des chiens de chasse les plus anciens. En effet, son histoire remonte au XIVème siècle. On estime que ses ancêtres sont le pointer espagnol ainsi que différentes races de chiens du type spaniel. C’est pourquoi, la race fut d’abord nommée « Setter spaniel ». Le setter anglais a été fixé au début du XIXe siècle par Sir Edward Laverack. Il a créé une race spéciale de chien de chasse avec ce chien d’arrêt aux caractéristiques qu’on lui connait.

Ce chien d’arrêt britannique est un chien véritablement élégant. Sa tête est longue, sèche et légère. Le stop est accentué mais pas abrupt. Les oreilles sont attachées bas et pas trop écartées des joues. Fin, élancé et musclé, sa poitrine est profonde. D’après le standard de la race, la robe peut être blanche, noire, orange, citron ou marron. Il existe également des setters anglais mouchetés ou tricolores. La couleur de base reste toujours le blanc.

  • Taille : 53 cm à 65 cm
  • Poids : 25 kg à 30 kg
  • Poil : long
  • Couleur : mouchetée marron et blanc, noir et blanc, orange et blanc

Chien de chasse aux arrêts incroyables

Chien robuste, le setter anglais peut travailler sur tous les types de terrains. Souvent associé aux milieux ouverts, il excelle aussi dans les milieux fermés afin de dénicher une éventuelle bécasse. Aussi rapide que le pointer le setter anglais n’a rien à lui envier. Ce chien endurant et intelligent, possède un odorat très développé lui permettant de mener une longue quête de manière énergique. Spécialiste des espèces naturelles, il est le chien préféré des bécassiers à qui il offre, des spectacles admirables. De plus, le rapport peut aussi lui être initié, tâche dans laquelle il excellera également.

Dressage et caractère du setter anglais

S’il est principalement apprécié par les chasseur, le setter anglais peut aussi être un compagnon docile et affectueux. Chien de caractère, il peut se montrer obstiné ; lors du dressage il faudra donc se montrer ferme. L’éducation du setter requiert un haut degré de cohérence, ainsi que de l’empathie, car ce chien est têtu mais sensible. Il fera preuve d’une grande affection envers son maître et lui sera dévoué notamment durant les journées de chasse. Enfin, avec cette race il faudra se montrer actif et multiplier les sorties lui offrant la possibilité de se dépenser. Pour plus d’informations concernant la race, rendez-vous sur le site du club du setter anglais.

Sur le même sujet :

Arrêt de 4 chiens sur une becasse filmée


Une vidéo rare et superbe de 4 setters à l’arrêt sur une bécasse. le bois est claire et facilite l’approche sur les chiens, Antony le cameraman n’en revient pas tout comme Ludo passionné de bécasse.

Voici les chiens vus sur la vidéo : BELLE Du Petit Mesnil – ENZA Du Petit Mesnil – Toscane Du Petit Mesnil et BAHYA.

Gérer la blessure d’un chien

Introduction

Nos compagnons à quatre pattes sont généralement fouineurs et pleins de vitalité ! Les petites blessures ne sont pas rares surtout à la chasse ; barbelés, morceaux de verre, pierres tranchantes, épines provoquent contusions, entailles et plaies. A savoir qu’une contusion est un choc qui ne provoque pas de plaie : le sang s’infiltre dans les tissus et forme une ecchymose. Ces dernières ne sont pas visibles chez les chiens à cause des poils. Ensuite le sang va se stocker dans une poche : c’est l’hématome.

Pour de petits chocs, je vous conseille d’appliquer simplement de la glace ou une compresse froide sur la zone blessée. Des hématomes de l’oreille peuvent survenir lorsque le chien secoue sa tête et va heurter des objets avec ses oreilles.

Que faire en cas de plaie ?

Toute d’abord, les plaies doivent être désinfectées, et les corps étrangers retirés. Vous utiliserez du savon de Marseille pour laver la plaie. Une fois rincé, il faut désinfecter avec de la teinture d’iode et de l’eau oxygénée. Lorsque la taille de la plaie dépasse 1 centimètre, il vaut mieux présenter le chien au vétérinaire rapidement. La cicatrisation sera meilleure si la plaie est propre, désinfectée, et si les lèvres de la plaie sont en contact l’une avec l’autre. Il faut parfois poser des agrafes ou des points de suture.

 

Surveiller son chien

Il faudra surveiller l’état général du chien, car les germes peuvent se multiplier et provoquer une infection. Parfois, il vaut mieux mettre le chien sous antibiotiques pendant quelques jours. Les pansements (si il y a) devront être changés tous les jours

Comment s’équiper ?

L’équipement basique à la portée de tous :

• Des compresses
• De l’alcool
• De la Bétadine ou de l’alcool iodé
• Du sparadrap ou de l’élastoplaste
• Des bandes
• De l’eau oxygénée pour désinfecter les plaies
• Du savon de Marseille
• Un spray désinfectant
• Du sérum physiologique pour nettoyer les yeux
• Une crème antibiotique pour les plaies

Les « outils » :

• Une pince à épiler pour retirer des herbes, des tiques
• Un coupe-griffes
• Des seringues de 2 ml pour donner les médicaments liquides
• Des ciseaux (petits ciseaux à bout pointu)
• Une attelle en cas de boiterie

L’équipement antiparasites :

• Une bombe antipuces
• Un vermifuge
• Une crème anti gale pour les oreilles
• Une crème anti-aoûtats
• Un crochet pour tire-tiques

_35

 

Les soins d’urgence !

Chien qui se blesse pendant une promenade, à la chasse, chez soit : voici les comportements à adopter !

L’hémorragie : Il faut faire un pansement dit compressif : mettez beaucoup de compresses, puis serrez avec une bande. Un pansement compressif ou un garrot ne doit pas être laissé en place plus de deux heures. Notez l’heure de pose et allez chez un vétérinaire.

Le massage cardiaque : Posez votre chien sur le côté droit. Mettez une main à plat sur son flanc et appuyez par à-coups sur cette main avec votre autre main de façon à stimuler le cœur.

3111962813_1_3_juozamxl

Neurologie (système nerveux) :
Ce qu’il faut faire :
– protéger le chien de ses propres mouvements
– le mettre dans une pièce au calme
– essayer de le calmer en lui parlant
– tirer sa langue
– le mettre dans un endroit au frais

A ne pas faire :
– le transporter
– le stimuler

Ophtalmologie (yeux) :
Comment réagir ?
– rincer l’oeil avec du sérum physiologique en cas de contact avec un produit dangereux
– prendre l’oeil entre deux compresses et le protéger s’il est sorti de son orbite
– fixer une compresse dessus pour le protéger

A ne pas faire :
– trouver un antidote au produit de brûlure
– mettre un collyre de votre pharmacie
– toucher l’oeil

oeil-chien

Pneumologie (pathologie respiratoires) :
Ce qu’il faut faire :
– mettre le chien dans un endroit au frais si votre chien est en difficulté respiratoire
– lui maintenir la tête entre les pattes, sur le ventre
– appeler le vétérinaire

A ne pas faire :
– trop le manipuler
– mettre un animal cardiaque au chaud
– le positionner sur le côté

 

Le conseil de l’équipe :

Equipez-vous d’une trousse de secours que vous emporterez partout avec vous afin d’agir au plus vite en cas de nécessité !

827401_1_b

Arret couché sur Bécasse

Bécasse des Bois et setter arrêt couché !

Les amoureux des setters adorent cette situation , le setter prends les émanations et se fige au sol ! Un arrêt couché est souvent inné il est difficile à mettre en place chez un chien . Cela lui donne une magnifique allure . Regardez par vous même . Dans cette vidéo de chasse à la bécasse nous partons dans les bouches du Rhône !




Bécasse des Bois prélevée à l’arc traditionnel

Chasser à l’arc est déjà dur en soit mais chasser a l’arc la bécasse c’est encore plus fou pourtant Dorian Joret à réussi grâce à  sa passion de la chasse à la bécasse des bois, de son setter Fly et de son arc le coup parfait.
Nous vous laissons boire ses paroles.
chasse becasse à l'arc traditionnel -3
Nous somme samedi après midi quand je reçois un SMS sur mon smartphone. Je regarde, c’est mon pote Nico qui me demande si je veux aller a la chasse chez son ami Stéphane.
Sur le coup cela m’embête un peu car j’ai l’habitude de chasser tous les dimanches matins en famille notre gibier préférer, la bécasse des bois. Étant donnée que je suis en pleine battue au grand gibier, je décide d’attendre la fin de journée pour l’appeler, pour voir se qu’il me propose. La battue se termine au son des trompes de chasses, quatre sangliers seront levée sans pouvoir être prélevée
A 200 mètres, j’ai assisté a toute la scène, magnifique… Arrivée a la cabane de chasse, je rappelle donc le collègue :
-Allô Nico ça va ?
-Oui et toi ? Bon ça te dit de venir demain matin ?
-OK mais bon, es que ça te dérange si j’amène Fly avec moi et mon arc tradi ? Car d’habitude, je vais a la bécasse comme tu le sais bien…
-Oui pas de problème comme ça si jamais y a de quoi, elle pourra nous l’arrêter. Pour ton arc, pas de souci non plus… 8H15 a la maison demain.
La discussion continue ou je lui fis par du gibier vu dans la journée. Le lendemain, le temps est gris et humide. La brume est présente partout dans le bocage Valognais. Je ne suis pas de l’avant, mon vieux 4×4 n’a pas le temps de dire ouf, que le matériel et ma chienne a peine dans la voiture, je file chez Nico. Il est déjà prêt, son matériel est devant sa maison. Excuse du retard faite, nous partons en direction de la ferme a stéphane, a Négreville.
Arrivée devant la parcelle ou nous profiterons des corneilles et des ramiers, je me gare. Pendant que ma setter anglais se plaint dans sa caisse de transport nous partons nous installer, vêtu de nos tenue camoufler. Une bonne heure d’attente après, des pigeons trop loin et une absence de corvidés nous motivent à stopper notre affût.
En arrivent au véhicule, Fly se doutent que son heure est arrivée. Je change mon semi-auto pour mon arc tradi, ma cartouchière pour mon carquois. Nous passons par un premier champ sale ou ils en ont déjà levée, Fly trouve du frais mais que des places chaude. Ensuite nous faisons le petit bois, toujours rien et pareil dans le carré de lande. Puis Nico me dit d’un air sur : – Bon maintenant je vais t’emmener dans la boite a bécasse…
– La boite a bécasse ??? Lui dit-je amusé
– Tu va voir, c’est un petit morceau épais avec des saules coucher, la saison dernière ont en lèvent 3 dedans d’un coup!!!
Effectivement, en arrivant devant, je ne peux constater que l’endroit est un biotope a mordorée.
– Avec Fly sa va être plus facile, toi va a droite elle sorte souvent la, moi je vais de l’autre cotes, me dit Nico.
J’envoi ma chienne sous le couvert et suis sa progression attentivement. En arrivant au bout, je ne la voyais plus alors j’avance et à peine j’eus le temps de dire  » Arrêt » a mon camarade que le bruit du décollage distinctif de la furtive dame des bois me fit crier « Partie »!!!!! Mon regard cherche l’oiseau mais tombe vite dessus.
Elle tricote dans les branche et rend ma décoche impossible. A 10 mètre elle sort a découvert, la flèche part, bien dans l’axe vertical. Elle rattrape la bécasse juste au dessus et lui repasse devant le bec !!! Ça y était presque!!! Je part récupérer ma flèche qui a fini sa course dans un talus.
becasse à l'arc-2
Voyant ça, Nico me demande par ou elle ces dirigé, je lui explique et il me dit qu’il pense savoir ou elle s’est remisé. Nous passons de l’autre coté du chemin pour faire les haies plus bas, Fly cherche avec plus de ferveur qu’au début encore émoustiller par la lever. Tout a coup, elle passe sous une haie d’épine et cherche au sol avidement. Elle fait quelque mètres, fait demi-tours et se bloque a l’arrêt. Nico est a cotés de moi et me dit » si ça part, je te la laisse ». Encore une fois la bécasse ne tient pas l’arrêt et gicle vers nous en zigzaguant à tous va. Mon arc est bandé, mon regard est bloqué sur l’oiseau mais je vois mon chien derrière.
A 8 mètre de nous, elle décide de faire un crochet a droite pour monter au dessus de l’autre haie, je lâche ma flèche qui file droit sur elle, un son sourd et un nuage de plume me confirme que mon tir était réussi. Sur le coup je reste bête, la bécasse est partie et ma flèche quand a elle est restée quasiment sur place.
Nico me rassure, la flèche est bien placé et elle a bien accusée le coup. Je rappelle ma chienne et nous décidons d’aller la chercher. Je dit a Nico que si jamais elle décolle, qu’il n’hésite pas a tirer une cartouche pour être sur quelle ne parte pas blessé…Je suis dans un tel état d’émotions que j’ai l’impressions d’être ailleurs. Au bout de cinq minutes de recherche, ma chienne fait un nouvel arrêt ferme dans la bout de la même haie.
Je r’encoche une flèche et nous nous plaçons de façon à se tenir prêt à un nouveau décollage.
– Tu est prêt Nico ?…FLY…. TCHOUPE !!!!! La chienne a avancé de quelque centimètres seulement, je rassure mon collègue…
– Nico c’est la, c’est sur, elle est verrouillée, tu es prêt ??? Fly….TCHOUPE!!!!! La chienne boule et Nico me lance « Je la vois….c’est bon, elle la ! » A cet instant, c’est la délivrance, je me sens bien. J’ai réussi a prélever ma première mordorée a l’arc. Mon objectif de la saison a était rempli, je suis heureux. Je récupère le belle oiseau et apprécie le moment avec mon copain. Je félicite ma chienne pour m’avoir fait vivre ce moment…Ce dimanche 24 janvier restera graver dans ma mémoire a jamais….
becasse à l'arc

Voici une autre sortie qui montre l’engouement de la chasse à la bécasse à l’arc .

 

setter et becasse-vert