Pour Willy Schraen, l’avenir de la chasse est au féminin

Alors que la fédération départementale des chasseurs de la Creuse connaît sa nouvelle présidente. Willy Schraen, dans une interview accordée à l’Est Républicain annonce que la femme est l’avenir de la chasse. De plus en plus nombreuses, elles s’assument, valorisent notre passion à merveille et prennent des responsabilités. C’est sur, l’avenir de la chasse s’écrit au féminin.

La chasse au féminin

Les femmes chassent et l’assument. De plus en plus présentes dans les rangs des chasseurs, les femmes n’hésitent pas à casser les codes et à suivre les pas de leur père ou grand-père. Autrement dit, la chasse de demain sera féminine ou ne sera pas ! Il n’est plus rare de les voir à la direction de fédération de chasse, ou même présidente. Ces postes leur vont à merveille et leur voix est généralement plus écoutée. Passionnées, investies, pleine de qualités, elles contribuent aujourd’hui à la valorisation de la chasse et à sa modernisation.

Dans une interview accordée à nos confrères de l’Est Républicain, le président de la fédération nationale des chasseurs s’empare du sujet et n’hésite pas à répondre. Quelle place tient la femme dans cette discipline historiquement masculine ? C’est encore discret, cependant, on recense aujourd’hui 25 600 chasseresses. Soit environ 3.5 % de l’effectif national. Elles possèdent leur association, forte de 800 adhérentes. Face à ce constat, le président des chasseurs de France est clair, « la femme est l’avenir de la chasse ».

Retrouvez l’interview complète en cliquant sur ce lien.

Sur le même sujet :

A 20 ans, Célia Bartes élue présidente d’une AICA !

Célia Bartes, 20 ans, jeune pouzolaise est aujourd’hui à la tête de l’association intercommunale qui regroupe les chasseurs des communes de Pouzols-Minervois, Mailhac et Bize-Minervois.

Elle a été élue présidente de l’association intercommunale de chasse agréée (AICA) du Minervois au cours de l’assemblée du 3 octobre. A 20 ans, cette prise de fonction ne surprendra que les chasseurs qui ne la connaissent pas. Passionnée et investie dans le monde associatif local depuis son plus jeune âge, cette présidence est tout à fait méritée aux yeux des chasseurs locaux qui n’ont pas hésité à voter pour Célia et à lui confier cette lourde responsabilité.

C’est donc elle qui organisera les journées de chasse, les manifestations extra-cynégétiques, qui aura pour mission de gérer administrativement l’association, qui sera le relais de la FDC etc… Un rôle important, avec de nombreuses responsabilités qui cadrent parfaitement avec son BTSA Gestion et Protection de la Nature.

La jeunesse à la présidence de l’AICA.

Nous espérons que les féministes apprécieront qu’une jeune femme ait su séduire par ses compétences, ses connaissances les chasseurs des trois communes. Comme l’a confié le grand-père de Célia dans l’Indépendant « Elle est, à n’en pas douter, la plus jeune présidente d’une association de chasse en France ».

Félicitations à Célia pour cette élection, nous lui souhaitons toute la réussite pour sa nouvelle fonction.

Le symbole d’un renouveau.

A l’heure où la chasse est attaquée de toutes parts par des individus qui prétendent incarner un « monde nouveau » et qui nous présentent comme les tenants d’un « monde ancien », l’exemple de Célia est l’argument parfait pour leur démontrer qu’ils ont tort et que leur sectarisme, leur dogmatisme et leur méconnaissance des choses de la ruralité les conduit à l’échec. Aujourd’hui plus de 15 % des personnes qui passent le permis de chasse sont des femmes. Elles sauront apporter un regard nouveau sur cette activité et n’en doutons pas, elles prendront vite du « galon ». Célia leur a montré la voie, nous souhaitons que beaucoup de jeunes femmes la suive.

 

Elisa Lohéac : Une future chasseresse qui en veut !

Élisa est une jeune future chasseresse de 20 ans habitant dans le Finistère en Bretagne. Elle ne possède pas encore son permis de chasser car pour elle sa priorité est d’avoir son permis de conduire afin de pouvoir aller à la chasse comme elle le désir ! Toutefois, cela ne l’empêche pas d’accompagner son père et ses 5 beagles !  Élisa est diplômée d’un bac professionnel de gestion des milieux naturels et de la faune et est actuellement à la recherche d’un emploi. Son rêve ? Devenir égérie ou testeuse de vêtements pour une marque de chasse ! Elle nous précise  » Le rose très peu pour moi ! Pourquoi l’associer aux filles ? Je préfère le bleu ou rester au orange pour aller à la chasse !  ».

Nous avons posés une série de question à cette futur chasseresse afin de mieux connaitre sa vision  » chasse  ».

 

Qu’est-ce que la chasse pour toi ?

 » La chasse pour moi c’est de l’oxygène vraiment ! Je me sens bien mieux dans la nature qu’en ville à marcher le long des talus à voir mes chiens travailler ou à attendre poster et également à avoir froid (et à tomber malade ensuite ) à entendre les chiens mener avec de l’adrénaline ! C’est aussi de partager les traditions les repas des anecdotes et les petites histoires de chasse. Mais aussi la régulation de la nature l’entretien des espaces, l’échange entre les cavaliers randonneurs et autres. Le partage de la nature tout simplement. J’ai été invité à aller en chasse à courre et j’ai hâte d’y retourner (peut-être à cheval !) car c’est différent des battues…  » nous confie-t-elle !

Quel est ton point de vue sur les femmes à la chasse ?

 » Nous sommes tous égaux nous avons les mêmes os ! les hommes chassent et donc les femmes aussi les hommes font le ménage et la cuisine ainsi que tout le tralala on a le droit d’avoir notre place aussi ! » nous dit-elle !  »Après je le vois sur ma page ou celles d’autres filles.. C’est comme si on n’était pas des bêtes de foire mais presque.. Genre j’ai fait un test l’autre jour j’ai mis une photo de ma chienne la petite dernière et ensuite une photo de moi avec elle et bah la différence des j’aime est presque impressionnante.. Après je vous avoue que je mets bien des j’aime parce que certains garçons sont mignons aussi donc c’est donnant donnant.. Chacun à son point de vue mais c’est presque rageant de faire une belle photo d’un renardeau et d’avoir un minimum de j’aime et d’avoir un max sur une simple tête.. Après c’est la vie..  » nous confie-t-elle sur cette nouvelle pratique en vogue !

Pour toi les mentalités évoluent-elles ?

 » Oui, dans ma société je suis bien acceptée. Je suis de nature timide je ne dis pas grand-chose mais si j’ai quelque chose à le dire on entendra ma voix.. Je sais qu’ils m’apprécient tous d’ailleurs ils sont tous très fière de moi !  » écrit-elle.  » Et aussi dans la vie de tous les jours je ne le dit pas forcément que je chasse.. Certains trouvent cela comme un genre de fantasme alors que c’est une passion comme une autre ou alors se rebute à l’idée qu’une femme chasse et tue […] Prélever je préfère ce terme certains « amis » ont carrément arrêté de me parler quand ils ont compris que la chasse était bien encrée dans ma vie ! Après comme je l’ai dit avant chacun à son point de vue.  » s’exprime la jeune femme.

Qu’aimes-tu dans la chasse ?

 » Touuut.. Les chiens les traques les belles menées l’adrénaline la nature les paysages les arbres qui changent les feuilles qui changent de couleurs toute les petites choses de la nature qu’on ne ferait pas vraiment attention en ville… Les échanges les collègues de chasse à mourir de rire avec leurs blagues.  » nous dit Élisa.

Racontes-nous un souvenir de chasse !

Alors je vais essayer de faire court… […] C’était dimanche ( 9 oct 16) on chassait le lièvre avec mon petit Daniel (on peut dire que c’est comme mon grand-père par adoption )  alors en fait on marchait le long d’un talus mon père est aller à l’intérieur d’une sorte de petit marais on a à peine marché qu’on a entendu juste un coup de fusil. Oolala comment j’ai eu peur qu’il lui soit arriver quelque chose.. On a attendu presque 5 min avant qu’il crie « ça y est c’est mon tour » anecdote l’année dernière à l’ouverture du lièvre on avait été avec Daniel et c’est lui qui avait eu le lièvre ! :p Qu’est-ce-que mon papa était fier ! Avec son sourire ! On était tous très content ! (Bon après 3 dimanches bredouille normal j’ai envie de dire mais c’est également ça la chasse rentrer les poches vides… Bon pas si vide les châtaignes commencent à tomber miam miam!) Ensuite petit moment de rigolade avec Daniel il a pris un petit bâton et à commencer à interviewer mon père j‘ai tout filmé […].

Vous pouvez suivre Élisa ici

Calendrier trés spécial

 

Girls Schweiz 2016

Les femmes et la chasse

Les femmes et la chasse

Battue en compagnie de l’Association des Dianes Chasseresses du Gard, organisée par la FDC 30 sur le Domaine de Vallongue – Nîmes Métropole – Territoire de chasse pilote de la FDC 30.

Différents portraits de femmes passionnées par la Chasse.

 

 

 

Ouverture de la chasse à Salles : une première pour Stéphanie

Ouverture de la chasse à Salles :

une première pour Stéphanie

 

 

 

A l’aube, le ciel hésite encore entre rire et larmes. Les nuages moutonneux s’étirent et se dissipent. La masse sombre des arbres balise la route où se croisent noctambules pressés de se coucher et chasseurs impatients de voir le soleil se lever. L’ouverture générale de la chasse, hier, avait une saveur particulière pour Stéphanie. C’était sa première.

Dans la cabane de Bruno, le président de l’Acca de Salles, qui a prévu café et viennoiseries, elle ne peut rien avaler. Trop stressée, trop émue. Elle a obtenu son permis de chasser l’automne dernier. Une suite logique dans le choix de ses loisirs, tant elle a le sentiment d’être « née dedans ». La forêt, la nature, les animaux sauvages, l’automne et ses odeurs.

« Quand j’étais enfant, j’aimais bien me lever pour faire le casse-croûte salé du matin avec mon père et ses copains de chasse. J’adorais les écouter raconter leurs histoires. » Des moments qu’elle ne vit désormais plus par procuration mais par et pour elle-même.

« Je l’ai entendu »

La veille, elle a tout passé en revue avec son mari, Fabrice. La tenue, le fusil, la gestuelle, les consignes de sécurité. De toute façon, Thomas est là pour lui donner les bons réflexes, sans fusil ce jour-là. Le rôle de parrain lui convient parfaitement. « J’ai connu tellement d’émotions à la chasse, avec mes chiens », confie ce « féru de bécasse », « que je trouve normal de partager et transmettre ma passion ». Connaissant parfaitement le territoire, il n’hésite d’ailleurs pas à montrer ses coins. Stéphanie est tout ouïe, engrange les petits trucs pour plus tard. Elle a adopté un petit pointer, Lou, 4 mois. « Il est encore trop jeune mais j’ai hâte de chasser avec lui, de créer cette belle relation de complicité. » Dax et Dinan, le père de Lou, s’élancent, clochettes tintant autour du cou. « Laisse-les faire », conseille Thomas, confiant.

À la suite des deux chiens, les deux chasseurs sautent un fossé et pénètrent dans le bois, s’enfoncent dans le sol sablonneux, écrasent de leurs bottes ronces, glands, lierre, pommes et aiguilles de pin, enjambent un tronc mis à terre par coup de vent, écartent d’un revers de bras feuilles et branches, se frottent aux orties, se piquent au houx et aux ajoncs, disparaissent presque dans les herbes hautes, se retrouvent dans les fougères et la bruyère odorantes… Plus de 8 kilomètres de marche au grand air.

Soudain, Dax s’arrête net. Dinan patronne et coule à sa suite. « Le cœur à 300 », Stéphanie en perd une cartouche au moment de charger son fusil jusque-là cassé. Mais le faisan décolle et part du côté opposé. Sans visibilité, la jeune femme ne tire pas. Elle rentrera bredouille. « Même si je ne prélève pas aujourd’hui, j’aurai au moins eu cette excitation si particulière, cette montée d’adrénaline. Je l’ai entendu, ce faisan, j’étais à côté, j’ai vu les chiens à l’arrêt, c’est déjà ça. »

Déjà des premiers souvenirs et anecdotes à raconter et commenter au déjeuner, pris à la cabane entre amis fines gueules. L’occasion de déguster le pâté grand-mère (ventrèche et foie gras) mis en bocaux pendant l’hiver.




Source : Sudouest

Les Femmes à la Chasse

Léa Rabier – Les Femmes à la Chasse

chasse5

Léa Rabier jeune chasseresse d’ecrit sa passion de la chasse.
16 ans
Franche – Comté

Comment as-tu découvert la chasse ?

J’ai découvert le monde de la chasse lorsque ma mère a rencontré mon beau père qui lui est chasseur. Je m’étais vite attacher à son chien Bandit, c’est donc la que j’ai voulut allez avec eux à la chasse… j’avais 7 ans. Il m’en menais au battue de renard en février, et au petit gibier à l’ouverture. 2 ans après j’ai fini par aller en battue et ça m’a énormément plus ! Le travail des chiens que j’entendais et que je voyais depuis mon poste me fascinais jusqu’à m’en donner des frissons, mais la relation de complicité entre le chasseur et ses chiens c’est bien ce que j’appréciais le plus ! Depuis ce jour, j’ai toujours fait pour ne louper aucun jour de chasse !

As-tu des chiens ? Quelles Races ?

J’ai 2 chiennes; une beagle prénommée Dina, elle a maintenant 7 ans et elle chasse à merveille le lièvre mais le chevreuil quand elle en a envie…. elle s’est déclaré sur lièvre à un peu plus d’un an, sinon avant elle ne voulait absolument pas chasser. Et j’ai une Bleu de Gascogne prénommée Iska, âgée de 2 ans dont je suis très fière. Par rapport à Dina elle n’a pas perdu de temps pour se déclarer : 2 mois 1/2 déclarée sur lièvre, 3 mois sur chevreuil, et sanglier dans la foulée. C’est une chienne très intelligente et à l’écoute

chasse3

 

Le jour où je suis allez pour la première fois en battue

Quels sentiments (sensations) as-tu lorsque  que tu es en action de chasse ?

Plaisir
Bien être
Adrénaline

Quelle chasse pratique-tu ?

Du côté de ma mère il y a beaucoup de chasseur, donc une image assez positive pour mon entourage ! Mais mes amis je ne sais pas, j’en ai aucun qui chasse donc je n’en parle pas trop pour éviter les sujets qui fâche

Quel sont les difficultés que vous avez rencontrées en rentrant dans l’univers de la chasse ?

Je n’ai rencontrer aucune difficulté en rentrant dans l’univers de la chasse

11931696_10205313892029098_1056065895_n

Quelle chasse pratiquez – vous ?

 

 

Je pratique la chasse au gros gibier la majeur partie de la saison, mais j’aime bien de temps en temps allez au petit gibier. Ça change ….

Quelles armes affectionnez-vous ? Avez-vous eu des difficultés à trouver du matériel féminin ( vêtement)?

Pour les armes je n’en affectionne pas spécialement.

Oui, j’ai énormément de mal à trouver des vêtements féminins de chasse mettant du 36 en pantalon. Très peu de magasin de chasse vers chez moi font des vêtements de chasse féminin et dans les hommes ça commence au 38… ^^ et au niveau du haut, je met du S. Dans les magasins je trouve également très peu de S chez les hommes et le M je nage…. il y a que pour les chaussure que je suis bien comme je met du 42 !! Mais j’ai encore un soucis à ce niveau avec des bottes…. disons que dans mes bottes, on peut mettre 2 mollets comme les bien dedans , enfin bon c’est déjà ça !! Mais pour le reste… internet est là ! Et heureusement

 

 

Vous souhaitez faire découvrir votre passion , faites nous le savoir contact@jaimelachasse.fr.

 

 

 

 

Pour vos vêtements nous avons quelques solutions :

chasse6

 

 

Nous créons pour vous les femmes les pulls : https://fabrily.com/Chasseresse

MAIS AUSSI : http://www.tostadora.fr/Hunter pour une création magnifique !

 

t-shirt