[Vidéo] Ils capturent les sangliers et les relâchent dans le massif du Bargy

Sanglier dans un champ

En Haute-Savoie, les sangliers posent des problèmes en plaine. Cependant, les effectifs du suidé dans les massifs sont trop minimes. Afin de redynamiser ces populations d’altitudes, la fédération des chasseurs de Haute-Savoie s’est lancée dans une opération de renforcement des populations. Ainsi, des opérations de capture ont eu lieu en plaine afin de relâcher les suidés à 1000 mètres d’altitude.

Une sous-population de sangliers dans le massif du Bargy

C’est une opération pas comme les autres qui a eu lieu en Haute-Savoie nous révèle le Dauphiné Libéré. En effet, sous la responsabilité de Nicolas Déronzier, lieutenant de louveterie du secteur du Bargy, une capture de sanglier a été mise en place. Le but ? Relâcher les animaux capturés, à 1000 mètres d’altitude dans le massif. Cette opération, qui s’est déroulée jusqu’à la mi-avril, était en phase de test. L’objectif premier étant de trouver une solution face aux populations de sanglier trop importantes en plaine et en sous-effectif en altitude. Ainsi, à plusieurs reprises, les différents acteurs de l’opération (FDC74, société de chasse, louvetier, etc…) se sont lancés dans la capture du suidé. Une opération couronnée de succès. Laissant présager de belles perspectives d’avenir. Enfin, déplacer certaines populations de suidé serait la solution miracle ? Attendons la suite du projet et ses résultats, l’expérimentation vient de terminer, il sera donc judicieux d’analyser les conséquences.

Reportage issu du Dauphiné Libéré

Lire aussi : Loire-Atlantique : des cages pour capturer les sangliers vont être installées

Sur le même sujet :

Loup, la Haute-Savoie financera son comptage des loups

Chaque année, le comptage des loups anime les passions. Si les chasseurs demandent plus de transparence, ils souhaitent aussi participer à ces comptages. En 2020-2021, le réseau loup-lynx estimait la population du prédateur autour de 620 individus. Un chiffre quelque peu absurde lorsque qu’on connaît leur moyen limité et les attaques que subissent les éleveurs. Mercredi, le président du département Martial Saddier, a annoncé qu’un comptage de loups allait être financé par la collectivité afin de connaître le nombre exact.

La Haute-Savoie subit le loup

Mercredi, à Villy-lePelloux en Haute-Savoie, Martial Saddier président du département a abordé une problématique qui anime les débats. Le loup. Perçu différemment, que l’on soit chasseur, éleveur, promeneur du dimanche ou amoureux de la nature, le loup est omniprésent chez les acteurs de l’environnement. Si le président a d’abord rappelé que la gestion de l’espèce relevait de l’État, il a également souligné que les collectivités n’avaient aucun pouvoir décisionnaire. En effet, les comptages sont effectués par l’office français de la biodiversité. Cet organisme est donc responsable du suivi de l’espèce et des données recueillies. Cependant, lorsqu’on regarde les chiffres, il est impossible de les prendre au sérieux. Martial Saddier a aussi souligné que la Haute-Savoie est l’un des deux départements en France avec la plus forte augmentation des effectifs de loups. Une situation qui dérange et engendre de nombreux problèmes entre les différents usager de la nature.

Lire aussi : Situation du loup en France

Un comptage financé par le département

Annuellement, en France, le loup coûte 56 millions d’euros. Les attaques ne cessent d’augmenter, mais ses effectifs eux ne bougent quasiment pas selon les services de l’État. Cela révèle et souligne une certaine incompétence de la part de l’organisme gestionnaire. Lassé de ne pas connaître l’effectif exact de loups en Haute-Savoie, le Conseil Départemental a décidé, en accord avec toutes les autres parties prenantes, de lancer l’opération, de financer à hauteur de 170 000 euros le comptage des loups, grâce à des moyens techniques et humains importants. Une démarche qui permettra très probablement d’obtenir des données scientifiques justes.

Sur le même sujet :

Vidéo, 16 coqs de tétras-lyre filmés en Haute-Savoie

En Haute-Savoie, le chant du tétras-lyre s’est fait entendre récemment. Ce moment exceptionnel et incroyable pour l’époque a pu être immortalisé par un chasseur du département.

16 coqs tétras-lyre sur une même place

Le tétras-lyre est une espèce symbole du monde montagnard. Victime de l’activité humaine (tourisme, réchauffement climatique), les chasseurs tentent depuis des années de protéger son habitat ainsi que ses populations. L’espèce est chassable sous conditions. Les plans de chasse sont très restrictifs. Si l’espèce est encore présente dans certains départements de France, c’est notamment grâce aux chasseurs et à leurs programmes de préservation des biotopes et à leur connaissance approfondie de cet oiseau.

La semaine dernière, un chasseur de Haute-Savoie a pu filmer un moment incroyable, prouvant le travail des chasseurs concernant l’espèce. En effet, 16 mâles ont pu être filmés sur une place de chant à Chamonix. Comme l’explique la fédération départementale des chasseurs de Haute-Savoie, « c’est exceptionnel et incroyable à pareille époque ». En effet, habituellement, les mâles se retrouvent sur les places de chant au printemps afin de parader et parfois engranger des combats spectaculaires. Cette vidéo nous offre un moment superbe et rare. Cette espèce magnifique est difficile à observer. Nous vous laissons donc découvrir ces images, comme si vous y étiez.

Lire aussi : Mille arbres plantés pour le tétras-lyre

Vidéo de Davide Chiapello issue de la page Facebook de la FDC74

Sur le même sujet :

—> Le tétras lyre, un oiseau rare et élégant

—> Les chasseurs protègent le tétras.

—> Le Tétras-Lyre sous haute surveillance.