Les chasseurs aveyronnais redonnent vie à une lavogne

Savez-vous ce qu’est une lavogne ? C’est une mare occupant le fond argileux d’une doline dans les Causses. Les chasseurs de l’Aveyron viennent d’en restaurer une. Encore une contribution des chasseurs pour l’environnement.

Les chasseurs donne vie à une lavogne

A Sébazac-Concourès, les chasseurs ont pu donner vie à une lavogne. Pour ceux qui ne connaissent pas ce terme, une lavogne ou lavagne, désigne une petite dépression aménagée par l’homme sur les causses (plateaux calcaires) pour collecter l’eau de pluie et abreuver le bétail et la faune sauvage. C’est donc un point d’eau qui a vu le jour sur le causse Comtal. C’est un projet réalisé en collaboration avec la région Occitanie, le conseil départemental de l’Aveyron, l’Office Français de la Biodiversité et la Fédération nationale des chasseurs. Le rôle de ce point d’eau sera important dans les années à venir. Nous connaissons tous l’importance des zones humides pour la préservation de la biodiversité.

L’aménagement de cet espace n’est pas terminé. Il reste encore quelques détails à peaufiner, comme l’affût, pour observer la faune sauvage. Dans peu de temps, des panneaux pédagogiques permettront d’informer le public. La végétalisation des bordures permettra d’abriter faune et micro-faune qui enrichiront le causse. Un joli projet qui offrira une vraie plus-value à l’environnement.

L’éco-contribution au service de la nature

C’est un projet qui a pu être mis en oeuvre grâce à l’éco-contribution. A l’initiative de la fédération nationale des chasseurs, la loi chasse du 24 juillet 2019 a créé un fonds biodiversité dans le cadre du nouvel office français de la biodiversité. Ainsi, par le biais de leur validation annuelle, les chasseurs contribuent à ce fond, destiné à financer des projets en faveur de la biodiversité. Plus précisément, chaque chasseur contribue à hauteur de 5 euros lors de la validation de son permis de chasser à financer des actions concrètes pour l’environnement. L’éco-contibution permet donc de restaurer les milieux naturels, contribuer à la plantation de haies, à l’entretien des habitats etc… Chaque année, c’est près de 15 millions d’euros qui sont consacrés à la biodiversité par les chasseurs de France.

Lire aussi : Limiter la mortalité de la faune sauvage grâce à l’éco-contribution

Sur le même sujet :