Petite faune de plaine, l’heure du rétablissement

Le rôle des êtres humains dans la gestion de la nature est devenu essentiel, si nous souhaitons éviter le déséquilibre des populations de faune sauvage.

Depuis quelques décennies, les plaines agricoles françaises voient leur petite faune (perdrix, alouette des champs, lièvre etc…) diminuer de façon dramatique et inquiétante. Ce phénomène est principalement dû à l’intensification des cultures, aux remembrements des terres agricoles et à l’urbanisation. Afin d’encourager la mise en œuvre d’actions volontaires, favorables à l’environnement, les Fédérations de Chasse Départementale ont lancé des programmes concernant la préservation du petit gibier. Ces programmes, selon les politiques et attentes locales, permettent la mise en place d’aménagements en bords et au sein des cultures, favorisant ainsi l’augmentation de la capacité d’accueil des plaines. C’est-à-dire, la capacité d’un territoire (et de ses habitats) à accueillir une certaine densité d’individus pour chaque espèce. Ces aménagements se composent de haies, de bandes enherbées et de bandes jachère, fournissent des zones refuges et des ressources alimentaires supplémentaires/complémentaire afin de générer le rétablissement du petit gibier ce qui en découle positivement sur l’ensemble des espèces inféodées au milieu. Des programmes de repopulation à partir d’individus issus de souches sauvages se mettent de plus en plus en place, notamment pour les espèces faisans et perdrix. Dans plusieurs départements, ces aménagements, actions ont démontré un impact positif sur la faune des plaines et plus particulièrement, sur l’avifaune.

Quelques projets

Un couvert pour l’hiver

La culture intermédiaire c’est la solution multifonction, lutte contre la pollution de l’eau par les nitrates, protection des sols contre l’érosion, engrais verts, zone de refuge pour la faune en plein hiver, tout le monde y gagne.

Les couverts d’interculture présentent un réel intérêt pour la faune sauvage. Dans les zones de grande culture, après la moisson, ils constituent souvent l’unique couvert susceptible d’abriter la faune contre les intempéries et les prédateurs (notamment les prédateurs ailés).

Les critères à suivre pour évaluer un couvert d’un point de vue faunistique sont :

  • Le taux de couverture du mélange par strate, basse, intermédiaire, et haute
  • La pénétrabilité du couvert : on estime si les déplacements sont aisés pour la faune
  • Les plantes à compter dans la valeur alimentaire : les légumineuses et les graminées, ainsi que le sarrasin; les jeunes pousses de crucifères
  • La nourriture animale : on note la présence d’insectes, notamment la présence de carabes ou autres*

Un choix important de type de couverts, une grande marge de manœuvre au niveau des dates d’implantation et une facilité de destruction sont les principaux points positifs à retenir.

Plantation de haies

Ce n’est plus à prouver, les chasseurs contribuent à la plantation de plusieurs Kilomètres de haies chaque année. Soulignons que celle-ci est dans un premier temps un refuge contre les intempéries et la prédation exercée par les rapaces. La haie offre au petit gibier une table bien garnie toute l’année, susceptible de répondre à ses besoins alimentaires à chaque étape de son développement. Ajoutons à cela que la haie constitue un site de reproduction pour bon nombre d’espèces, un réservoir de biodiversité et le moyen d’augmenter très sensiblement la capacité d’accueil d’un territoire de chasse de plaine pour le petit gibier. Dès lors on comprend mieux l’intérêt majeur que représente la haie dans la panoplie des aménagements cynégétiques.

Oiseaux de souches sauvages

Face à la diminution des populations de la perdrix grise, du faisans, cela depuis une trentaine d’années dans les campagnes de Côte-d’Or, la FDC21 lançait en 2016, son projet de repeuplement de ces espèces à partir d’oiseaux issus de souches sauvages.
Ce projet de repeuplement testé sur au moins trois ans, a pour but de relancer et renforcer la dynamique du petit gibier sur les territoires. Travailler avec des animaux issus de souches sauvages offrira, leur offrira, dans le temps, une meilleure adaptation sur le territoire, une meilleure protection face aux prédateurs. Le programme mis en place dans cette FDC se calque sur celui de la Fédération du Pas-de-Calais, consistant à récupérer des oiseaux de souche sauvage et à les faire reproduire pour obtenir un nombre suffisant d’oiseaux à lâcher sur les territoires.

Il faut toujours garder en tête que chasser sur territoire diversifié où l’on retrouve, perdreaux, lièvres et faisans, autrement dit « joindre l’utile (agronomiquement )à l’agréable (faunistiquement) », reste un objectif majeur pour tout bon gestionnaire de territoire de plaine.

Carabine 10 coups à air comprimé !

La saison de chasse est enfin finie, certains sont tristes et d’autres sont plutôt satisfaits. Une chose est sûre, c’est que la nature pourra reprendre ses droits pour nous permettre l’année prochaine de chasser à nouveau le gibier présent sur le territoire.

Il est temps de ranger les fusils en calibre 12 et vos carabines de battue.

Mais pourquoi devrions-nous nous priver de tirer dans notre jardin ? Pourquoi ne sortirions-nous pas quelques cibles pour tirer avec les enfants et petits-enfants ?

Nous avons pris le temps de regarder ce qui se crée aujourd’hui d’intéressant en calibre 4.5mm . Et nous sommes tombés sur une carabine à 10 coups !

En effet, GAMO a lancé une carabine qui porte le nom de carabine Gamo Replay 10 Maxxim. Cette carabine est proposée en pack avec une lunette de 4X32 et d’une puissance de 19,9 joules.

Cette carabine à air comprimé permet de mettre 10 coups dans un chargeur. Mais au lieu de recharger avec une barre sur le dessous ou latérale à la carabine. Il suffit de basculer le canon pour la recharger. Ce système de rechargement à bascule s’appelle Breack barrel.

Sur le site du distributeur français Europ-Arm, nous avons pu voir les informations suivantes :

 

Technologie dite « autoloader 10x » utilisant un barillet 10 coups à charger avant le tir.

La carabine est livrée avec 2 barillets soit 20 coups au total.

Canon Whisper Maxxim : canon rayé en acier avec un habillage intégral en polymère incluant silencieux et un frein de bouche.

Crosse Polymère Ergonomique, carcasse fraisée 11mm avec rail surélevé et buttée réductrice de recul RRR.

Détente C. A. T. : départs nets et précis, réglage de la première et seconde bossette, réglage du poids de départ sur la deuxième bossette.

Livrée avec une lunette 4×32 et équipée d’organes de visée ouverte à fibre optique.

La vitesse de plomb pour cette carabine de 19,9 joules est de 280 m/s . Cette carabine pèse 2,6 kilos pour une longueur totale de 111 centimètres.

Nous savons très bien que certains sont plus « crosses en bois » malheureusement celle-ci sera en synthétique.

L’intérêt du synthétique est, sa facilité d’entretien et sa résistance aux rayures.

Le prix de carabine est très bien placé il est de 299 €.

Maintenant vous savez ce qui vous reste à faire pour pouvoir profiter d’un petit week-end avec un tir à la carabine à plomb seul ou en famille.

 

 

 

Noms de Chiens en « O » pour les naissances en 2018

Chercher des noms de chiens de chasse n’est pas si facile. Alors, pour cette année 2018, qui est illustré par la lettre O , nous avons trouvé quelques noms originaux pour vos chiens de compagnie.
Prénoms mâles Prénoms femelles Prénoms mixtes
Obélix Obelle Oasis
Okley Obole Oki
O-lit Ocarina Oligane
Obiwan Octane Olive
Olace Océane Omega
Ocean Ode One
Oclock Oisa Onyx
Octavio Okinawa Oracle
Oasis Ola Osaka
Octet Olba Osis
Octopus Oléa Ozone
Obus Oletta Ozzie
O2 Olia  Onolulu
Ozone Olita
Oedipe Olivette
Off Ollie
Offenbach Olympe
Oggy Ombelle
Ohm Ombre
Okapi Omelette
Okay Omerta
Olaf Ondine
Olive Ondra
Olex Only
Olfi Onyxia
Olympe Opala
Omer Opale
Opium Opaline
Opus Oparine
Orage Opéra
Oregon Orane
Oréo Orange
Orfeus Orangette
Origan Orchidée
Orion Ordalie
Orly Orée
Oro Oreste
Orphée Orlinda
Orson Orpie
Orus Ortega
Oscar Osca
Osky Oseille
Oslo Osmose
Osram Ospirin
Osti Ossia
Othello Ostara
Otis Otary
Otorino Otella
Ouija Ottessa
Oui-Oui Ouchka
Ouper Ouka
Ouragan Oupette
Oural Ova
Oursin Ozalée
Ourson  O’Hara
Ouzo
Over
Owen
Oxford
Oz

5 ASTUCES POUR AUGMENTER VOS CHANCES D’APPROCHER

5 ASTUCES POUR AUGMENTER VOS CHANCES D’APPROCHER


Pour chasser ou photographier à l’approche, il est important de pouvoir respecter certains points pour augmenter ses chances d’arriver au plus près de la faune. Les connaissez-vous ?
Nous allons donc vous présenter les 5 points-clés pour devenir un as de l’approche.

1°) Jouez avec le vent

Le premier point essentiel d’une approche réussie est la maîtrise du vent. Comme vous le savez, les animaux sont dotés d’un sens olfactif très développé qui leur permet de repérer. Un intrus très facilement.
Le vent ne doit donc pas aller vers l’animal que vous approchez. Pour connaître la direction du vent, il existe des techniques simples que nous allons vous détailler :
– Les poires à talc : Le principe est d’envoyer dans l’air une petite quantité de talc, qui va immédiatement prendre le vent. Souvent onéreuses, et difficile à trouver, vous pouvez simplement vous en construire une maison, avec un simple ballon de baudruche et un goulot de bouteille en plastique avec le bouchon troué et bien sûr du talc.
– La ficelle de sac-poubelle : accrochée à votre canne de pirsh, elle vous indiquera la direction du vent.
Cette liste est loin d’être exhaustive, l’observation de votre environnement, des arbres, des feuilles, etc. est bien entendue également un excellent indicateur pour connaître la direction du vent.

Publicité :


2°) Longez les bordures

Pour augmenter votre dissimulation, il faudra préférer les bords des chemins, ainsi vous serez plus à même de vous cacher dans la végétation si vous repérez un animal. En effet, il sera plus difficile pour lui de distinguer une forme haute quand celle-ci se situe près d’une bordure que dans un milieu dégagé.
Vous situez lors de vos déplacements en bord de forêt, vous permettrez également de pouvoir entendre si des animaux arrivent dans les bois.
De même pour l’affût, vous pourrez utiliser la topologie du terrain pour vous dissimuler, derrière un arbre couché, un tas de branches ou encore dans une haie.

3°) Lisez les traces

Evolution d'une empreinte dans le temps

Observer son environnement est primordial pour cette chasse. L’observation des traces et des coulés vous permettra d’augmenter vos chances de voir du gibier. Essayez également de repérer, bauges et autres souilles pour identifier la présence de sangliers.
Une fois ces traces repérées, encore faut-il reconnaître si elles sont fraîches ou non.
Pour dater une empreinte, il faut prendre en compte les conditions météorologiques des derniers jours. Les traces anciennes seront facilement reconnaissables s’il a plu, car les traces s’effacent au profit des marques de gouttes.
Certains éléments simples peuvent vous indiquer au contraire, un passage récent.
Exemple, de l’eau troublée, le transfert d’eau sur un sol sec à la sortie d’une flaque, de la boue encore humide présente sur un arbre, ces signes désignent clairement la présences récente d’un animal. L’odeur peut également trahir la présence de ceux-ci.

4°) Regardez la lune

D’une manière générale, vous pourrez rencontrer des animaux à l’aube ainsi qu’au crépuscule mais également toute la journée car il faut savoir qu’un chevreuil doit se nourrir entre 6 et 12 fois par jour.
Cependant, pour aller chasser, penser à regarder la lune, en effet, une étude à montrer que suivant l’activité de la lune, les animaux ne se comportent pas pareil.
À la nouvelle lune : Durant cette période, la nuit, les animaux sont plongés dans l’obscurité la plus totale ce qui les contraint à se nourrir durant les premières lueurs du jour. Les animaux redeviendront alors actifs en fin de journée avant le coucher du soleil.
Au premier quartier : de même que pour la nouvelle lune, les animaux sont actifs aux premières lueurs du jour mais moins actifs en fin d’après-midi.
À la pleine lune : Malgré le fait que certaines personnes pensent que c’est le meilleur moyen de voir plus de gibier, car on peut voir plus longtemps, les études ont montré que pendant cette période les animaux sortent en plein milieu de la nuit pour se nourrir. Pour chasser en cette période, il vaut mieux privilégier l’affût aux alentours de midi.
Au dernier quartier : La lune se levant très tard les animaux sont actifs jusqu’au petit jour. Leur second pic d’activité sera en milieux d’après-midi. Préférez donc, lors du dernier quartier, les chasses en milieu / fin de journée.

5°) Soyez discret

Chasse de patience et de silence, la chasse à l’approche et une chasse qui requiert le plus possible de silence.
Aujourd’hui, des vêtements silencieux existent pour atténuer le bruit du frottement de ces derniers.
Pour plus de silence, préférez les vêtements à maille grattée comme les polaires ou la laine. Par ailleurs, plus les vêtements seront proches du corps, moins les frottements seront importants et donc par conséquent seront plus silencieux.

Publicité :