Après l’accident du Cantal, un maire prend un arrêté anti-chasse

Après l’accident mortel de la semaine dernière, les prises de position anti-chasse se succèdent. En Haute-Garonne, sur la commune de Lherm, le maire souhaite interdire la chasse. Il a décidé de prendre un arrêté municipal pour interdire l’activité sur plusieurs secteurs du territoire communal.

La pression des néo-ruraux

Le maire de Lherm en Haute-Garonne subit les conséquences de l’arrivée des néo-ruraux. Leur arrivée rend la cohabitation avec les chasseurs de plus en plus difficile. Il a décidé, sous la pression de ces nouveaux habitants, de prendre des mesures drastiques. Il explique que la cohabitation entre les chasseurs et les néoruraux arrivés dans les nouveaux lotissements de la commune est de plus en plus problématique. Et que des plaintes de ces néoruraux contre la chasse ont notamment été déposées à la mairie.

Frédéric Pasian a décidé d’entrer en guerre avec les chasseurs de sa commune. Décrivant l’accident du Cantal comme l’accident de trop il fait part de son souhait profond d’interdire la chasse. « Depuis quelque temps j’y réfléchissais. Mais le dramatique accident de chasse dans le Cantal où une jeune randonneuse aveyronnaise a été la victime le 19 février a été comme un électrochoc« . Les chasseurs ne sont donc plus les bienvenus sur la commune. L’arrêté est donc affiché sur les portes de la mairie.

La légalité de cet arrêté remis en cause

Le maire assure avoir pris cet arrêté en accord avec son équipe municipale. Mais la légalité de ce document est remise en cause. Il sera donc soumis à la sous-préfecture ou au préfet avant d’être validé définitivement. L’arrêté peut même aller jusqu’au Conseil d’État s’il le faut, comme celui pris par la commune de Pont-Sainte-Maxence, contre la chasse à courre à moins de 300 mètres des habitations. Nous rappelons à ce maire que ses pouvoirs en matière de chasse sont limités et soumis à la validation de la préfecture.

Lire aussi :

—> Les pouvoirs du maire dans l’encadrement de la chasse

—> Le maire et la chasse sur sa commune : quelques aspects juridiques

Rappelons aussi que les maires reviennent parfois sur leur décision. En décembre, le maire de Laillé, en Bretagne avait finalement annulé son arrêté suite à la prolifération des sangliers et aux nombreux dégâts engendrés.

Sur le même sujet :