Dans la Loire, 10% de chasseurs en plus !

« La chasse est un loisir cruel qui va disparaître faute de participants », « le nombre de chasseurs est en baisse constante », « ce loisir cruel est en perte de vitesse »… Il semble que le département de la Loire démente la propagande de nos adversaires.

Les chasseurs sont plus nombreux que l’année dernière

Dans une interview pour le Progrès, la directrice de la fédération départementale des chasseurs de la Loire est satisfaite de l’augmentation des validations. Elle constate une hausse de 10% par rapport à l’année précédente et se félicite aussi de l’engouement pour le permis de chasse. « Toutes les sessions sont complètes jusqu’à la fin de l’année » nous annonce-t-elle. Mais alors, on nous aurait menti ? Nos adversaires n’arrêtent pas d’annoncer la mort de la chasse du fait de la baisse des effectifs. La directrice s’alarme, par contre, de l’augmentation des actes de vandalisme sur des installations de chasse (miradors ou locaux détériorés). Des plaintes ont-elles été déposées ? Si oui, les autorités judiciaires ont-elle ordonné des enquêtes ? Il faut que ces actes commis par quelques voyous soient réprimés.

Un département accueillant pour les chasseurs

Il faut dire que le département est particulièrement attractif pour les chasseurs : 903 territoires de chasse, 86 ACCA, 144 chasses communales et 673 chasses privées. Il y a de quoi pratiquer dans ce beau territoire qui, de plus, est très giboyeux. La plaine du Forez est riche en lièvres, faisans et perdrix et le sanglier se porte bien évidemment. Le seul bémol concerne le chevreuil dont les populations semblent avoir baissé.

50 millions d’euros pour planter des haies.

Depuis 1950, près de 70 % des haies ont disparu des bocages français. Cette hécatombe est notamment dû au fait que le parcellaire s’agrandit et la monoculture s’intensifie. Cependant 2021 sera celle de la haie. Le gouvernement a décidé de mettre 50 millions d’euros sur la table afin de planter des haies.

70 % des haies en moins

En 70 ans, ce sont pas moins de 70 % des haies qui ont disparu de nos paysages. Face à ce constat, que les chasseurs dénoncent depuis plusieurs décennies, les agronomes tentent de réparer les erreurs du passé. L’office français de la biodiversité a donc, en 2021 décidé de faire de la haie, sa cause principale. Ainsi, le gouvernement y consacrera 50 millions d’euros. Le programme « Plantons des haies », prévoit 7 000 km de nouvelles haies et alignements d’arbres intraparcellaires sur la période 2021-2022. Cette enveloppe issue du plan de relance, sera accessible à tout organisme souhaitant planter des haies.

Les chasseurs en avance sur leur époque

 Le monde cynégétique n’a jamais attendu la moindre aide économique pour mettre des opérations haies en place. Dans de nombreuses fédérations de chasse, il existe un programme « haie ». Celui-ci a pour but d’offrir à la biodiversité tout les éléments dont elle a besoin. En effet, la haie offre une un abri à une faune variée. Corridors écologiques, les haies assurent la connexion entre les réservoirs de biodiversité offrant aux espèces, toutes les conditions pour y être pérennes.

Voici quelques exemple de fédérations départementales des chasseurs investies dans un programme haie :

  • La FDC 38, avec plus de 65 km de haie plantées en 10 ans, avec un investissement financier de 57 346 euros sur la même période. Sans parler des heures de bénévolat des chasseurs.
  • La FDC 69, c’est environ 40 000 arbres plantés au total depuis le début de leur projet haie.
  • La FDC 25, depuis 2017, ce sont 20 000 arbres qui ont été plantés sur le territoire d’Amencey.
  • La FDC 85, l’objectif de 2020-2021 est la plantation de 27 438 arbres, soit 72 km de haies.
  • La FDC 88, lance depuis 4 ans l’opération « Plantez des haies », ainsi pas moins de 42 km de haies ont été plantées dans les Vosges.
  • La FDC 42 a en 10 ans planté plus de 60 km de haies et sont les plus gros planteurs avec 50 000 arbres plantés en parallèle des leurs opérations de restauration de mares.

Ces exemples ne sont pas les seuls. Depuis toujours, les chasseurs connaissent le rôle de la haie ainsi que son importance au sein de nos espaces ruraux. Sentinelle de nos campagnes, les chasseurs ont rapidement constaté la chute de la faune en parallèle de la suppression des haies. Soucieux de l’avenir de leur terrain d’intervention il se sont rapidement adaptés en mettant en place des campagnes de plantations qui aujourd’hui portent leurs fruits sur bon nombre de territoires.

120 mares restaurées sur la commune de Bully dans la Loire

Depuis toujours le monde cynégétique s’investit dans la gestion et préservation des milieux naturels. Aujourd’hui, nous mettons à l’honneur la fédération départementale des chasseurs de la Loire engagée depuis de nombreuses années avec ses adhérents, dans la sauvegarde des milieux naturels, de la faune et de la flore locale.

Restauration et préservation

Engagée dans la restauration du bocage, la FDC42 réalise chaque année de nombreuses actions pour l’environnement et ses milieux. Plantation, replantation de haies et surtout restauration de mares représentent leurs principales actions. En l’espace de deux mois, grâce aux présidents de sociétés de chasse et des agriculteurs chasseurs, les mares ont pu être identifiées rapidement et un plan d’action a été mis en oeuvre.

La restauration des mares est un véritable atout pour la biodiversité. En effet,  les points d’eau de la commune sont bénéfiques pour permettre à la faune sauvage de s’y abreuver. De plus pour les agriculteurs cela offre une autonomie en eau pour certaines parcelles dédiées à l’élevage.

L’investissement des chasseurs et des acteurs locaux (exploitants agricoles) n’est plus à démontrer, l’investissement de la FDC 42 pour la restauration de ces mares bénéfiques à l’environnement, la faune la flore et l’activité humaine prouve une nouvelle que les chasseurs sont les premiers écologistes de France. Les travaux pour ce beau projet commenceront vers la mi-septembre.