Les morilles sont de sorties !

Depuis quelques semaines les morilles sont de sorties c’est le moment de prendre son panier et de se rendre en forêt.
La saison s’annonce mitigée , il va falloir maintenant de la pluie dans certaines régions de France, comme par exemple dans l’ain où nous sommes actuellement. Aprés quelques cueillettes vous rêverez de morilles et quand vous fermerez les yeux vous en verrez ! c’est ça la passion de la morille.

 

D!CI TV : Comment se passe la cueillette des… par dicitv31
 

Ils cultivent des morilles en Savoie

Attention, dossier confidentiel! Oui, tout se passe à l’abri des regards, dans un endroit tenu absolument secret. On vous dira juste que le coffre à morilles est situé non loin de Coise-Saint-Jean-Pied-Gauthier. En toute discrétion donc, Jonathan, Rémi et Pierre, trois jeunes entrepreneurs savoyards, ont appris à cultiver le précieux champignon, l’onéreux comestible. Ils ont eu LA bonne idée.

On comprend leur réserve quand on leur demande de dévoiler leur culture. Mais, aux anges après une magnifique récolte, ils ont accepté de montrer quelques étonnants spécimens devant les caméras de France 3 Alpes.

Reportage Marion Feutry et Ariane Combes

La récolte des morilles en Savoie


La morille de savoie par videos-de-chasse

 
Intervenants : Jonathan Cabodi Producteur de morilles, Rémy Barraud Producteur de morilles, Pierre Girard Producteur de morilles

La cueillette des trois compères est en effet exceptionnelle. Pensez donc, 60 à 80kgen perspective sur une parcelle de 300m² seulement. Les amoureux du divin végétal s’en lèchent déjà les babines, eux qui ont erré des heures à travers les taillis, désespérant de capturer une morille à l’état sauvage. Ce rendement est tout simplement inespéré pour un champignon cultivé en France depuis seulement deux ans.

Forts de leur précoce réussite, les producteurs se prennent à rêver: devenir le moteur du développement de la culture de morilles en France, et même participer à la naissance d’un nouveau métier, que dis-je, d’un nouvel art: celui de « morilleur »!

A 90 euros le kg, l’intégralité de la récolte de l’année a déjà été vendue. La morille de Savoie se dégustera bientôt, exclusivement, dans les assiettes de l’Auberge du Père Bise, restaurant une étoile au guide Michelin, situé sur les bords du lac d’Annecy. Heureux le Père Bise qui, comme Ulysse, va faire un beau voyage… gustatif!

Source : France 3 Alpes

Doit-on couper ou arracher les champignons lors de leurs cueillettes ?

Beaucoup de personnes aimeraient savoir s’il est préférable de cueillir les champignons ou bien s’il faut les couper ? Pour une majorité de personnes qui ramassent des champignons depuis de nombreuses années la question ne se pose même pas, il faut « LES COUPER !! »

Cependant après de nombreuses recherches et discutions à ce sujet avec des mycologues avertis, la réponse semble aller dans le sens opposé. Il est en effet préférable de les arracher !

Pourquoi ?

Tout d’abord, arracher un champignon facilite la détermination offrant ainsi la totalité du pied ou stipe.
Ensuite, il semblerait que le fait d’arracher les mycéliums permettrait leur croissance donc la fructification de nouveaux champignons.
Enfin, le fait de couper le pied d’un champignon peut parfois conduire à la pourriture de la partie restante au sol et ainsi entrainer une contamination des mycéliums, entrainant un ralentissement ou un arrêt de leur croissance.

L’arrachage des champignons serait de plus en plus pratiqué dans les cercles mycologiques.

Cependant, lors de l’arrachage, il vous faudra tout de même respecter deux règles:

Arracher le champignon délicatement en tirant doucement ou en le faisant tourner sur lui même afin de prélever un minimum de mycélium.
Reboucher le trou laissé par le prélèvement du champignon avec du substrat pour ne pas laisser les mycéliums à nu et éviter leur dessiccation (dessèchement).