Adieu C15 du seigneur !

La nouvelle fait grand bruit dans nos campagnes. Hier, l’Europe a pris la décision d’interdire la vente de véhicules thermiques en 2035. Rappelons, que dès 2025, les zones de faible émission CO2, introduiront cette décision liberticide. Une décision qui annonce la mort d’un emblème, le C15.

Lettre aux écologistes

Dans une lettre adressée aux écologistes des temps modernes, Jean-Paul Pelras demande « ne touche pas à nos C15 ». Dans un contexte ou la ruralité deviens de plus en plus touchée par le dogmatisme coercitif et l’écologie punitive, les voix commencent à se lever. Dès 2025, la majorité des métropoles françaises, communautés d’agglomération qui intègrent bien sûr des communes rurales, vont mettre en place leur ZFE, zones de faible émission Co2. Autrement dit, demain, les agglomérations de plus de 150 000 habitants vont devoir se plier à cette loi liberticide. Interdisant aux véhicules diesel d’avant 2011 et essence d’avant 2006, l’accès aux communes qui les composent. Ainsi, C15, 2 CV ou encore Quatrelle ne pourront plus exercer leur utile métier, de rouler, transporter.

Pour retrouver l’intégralité du courrier de Jean-Paul Pelras, rendez-vous ici.

2025 et 2035, c’est pas si loin

L’Europe a décidé de passer la vitesse supérieure. Ainsi, la fin des ventes de voitures neuves à moteurs thermiques est actée pour 2035. Applaudissements et expressions de soulagement ont retenti dans l’hémicycle du Parlement européen mercredi. Cependant, ces hommes et femmes applaudissant ne se rende pas compte de l’impact socio-économique de cette décision. Nombreux sont les foyers qui ne pourront pas changer leur véhicule. Nombreux sont les véhicules qui seront bazardés alors qu’ils ne seront pas en fin de vie. Encore une fois, pour réduire les émissions de CO2, on demande au peuple d’agir, mais les multinationales elles, sont intouchables. De plus, l’impact du thermique est-il réellement plus néfaste que l’électrique ? Tout reste à prouver, lorsque l’on sait qu’une batterie n’est pas recyclée et qu’à la conception, un véhicule électrique est beaucoup plus polluant. Une décision liberticide qui risque d’engendrer beaucoup de colère.

Sur le même sujet :