Des stages pour les infractions des chasseurs en Seine Maritime

Le président de la FDC de Seine Maritime, l’OFB et le procureur de Dieppe ont signé une convention pour que les auteurs d’infractions à la chasse soient sanctionnés plus rapidement.

Des infractions immédiatement sanctionnées

Selon Alain Durand, le président de la FDC de Seine Maritime, « Toute infraction de la chasse, toute incivilité, tout manque à la sécurité signalé sera suivi d’une peine. On ne laissera rien passer. » Le procureur Étienne Thieffry ajoute que cette convention vise à « apporter une réponse judiciaire rapide, adaptée au profil des auteurs d’infractions en matière de chasse, … dans le souci de lutter contre le sentiment d’impunité. » Mais monsieur le procureur, nous n’avons pas de sentiment d’impunité, nous ne nous croyons pas au-dessus des lois. La chasse est la pratique la plus réglementée en France et les chasseurs sont respectueux des lois et règlements. Ce sont de bons citoyens. Les manifestations du 18 septembre l’ont prouvé. 55 000 personnes en colère dans les rues de cinq villes françaises et pas un incident, pas un heurt avec la police, pas un papier par terre.

Que prévoit cette convention ? Les chasseurs, auteurs d’infraction, pourront se voir infliger des mesures alternatives aux poursuites judiciaires, notamment des stages obligatoires. Ces stages, élaborés par la fédération et l’OFB se dérouleront sur une journée. Ils seront consacrés à une remise à niveau en matière de réglementation de la chasse et en matière environnementale. Il est important de souligner que ces stages seront payants pour les chasseurs qui se verront condamnés à les suivre. Cela ressemble aux stages de remise à niveau pour récupérer des points sur son permis de conduire.

Des agents recrutés à la FDC

La FDC vient de recruter six agents de développement. Leur mission sera de rappeler aux chasseurs la réglementation du schéma départemental de gestion cynégétique que vous pouvez lire ici. Ils s’ajoutent aux 17 agents de l’OFB qui contrôlent le respect de la réglementation, enquêtent sur les potentielles infractions et les signalent au procureur. L’accent sera mis sur le respect des règles de sécurité.

Deux poids, deux mesures ?

Si cette initiative semble intéressante de prime abord, il faut néanmoins s’interroger quant au « deux poids, deux mesures » qui semble maintenant naturel aux autorités policières et judiciaires à propos de la chasse. Oui, il faut sanctionner le chasseur qui commet une infraction. Nos structures fédérales, conscientes des enjeux, collaborent avec les autorités en la matière. Mais les chasseurs pourront se demander, à juste titre, pourquoi cette célérité de la justice ne s’applique pas à ceux qui attaquent, sabotent, vandalisent, insultent et menacent. Lutter contre le sentiment d’impunité, c’est bien. Lutter contre l’impunité, c’est mieux. Il semble quand même que l’impunité soit plus du côté des voyous qui s’attaquent à la chasse et aux chasseurs.