Dans l’Indre, l’inquiétante prolifération des sangliers

Cette année, la production de fruits sauvages en forêt est excellente. C’est bénéfique pour la faune et certaines espèces en bénéficient plus que d’autres. En. particulier les sangliers qui prolifèrent dans le département de l’Indre. Ce constat inquiète la fédération départementale des chasseurs qui appelle « à chasser le sanglier au maximum ».

La prolifération des sangliers pose de gros problèmes

L’hiver dernier fut doux et la nourriture est donc abondante. Les sangliers ont par conséquent toutes les ressources pour se reproduire et se multiplier. Face à ce constat, la FDC36 s’alarme, « Il est urgent d’agir tout de suite pour réguler les populations afin qu’elles ne se multiplient pas de manière incontrôlable ». La surpopulation de sanglier est un vrai problème. Problème économique, sanitaire, sécuritaire, environnemental et agricole. Le sanglier peut devenir un fléau. En effet pour rappel, ce sont les chasseurs qui financent les 1 million d’euros de dégâts annuels dans le département. Cette année, le président de la FDC36 s’attend à une facture plus salée, d’au moins 1,5 millions. Cependant, cette année, le président se demande « je ne sais pas comment nous allons pouvoir continuer à payer les dégâts« .

—> Lire aussi : Surpopulation de sanglier, les agriculteurs s’alarment

Réguler, oui mais ce n’est qu’une conséquence, pas un but

La régulation la seule solution ? Aujourd’hui, oui, cependant, le chasseur n’est pas exclusivement destiné à la régulation. La chasse aujourd’hui, est une passion, transmise de génération en génération, avec bon nombre de valeurs. Certains chasseurs chassent le petit gibier, d’autres le gibier d’eau, même si le sanglier représente une part importante du tableau, il est parfois boudé. Les chasseurs ne veulent pas être relayés au simple rôle de régulateur. La preuve en est, la phrase de Willy Schraen, « j’en ai rien a faire de réguler ». Aujourd’hui considérée comme une phrase choc, elle représente la pensée de bien des chasseurs qui ne se sentent pas concernés par la chasse de cette espèce. Le sanglier divise, le sanglier clive. En effet, au sein des fédérations et des associations de chasse, le sanglier peut devenir une source de conflits. Son mode principal de chasse, la battue, empêche souvent la pratique des autres chasses.

—> Lire aussi : « Je prends du plaisir à la chasse », Willy Schraen

Il serait donc temps, de développer les outils et les moyens nécessaires afin de mieux réguler l’espèce. dans un premier temps, il serait souhaitable que les chasseurs tirent mieux. Le nombre de balles tirées est bien supérieur eau nombre d’animaux tués. Le chasseur français doit plus s’entraîner avant la saison et même pendant celle-ci. La chasse française est riche des ses modes de chasse variés, de ses nombreuses espèces de gibiers. Il ne faut pas la résumer à la régulation. La chasse, c’est avant tout, une passion de quête, de recherche, avec au bout, l’éventualité d’un prélèvement.

La rédaction vous conseille :

—> Dégâts de sangliers, la loi va-t-elle changer ? Les chasseurs ne veulent plus payer.

—> Chasse plaisir ou chasse régulation ?