Ours tué ; interview exclusive du président de la FDC de l’Ariège

L’attaque d’un ours sur un chasseur en Ariège a fait s’emballer les machines judiciaires et médiatiques. Le président de la FDC de l’Ariège répond aux questions de J’aime la Chasse. Il remet l’église au milieu du village.

La hâte d’une substitut du procureur.

A peine l’accident connu, Léa Filippi, substitut du procureur de Foix, a ouvert une information judiciaire contre X pour « délit de destruction d’une espèce protégée » et « chasse dans une réserve de faune sauvage ainsi que chasse sur le terrain d’autrui sans son consentement ». Les médias, toujours plus prompts à condamner qu’à vérifier leurs informations se sont aussi rués sur l’évènement et ont tous condamné le chasseur. Que dire des amis des ours qui ont, comme d’habitude, souhaité la mort du chasseur plutôt que celle de l’ours. Oui, l’animalisme est vraiment un anti-humanisme.

Des arrêtés préfectoraux qui autorisent la chasse

Less opposants à la chasse, les médias et la justice semblent ne pas savoir que des arrêtés préfectoraux autorisent la chasse sur le territoire de cette réserve du Mont Valier. La chasse de l’isard à l’approche avec des agents de l’ONF et la chasse du sanglier en battue par l’ACCA du village voisin. Donc oui, le chasseur ne semble pas en infraction.

Lire les arrêtés préfectoraux :

—> Arrêté préfectoral du 29 août 2017 définissant les mesures de précaution à prendre par les chasseurs en cas de présence d’ours

—> Arrêté préfectoral autorisant la chasse dans la réserve du mont Valier (article 5)

L’interview du président de la FDC de l’Ariège

Lire aussi :

—> Veulent-ils aller jusqu’à déporter les Ariégeois pour laisser la place aux ours ?

—> Un chasseur attaqué par un ours se défend en lui tirant dessus