Éric Diard condamné en appel pour injures à l’encontre de Willy Schraen

Un député de la République peut-il se comporter et s’exprimer comme un loulou de bas étage ? La justice vient de confirmer que non. Les attendus du tribunal sont très sévères à l’encontre du député Éric Diard.

Des insultes particulièrement indignes de la part de Éric Diard

Les déclarations de Willy Schraen à propos des chats ont été la cause d’un déferlement de haine, de menaces et d’injures incroyables. Il a avait fallu mettre le président de la FNC sous protection piolicière. La justice a légèrement (trop légèrement) condamné quelques individus ayant participé aux débordements sur les réseaux sociaux. Le député LR de Marignane, Éric Diard, oubliant la dignité de sa fonction, a participé à la curée. Les termes employés dans ses tweets étaient particulièrement choquants :

  • « Le jour où il vient à l’assemblée, je vais le faire courir ce chapon. »
  • « Après la vache sacrée, le con sacré. »
  • « Je ne couvre pas cet abruti. Les chasseurs devraient en profiter pour changer de président. »

Évidemment, Willy Schraen avait porté plainte et la tribunal avait condamné Éric Diard en première instance. Oubliant toute retenue et pensant sans doute que son statut de député impressionnerait les juges, il avait fait appel.

Lire aussi : Le député Eric Diard condamné pour ses insultes.

Il est regrettable qu’un élu de la République s’inscrive dans une surenchère injurieuse

Les magistrats de la cour d’appel ont condamné Éric Diard à 1700 euros d’amendes à verser à la FNC. Le plus remarquable dans ce jugement se trouve dans les attendus, c’est à dire ce qui a motivé la condamnation. Les magistrats font remarquer de manière solennelle qu’un élu de la République ne doit pas se comporter d’une manière aussi indigne :

« Il est regrettable qu’un élu de la République s’inscrive dans une surenchère injurieuse pour dénigrer la partie civile sans se placer dans le cadre du débat d’idées ou de propositions sur les questions de chasse ou d’environnement. Un tel comportement de la part d’un responsable politique ne peut que renforcer ceux qui se soustraient à tout dialogue ou à tout débat constructif au profit d’attaques personnelles et injurieuses. »

Les nombreux dérapages de monsieur Diard à propos de la chasse vont-ils enfin cesser ? Nous invitons le bureau national de son parti à se pencher sur le comportement lamentable d’un de leurs députés. Qu’en disent messieurs Jacob et Larcher ? Ces insultes ne sont pas l’apanage de Éric Diard ; le sénateur PS de l’Hérault, Hussein Bourgi fait lui aussi l’objet d’une procédure.

Lire aussi : Hussein Bourgi mis en examen pour ses insultes envers Willy Schraen