Le bocage reconstitué par les chasseurs

A Tiercé, dans le Maine et Loire, des propriétaires chasseurs et la FDC redonnent vie au bocage pour favoriser la biodiversité. Du solide, du concret, avec des résultats visibles et tangibles. Pas comme nos opposants…

Deux agriculteurs chasseurs engagés pour la biodiversité

C’est un projet de grande ampleur qui voit le jour en Anjou. Ceci grâce à Jérôme des Digueres et Étienne Desrousseaux, deux propriétaires engagés dans la replantation d’arbres et de haies. Le premier va planter 3 hectares de châtaigniers, pommier et noyers (316 plants au total). Il y fera pousser du fourrage aussi.

En associant arbres, élevage et cultures, il se lance dans l’agroforesterie qui permet aux espaces ruraux de devenir des endroits propices à l’éclosion d’une biodiversité riche. Ce propriétaire est aussi chasseur et c’est avec le soutien de la FDC qu’il se lance dans ce projet.

« Dans quelques années, quand les arbres auront poussé, il y aura des fruits à l’automne. Et cet endroit servira de refuge à tous les animaux qui pourront y passer, du mulot au renard en passant par le chevreuil. »

Jérôme des Digueres

Étienne Desrousseaux est agriculteur et chasseur, lui aussi. Sur 9 hectares, il replante des boqueteaux, des haies et des cultures à gibier (bourrache, sarrasin, trèfle).

« La chasse je la vis comme une passion et un devoir d’écologiste. Une biodiversité, cela s’entretient, il faut trouver un équilibre. Ce projet permettra d’avoir un transit de chevreuils entre deux petits massifs d’arbres. »

Étienne Desrousseaux

Les nombreux projets de la FDC du Maine et Loire

La FDC a soutenu 20 projets en 2020 et 26 depuis le début de l’année. Les agriculteurs sont ravis, cela permet d’avoir de l’ombre, de la fraicheur et des céréales qui se portent mieux. Ces actions sont conduites avec les conseils avisés de Laura Lafond, chargée de mission agriculture et biodiversité à la fédération des chasseurs.

« Le but est de recréer un maillage bocager comme il a pu en exister avant le remembrement en essayant de diversifier les habitats, avec de la haie, des bosquets à côté des bandes de cultures. »

Laura Lafond (FDC 49)

Le bocage, un biotope façonné par l’homme

Le mot bocage vient du vieux normand « bosc », mot issu des langues scandinaves. Ce qui nous rappelle que les colons vikings installés en Normandie ont laissé quelques traces durables.

Le bocage une région rurale où les champs cultivés et les prés sont enclos par des levées de terre ou talus portant des haies et taillis, et des alignements plus ou moins continus d’arbres et arbustes sauvages ou fruitiers. Il est apparu en Europe au début du Moyen-âge avec le défrichement nécessaire aux cultures en joualle et aux vergers-potagers des monastères. Les surfaces bocagères n’ont cessé de progresser et occupaient une large part de la façade atlantique et de l’intérieur des terres. Il a commencé à régresser aux lendemains de la seconde guerre mondiale avec le remembrement.

A lire aussi : Les paysages bocagers de France (OFB)

Ces paysages et territoires sont d’une richesse incroyables en termes de biodiversité. Bien plus que des forêts laissées à elles-même. Ceci vaut pour bien des paysages façonnés par l’homme. Les causses des Cévennes, les alpages et les cultures en terrasses du pourtour méditerranéen en sont des exemples. Alors, pourquoi encourager les lubies de quelques écolo dogmatiques qui veulent nous imposer des zones de protection forte sans intervention humaine ?

Sur le même sujet :