Une réserve de prairies humides à sec depuis cinq mois. Bravo la LPO !

La réserve de Saint-Denis du Payré est gérée par la LPO et l’OFB. Les vrais amoureux et connaisseurs de la nature se demandent pourquoi une réserve de « vastes prairies humides » est à sec depuis cinq mois. Deux associations invitent la presse le 19 décembre à venir constater une gestion qu’elles jugent critiquable.

L’association de chasse maritime vendéenne dénonce une mauvaise gestion

L’ACMV fait un constat clair et net. Cette réserve qui devrait être humide est en assec depuis 5 mois. A quoi sert-elle si elle ne peut pas accueillir les oiseaux hivernant dans ces marais ? Que font les administrateurs de cet espace ? Où sont les résultats des comptages théoriquement effectués ? Pourquoi y a-t-il un système de pompage s’il n’est pas utilisé pour mettre en eau une réserve qui a vocation à être humide ? S’agit-il seulement de retirer un espace aux chasseurs et pêcheurs et de ne rien en faire ? Ce sont les questions que se posent les chasseurs du département.

Le site internet de la réserve annonce pourtant que « Le gestionnaire travaille à optimiser les niveaux d’eau en hiver et au printemps pour favoriser le stationnement et la reproduction des oiseaux. » Un peu plus loin, il justifie l’assèchement total en automne : « Paradoxalement, l’assec total de la « baisse » principale en automne est aussi nécessaire au bon équilibre écologique du milieu et il est provoqué s’il ne se fait pas naturellement. Il permet la croissance de certaines plantes rares, la minéralisation des matières organiques et l’aération du sol. » Malheureusement, c’est en ce moment que les oiseaux viennent pour hiverner. S’ils ne trouvent pas de zone humide favorable, ils iront ailleurs.

Deux réserves, deux approches différentes

A Saint-Denis du Payré, le choix a été fait de sanctuariser et donc d’interdire toute activité humaine ou presque. Seul le pâturage extensif est toléré car il permet de « maintenir le milieu ouvert ». Tiens, la nature ne se régule donc pas toute seule ? Le site de la réserve nous annonce même que « grâce à ces tondeuses naturelles, les prairies possèdent une richesse floristique incroyable. Les oiseaux y trouvent également leur compte tant pour nicher que pour s’alimenter. » L’intervention de l’homme est donc utile pour permettre à la biodiversité de s’épanouir. Ce n’est pourtant pas ce que prétendent bien des organisations dites écologiques. Il semble aussi que la régulation d’espèces invasives soit pratiquée. La chasse étant interdite, on se demande quelles sont les méthodes utilisées.

Nous pouvons aussi apprendre que « pendant la période de chasse au gibier d’eau, le site, et notamment sa « baisse » principale, joue pleinement son rôle de zone refuge diurne pour des milliers de canards. » La chasse est donc bien l’adversaire des gestionnaires. On peut néanmoins se demander comment une réserve à sec peut accueillir des canards.

Autre exemple avec la ferme de Choisy, gérée par les chasseurs. Autres gestionnaires, autre conception, autres méthodes. Ce site est la propriété de la Fondation pour la protection des habitats de la faune sauvage (FPHFS) et de la Fédération départementale des chasseurs de la Vendée (FDCV). Les buts sont les mêmes – protéger la biodiversité- mais l’approche est différente. Il a été décidé de « préserver sans sanctuariser ». Des partenariats sont établis avec les agriculteurs locaux. Il a été ainsi possible de trouver des compromis de gestion acceptables pour tous.

Voir : Ferme de Choisy

Un rassemblement le 19 décembre devant la réserve

L’ACMV et la Sauvagine Vendéenne ont décidé de réunir leurs adhérents dimanche 19 décembre matin à 11h30 devant l’entrée de la réserve de Saint Denis du Payré et d inviter la presse locale afin qu’elle puisse constater la gestion de la LPO. Voici un extrait de l’appel lancé par ces deux associations :

« Nous vous invitons nombreux à venir soutenir vos deux associations départementales et montrer votre mécontentement dans la gestion de cette réserve naturelle. Ce rassemblement permettra aux pouvoirs publics d ouvrir les yeux sur l incapacité aux gestionnaires la LPO de gérer des milieux .Venez nombreux cela ne vous prendra qu’une petite heure de votre temps, mais la nature vous le rendra si nous parvenons à faire mettre en eau cette réserve. Adhérents, non adhérents nous comptons sur vous !!!! »