Connaissez-vous Alca Torda, centre de soins de la faune sauvage ?

Loin de l’agitation médiatique, Alca Torda accueille, soigne et relâche des animaux sauvages. Cette structure financée en grande partie par la FDC des Landes fait un travail remarquable. Un superbe exemple de ce que peuvent faire des passionnés compétents.

Alca Torda a été créé après les marées noires de 1999 et 2003

Son nom vient du pingouin torda appelé aussi petit pingouin dont le nom scientifique est Alca Torda. Cet oiseau avait particulièrement souffert des marées noires de l’Erika (1999) et du Prestige (2003). De nombreux bénévoles s’étaient mobilisés lors de ces catastrophes écologiques pour sauver les oiseaux touchés par le mazout. La FDC des Landes avait alors participé au financement de ces opérations et avait mis des locaux à la disposition des sauveteurs. C’est en 2005 que la structure permanente voit le jour. Le centre s’est installé dans les anciens locaux de la maison de la chasse à Pouydesseaux, à l’ouest de Mont-de-Marsan. La FDC 40, le conseil départemental et la région assurent son financement.

Consulter : Alca Torda (site internet du centre)

Des missions variées

Le centre a six missions principales : soigner et relâcher, sensibiliser, accueillir des étudiants, identifier et acheminer tous les animaux ayant subi un traumatisme, être une zone de transfert pour tous les animaux issus de trafics ou de braconnage et enfin s’insérer dans un réseau plus vaste pour donner un maximum de chance aux animaux. Du fait de son histoire et des circonstances de sa création, Alca Torda se spécialise dans les soins aux oiseaux mazoutés et aux petits mammifères de moins de 6kg. Depuis sa création, plus de 900 animaux ont été accueillis dont 85% sont d’espèces protégées. L’activité humaine impacte de plus en plus la faune et le nombre d’animaux recueillis est malheureusement en constante augmentation.

Le centre Alca Torda s’engage aussi dans la sensibilisation aux bonnes pratiques vis-à-vis des animaux. Cela se traduit par des partenariats avec les agriculteurs pour mettre en oeuvre des actions qui favorisent la biodiversité. Mais aussi par une communication en direction du grand public pour éviter des comportements à risque même s’ils partent d’un bon sentiment. Éviter, par exemple, de nourrir les oiseaux avec ce genre de filets qui deviennent des pièges pour les passereaux.

Un centre remarquablement équipé

Le centre est une des structures les mieux équipées de France pour soigner les animaux recueillis. Il s’étend sur 800 m2 de bâtiments qui comprennent :

Une partie des installations du centre

- Deux salles de stabilisation 
- Une salle de lavage pour les oiseaux mazoutés 
- Une salle de séchage pour oiseaux mazoutés 
- Une infirmerie 
- Un laboratoire 
- Une quarantaine 
- Une nursery 
- Une salle d’élevage des proies 
- Une salle de préparation alimentaire 
- Cinq volières de rééducation 
- Six volières de préparation au relâcher 
- Huit boxes d’isolement 
- Huit piscines pour la réimperméabilisation des oiseaux de mer

Alca Torda, un exemple de l’implication des chasseurs dans la protection de la biodiversité

Alca Torda est le parfait exemple de ce que peuvent faire des personnes passionnées et compétentes réellement impliquées dans la protection de la faune. Que ce ce centre ait été créé par une FDC n’est pas une surprise. Cela démontre encore une fois que les chasseurs sont de vrais connaisseurs et amoureux de la nature. Le dernier spot TV de la FNC met d’ailleurs en valeur ce travail bénévole de milliers d’entre nous. Il faut que cette implication soit reconnue par tous, c’est le but de cette campagne de publicité.

Il faut aussi que le grand public ne se fasse plus abuser par de dangereux amateurs dogmatiques qui font plus de mal que de bien. Faut-il rappeler ici l’échec retentissant du zoo de Pont-Scorff ou la gestion déplorable du domaine de Valfanjousse ? Hugo Clément et ses amis de Rewild ou de l’ASPAS feraient bien de venir faire un stage dans cette belle structure…

Les derniers articles :