[Vidéo] Best-Of des tirs sur sanglier avec Assassinu9

Pour tous les passionnés de chasse du sanglier, découvrez la chaîne YouTube Assassinu9. Ce chasseur se passionne pour la chasse du sanglier et partage ses images pour le plus grand bonheur de tous. Des images incroyables, qui compilent les meilleurs moments de sa saison, c’est à découvrir maintenant.

Assassinu9, le sanglier, bien plus qu’une passion

Ce chasseur Corse offre un éventail d’actions de chasse. Véritable passionné de chasse au sanglier, Assassinu9 a réussi, comme plusieurs chasseurs, à créer sa chaîne YouTube et offrir du contenu de qualité aux plus passionnés d’entre nous. Fort de ses 8 500 abonnés, il valorise la chasse du sanglier au travers des scènes uniques. Véritable référence dans son domaine, il propose des vidéos sur ses sorties de chasse, qui se composent principalement de battue en Corse. Découvrez donc cette chaîne ainsi que ses vidéos qualitatives où les paysages ainsi que l’ambiance vous feront voyager sur l’île de beauté. Dans un secteur où le sanglier est roi, mais aussi décrié, il est important de le valoriser. Ainsi, la chaîne YouTube d’Assassinu9 trouve l’équilibre parfait.

Lire aussi : La chasse en battue

Sur le même sujet :

[Film] : Monsieur chasse… Madame aussi !

Chasser seul, c’est bien, chasser en amoureux, c’est encore mieux. Sur les réseaux, de nombreux couples partagent leurs aventures et leurs moments d’émotions. Vous l’aurez compris, chasser, c’est partager. Catalhunt Guide de Chasse est une chaîne YouTube sur laquelle vous pouvez découvrir de nombreux films cynégétiques aux images incroyables. Aujourd’hui, nous vous partageons un film incroyable, tourné dans les Pyrénées-Orientales, où Christine et Jean-Luc Planes partent chasser ensemble.

Chasser en amoureux c’est mieux !

Dans un film tourné dans les Pyrénées-Orientales Christine et Jean-Luc nous partagent leur passion commune pour la chasse. Ainsi, dans ce magnifique film, le couple nous partage leur habitude de chasser ensemble la bête noire ou la perdrix grise de montagne. Une relation fusionnelle, une complicité incroyable autour d’une passion commune, autant vous dire que l’émotion est au rendez-vous.

Lire aussi : Catalhunt une chaîne de chasse extraordinaire

Découvrez le film

Sur le même sujet :

La bataille s’engage !

Rien de plus impressionnant que de voir des sangliers se battre entres eux . Encore une fois il faut être au bon endroit, bon moment ! Mais nous pensons qu’il ne faut surtout pas s’en approcher !

Les sangliers sauvages ne sont pas assez forts pour se disputer des femelles avant l’âge de 5 ans.

Le sanglier, passionnément, à la folie

Il fascine autant qu’il exacerbe. Le sanglier, Sus Scrofa de son nom scientifique, anime le débat cynégétique et agricole depuis de nombreuses années. Présent sur l’ensemble du territoire national, cette espèce s’adapte parfaitement à son environnement, s’installant même à proximité des habitations. Surnommé la bête noire, il peut être le rêve d’un chasseur comme son cauchemar. Partons à la rencontre de cette espèce aimée et décriée.

Le sanglier, biologie de l’espèce

De la famille des suidés le sanglier, se rencontre partout en Europe et sur le territoire national. De plus en plus abondant, sa population a littéralement explosé en cinquante ans. On estime qu’elle aurait été multipliée par vingt-cinq. En effet, on compte actuellement près de 2 millions de suidés en France. Chasseurs et agriculteurs sont les premiers à constater cette prolifération. Ce chiffre, qui donne le tournis, montre à quel point l’animal a su s’habituer et s’adapter aux changements humains.

  • Hauteur au garrot : 90 à 95 cm
  • Longueur de corps : 150 à 160 cm
  • Poids : de 50 à 150 kg ; un mâle peut atteindre 90 kg à deux ans, 150 kg à 3-4 ans, la femelle, plus petite et appelée laie, pèse en moyenne 60 à 80 kg.

Le sanglier est un animal passionnant. Sa ruse et sa faculté d’adaptation sont incroyables. Le pelage des adultes varie du gris clair au brun sombre. Chez le marcassin, le pelage est rayé. Il devient roux de six mois à un an. La tête du sanglier, ou hure, mesure quasiment le tiers de la longueur de son corps. Le mâle possède des défenses, pouvant parfois être très développées si l’animal parvient à vieillir. Elles ont une croissance continue et viennent s’aiguiser sur les grès (canines supérieures). Ainsi, le trophée d’un vieux mâle à son apogée est le rêve de tout chasseur de grand gibier. Enfin, chez la femelle, les canines ou crochets sont peu développées.

Lire aussi : Un ingénieur fait le buzz avec le son «Sanglier»

Reproduction, comportement et habitat

Le rut principal a généralement lieu à partir de mi-novembre jusqu’à la mi-janvier. Durant cette période les vieux mâles recherchent les compagnies et se livrent alors de violents combats. La laie adulte, vers l’âge de deux ans met bas après quatre mois de gestation. Elle fait un nid, appelé chaudron, composé d’un amas végétal. La portée est généralement composée de 4 à 6 marcassins. Il n’est plus rare de voir des portées de 10 marcassins. Cependant, on constate aujourd’hui par l’abondance de nourriture, que les laies d’un an peuvent avoir une portée.

Les femelles et les jeunes vivent en compagnie très soudée, sous l’autorité d’une laie meneuse. Une organisation matriarcale qui a son importance dans la gestion de l’espèce. Les mâles quant à eux quittent la compagnie vers l’âge d’un an. Ils deviennent alors des solitaires et rejoignent les compagnies au moment du rut.

Animal relativement discret, on peut le voir du crépuscule au lever du soleil. Pour savoir s’il est sur les lieux, cherchez les indices. Il signale son passage par des laissées (fèces), des empreintes, mais surtout des souilles et des boutis, traces profondes quand il retourne la terre. Parfaitement adapté à son environnement, le sanglier se trouve des dunes du littoral jusqu’aux limites des alpages, mais aussi dans les zones marécageuses, ou la garrigue, dès lors que la végétation est suffisante pour le cacher. De plus en plus l’animal se rapproche des villes fréquentant ainsi les friches aux abords des zones d’activités, industrielles. Animal vaillant et rusé, le sanglier est au cœur du débat cynégétique.

Sur le même sujet :

Vidéo : Attaqué par un sanglier dans la nature

Si le suidé préfère rester discret, certains individus n’ont pas peur d’attaquer ou de charger l’Homme. En France comme ailleurs, les incidents et accidents sont nombreux. En chasse, comme hors-période, le sanglier fait parler de lui. Ne l’oublions pas, le sanglier est un animal sauvage qui n’a pas peur de se défendre, la preuve en est en vidéo.

Son ami chargé par un sanglier, la vidéo

Dans cette vidéo, un sanglier charge un homme. Alors que les deux amis se trouvent en pleine nature, un sanglier les charge. La scène ne se déroule pas en France, mais aux États-Unis, à en croire l’accent et en déterminant le sanglier / cochon sauvage. Ce cochon sauvage est appelé razorback en Amérique. Comme en France, il est la cause de nombreux dégâts agricoles et en parallèle il déchaine les passions chez les chasseurs américains. Aussi agressif que le sanglier, voir plus, il n’hésite pas à se défendre et à faire face. On peut le voir dans la vidéo. Alors qu’il filme son ami pris à partie par le suidé, on voit l’homme tenter d’échapper à celui-ci en grimpant à l’arbre. Finalement, plus de peur que de mal puisqu’à la fin de la vidéo l’animal décide de fuir.

Vidéo issue de la page de Dancin’ Dogs Ranch

Sur le même sujet :

[Vidéo] Un wapiti meurt en franchissant une clôture

Il n’y a pas que chez nous que les clôtures font des dégâts sur les animaux sauvages. Ce wapiti se tue en en franchissant une.

Cela se passe certainement dans le Nord-Ouest des États-Unis. Une harde de wapitis probablement effrayée par un prédateur s’enfuit et franchit une clôture. Tous les animaux la passent sans encombre sauf ce grand mâle qui, handicapé par son poids, retombe mal, plante ses bois dans le sol et se brise le cou.

Il est impressionnant de voir que les corbeaux commencent à tourner au-dessus de ce grand mâle wapiti avant même qu’il ait fini de tressaillir. Les oiseaux aussi ont besoin de se nourrir…

A écouter : Le brame du wapiti (régal ou torture ?)

Sur le même sujet :