Le Beagle, un chien « so british ! »

Race britannique la plus populaire en Europe, le Beagle est devenu très populaire chez les chasseurs français. Véritable passionné de chasse, il parcourt nos campagnes derrière les lièvres, les lapins, les sangliers et bien d’autres gibiers.

L’origine du Beagle et caractéristiques de la race

Il est compliqué de trouver la véritable histoire de l’origine de cette race. Les informations obtenues permettent de dire que le Beagle est un chien courant d’origine anglaise. Selon certains auteurs, les ancêtres de la race pourraient être les chiens de chasse décrits par Xénophon au IVème siècle avant J.-C. Un chien courant similaire au Beagle d’aujourd’hui est également cité dans un poème du barde Ossian au IIIème siècle. Aujourd’hui, on estime qu’il a été conçu en Angleterre. Même si certains Français revendiquent l’origine de la race (soutenant qu’il provient des chiens courants débarqués en Angleterre au XIème siècle avec Guillaume le Conquérant). Fin chien de piste, il est et était apprécié pour chasser le lièvre à courre. Il a été importé en France durant le XIXème siècle par des équipages pour ce même but.

Chien courant à l’allure harmonieuse, le Beagle possède des membres droits et musclés. Ce chien vigoureux, possède une tête légèrement carrée, au museau court. Ses yeux lui donnent un regard doux et intelligent. La queue, elle, est épaisse et portée haut, en “sabre”, sa robe est tricolore et son poil est court et plutôt dru. Sa vivacité, sa résistance, ses qualités de chasse ainsi que sa belle voix carillonnante font de lui un auxiliaire parfait pour la chasse à courre. Avec ses atouts, le Beagle est de loin, le chien courant de race pure à l’effectif le plus nombreux et le plus populaire en France.

  • Taille : petite (33 à 41 cm)
  • Poids : 9 à 11 kg
  • Poil : court
  • Couleur : tricolore, blanc, noir, marron

Chien de chasse et de caractère

Le Beagle est un vrai passionné de chasse. En conséquence, il possède un instinct de chasse très développé, parfois difficile à canaliser. Doté d’un nez incroyable, il traque le gibier et le mène au travers d’une musique inimitable. Il s’adapte à tous les milieux, en plaine comme au bois, dans la ronce comme dans le clair, il débusquera le gibier traqué. Utilisé au lièvre, au renard, au lapin ou au grand gibier, il saura combler son propriétaire. En meute ou seul, le Beagle s’adaptera à votre mode de chasse et vos attentes. En effet, on dit de lui que c’est le meilleur chien du monde. Enfin, son caractère doux et affectueux vous comblera de bonheur à la maison et en action de chasse.

Il faut noter qu’il a tendance à prendre de l’embonpoint s’il ne fait pas assez d’exercice. S’il chasse, cela ne posera pas de problème, à condition de le faire courir pendant l’inter saison. Faites en sorte qu’il ne ressemble pas à certains Beagle que l’on peut voir en ville et qui sont à la limite de l’obésité.

Pour toutes informations complémentaires sur la race, rendez-vous sur le site du club.

Sur le même sujet :

(Vidéo) La passion des chiens courants

La FACCC (fédération des associations de chasseurs aux chiens courants) a réalisé une série de courtes vidéos qui présentent des passionnés de chiens courants.

Dans ce premier volet, il s’agit de transmission. La chasse aux chiens courants est bien plus qu’un mode de chasse ; pour certains passionnés, cela devient un mode de vie. Quoi de plus satisfaisant que d’arriver à transmettre sa passion aux plus jeunes ?

Plus d’informations sur la fédération : FACCC

Sur le même sujet :

—> Le Poitevin, la chasse à courre dans le sang

—> Le Springer Spaniel, cet auxiliaire incroyable

Le Poitevin, la chasse à courre dans le sang

Ils forment en nombre les équipages de chasse à courre français. Le poitevin est un chien courant de grande taille, au physique atypique. Élégant, laissant transparaître la puissance et la douceur d’un chien de meute, il est le chien idéal pour la chasse à courre. En action, le poitevin possède une course bien caractéristique, légère et bondissante.

L’histoire de la race

Comme son nom le laisse présager, le poitevin est un chien originaire du Poitou. Il est le descendant des chiens courants de Céris et de Montemboeuf. Les ancêtres, les greffiers, étaient les célèbres chiens blancs utilisés par les rois de France lors des chasses à courre. Développé et élevé par le marquis François de Larrye vers la fin du XVIIème siècle la race n’a pas connu la reconnaissance nécessaire. Ce n’est qu’à partir du milieu du XIXème siècle que le poitevin connaît un renouveau et se voit principalement utilisé pour chasser le loup. Il portera le nom de « Chien du Haut Poitou jusque dans les années 1950 ». Le premier standard du Poitevin tel que nous le connaissons aujourd’hui existe depuis 1922.

Lire aussi : Tout savoir sur la chasse à courre

Caractéristiques d’un chien de chasse élégant, robuste et résistant

Le poitevin est un chien au poil court et lustré. Sa robe élégante est toujours tricolore. Fond blanc, recouvert de larges tâches noires et orangées. Elancé, musclé, le poitevin mesure entre 60 et 70 centimètres pour un poids de 30 kg en moyenne. Sa morphologie, parfaitement adaptée aux efforts, fait de lui un véritable athlète de haut niveau. La preuve en est, sa profondeur de poitrine lui permet de courir plusieurs heures. Sa tête est allongée et le museau effilé, ses yeux bruns cerclés de noir apportent à sa tête de nombreuses expressions. Capable de chasser sur tous les terrains, il possède une finesse de nez et une condition athlétique exceptionnelle. Bien qu’il ne le chasse plus aujourd’hui, il a longtemps été considéré comme le meilleur chien pour chasser les loups.

Le poitevin est un chien sociable et doux, vivant généralement en meute. Ce chien est très attaché à son groupe social. Utilisé pour chasser le grand gibier, il n’est jamais avare d’efforts. Capable de s’adapter aux attentes de l’équipage, il faudra, dès son plus jeune âge le créancer. Déterminé, plein d’énergie il se dévoue lors de ses chasses. Comme tout chien de chasse et notamment courant, il doit apprendre le rappel rapidement. Son éducation se fait avec un minimum de fermeté afin de répondre aux attentes et de développer ses qualités cynégétiques.

Image de Elodie Pollini issue du site de vènerie France

Sur le même sujet :

—> De gueule et de voix, le grand griffon Vendéen.

—> Le teckel à poil dur, ce chien robuste et de caractère

—> La duchesse d’Uzès, chasseresse, aventurière et pionnière

Le teckel à poil dur, ce chien robuste et de caractère

Sa moustache atypique, son corps court et long, son regard plein de malice, oui le teckel à poil dur possède beaucoup d’atout pour plaire. Personne ne connaît véritablement l’origine de ce chien passionné et passionnant lorsqu’il chasse le grand gibier. Cependant, ceux qui l’ont créé recherchaient des qualités cynégétiques, simplement exceptionnelles et aujourd’hui, ce chien les possède.

Un corps atypique taillé pour la chasse

La littérature allemande le cite pour la première fois début du XIXe siècle. Probablement issu d’un croisement entre un teckel à poil ras, schnauzer, pinscher et dandie-dinmon, le teckel à poil dur a su trouver sa place dans le milieu cynophile. Le masque clair et certains défauts anatomiques font soupçonner dans quelques souches une ascendance Jagdterrier. Ce croisement a probablement eu lieu pour développer le mordant pour la qualité cynégétique.

Court sur pattes, compact, musclé, le teckel à poil dur ne doit pas être trop lourd (entre 7kg pour les standards, 4kg pour les nains et 3.5kg pour les kaninchen), ni trop fin. Pour la race, il y a trois tailles différentes :

  • Standard : Mâles : de 37 à 47 cm de tour de poitrine / Femelles : de 35 à 45 cm de tour de poitrine
  • Nain : Mâles : de 32 à 37 cm de tour de poitrine / Femelles : de 30 à 35 cm de tour de poitrine
  • Kaninchen : Mâles : 32 cm maximum de tour de poitrine / Femelles : 30 cm maximum de tour de poitrine

Le teckel à poil dur possède une tête allongée avec des petits yeux foncés et ovales, un stop seulement esquissé, une mâchoire très puissante (les amateurs de ferme vous le diront), des oreilles attachées haut, arrondies et mobile. Cette tête typique du teckel repose sur un cou long , musclé, sans fanon. La nuque est quant à elle, légèrement galbée. Le sternum est lui bien marqué suivi par une poitrine profonde et arrondie. C’est ce corps musclé et proportionnel qui lui donne fier allure à la chasse ou en exposition.

Un sacré caractère

Chien utilisé pour la chasse du grand gibier ou sous terre, il est un auxiliaire précieux pour tout amateur de ce genre de chasse. Polyvalent, il saura vous combler en vous partageant sa passion de la chasse. Utilisé depuis très longtemps, le teckel à poil dur a su développer une intelligence rare qu’il saura mettre à profit pour son sens inné de la chasse.

Endurant, persévérant, possédant une finesse de nez exceptionnelle, il possède toutes les qualités nécessaires à la chasse du petit et grand gibier. Têtu et caractériel, il faudra une personnalité forte pour le contenir et le dresser mais, une main douce pour le féliciter. Lorsqu’il chasse, sa voix est remarquable et celui qui a déjà chassé avec un teckel entend la menée dans sa tête en lisant cette phrase. Il est, de surcroît, de plus en plus utilisé pour la recherche au sang dans laquelle il excelle.

Pour toutes informations supplémentaires sur cette race magnifique, rendez-vous sur le site du club du teckel en cliquant sur le lien suivant : https://www.teckelclubfrance.com/

De gueule et de voix, le grand griffon Vendéen.

Une silhouette imposante, le poil dur et broussailleux, sourcils marqués, le grand griffon vendéen est un vrai gaulois réfractaire. Autrefois grand chasseur de loup, il est aujourd’hui l’auxiliaire idéal dans la voie du sanglier. Zoom sur ce chien rustique, têtu et courageux.

Le grand griffon, son histoire

Chien de grande taille, entre 60 et 65 cm, le grand griffon vendéen possède une forte ossature et est bien proportionné. Sa robe est généralement blanche et orange, mais il peut s’avérer être tricolore à certain moment. Aux origines de ce chasseur, seul le grand vendéen existait, il s’agissait en effet d’une variété de vendéen ) poil ras descendant des greffiers ou des chiens blancs du Roy. Ce n’est que plus tard, que les griffons fauves de Bretagne, les gris de Saint-Louis ainsi que les griffons de Bresse, contribuèrent à fixer la  race. A l’issue de la seconde guerre mondiale, ce chien avait quasiment disparu. Il fût sauvé grâce à l’effort de quelques éleveurs, qui mirent tout en œuvre afin de sauver la race. Il utilisèrent du sang-français et de Billy.

Le grand griffon vendéen se caractérise par une voie très gorgée.

Taillé pour la chasse du sanglier

Possédant un nez puissant, c’est un chien rapide, intelligent, robuste, rustique, courageux dans les milieux les plus fermés (ronces, friches), possédant une voix très gorgée. Le grand griffon vendéen procure un plaisir rare lorsqu’il chasse le sanglier. Ses atouts et ses qualités lui offrent toutes les aptitudes pour chasser la bête noire.

Solide et musclé, nul doute que ce chien soit taillé pour chasser le sanglier.

Quelque peu têtu (les propriétaire vous le témoigneront), fougueux et parfois emporté par sa passion, il n’est pas évident de le créancer malgré un fort instinct pour la chasse. De plus, il est rare qu’il revienne au premier coup de trompe lorsqu’il est rappelé. De la fermeté sera de mise si vous en faite l’acquisition pour le conduire. Des défauts qui sont en fait des qualités. Sous son regard doux et malin, se cache donc un véritable passionné, redoutable lorsqu’il s’agit de chasser le sanglier.